LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La porte du changement ne peut s’ouvrir que de l’intérieur. Chacun en détient la clé” Jacques Salomé

Transports en commun à Ouagadougou : La surcharge des bus, l’autre défi de la SOTRACO

Publié le mercredi 19 juin 2024 à 22h00min

PARTAGER :                          
Transports en commun à Ouagadougou : La surcharge des bus, l’autre défi de la SOTRACO

Les bus de la société de transport en commun (SOTRACO) offrent depuis quelques années un spectacle désolant dans la ville de Ouagadougou. Durant l’année scolaire et quelques fois pendant les grandes vacances, les bus sont bondés avec des passagers qui se font « ensardiner » lors des heures de pointe. Jeunes, femmes et adolescents sont parfois obligés de s’agripper aux portières, espérant arriver à bon port sans incident. Malgré les interpellations, le spectacle se poursuit, et l’on ne sait plus sur quel pied danser.

Ouagadougou, capitale de l’incivisme routier. Que dire de plus ? C’est avec impuissance que l’on constate de jour en jour que la capitale burkinabè se mue en véritable far west où rentrer chez soi le soir sans égratignure ni palpitation, relève parfois du miracle. À l’indiscipline des usagers des deux roues et des véhicules automobiles, il faut ajouter la vitesse des bus de la SOTRACO, les démarrages brusques sans clignotant, les arrêts subits… et la surcharge.

S’il y a bien une pub de la SOTRACO qui fait sourire, c’est bien celle-ci : « L’école, c’est mieux avec le bus. Faites comme nous, pensez à votre sécurité, empruntez le bus pour l’école ». Quand on observe ce qui se passe à Ouagadougou, en termes de surcharge des bus, il y a bien de quoi se poser des questions.

Pendant l’année scolaire, c’est parfois un capharnaüm total. Les bus sont bondés et des élèves de peur d’arriver en retard pour les cours préfèrent s’agripper aux portières. Peu importe le confort, peu importe le danger, l’essentiel est d’arriver à l’école. Sauf qu’en cas d’accident ou de freinage brusque, les passagers mal logés peuvent être projetés. Dans le meilleur des cas, ils s’en sortiront avec des blessures. Et dans le pire des cas… n’y pensons pas.

La question de la surcharge doit être prise au sérieux et les acteurs doivent faire diligence. SOTRACO, chauffeur de bus et passagers, chacun doit revoir sa copie.

Si ce n’est déjà le cas, il faut que la SOTRACO ou que le ministère en charge de la mobilité urbaine mette en place une réglementation stricte concernant la capacité maximale des bus et les sanctions en cas de non-respect. À cet effet, le travail des contrôleurs doit aller au-delà du simple fait de contrôler les tickets.

En plus, la SOTRACO doit penser à accroître son parc pendant les heures de pointe, les matins et soirs. La demande dépasse l’offre, il faut en tenir compte et ne pas oublier le respect des horaires de départ.

Les chauffeurs doivent veiller à ne pas surcharger les bus. Ils ne transportent pas des sacs d’arachide, mais des humains, des êtres faits de chair, de sang et d’émotions. Quand le bus est saturé, mieux vaut ne pas prendre de risque inutile.

Notons que dans un communiqué publié sur sa page Facebook, en mai dernier, la SOTRACO demandait aux usagers de ne pas s’agripper aux portières ou de ne pas accéder à l’intérieur du bus par les fenêtres. Les élèves, étudiants et autres passagers sont interpellés sur leur part de responsabilité. Rien ne vaut la vie. Mieux vaut arriver en retard en vie que d’arriver à l’heure, couché, les pieds devant.

HFB
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • Merci pour cet article qui résume bien l’incivisme constaté au niveau de la SOTRACO. Il ne faut pas attendre qu’un drame arrive et aller pleurer devant les morts et présenter des condoléances aux familles des victimes. Les chauffeurs de bus en circulation ne font pas mieux que ceux des car de transports qui font la pagaille sur les voies. L’autorité en charge de la mobilité urbaine devrait se saisir rapidement de la question et trouver des solutions pour éviter qu’un drame arrive. Les voies des bus devraient être séparées de celles de la grande circulation, mais hélas. Même les nouvelles voies en construction ne prennent pas cela en compte. A la sotraco aussi de songer à l’augmentation du nombre de bus et surtout faire respecter les heures. Un bus qui doit arriver à 6h arrive à 7h. C’est lamentable !

  • Bonjour Internautes et Lefaso.net. Chapeau à vous pour cette question de surcharge de SOTRACO. C’est un sujet auquel j’ai partagé avec une autorité de la commune de Saaba, où l’incivisme routier est tout simplement du "FAR WEST". Malheureusement comme évoqué plus haut, "Le Burkina est devenu la capital de l’incivisme" et au yeux de tous les régimes (BC, RK, IZ, MK, DS, IB).
    Regarder l’application du décret de déguerpir les installations anarchiques sur les chaussées et ruelles à trafique denses dans la ville de Ouagadougou : jusque là qu’est ce qui est fait sincèrement ?. Dans un pays qui aspire le développement, comment un individu peut installer son fonds de commerce (maquis, boutiques…) après un fossé aux yeux et au su des autorités de sa commune sans être inquiété. Je penses que le civisme commence par là et pour ma part c’est nos gouvernants qui ont manqué d’autorité. Les même qui votent et proposent les lois refusent de les appliquer, car la règle de droit ( loi) étant impersonnelle, à terme leurs propres intérêts sont souvent menacés. Je ne sais pas quoi ajouter, mais je remercie Lefaso.net pour cette revue. Dieu nous bénisse ! NB : LA MAJORITE DES JEUNES PASSAGERS SOTRACO MAL LOGES NE SONT PAS DES ELEVES ! MERCI DE MENER UNE ENQUETE APPROFONDIE ET VOUS VEREZ.

    • @Burkinameilleur, c’est peut-être l’excès de régimes politiques qui entraîne cette attitude d’incivisme du Peuple, vous avez oublié d’inclure Thomas Sankara dans votre liste.

  • HBF de lefaso.net
    Parlant de SOTRACO, on ne sait pas ce que vous voulez dire. Bref, mieux vaut pour vous et nous tous donner un conseil que de se moquer et ou présenter la chose comme ridicule. On gagnerait en temps et en sérieux.
    Alors, proposons ensemble à SOTRACO de prelever des bus des lignes qui ne marchent pas pour les rajouter sur celles où la demande est très forte. Cela peut se faire pour certaines heures ou même pour certains mois. Ça s’appelle la politique de l’échelle mobile pour les transports en commun.
    De la sécurité autour des bus à leurs démarrages et autres, lême si la SOTRACO manquent de clignotants, nous avons tous appris la conduite à tenir dans la circulation quand on est en présence d’un poids lourd et surtout d’un bus de transport en commun. Ne me dites pas que tout le monde n’a pas le permis pour le savoir, tout le monde est sensé connaître les règles de la circulation et ce n’est pas pour rien que la police rappelle les usagers à l’ordre.
    Pour finir, rappelons nous que aucune société de transport en commun ne fait des bénéfices comme certains pourront le penser, c’est des sociétés qui rendent services. Leurs bénéfices c’est la satisfaction des uns et des autres d’aller et revenir loin et à moindre coût afin de pouvoir régler leurs affaires.

    • " que aucune société de transport en commun ne fait des bénéfices comme certains pourront le penser, c’est des sociétés qui rendent services. Leurs bénéfices c’est la satisfaction des uns et des autres d’aller et revenir loin et à moindre coût afin de pouvoir régler leurs affaires." .
      Mon cher , c’est pas Vrai. Vas en cote d’ivoire , la SOTRA réalise belle et bien des bénéfices. Ici au Burkina on veut toujours justifier notre manque de volonté.

  • Monsieur du Faso.net , au fait le problème ne se situe ni au confort dans le bus encore moins au nombre de passagers. Si tu décide d’emprunter lun bus, il faut l’accepter avec tous ses déboires...et c’est Normal. C’est pas les passagers de la SOTRA à Abidjan qui diront le contraire.
    Le vrai problème de la SOTRACO est son "Propre Personnel". Et dans ça, le pauvre DG n’y peut rien , il faut une prise de conscience collective au sein de la structure. Que les uns et les autres sachent que c’est l’argent des passager qu’on utilisent pour payer leurs salaires. Voilà Des chauffeurs cascadeurs, des ignorants qui ne soucient même pas de l’état du véhicule ; pourvu que lui il ai son salaire à la fin du Mois. Des contrôleurs malpolis qui, pour une simple histoire de monnaie est capable de mettre ton "Magne-dGa". Le tout couronné avec ses commerçants ambulants dont la SOTRACO est devenue le moyen de transport de leur marchandises. Avec ca , comment voulez-vous que cette société puisse s’en sortir ?

  • Bonjour et merci d’attirer l’attention des usagers sur l’incivisme grandissant dans les transport urbains. il faut dire que les reponsable de la SOTRACO doivent aussi revoir leur planing sur certaines lignes telles que la ligne 13 kamboissin, 3 Bissighin, et 17 boassa. Chaque soir c’est le calvaire pour rentrer chez soit. le non respect de horaires crée aussi baucoup de surchages. On peut constater aussi les difficultés pendant la saison pluvieuse ou l’eau de pluie rentre dans les bus pour defaut de vitres. L’absence de ventillation crée également la chaleur intence dans les bus.
    Je propose que les autorités de la SOTRACO de retapent les anciens bus pour éviter les pannes repéter
    Qu’ils facent une enquéte sur les ligne 13, 3, et 17 pour un bon suivi
    Qu’ils plombent les bus pour reduire leur vitesse et invitées les chauffeurs à rouler à des vitesses resonnables.
    declasser les vieux bus
    Renforcer la sécurité dans les arrêt car beaucoups de petits voleurs

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique