LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La porte du changement ne peut s’ouvrir que de l’intérieur. Chacun en détient la clé” Jacques Salomé

Burkina : Le CNOSC/BF recommande au gouvernement de renforcer les connaissances des FDS et VDP sur les droits humains

LEFASO.NET

Publié le vendredi 24 mai 2024 à 23h19min

PARTAGER :                          
Burkina : Le CNOSC/BF recommande au gouvernement de renforcer les connaissances des FDS et VDP sur les droits humains

Le Conseil national des organisations de la société civile du Burkina Faso (CNOSC/BF) a animé une conférence de presse, le jeudi 23 mai 2024 à Ouagadougou, sur la performance de l’Etat pour l’année 2023. Cette jauge a été assortie de recommandations/suggestions adressées au gouvernement.

Avant de livrer les chiffres-clés qui fondent son point de vue, le CNOSC/BF a, à travers les conférenciers, décrit la démarche qui a abouti aux résultats, issus de la mise en œuvre du Plan d’action pour la stabilisation et le développement (PA-SD) en 2023. Les porte-paroles à la conférence de presse ont, au passage, tenu à préciser que les organisations de la société civile de la faîtière ne sont pas contre le pouvoir, elles sont simplement un contre-pouvoir, c’est-à-dire une force de propositions.

« En 2023, la politique nationale de développement a été mise en place dans un contexte sécuritaire et socio-politique assez particulier, ce qui doit être pris en considération pour évaluer les progrès réalisés. En dépit de ce contexte, les populations demeurent plus exigeantes de paix-sécurité et d’une meilleure qualité de services sociaux de base et demandeuses de réformes plus audacieuses pour sortir le pays résolument de sa zone de turbulence », ont décrit les conférenciers avant de préciser que c’est dans ce cadre que s’est située l’analyse de la société civile sur le rapport de performance de la politique nationale de développement.

Pour parvenir à un examen approfondi des différents rapports de performance aux revues techniques et annuelles du PA-SD et de la PND (politique nationale de développement), le CNOSC/BF a, en synergie avec le SPONG (Secrétariat permanent des organisations non-gouvernementales) et le CDCAP (Centre de suivi et d’analyses citoyens des politiques publiques) organisé un atelier préparatoire et un forum préparatoire respectivement de la revue technique et de la revue politique, pour recueillir les contributions et s’inspirer des évidences produites par les organisations de la société civile sur les secteurs de développement, expliquent-ils.

« La société civile voudrait par la présente saluer les efforts du gouvernement en matière de lutte pour la sécurisation du territoire national et la prise en charge des personnes affectées par la crise sécuritaire. Elle salue également le soutien des partenaires techniques et financiers, amis du Burkina Faso restés à ses côtés malgré l’adversité. Les performances de l’Etat, d’une manière globale, sur un ensemble de 223 investissements et 42 réformes attendues, on note que malgré le contexte, le gouvernement s’en tire avec un niveau d’exécution physique des investissements de son plan d’action pour la stabilisation et le développement de 63, 67% ayant atteint le niveau satisfaisant de 75% à plus de 100%. Les 36, 33% sont en-deçà des 75% de niveau d’exécution. Quant au niveau d’exécution physique des réformes, 64, 28% d’entre elles ont dépassé les 75% à 100% de niveau d’exécution. Ce qui laisse néanmoins 33, 72% des réformes en-deçà des 75%. Un taux de croissance du PIB (produit intérieur brut) réel de 3.6% contre 1.8% en 2022, grâce à l’engagement et aux efforts conjoints des acteurs étatiques, des partenaires au développement et de la société civile », ont affiché les conférenciers à travers la déclaration liminaire qu’ils ont lue.

En dépit des progrès significatifs, le CNOSC/BF relèvent des insuffisances, nécessitant, dit-il, une attention particulière. D’où des recommandations/suggestions à l’endroit du gouvernement, en vue d’accroître la performance de l’action gouvernementale au bénéfice des populations. Il s’agit de renforcer les connaissances des Forces de défense et de sécurité (FDS) et des Volontaires pour la défense de la patrie (VDP) sur les droits humains et l’intégration de ceux-ci dans l’exercice de leur mission ; accélérer l’accès des populations aux services sociaux de base (santé, éducation, alimentation, eau et assainissement), car la crise sécuritaire constitue un obstacle majeur à la réalisation de l’effectivité des droits d’accès aux services sociaux de base, tant les terroristes font de l’eau potable, la santé, l’éducation et de la sécurité alimentaire des armes de guerre.

Il s’agit, en outre, de préserver l’espace civique, en vue de stimuler la participation citoyenne et la redevabilité, indispensables à l’atteinte des résultats de gouvernance assignés à la transition par l’article 2 de la charte ; apurer la dette intérieure, car le paiement de cette dette intérieure donnerait sans doute un appui substantiel et additionnel à la relance du secteur privé et contribuerait à la stabilité économique du pays.

C’est fort de tout cela, que le CNOSC/BF dit encourager les autorités publiques à redoubler d’efforts et à prendre les dispositions nécessaires en vue de garantir de meilleurs résultats dans la mise en œuvre du PA-SD 2024, en prenant des mesures fortes et urgentes pour soulager les populations qui sont peinées.

A quelques heures de la tenue des assises nationales, le CNOSC/BF invite le comité d’organisation « à jouer à la carte de l’inclusion et aux participants à une franche collaboration » dans les travaux pour une « feuille de route consensuelle ».

O.L
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • Mais pourquoi voudriez-vous "renforcer les connaissances des Forces de défense et de sécurité (FDS) et des Volontaires pour la défense de la patrie (VDP) sur les droits humains"... alors que Kyelem nous dit ceci : "De nos jours, les droits de l’Homme sont un instrument de contrôle des sociétés du Tiers-Monde au service de l’Occident. Ils permettent à l’Occident d’avoir la garantie que ses valets locaux, dont certains sont directement financés par l’Occident, d’autres indirectement par des procédures détournées, auront toutes les latitudes pour mener dans nos pays leurs activités subversives à son profit." ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique