LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La porte du changement ne peut s’ouvrir que de l’intérieur. Chacun en détient la clé” Jacques Salomé

Burkina : La Commission nationale des droits humains (CNDH) particulièrement préoccupée par les cas d’arrestation et d’enlèvement de citoyens

LEFASO.NET

Publié le mardi 18 juin 2024 à 21h10min

PARTAGER :                          
Burkina : La Commission nationale des droits humains (CNDH) particulièrement préoccupée par les cas d’arrestation et d’enlèvement de citoyens

La Commission nationale des droits humains était en assemblée générale extraordinaire le 13 juin 2024. Une occasion pour l’institution, de passer en revue des questions relatives à la promotion et à la protection des droits humains. La CNDH a salué les efforts du gouvernement et les sacrifices consentis par les FDS et les VDP dans la reconquête du territoire.

Tout en encourageant les acteurs nationaux pour leur engagement à consolider l’Etat de droit tel que proclamé par l’article 2 de la Charte de la Transition révisée, la CNDH a exprimé son inquiétude face à la montée croissante du discours haineux lors des manifestations publiques et sur les réseaux sociaux.

La commission s’est dite particulièrement préoccupée par les cas d’arrestations et d’enlèvements de citoyens par des hommes non identifiés et en dehors de toute procédure adéquate ainsi que des détentions ne remplissant pas les obligations requises. Elle a également déploré les cas de non-exécution de décisions de justice.

Face à ces différents constats, la CNDH a invité le gouvernement à exécuter toutes les décisions de justice et à faire sanctionner toutes les personnes qui entravent l’exécution desdites décisions et faire cesser les cas d’enlèvements, d’arrestations arbitraires, de détention illégale et de disparitions forcées. Invite est aussi faite à prendre des mesures idoines pour prévenir le discours de haine et d’incitation à la violence et à renforcer la sécurité des populations réinstallées.

Lefaso.net


DECLARATION PUBLIQUE

La Commission nationale des Droits humains (CNDH), réunie en Assemblée Plénière extraordinaire le jeudi 13 juin 2024 a passé en revue diverses questions d’intérêt national relevant de ses domaines de compétences et délivre par la présente déclaration ses avis, recommandations et propositions concernant toutes questions relatives à la promotion et à la protection des droits humains.

La Commission manifeste sa préoccupation et sa désolation face à la poursuite des attaques qui continuent d’occasionner de nombreuses pertes en vies humaines des populations civiles, des membres des Forces de défense et de sécurité (FDS) et des Volontaires pour la défense de la Patrie (VDP) et lance un appel aux groupes terroristes à déposer les armes.

La Commission salue les efforts du gouvernement dans la reconquête du territoire et les sacrifices consentis par les FDS ainsi que les VDP. Elle félicite le gouvernement pour les actions conjuguées qui ont permis le retour de personnes déplacées internes dans leurs localités.

La CNDH constate que la Charte révisée lors des Assises tenues le 25 mai 2024, maintient les dispositions pertinentes de la Charte d’octobre 2022 relatives à la promotion et à la protection des droits humains. Ainsi en est-il de l’article 1er de la Charte révisée mettant en exergue « le respect des droits humains, de l’équité, du genre » comme principe et valeur de la conduite de la Transition.

Elle tient à encourager et exhorter les acteurs nationaux pour cet engagement solennel à « consolider l’Etat de droit » tel que proclamé par l’article 2 nouveau de la Charte de la Transition. Cependant, la Commission reste inquiète face à la montée croissante du discours haineux lors des manifestations publiques et sur les réseaux sociaux. Elle est particulièrement préoccupée par les cas d’arrestations et d’enlèvements de citoyens par des hommes non identifiés et en dehors de toute procédure adéquate ainsi que des détentions ne remplissant pas les obligations requises. La Commission déplore également les cas de non-exécution de décisions de justice.

Sur le plan socioéconomique, la Commission observe la multiplicité des taxes et des velléités de remise en cause des droits acquis de certains travailleurs ce qui conduit à la réduction de leur pouvoir d’achat. Aussi, la Commission constate l’accroissement de la dette intérieure qui ralentit l’activité économique.

Au regard de tout ce qui précède la Commission invite :

le Président du Faso, garant de l’Indépendance de la justice, à user de toutes ses prérogatives pour faire respecter la Charte de la Transition et la Constitution en matière des droits humains ;

le Gouvernement :

à exécuter toutes les décisions de justice et à faire sanctionner toutes les personnes qui entravent l’exécution desdites décisions ;

à prendre des mesures idoines pour prévenir le discours de haine et d’incitation à la violence ;

à renforcer la sécurité des populations réinstallées ;

à poursuivre l’encadrement des FDS et des VDP en vue du respect des droits humains dans la lutte contre le terrorisme et la protection des populations civiles dans les zones encore sous influence de groupes terroristes ;

à poursuivre la prise en charge des personnes déplacées internes et le ravitaillement des populations dans les zones sous blocus ;

à prendre des mesures pour faire cesser les cas d’enlèvements, d’arrestations arbitraires, de détention illégale et de disparitions forcées, conformément aux prescriptions de la Charte de la Transition et de la Constitution ;

à prendre les mesures nécessaires en son pouvoir pour l’apurement de la dette intérieure.

la Justice à rechercher, poursuivre et sanctionner, conformément à la législation en vigueur, les auteurs de discours haineux, d’incitation à la violence et d’atteinte à la vie.

Fait à Ouagadougou, le 18 juin 2024

Pour la Commission,

la Présidente

Gonta Alida Henriette DA

PARTAGER :                              

Messages

  • Donnez nous des cas précis d’arrestation de citoyens en dehors de ceux enrôlés comme VDP.

    • Bonjour Levieux,
      Mais vous êtes sérieux ? Si vous êtes totalement désinformé, ne venez pas poser des questions ridicules, sur un forum où nombre d’internautes suivent de près les actualités de leur pays.
      Je vais tout de même me mettre en devoir de vous éclairer.
      Liste non exhaustive à compléter par les honnêtes contributeurs :
      Enlèvements
       El hadj Mahamoudou DIALLO, Imam de la mosquée de Sikassossira, depuis le 27 avril 2023
       Ladji Hamidou Bande ,depuis le 25 mars 23
       Moussa Thiombiano , 73 ans (Django) depuis le 1er avril 23
       Anselme KAMBOU, opérateur économique ; depuis le 20 septembre 23
       Wahabou Drabo, ministre des sports sous le MPSR I ;
       Docteur Daouda DIALLO secrétaire exécutif du CISC ;
       Idrissa KABORE, habitant à Pouytenga ;
       Lamine OUATTARA du MBDHP ;
       Maître Guy Hervé KAM, avocat à la cour et coordonnateur du mouvement SENS.
      Et bien d’autres, étudiants, militants,... et d’autres encore, qui ont fui pour échapper à cela...
      C’est bon, Levieux, vous voyez de quoi on parle ?

  • personnellement c’est votre attitude sur le numéro vert qui me préoccupe
    pourquoi mettre en place un numéro vert si y a personne au bout de fil pour décrocher les appels
    vraiment décevant.

  • Le discours haineux puise sa source chez les dirigeants d’abord qui ont vite fait de categoriser leur peuple en apatrides et patriotes , vallets locaux, imperialistes et negres de salon tapis dans l ombre. On a fini par monter les uns contre les autres, à créer une chaîne de soutien polaire servant de bouclier aux financiers militaro politiques plus que d appeler tous à se dresser pour la nation...le mensonge et la surenchere ont droit de cité. Quand des citoyens se rebuffent de super citoyennete pour occuper les ront-points, stade et salles au detriment des autres. Même le droit de reunion des travailleurs dans leur local est interdit . Or on sait que c’est ce même peuple qui joue, dejoue, fait défait, dit et se dédit. J appelle qui de droit de revenir aux fondamentaux pour sauver notre pays , les calculs d intérêt ne peuvent pas prosperer, un gramme de vérité vaut mieux qu’une tonne de mensonge teint soit il..LE SABLE A BEAU ÊTRE FIN ET BEAU NE PEUT S ASSIMILER AU COUSCOUS

  • Je sais que vous allez me censurer mais bon..... on parle de Mansila ou bien ?
    Où se cache IB ?
    Les russes de Wagner qui débarquent en masse, on en parle ?

  • C’est une manière, très sage et responsable, de tendre la perche aux Autorités, après les sorties des institutions internationales des droits de l’homme, qui ont fait couler beaucoup d’encre et de salive et courroucé ces Autorités et bien de citoyens.
    Il faut espérer que des "soutiens" "intellectuels-lettrés" ne viennent pas vous traiter de tous les noms d’oiseaux ; et que...les autres ne viennent pas exercer leur sport favori : invectives, basses insultes et menaces.
    Soyons intelligents, sachons écouter la voix de la raison et de la sagesse !!
    Merci.

  • Ce communiqué devrait être reversé au niveau de la cour constitutionnelle. Cette dernière doit se poser les bonnes questions sur la constitutionnalité ou non de la Charte 2 pour les 5 prochaines années d’IB. Ce dernier a bien juré de respecter la Charte 1 et la Constitution il y a 18 mois. Les constats sont là ! A la cour d’en tirer les conclusions.

  • ........préoccupée par les cas d’arrestation et d’enlèvement de citoyens ..................je ne suis pas spécialiste en com. mais une telle déclaration d’une présidente d’une institution régalienne me laisse perplexe. faisans attention au terme . Je pense qu’elle doit reprendre au volet les terme journalistiques et autres .Elle même, à cette allure risque d’être enlevée......................................SVP ne m’avaler je veux juste dire enlever de SON POSTE .merci

    • Bonjour tapsoaba_yassiki,
      Mais vous avez parfaitement raison. En cette période où l’obscurantisme est devenue la règle, toute personne cherchant à révéler une part, aussi infime soit-elle de vérité, prend des risques considérables, depuis la suspension, jusqu’à l’enlèvement, en passant par l’opprobre populaire, les pressions et menaces de toutes sortes...
      Toutes choses qui ne devraient pas avoir leur place dans un état de droit...

  • Vraiment une communication louable. Il est vrai que tout notre souhait est que cette transition soit la dernière dans l’histoire de notre pays et que le futur gouvernement soit un gouvernement démocratiquement venu cependant on gagnerait en étant Uni. Quoi qu’on dise il n’y a pas de super Burkinabè et chaque 1 cm du Burkina Faso nous plaît tous donc c’est plus qu’un devoir de défendre la terre de nos pères.
    Aux autorités de redonner confiance à tout le peuple et de l’unir pour le combat commun.
    Merci

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique