LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La porte du changement ne peut s’ouvrir que de l’intérieur. Chacun en détient la clé” Jacques Salomé

Burkina/Tabaski 2024 : Le ressenti de certains Ouagavillois à quelques jours de la fête

LEFASO.NET

Publié le jeudi 13 juin 2024 à 22h10min

PARTAGER :                          
Burkina/Tabaski 2024 : Le ressenti de certains Ouagavillois à quelques jours de la fête

La Fédération des associations islamiques du Burkina (FAIB) a annoncé la célébration de l’Aid El Kébir 2024 pour le 16 juin. A trois jours de la fête, les préparatifs semblent être moroses chez certains Ouagavillois. Les activités tournent au ralenti pour la plupart des personnes que nous avons rencontré. Selon eux, la situation économique du pays fait qu’il faut fêter dans la résilience et la modestie. Beaucoup espèrent que la situation s’améliore les années à venir.

Harouna Tiraogo, blanchisseur

« C’est en fonction des moyens que j’ai que je compte faire la fête. Je me prépare à sacrifier un mouton cette année parce que l’année dernière, je n’ai rien pu faire. Donc, je rends grâce à Dieu et j’espère voir ce jour ».

Dame Alima vendeuse de “Zoom Koom” au quartier Kalgondé

« Je suggère à chaque musulman de fêter selon ses moyens car c’est dur à tous les niveaux. Je ne prépare plus les fêtes à l’avance parce que la réalité est dure. Chaque jour, il y a de nouveaux défis pas simples à relever. J’espère surtout avoir la santé et avoir à manger pour mes enfants ce jour-là », a-t-elle souhaité.

Awa Kouanda, prothésiste ongulaire

« Cette année, nous souhaitons juste avoir la paix et la santé. Actuellement, il n’y a pas de marché, donc je n’ai pas d’argent pour faire ce que je voudrais. Que j’ai de l’argent ou pas je vais fêter mais ça ne sera pas comme d’habitude. J’attend les prochains jours pour voir si la clientèle viendra. La veille de la Tabaski, tout peut changer, donc j’espère que ça ira mieux. Aussi comme la fête tombe sur un weekend, les gens ne sont pas pressés ».

"J’attends les prochains jours pour voir si la clientèle viendra" Awa Koanda

Ibrahim Sakandé, boucher à Karpala

« Comme pendant la Tabaski, plusieurs personnes tuent un mouton, nous ne vendons pas beaucoup de viande. Néanmoins, il y a des personnes qui viennent acheter de la viande de boeuf, du poisson ou du poulet pour cuisiner. A mon niveau, j’ai prévu aussi d’acheter un mouton pour la famille et pour partager avec mon entourage. Je souhaite que la paix revienne au Burkina Faso aussi pour que les affaires marchent mieux ».

Dans la boucherie de Ibrahim Sankandé, il n’y a pas pour le moment de grosse commande

Fatimata Compaoré, commerçante

« La fête est déjà là, mais nous ne la sentons pas. Il n’y a pas de marché et les clients sur lesquels je comptais aussi se plaignent. Depuis ce matin, c’est seulement une personne que j’ai reçu dans ma boutique. Les temps ont changé mais néanmoins nous devons faire le maximum à cause des enfants. C’est surtout pour nos enfants que nous allons fêter, sinon nous les adultes on n’en a pas besoin ».

Fatimata Compaoré veut fêter surtout pour ses enfants

Mahamadi Ilboudo, vendeur de pommes de terre

« Actuellement, la pomme de terre n’est pas très disponible et est un peu chère. C’est chaud partout apparemment ! Les clients se renseignent mais ne disent rien d’autre. J’espère que d’ici le début du weekend, il y aura une amélioration et que les clients viendront ».

Mahamadi Ilboudo espère qu’il y’aura une amélioration du marché d’ici le début week-end

Neimata Compaoré, commerçante

« Les gens se plaignent de la cherté des prix et il est difficile de faire un bon bénéfice actuellement. On ne sait pas à quel saint se vouer dans ces conditions. Ma prière est de célébrer ce jour dans la santé parce que ce n’est pas obligé de fêter. Le plus important pour moi est de prier Dieu et de communier avec mes proches ».

Pour Neimata Compaoré, ce n’est pas obligé de fêter

Propos recueillis par Farida Thiombiano
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • faut reconnaitre que le pays es tres tres dur presenetement, tout le monde se plain que l argent ne circule [pas. sauf une minaurite qui a largent qui construit les immeubles et paie les jolies caisses cash, du courage.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique