LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Cinq ans de la Fondation Hirondelle : Le ministre de la communication félicite et encourage le personnel à toujours travailler dans la quête de l’excellence

Lefaso.net

Publié le vendredi 9 juin 2023 à 20h00min

PARTAGER :                          
Cinq ans de la Fondation Hirondelle : Le ministre de la communication félicite et encourage le personnel à toujours travailler dans la quête de l’excellence

Le Studio YAFA a soufflé sa cinquième bougie, ce vendredi 9 juin 2923, à Ouagadougou. L’occasion pour les premiers responsables du média de dresser un bilan et de partager les perspectives.

Du joyeux anniversaire, au happy birthday en passant par fo rogm daare en mooré, Studio YAFA a soufflé sa cinquième bougie, ce vendredi 9 juin 2024, à Ouagadougou. Arrivé dans l’univers médiatique du Burkina Faso en 2019, ce média a su se faire une place au soleil. Avec au démarrage 15 partenaires, des productions de mini magazines de 2 mn chacun, il compte, aujourd’hui, plus de 50 radios partenaires, deux télévisions partenaires et des collaborations avec une dizaine d’organisations non gouvernementales et/ou associations. Plus qu’un simple média, Studio YAFA porte les aspirations, les préoccupations, et l’espoir des jeunes, des femmes, et des personnes vulnérables.

Vue de l’assistance

Pour marquer d’une pierre blanche sa présence dans l’univers médiatique burkinabè, la célébration de ces cinq années d’existence a été riche en couleurs, ponctuée par des allocutions, des prestations, des remises d’attestations de reconnaissance aux premières radios partenaires, puis une charte d’antenne à l’Unalfa, structure faîtière des radios au Burkina Faso. Cette charte guidera les radios de proximité dans l’exercice de leur métier.

Ce moment solennel a été présidé par le représentant du ministre de la communication, Galip Somé. Dans son allocution, il a salué l’originalité et la qualité du travail qui est abattu par ce média depuis sa création. « Il y a cinq ans, les Burkinabè ont découvert avec beaucoup de satisfaction le Studio Yafa surtout en ligne. Un média qui s’est distingué à travers l’originalité de ses productions. Je parle d’originalité parce que Studio Yafa ne s’intéresse pas aux sujets d’actualité communément traités dans les autres médias mais à des thématiques assez profondes. En suivant ses productions, on est, très souvent, touché par une profonde émotion.

Le directeur de cabinet, Galip Somé, a, au nom du ministre de la Communication, dit la disponibilité dudit département à accompagner Studio YAFA à atteindre ses objectifs

Ce sont des sujets qui sensibilisent, informent, et qui éveillent. C’est à ce titre que Studio Yafa a pu se faire une place dans notre univers médiatique », a fait remarquer le directeur de cabinet du ministère de la Communication. A travers ce travail digne d’intérêt pour l’ensemble des Burkinabè, ledit département a donc jugé nécessaire de venir lui témoigner sa fierté. Une fierté pour le travail abattu, le service rendu à la nation mais aussi pour les années à venir. Parce qu’il y a encore du chemin à parcourir.

C’est un bilan satisfaisant qui se dégage pour Studio YAFA, après cinq ans d’exercice. En effet, ce média a produit des magazines radios quotidien, des débats hebdomadaires en mooré, dioula, fulfulde, gulmacema et en français diffusés par un réseau de 51 radios partenaires, deux chaînes de télévisions et sur le web avec ses 100 000 abonnés sur Facebook et plateforme de téléphonie mobile. « On est très heureux de ces cinq ans d’existence du studio Yafa au Burkina Faso, un programme que nous avons lancé avec nos partenaires notamment les associations, médias, les radios locales mais aussi les chaînes de télévisions, pour permettre à la population d’avoir des informations de qualité et pour créer aussi des espaces de dialogue en particulier destinés à la jeunesse, aux populations les plus vulnérables et aux femmes », a laissé entendre Nicolas Boissez, le directeur des opérations de la Fondation Hirondelle, une Ong suisse qui soutient depuis 28 ans, le travail des journalistes, pour améliorer l’accès à une information fiable pour les populations.
Pour 2024, Studio YAFA se lance vers de nouvelles perspectives.

Une représentante d’une radio pionnière a reçu son attestation de reconnaissance des mains du directeur des opérations de la Fondation Hirondelle, Nicolas Boissez

Au nombre des perspectives, le représentant pays de la Fondation Hirondelle au Burkina Faso, Dénis Vincenti a affiché leur volonté de travailler avec la presse en ligne. « Cette année, on a créé un service web important. On a dépassé les 100 000 followers. Oui, on va travailler avec la presse en ligne. C’est tout à fait dans les prévisions pour 2024 », a-t-il soutenu. Au Studio YAFA, la gente féminine est très bien représentée. Certains se demandent si les responsables n’en font pas un peu trop ?

Le représentant pays de la Fondation Hirondelle au Burkina Faso, Denis Vincenti

La réponse de M. Vincenti a été on ne peut plus claire : « Si vous pensez qu’on travaille trop avec les femmes, c’est votre jugement. Nous, nous estimons qu’on ne travaille pas assez avec les femmes. Parce que, au Burkina Faso, les femmes ont souvent des difficultés pour prendre la parole. Au Studio Yafa, nous offrons des formations de prise de parole en public pour les femmes. On pousse au maximum les femmes pour qu’elles puissent s’exprimer ». Le clou de la présente cérémonie a été la coupure du gâteau. Pour rappel, Studio YAFA et ses partenaires s’inscrivent dans un réseau de plus de 180 radios et télévisions partenaires de la Fondation Hirondelle au Sahel.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Photographie : Quelques conseils sur le choix des objectifs
Photographie : Quel appareil choisir pour débuter ?
Photographie : Quelques conseils avant de vous lancer