LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La nature rend chacun de nous capable de supporter ce qui lui arrive. ” De Marc-Aurèle

Suspension de radio Oméga : Les organisations professionnelles des médias dénoncent une décision arbitraire

Publié le vendredi 11 août 2023 à 21h00min

PARTAGER :                          
Suspension de radio Oméga : Les  organisations professionnelles des médias dénoncent une décision arbitraire

Dans le communiqué ci-après, l’Organisation professionnelle des médias (OPM) réagit à la suspension de radio Omega par le gouvernement. "Cette suspension de Radio Oméga est à tout point de vue illégale. Loin de toutes considérations professionnelles, cette suspension est politique. Le gouvernement n’a aucune compétence pour connaître du respect ou non des règles d’éthique et de déontologie dans un média" a relevé l’organisation.

Pour elle, par ces actes, "le gouvernement contribue à mettre en péril le droit du public à l’information et sape la crédibilité d’une institution comme le CSC".

Lefaso.net

Déclaration des OPM sur la suspension de Radio Oméga

Les Organisations professionnelles des médias (OPM) ont appris avec stupéfaction la décision de suspension « jusqu’à nouvel ordre » de la Radio Oméga FM. C’est à travers un communiqué signé de son porte-parole, M. Jean Emmanuel Ouédraogo, que le gouvernement burkinabè a pris cette décision aussi grave qu’inédite ce 10 août 2023.

Le gouvernement sanctionne Omega pour avoir donné la parole à M. Ousmane Abdoul Moumouni, se réclamant porte-parole du Conseil de la résistance pour la République (CRR) au Niger. Le gouvernement cite, entre autres griefs contre la radio, la violation des règles d’éthique et de déontologie et le reniement de sa responsabilité en tant que média. Le gouvernement dit au final suspendre les programmes de la Radio Oméga « au nom de l’intérêt supérieur de la Nation ».

Nous, Organisations professionnelles des médias, réunies le 11 août 2023 à Ouagadougou, condamnons fermement cette énième intrusion du gouvernement de Transition dans la régulation des médias. Le gouvernement s’est ainsi substitué au régulateur qu’est le Conseil supérieur de la Communication (CSC).

Cette suspension de Radio Oméga est à tout point de vue illégale. Loin de toutes considérations professionnelles, cette suspension est politique. Le gouvernement n’a aucune compétence pour connaître du respect ou non des règles d’éthique et de déontologie dans un média. Cela relève des attributions du CSC, conformément à la loi organique N° 004-2018/AN du 22 mars 2018 portant modification de la loi organique N° 015-2013/AN du 14 mai 2013, portant attribution, composition, organisation et fonctionnement du Conseil supérieur de la communication (CSC).

Du reste, le CSC s’était saisi déjà de la question sur interpellation du gouvernement d’ailleurs et s’apprêtait à l’examiner lorsque le même gouvernement est passé outre pour prendre cette décision totalement irrégulière. En tout état de cause, si le gouvernement a un problème avec un média, qu’il saisisse l’Observatoire burkinabè des médias (OBM), le CSC ou le juge. Dans le cas contraire, ce ne serait que de l’arbitraire.

Cette suspension de fait de Radio Oméga n’est pas une première. RFI et France 24 ont été tout autant victimes de la régulation politique du gouvernement du MPSR 2. Par ces actes, le gouvernement contribue à mettre en péril le droit du public à l’information et sape la crédibilité d’une institution comme le CSC. Par ce fait, il viole la Constitution du Burkina Faso que le Président de Transition, le Capitaine Ibrahim Traoré, a pourtant juré de défendre. En effet, le droit à l’information (article 8 de la Constitution) et le CSC (article 160.3 de la Constitution) font partie intégrante de notre loi fondamentale et aucune autorité ne devrait se permettre d’y porter atteinte, ou alors nous sommes en face d’un parjure.

L’histoire récente du Burkina Faso montre que les droits comme celui à l’information, la liberté d’expression et de presse, ont été arrachés de haute lutte. De même, le niveau de crédibilité d’une institution telle que le CSC a été obtenu au prix d’énormes sacrifices de l’ensemble de notre peuple. L’histoire enseigne également que le peuple burkinabè s’est toujours mobilisé pour défendre ses acquis et il en sera toujours ainsi.

Au nom du droit du public à l’information en temps de paix comme en temps de crise, nous, Organisations professionnelles des médias (OPM), signataires de la présente déclaration, constatant que cette suspension est irrégulière et illégale :

 condamnons la suspension de Radio Oméga ;
 exigeons du gouvernement la levée immédiate et sans conditions de cette suspension ;

 apportons notre soutien au groupe Oméga Médias ;
 invitons le gouvernement à inscrire désormais ses actions dans la légalité ;
 encourageons les journalistes et les médias à continuer sereinement leur travail avec professionnalisme et abnégation en dépit des pressions et des intimidations ;
 appelons les hommes et femmes de médias ainsi que les organes de presse à rester solidaires, mobilisés et à l’écoute pour tout mot d’ordre que commanderait l’évolution de la situation ;

 invitons les défenseurs des droits humains, de la liberté d’expression et de la presse, ainsi que les démocrates, à s’opposer à cette forfaiture en vue de préserver les acquis démocratiques arrachés au prix d’énormes sacrifices ;
 interpellons le CSC à jouer son rôle régalien de régulation en assumant pleinement son autorité.

Fait à Ouagadougou, le 11 août 2023
Pour le CNP-NZ,
Le Président
Siriki Dramé

Pour l’AJB,
Le Président
Guézouma Sanogo

Pour la SEP,
Le Président
Inoussa Ouédraogo

Pour le SYNATIC,
Le Secrétaire Général Adjoint
Aboubakar Sanfo

Pour Reporters du Faso,
Le Président
Moumouni Simporé

Pour l’AEPJLN,
Le Coordinateur
Evariste Zongo

Pour l’AEPML,
Le Président et PD / Le Secrétaire Général
Amidou Kabré

Pour l’APAC,
La Présidente de la transition
Bénédicte Sawadogo

Pour l’AMC
André Eugène Ilboudo

Pour l’UBESTV,
Le Président
Ismaël Ouédraogo

Pour l’UNALFA,
Le Président
Lamoussa Jean-Baptiste Sawadogo

Pour l’OBM,
Le Président
Hamado Ouangraoua

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 11 août 2023 à 23:01, par PUISSANCE 21 En réponse à : Suspension de radio Oméga : Les organisations professionnelles des médias dénoncent une décision arbitraire

    Norbert Zongo est mort pour la liberté de la presse en 1999, et juste quelques années plus tard nous voilà encore au point de départ !! Vivement que les elections soient organisées en 2024 pour qu’on en finisse avec ces tendances dictatoriales. Quand on n’a pas des résultats sur le terrain, alors on s’en prend à des boucs émissaires.

    Répondre à ce message

  • Le 11 août 2023 à 23:24, par TANGA En réponse à : Suspension de radio Oméga : Les organisations professionnelles des médias dénoncent une décision arbitraire

    Chacun s’asseoir sur des principes venus d’ailleurs pour dire je dénonce l’arbitraire.
    Quel sale arbitraire ?
    Vous êtes tous installés au Burkina et chacun sait ce qu’est cette presse. Même les enfants et les analphabètes le savent maintenant sauf vous qui faites semblant.
    Vous voulez qu’on les laisse travailler et ou participer à vendre le pays à l’impérialisme pour venir dire après que vous ne saviez pas que c’était ça. A moins que vous soyez d’accords avec elle.
    En tout cas, c’est bien qu’elle soit suspendue.
    Voyez, même en occident où on parle de démicratie, combien de journalistes ont été tûs de différentes manières et que leurs populations n’en parlent pas ? Rien que pour la cause ukrainienne.
    Laissez les gens tranquilles.

    Répondre à ce message

  • Le 11 août 2023 à 23:29, par SID PAWALEMDÉ En réponse à : Suspension de radio Oméga : Les organisations professionnelles des médias dénoncent une décision arbitraire

    Crise avec la JUSTICE, crise avec l’ensemble des médias, le gouvernement est entrain de se fourvoyer. Damiba a fait 8 mois et IB est à son huitième mois. Est-ce que l’histoire ne va-t-elle pas se répéter ? Ce gouvernement n’a qu’à suspendre Alzazira qui publie les revendications après attaques du Groupe de Soutien à l’islam (GSIM) ? Par ces signes (guérisseuses, RFI, FRANCE24 et OMEGA) qui ne trompent pas, est ce que ce régime n’est-il pas déjà à son apogée ??? Way and Seat !!!! Vont -ils déclencher l’ouverture d’un autre front qui risque de signer leur disparition ? Et le CSC ? et le CSC ? Cet outil très puissant créé par le LÉGISLATEUR ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2023 à 05:19, par Kalou En réponse à : Suspension de radio Oméga : Les organisations professionnelles des médias dénoncent une décision arbitraire

    A l’allure ou vont les choses est-ce quil ne serait pas mieux de suspendre la constitution et gerer le pays par ordonnances ?? Là au moins on aura une vision claire de la politique du pays et chacun saura à quoi s’en tenir. On pourrait également dissoudre l’ALT et le conseil constitutionnel pour économiser des ressources et investir ces ressources dans l’effort de guerre. Tout temps des frustrations, des incompréhension ne nous mènera nul part. Tant disque nous memes on est englué dans des problo on est entrain de se jeter dans des histoires rocambolesques. On gagne quoi dans ça. Est-ce que la militarisation des palais preidentiels nous apportera la paix en Afrique ? Rien n’est sur

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2023 à 09:50, par kwiliga En réponse à : Suspension de radio Oméga : Les organisations professionnelles des médias dénoncent une décision arbitraire

    Ah, ça fait quand même plaisir, après le CSM, c’est l’OPM qui s’insurge contre la dictature qui s’instaure.
    Soutien total à tous les résistants, qui s’opposent (un peu tardivement) à la dérive autoritariste et tyrannique.
    Si nous renonçons, il sera alors temps d’admettre que nous vivons sous régime de dictature militaire, avec ce que cela implique de musèlement de la liberté d’expression, comme de toute voix discordante, dans l’objectif d’imposer la pensée unique et la pratique décérébrée d’une novlangue qui ne dit pas son nom.
    Par contre, ce qui manque considérablement pour nous "guider" aujourd’hui, pour nous permettre d’éviter les écarts, qui nous conduiraient irrémédiablement du kidnapping au tribunal, de la suspension à l’interdiction, du statut de civil à celui d’Involontaire pour la Défense de la Patrie,... c’est justement un "petit guide du bon IBéologue".
    Bien entendu, des mises à jour fréquentes seront nécessaires, car, s’il était hier de bon ton de critiquer le Niger, ces derniers ayant rejoint la grande communauté des putschistes, il semble qu’aujourd’hui, il soit interdit de proférer toute appréciation négative à l’égard de cette "diendéresques" junte.
    Ce "petit guide du bon IBéologue". devient donc urgent et nécessaire, à toute personne souhaitant exprimer son opinion, sans courir le risque de voir sa liberté restreinte ou supprimée.
    Peut-on, par exemple encore utiliser des mots ou expressions tels que : "exactions des FDS et des VDP", "mauvais Karma", "Adja la guérisseuse",... Peut-on critiquer le régime des mollahs iraniens, l’héréditaire dictature nord-coréenne, la criminelle junte birmane,...
    Guide Suprême, Grand Timonier, éclairez-nous de votre sagesse, pour nous éviter de commettre des impairs qui pourraient heurter votre susceptibilité et de nous retrouver ainsi, privés de liberté d’expression ou de liberté tout court.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2023 à 16:15, par fally doucoure En réponse à : Suspension de radio Oméga : Les organisations professionnelles des médias dénoncent une décision arbitraire

    tout a fait arbitrare et j ai peur de la ou nous memene a pas forces cette junte populiste et colerique qui mele notre beau pays dans le club des putshistes africains. il faut que ca cesse de grace. nous vouons la defaite du terrorisme en meme temps que la democratie et la liberte d expression, les deux ne sont pas antinomique, les gars

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Réseaux sociaux : La journée sans Facebook vue de Ouagadougou