LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La porte du changement ne peut s’ouvrir que de l’intérieur. Chacun en détient la clé” Jacques Salomé

Burkina/ Journée des coutumes et des traditions : « Il faut profiter de cette date pour faire des rituels de pacification et de purification », propose Me Titinga Pacéré

Publié le mardi 12 mars 2024 à 22h18min

PARTAGER :                          
Burkina/ Journée des coutumes et des traditions : « Il faut profiter de cette date pour faire des rituels de pacification et de purification », propose Me Titinga Pacéré

Le conseil des ministres du 6 mars 2024, a décidé de consacrer le 15 mai, la journée des coutumes et des traditions. Selon le ministre en charge des cultes Émile Zerbo, ce décret a pour objectif de réaffirmer la laïcité de l’Etat et de permettre à la religion traditionnelle de retrouver sa place dans la société burkinabè. Que pense l’homme de culture, Me Titinga Pacéré, de cette décision du gouvernement ? nous sommes allés lui poser la question.

Lefaso.net : Le conseil des ministres du mercredi 6 mars 2024 a décidé que désormais les 15 mai seront la journée des coutumes et traditions. Quelle appréciation faites-vous de cette décision du gouvernement ?

Me Titinga Pacéré : C’est moi qui ai demandé cette journée. Cette terre appartient d’abord aux Africains, aux autochtones de ce pays. Dès 1906, les colons ont posé les jours de fête tels que Noël, Pâques, Ramadan et autres. Depuis 128 ans, il n’y a rien eu pour l’Afrique traditionnelle. C’est pour cela que j’ai fait un dossier. Voici le dossier que je vous présente. J’ai fait une requête que j’ai adressée au chef de l’État le capitaine Ibrahim Traoré, c’est du 23 juin 2023. J’ai adressé ma lettre sous couvert de monsieur le ministre en charge de la culture. C’est suite à cela que la décision du 15 mai a été prise.

Pourquoi est-ce que c’est spécifiquement la date du 15 mai qui a été retenue ?

Ma demande est un dossier qui fait 128 pages. J’ai dit dans ma requête que nous avons des religions qui ont plusieurs jours fériés chômés payés. Les dimanches sont des jours fériés créés par les religions révélées pour accompagner ces jours, on a ajouté le samedi.

Cela veut dire qu’on a 108 jours fériés chômés payés en dehors de ce qui est déjà reconnu. Moi j’ai dit que l’Afrique est définie par rapport au travail. Le repos n’est pas une valeur en Afrique. C’est le travail qui anoblit l’homme et c’est le travail qui développe la société. Ce qui m’a animé, ce n’est pas d’avoir un jour de repos ou deux jours de repos, c’est le principe.

Comme maintenant dans notre société moderne le repos peut être une valeur, j’ai demandé un minimum. J’ai dit au mois de mai-juin, les pluies commencent. Je demande un jour pour cette période. Pour qu’on puisse faire des adresses à Dieu et aux ancêtres pour avoir de bonnes pluies et de bonnes récoltes. Une fois que nous avons récolté dans la coutume, dans la pratique des traditions africaines au Burkina Faso, en général à partir du mois d’octobre jusqu’en janvier, il y a ce qu’on appelle la fête coutumière de grâce à rendre à Dieu et aux ancêtres.

C’est ce qu’on appelle dans le milieu ici Basga et au nord Filga. Donc, j’ai demandé les dates du 20 juin pour l’adresse à Dieu et aux ancêtres pour la pluie et 20 janvier pour adresser nos remerciements aux ancêtres et à Dieu. On a choisi le 15 mai et une seule date. Mais pour moi, c’est très élogieux. Cela fait 128 ans qu’on attend quelque chose pour l’Afrique des traditions et le Burkina Faso profond. Qu’on me donne un jour c’est largement suffisant. Je n’aime pas qu’il ait trop de jours fériés d’ailleurs.

Me Pacere Titinga présentant le document qu’il a adressé au président pour demander deux jours pour les coutumes et traditions

Qu’est-ce qui est prévu pour le 15 mai à venir ?

Ce qui était primordial pour moi, c’est qu’il y ait un jour pour les traditions et les coutumes. Quant au contenu, pour moi c’était à réfléchir après. Parce que dès que la date a été fixée par le gouvernement, plusieurs personnes m’ont saisi. Elles demandent que le travail scientifique et juridique de ma requête 128 pages soit repris. Elles demandent à ce que je fasse cela de manière simple et ce que je veux qu’on mette dedans. Et en fonction de cela, on pourra faire la fête. Pour moi, l’essentiel, c’est une journée consacrée à la culture, à nos coutumes et à nos traditions.

Pensez-vous que cette journée pourra aider à résoudre le problème actuel du pays ?

À mon sens, il faut profiter de cette date pour faire des rituels de pacification et de purification. Il faut que nous fassions notre mea culpa. Il faut que nous reconnaissions que nous nous sommes souvent trompés et que des innocents ont été tués. Et à partir de là, nous évoquons Dieu et les ancêtres pour qu’ils purifient la terre pour nous. Mais surtout nous nous engagions à la paix.

Que chacun prenne son voisin comme lui-même. Chacun doit considérer l’autre comme son frère. Quand je dis l’autre, c’est celui qui n’a pas la même religion que moi. L’autre c’est celui qui ne vit pas dans la même région que moi. Je dois le considérer comme mon frère. Je dois lutter pour sa vie et on doit lutter ensemble. Je souhaiterai que ce 15 mai soit une grande journée d’introspection, de réflexion de nous-mêmes sur nous-mêmes.

Propos recueillis par Rama Diallo
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • C’est le condensé de nos échecs qui a engendré cette décision. Avec ça, au moins les gens vont faire plus attention les uns des autres. Le pouvoir politique, l’argent, toutes les hypocrisies seront bornées. Sinon, ici on ne joue pas, parce que les dieux peuvent frapper sans lésiner. La restauration du sens moral est la source de tout vrai développement. En cela, nous sommes content que des personnes comme Me Pacéré soit là pour nous rappeler les cris de Dieu que nous n’entendons plus. Préparons-nous pour les suites. ....

    Kenfo

    Kenfo

  • POURQUOI NE PAS FAIRE JURER NOS DIRIGEANTS SUR TOUT LES FETICHES DU PAYS PENDANT QUE NOUS EN SOMMES ?

  • Humm, voici trouvé le moyen de faire passer "la pilule" fête coutumière. Pourquoi c’est aujourd’hui que maître Pacéré demande jour de fête coutumière ? Me Pacéré a traversé combien de gouvernements dans ce pays et c’est aujourd’hui il demande ça ?? Je suis dubitatif.

  • Pour aller dans le sens de la purification et selon les coutumes de chez moi, les premières pluies ne doivent pas battre les ossements humains, les cadavres et que le ruissellement conduise ses eaux dans nos rivières. A mon avis, là où il est possible et les populations de retour, il faut songer à enterrer les cadavres et autres ossements humains qui jonchent sans doute nos brousses dans notre intérêt.
    Par ailleurs, il faudra expliquer aux jeunes qu’il n’y a pas de demi mesure dans les coutumes. Dans mon village le couperet des coutumes est tel que beaucoup de familles se sont islamisées et ou christianisées. Ceux qui demeurent dans les coutumes sont d’une intégrité rare reconnue de tous dans le respect. Donc, il faudra que les anciens expliquent aux jeunes que dans les vraies coutumes, il faut être propre, autrement les conséquences sont terribles....des fois de véritables tragédies familiales. En toute fraternité !!!

  • Mon avis sur cette question de journée des traditions et coutumes est qu’on devrait se limiter à en faire une journée de promotion culturelle en référence aux traditions et coutumes non cultuelles ancestrales, sans les pratiques religieuses par respect du caractère laïc du promoteur de cette journée d’essai qu’est État burkinabè.
    Par ailleurs, l’Etat ferait oeuvre utile en soutenant les autorités coutumières et traditionnelles à mettre par écrit leurs coutumiers respectifs qui seraient ensuite reconnus pour servir même d’instruments de gestion de l’ordre public à l’occasion des successions contestées conduisant parfois au bicephalisme et a des affrontements devant lesquels l’autorité de l’ Etat reste démunie en l’absence de toute norme légale pour trancher ces genre de litiges.
    Une chose à éviter est de brandir des repaires, des notions ou références identitaires qui divisent et opposent des groupes sociaux ou des communautés diverses de la populations qui, jusque-là, vivaient en parfaite symbiose de nos identités plurielles que nous devons assumer.

  • "POURQUOI NE PAS FAIRE JURER NOS DIRIGEANTS SUR TOUT LES FETICHES DU PAYS PENDANT QUE NOUS EN SOMMES ?"

    Vraiment nous sommes hypocrites nouveaux pharisiens des temps modernes !!!!!!!!

  • Merci à Me et Naaba pour ces éclaircissements qui permettent de mieux comprendre. C’est logique votre démarche , et 2 jours comme vous l’aviez souhaité seraient bien.
    Le dernier paragraphe m’a personnellement plu parce que quand Me dit "....Il faut que nous reconnaissions que nous nous sommes souvent trompés et que des innocents ont été tués. Et à partir de là, nous évoquons Dieu et les ancêtres pour qu’ils purifient la terre pour nous. Mais surtout nous nous engagions à la paix.", c’est une vérité profonde que certains ne voudrons pas entendre puisqu’ils vivent aux antipodes des traditions . Dans nos traditions , je pense que nous avons en commun le respect de l’âge , l’honnêteté, le respect de la parole donnée. Or a observer la société burkinabé du 21 e siécle, nous pouvons constater que ces valeurs ont foutu le camp pour laisser la place aux valeurs trébuchantes , à la ruse etc. Ainsi nous voyons des jeunes jubiler quand on enlève des vieux pour le front, et des personnes se reclamant d’un certain âge sur ce forum ici accompagner ces jeunes dans leurs dérives. Que dire des positions vis à vis de la vie humaine ? A force de reduire la lutte antiterroriste au nombre de terroristes tués, les coeurs se sont transformés en pierres au Faso et la cécité a envahit la société, l’empêchant de reconnaître que les cadavres sans sépultures qui jonchent nos brousses ne sont pas bons pour nous. Imaginez justes les enfants qui tombent soudainement sur ces cadavres pendants qu’ils gardent le troupeau ! Quel effet psychologique peuvent-ils subir ? Bref la pagaille actuelle orchestrée par le MPSR II risque de causer des dégats que deux siécles ne suffiront pas à reparer.
    En conclusion, une démarche inclusive préalable comme des états géneraux des leaders traditionnels auraient permis de discuter et faire des propositions de solutions aux nombreux problèmes du pays comme le clanisme au sein des forces armées qui nouns plombent depuis les année 70 asu moins, et de rappeler aux MPSR II leurs engagements et l’importance de la parole donnée dans nos société.

    Passakziri

    • Mon frère @Passakziri, j’ai lu avec intérêt votre post et j’aimerais dire qu’en une seule phrase, vous avez détruit tout le développement positif que vous couché dans les lignes précédentes. Vous affirmez ceci : "la pagaille actuelle orchestrée par le MPSR2 risque de causer des dégâts que deux siècles ne suffiront pas à réparer". Et c’est là que vous et moi avons une divergence profonde car je ne doute pas que vous avez une mémoire solide ! Oui, vouloir faire croire que c’est la pagaille actuelle du MPSR2 qui est la base de notre problème, c’est manquer d’objectivité à son summum. Non, il ya eu dans ce pays des périodes de plus grandes pagaille, de tuerie, de méchanceté inutile, de braderie de notre conscience d’homme, d’indignité inqualifiable pendant des décennies et vous le savez peut mieux que moi. Si on veut régler nos problèmes, ayons le courage de reconnaître leurs auteurs et leurs origines sinon, même l’usage de nos coutumes positives ne nous aidera pas à trouver le bout du tunnel. Non, sans cet ingrédient qu’est la vérité, il n’y aura jamais de paix des coeurs, de paix dans nos village et dans ce pays et par conséquent, pas de développement. Ayant exercé dans le domaine du développement rural pendant trois décennies au moins, je mesure l’ampleur du recul en terme de développement quand je vois ce que nos frères terroristes ont détruits dans nos communautés : destruction des hommes et de l’homme (son humanité et son humanisme), destruction des infrastructures d’éducation, de santé, d’eau potable, d’énergie et de communication comme les routes et la téléphonie ! Non, je propose qu’on arrête de vouloir incriminer le MPSR2 alors que les vrai responsables depuis les.independances, sont bel et bien connus ! Bon courage !

    • @ Passakziri

      Certains "Burkinabès" lorsqu’ils sont a la gouvernance ont un sacre talent et savoir faire !! pour enfumez les autres ! cette initiative est aussi comparable a la fameuse "Journée Nationale du Pardon" le problème c’est que dans ce pays c’est toujours un éternel recommencement ! on n’apprend pas de nos erreurs et déconvenues ! J’ai le pouvoir je fais ce que je veux dans l’attente d’être balayer !! et c’est ainsi depuis nos indépendances.

    • Bonjour citoyen ordinaire ,
      Certes la pagaille n’a pas commencé sous le MPSRII . MAlheureusement , en plus d’hériter de toutes les pagailles congénitales qui nous accompagnent depuis toujours, le MPSR II en a ajouté d’autres gravvissime que j’ai énuméré dans mon commentaire. En effet, c’est sous ce régime que :
       la parole donnée à déinitivement foutu le camp au Faso
       L’ingratitude , l’insolance et le mépris de l’autre sont devenus des valeurs au yeux d’une partie de la population.
       Villipender une vielle personne est devenu un acte de bravoure
       La banalisation de la vie humaine s’est installé au Faso.
      Comme je l’ai dit dans un de mes commentaires, les jeunes ont le droit de se tromper, mais les vielles personnes ont le devoir de les corriger. Or ce que je constate dans le Burkina de nos jours c’est que les vieux aussi sont devenus des wayiyans qui chantent en accompagnant les jeunes tout droit vers le mur. On les voit ici sur ce forum et on comprend alors pourquoi le CNR s’est finalement cassé les dents.

      Passakziri

  • A quoi sert la semaine nationale de la culture ?
    On remarque que cette demande est faite par imitation des autres....elle ne se base pas sur aucun aspect de notre culture plus animée par une jalousie.
    Pour les autres, chaque date repose sur une histoire. Ici ça repose sur l’imaginaire et le fait de ressembler aux autres.
    On devrait travailler à diminuer le nombre de férié

  • Tout cela, c’est pour amuser la galerie. Car on ne parle plus de l’insécurité et du fait que chaque jour , des villages et des familles sont endeuillés. Pauvre Burkina !

  • Je suis navré de savoir que le régime actuel est de bonne intelligence avec ces personnages rétros , les hommes de tous les régimes !Quand j’ai su que la journée des coutumes et traditions venait d’eux ,j’ai été désenchanté.
    Tous ces gens-là qui se sont toujours faits passer pour des indispensables à tous les gouvernements irresponsables de notre pays ont été les fossoyeurs du même pays.
    Aujourd’hui encore, après l’accalmie,ils sortent du bois ,une sortie corruptrice ! Un drôle de rapprochement !
    Ils n’ont jamais été comptables des crises qu’à connu notre pays , tellement qu’ils savent se dérober intelligemment après avoir induit en erreur les gouvernants du moment à leur profit !
    Ce rapprochement me désole.Ils ont vraiment l’art !

  • Vraiment Deplorable et Incongrue car nos Coutumiers et Traditionnelles n’ont nullement besoins de fixation politique de date pour faire des pretendues purification de quoi que ce soit. Depuis la Nuit des Temps avant meme l’arrivee du Colonisateur ils ont toujours execute Rites pour la Paix Veritable, des Bonnes Pluies et des Bonnes Recoltes et contre des mauvais Sors etc. Donc, la politisation meme de nos actes Coutumiers ; alors que cela necessite la Vertue, la Verite et la Sincerite de toute pratiques concrets dans la Societe Burkinabe. Quand la Revolution Democratique et Populaire d’Aout avec Thomas Sankara et les Revolutionnaires Burkinabe, ont Baptise la Patrie des Hommes et Femmes Integres ou honnetes, cela correspond a des Valeurs Positives Societales, et donc contre les mauvaises habitudes et pratiques decriees dans la Societe Burkinabe. Par consequent, tout le Monde a commence par les Dirigeants Politiques et Administratives doivent revenir aux Valeurs Patriotes Integres de la Societe Burkinabe, sinon le Dieu Sublime et Createur du Ciel et de la Terre ne pourrait nous Sauver. Rien donc de nouveaux, il faut simplement rester dans les Valeurs Positives de l’integrite et de la Verite Incontournable. Salut

  • L’année dernière, j’ai compté 16 jours fériés si on rajoute les dimanches ( environ + ou - 52 /an ) cela fait un total d’ environ 68, on est bien loin des 108 annoncés !! La journée de la Femme est fériée, je ne connais pas d’autres pays qui ont fait férié ce jour, pourquoi ne pas avoir choisi : le 2 éme dimanche du mois de juin ?

  • Bonsoir chers tous.

    Si nos fétiches étaient plus puissants que ceux de l’Occident, il n’allait pas parvenir à nous coloniser.

    Aussi les traditions évoluent. De l’ancienne tradition ou on versait le sang en offrande maintenant le Sang de notre Seigneur Jésus Christ a servi à laver nos péchés et arrêter de verser le sang comme offrande.

    Père pardonne nous car nous ne savons pas ce que nous faisons.

    Et donne nous la grâce de nous rapprocher de tes 10 commandements, de nous éloigner des sept péchés capitaux et de nous revêtir des sept Dons de l’esprit Saint.

    Union de prière

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique