Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Burkina Faso : 2022, l’année d’une diplomatie audacieuse et ambitieuse

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • Lefaso.net • mercredi 4 janvier 2023 à 21h34min
Burkina Faso : 2022, l’année d’une diplomatie audacieuse et ambitieuse

2022, aura été l’année d’une diplomatie burkinabè audacieuse et ambitieuse. En témoigne notamment le départ sur ordre du gouvernement, de la coordonnatrice résidente du système des nations unies, Barbara Manzi. Mais aussi la visite en Russie, du Premier ministre Me Kyelem de Tambèla.

Dans sa quête de solutions efficaces à la crise sécuritaire qui bouleverse tous les domaines de la société, le Burkina Faso s’est résolument tourné vers une diversification de ses partenaires et surtout vers un partenariat gagnant-gagnant. Dans cette dynamique, le pays fait preuve de rigueur et de fermeté.

Expulsion de Barbara Manzi, coordonnatrice de l’ONU au Burkina

C’est ainsi qu’a été sommée Barbara Manzi, coordonnatrice résidente du système des nations unies, de quitter immédiatement le territoire. Cette décision du gouvernement publiée dans un communiqué en date du vendredi 23 décembre 2022, déclarait la diplomate onusienne « persona non grata ». Cela, après avoir refusé d’apporter la preuve des raisons qui la poussaient à vouloir évacuer les familles des diplomates de l’ONU, domiciliées à Ouagadougou.

Le ministre des affaires étrangères, Oliva Rouamba donne les motifs de l’expulsion de Barbara Manzi

Même si le secrétaire général de l’ONU a dit garder sa confiance en madame Manzi tout en regrettant l’action des autorités burkinabè, le gouvernement est resté campé sur sa position. Cette expulsion est intervenue quelques jours après celle de deux Français qui travaillaient pour une société burkinabè. Ils étaient soupçonnés d’être des espions.

La coopération franco-burkinabè décriée

Depuis maintenant quelques années, plusieurs voix se sont élevées pour décrier la coopération avec la France, en l’occurrence dans le secteur de la lutte antiterroriste. De nombreux mouvements et manifestations ont vu le jour afin de dénoncer les insuffisances de la coopération franco-burkinabè. Ayant le sentiment de ne pas se faire comprendre, certains manifestants sont passés par des actes de vandalisme en attaquant des structures françaises.

L’Institut français de Ouagadougou vandalisé par des manifestants le 1er octobre 2022

Parmi les organismes pris pour cibles, l’on a enregistré le saccage des instituts français de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso. Si l’ambassade de France non plus n’a pas été épargnée, les dégâts ont été négligeables grâce à l’intervention des forces de l’ordre.

Lire aussi Ouagadougou : Une partie de l’ambassade de France en feu

En dépit de ces actes perpétrés à l’encontre de la France, l’ambassadeur Luc Hallade a annoncé qu’il n’avait pas l’intention de quitter le Burkina Faso. Cette déclaration a été faite à l’issue d’une audience avec le Premier ministre, Me Apollinaire Kyelem de Tambèla. « On a intérêt à ce que le Burkina reste débout », a-t-il indiqué. Luc Hallade disait avoir eu des discussions franches avec le Premier ministre sur les nouvelles orientations de coopération militaire qui lie les deux États.

La volonté manifeste d’aller vers des partenariats fructueux

Face donc à ces multiples interpellations sur la nécessité de réviser les partenariats en général, et celui d’avec la France en particulier, le gouvernement de la transition scrute d’autres horizons. Ainsi, plusieurs initiatives de coopération ont été menées. L’on se souvient de la récente visite du Premier ministre Me Apollinaire Kyelem de Tambèla en Russie. C’était le 7 décembre 2022. Lors de ce déplacement, le chef du gouvernement burkinabè a accordé une interview à la correspondante en France de RT (Russia Today), Vera Gaufman. L’essentiel de leurs échanges portait sur la coopération entre le Burkina Faso et la Russie.

« Nous aimerions que la Russie prenne la place qui lui revient en tant que grande nation », Me Kyelem Apollinaire de Tambèla, chef du gouvernement burkinabè

« Nous avons rencontré pas mal de personnalités dans les ministères et les services. Ils sont ouverts. Ce que nous aimerions, c’est renforcer la coopération dans tous les domaines possibles entre la Russie et le Burkina Faso », avait-il déclaré.
Bien avant la visite de Me Kyelem de Tambèla, l’actuel président de la transition, Ibrahim Traoré, s’était rendu au Mali, le 2 novembre 2022. L’un des objectifs visés est de renforcer la coopération entre les deux États dans la lutte contre le terrorisme. Avant le capitaine Ibrahim Traoré, Bamako, la capitale malienne avait reçu la visite du lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, président de la transition sous le MPSR1, le 3 septembre.

Les autorités maliennes, elles, ont répondu favorablement à la proposition du gouvernement burkinabè. Elles ont par conséquent, effectué le déplacement sur Ouagadougou le 11 novembre 2022 pour confirmer leur accord. La délégation était conduite par le ministre de la défense et des anciens combattants du Mali, le colonel Sadio Camara.

Salutations des deux premières autorités burkinabè et malienne, lors de la visite du capitaine Ibrahim Traoré, président de la transition burkinabè (à droite) à Bamako

Alors que les relations se bonifient avec le Mali, celles entre le Burkina Faso et le Ghana ont tendance à se dégrader. En effet, Boniface Gambila Adagbila, ambassadeur du Ghana au Burkina Faso a été convoqué d’urgence au ministère des Affaires étrangères le vendredi 16 décembre. Cela, pour des explications sur les allégations de son chef d’État, Nana Akufo-Addo qui affirmait que le Burkina Faso a passé un accord avec le groupe russe de sécurité privée Wagner. Dans le même temps, le général Pingrenoma Zagré, ambassadeur du Burkina au Ghana, a été rappelé pour "consultation".

L’année 2022, rien qu’à travers ces faits, aura été celle d’une diplomatie burkinabè marquée de décisions inédites dans le pays, à l’instar de la suspension de la Radio France internationale (RFI). Que réserve l’année 2023 sur le plan diplomatique ? En tout état de cause les initiatives déjà entreprises sont annonciateurs de grandes mutations dans la collaboration du Burkina Faso avec ses partenaires.

Hamed NANEMA
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 4 janvier à 22:00, par Bien compris ! En réponse à : Burkina Faso : 2022, l’année d’une diplomatie audacieuse et ambitieuse

    Donc, si on soutenait des actions au Burkina, et qu’on ne vient pas de Russie ou de Chine, on est indésirable et prié d’arrêter et de s’en aller. C’est entendu.
    Est- ce que tous les Français sont d’accord avec leurs gouvernants ? Pas vraiment.
    Est ce que tous les Burkinabés sont d’accord avec leurs gouvernants actuels ? Pas vraiment.
    Où est la légitimité des actuels dirigeants du Burkina ? Il n’y en a pas car ils se sont autoproclamés et on attend les prochains.
    Se tourner vers la Russie de Poutine est la pire voie que pouvait prendre le Burkina qui ne va rien gagner que des paroles d’engagement pour perdre ses richesses. Quelle naïveté !
    Ceux qui ont l’esprit un peu démocratique s’inquiètent fort de ce qui se passe dans ce pays, autrefois, celui des hommes intègres. C’est désespérant.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 09:08, par kwiliga En réponse à : Burkina Faso : 2022, l’année d’une diplomatie audacieuse et ambitieuse

    Hum, une année de diplomatie, ou une année de manque de diplomatie ?
    - "Ayant le sentiment de ne pas se faire comprendre, certains manifestants sont passés par des actes de vandalisme en attaquant des structures françaises."Ho, les pauvres, ils ont eu le sentiment de ne pas se faire comprendre. Ben, pour le coup, votre formulation me parait largement diplomatique. En fait, ils ont brulé, pillé, vandalisé,... mais tout ça n’était que le fruit d’un malentendu...?
    - "Si l’ambassade de France non plus n’a pas été épargnée, les dégâts ont été négligeables grâce à l’intervention des forces de l’ordre." Heu, grâce à l’intervention des forces de l’ordre françaises, les FDS burkinabè, quant à elles, n’ont pas levé le petit doigt, alors que la protection des installations étrangères sur le sol du Faso, relève de leurs missions.
    -  "On a intérêt à ce que le Burkina reste débout (heu, debout, plutôt)... Luc Hallade disait avoir eu des discussions franches avec le Premier ministre" Hum, discussions franches ? Apparemment, pas suffisamment franches : "Au Burkina Faso, la junte demande le remplacement de l’ambassadeur de France" Le Monde Afrique 02.01.2023. Année de diplomatie donc, mais dans la fâcherie, avec l’ONU, la France, certains de nos voisins,... Une diplomatie avec une forme de M’aliénation... qui, fort naturellement, nous a (secrètement) amenés en Russie, où, notre premier ministre a "rencontré pas mal de personnalités..." de second et de troisième plan, mais pas un seul personnage important de l’état.
    Vous concluez par : "les initiatives déjà entreprises sont annonciateurs de grandes mutations dans la collaboration du Burkina Faso avec ses partenaires" Heu, annonciatrices de grandes mutations, certainement, allant dans le bon sens...? Pour l’instant, je me permets d’en douter.
    J’ai l’impression que, dans l’état catastrophique de notre pays, cette politique, du poing gauche révolutionnairement brandi et de la main droite misérablement tendue, ne nous mènera nulle part, si ce n’est dans le même état de déliquescence, où se trouve aujourd’hui le Mali.
    J’espère vivement me tromper, mais j’estime néanmoins avoir une vision objective de notre pays et de sa place concrète dans le monde.
    Honni soit qui Mali pense.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 12:13, par Leduc En réponse à : Burkina Faso : 2022, l’année d’une diplomatie audacieuse et ambitieuse

    Sur le plan de la cooperation internationale, il nous faut maintenant une gouvernance d abord patriotique et intelligente, ensuite souveraine, sans complexe et ambitieuse, enfin audacieuse, déterminée et ferme. Chaque pays doit s assumer avant d interagir avec les autres. Si seul on y parvient pas, il faut s unir.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 13:41, par Passakziri En réponse à : Burkina Faso : 2022, l’année d’une diplomatie audacieuse et ambitieuse

    Disons que c’est vraiment audacieux de s’aligner derrière un looser comme Poutine parce qu’il faudra doublement de forces pour se défendre et aider le looser à s’en sortir.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 16:02, par WALY En réponse à : Burkina Faso : 2022, l’année d’une diplomatie audacieuse et ambitieuse

    Poutine looser ? L’anglais n’est pas notre langue officielle et le rap de rue ne permet pas de l’apprendre. Une diplomatie audacieuse, c’est s’éloigner des sentiers battus, éviter d’être à plat ventre devant les puissants et réaffirmer sa souveraineté et c’est ce que fait IB n’en déplaise à quelques loosers abreuvés à la propagande française. Si on n’est pas idiot en cas d’échec, on change quelque chose. Depuis 2015 la coopération militaire française ne nous permet pas de prendre le dessus sur les terroristes, en personne pragmatique et avisé il faut changer quelque chose, la COOPÉRATION MILITAIRE FRANÇAISE qui a failli ! Quoi de plus normal ? Évidemment tous les parasites de la francafrique sont malades. Ne vous inquiétez pas vous n’approcherez plus du pouvoir tant que le pays ne sera pas libéré. Que le président IB réaffirme partout la volonté du Burkina d’être respecté et noue des alliances avec ceux qui veulent nous aider. Le chien 🐶 aboie, la caravane passe.

    Répondre à ce message

    • Le 6 janvier à 08:01, par Passakziri En réponse à : Burkina Faso : 2022, l’année d’une diplomatie audacieuse et ambitieuse

      Bonjour WALY,
      Je n’ai pas dit qu’un looser ne peut pas être winner pour d’autres personnes. Cela depend de où on se situe, parce que si vous êtes plus looser que le looser, vous pouvez le voir comme un winner.
      Pour moi, quelq’un qui ne connait que la destruction est le prototype du losser. Donc Poutine n’est pas seul. Je cite dans ses rangs ces misereux qui écument nos villages , menacant et sommant les paisibles villageois de déguerpir, s’attaquant à nos FDS et que d’aucuns apellent terroristes. ce sont aussi des looser.
      Quelqu’un qui aggresse un pays voisin , detruisant aveuglement les infrastructures , envoyant des soldats dont beaucoup avaient l’avenir devant eux dans une mort bête, eh bien c’est un looser. Essayer de faire du chantage avec son gaz et l’arme nucléaire ne change rien à ce statut de Looser de Poutine.

      Passakziri

      Répondre à ce message

    • Le 9 janvier à 14:22, par Renault HÉLIE En réponse à : Burkina Faso : 2022, l’année d’une diplomatie audacieuse et ambitieuse

      Poutine est en difficulté : La raclée qu’il a reçue en Ukraine le menace de coup d’état à tout moment. Chaque semaine, des oligarques sont assassinés, signe d’une guerre souterraine contre Poutine.
      Le jour ou Poutine saute, beaucoup de panafric*ns feront looooooongue figure....

      Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 17:27, par Paul En réponse à : Burkina Faso : 2022, l’année d’une diplomatie audacieuse et ambitieuse

    Quel bilan ? le bilan est bien maigre à ce jour ! Vouloir s’aligner vers la Russie, c’est sans doute, choisir entre la peste et le choléra. D’ailleurs, Poutine se cherche avec sa guerre en Ukraine. L’audace serait plutôt d’affirmer de compter d’abord sur nos propres forces malgré nos maigres ressources comme sous la RDP que de tendre sa boite de tomate comme un garibou. Et, de compter accessoirement sur la coopération bi ou multilatérale. Pour y arriver, il faut une fiscalité audacieuse de temps de guerre avec des sacrifices individuels (taxes sur le carburant et les boissons alcoolisées et sucrées....et, surtout, s’attaquer aux "terroristes" aux cols blancs, cad les grands voleurs de la république tapis au sein de l’administration (douanes,...) mais aussi auprès des contribuables (individus, sociétés privés ou étatiques...). Il y a au bas mot des centaines de milliards à récupérer de quoi combler une bonne partie du GAP pour le budget 2023. Remettre au gout du jour les opérations mana mana avec responsabilisation individuelle (devant sa porte) et collective (de sa rue et quartier). On ne peut comprendre que l’on dorme avec des dépotoirs (nids à moustiques et aux rats) devant nos portes et que tout le monde se permet d’enfumer ses voisins en brûlant ces ordures matin et soir ! Pendant la pénurie de carburant, pour une fois les burkinabè étaient disciplinés avec des queues bien ordonnées ! et, bien, ce comportement doit devenir notre quotidien... A l’heure des vœux, c’est ce que nous formulons avec un sursaut collectif et individuel !

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 17:35, par Gwandba En réponse à : Burkina Faso : 2022, l’année d’une diplomatie audacieuse et ambitieuse

    Lorsque l’on apprécie la diplomatie actuelle du Burkina qui semble comprendre que pour tirer son épingle du jeu, elle doit s’assumer. S’assumer entièrement car, ce n’est pas la pitié ou le lèche bottisme encouragés par les prédateurs qui sauvent des griffes d’un animal féroces mais la lucidité avec laquelle on lui oppose une résistance ou la tonicité que l’on met dans ses jambes pour lui échapper.

    Nous avons certainement encore quelques complexes mais pour la plus part d’entre nous, il n’y a aucun complexe insurmontable malgré les réticences des plus frileux qui cachent mal leurs peurs de l’émancipation car, trop longtemps biberonnés par la propagande prédatrice qui nous oblige à lui réserver l’exclusivité de nos échanges.

    Mon souhait est que cette diplomatie accentue sur cette méthode car, chaque victoire ramène parmi nos rangs, les frileux qui préfèrent rester dans le champ pour être fouetter à longueurs de vies que de devenir eux-même exploitant du champ tout le temps.

    Respect à cette diplomatie et à BOB MARLEY qui dit que l’on peut mentir à une partie du peuple pendant un temps mais, on ne peut pas mentir à tout le monde tout le temps.
    Comprenne qui voudra et pourra.

    Répondre à ce message

    • Le 13 janvier à 22:08, par Renault HÉLIE En réponse à : Burkina Faso : 2022, l’année d’une diplomatie audacieuse et ambitieuse

      @Gwandba
      « Respect à cette diplomatie et à BOB MARLEY »
      La référence à un grand promoteur du THC est assez comique... quand on prétend vanter l’action des récents putschistes du BF.

      Gwandba, on pourra recalculer tout ça d’ici les prochains 18 coups d’état du Burkina.

      Mais franchement, certains thuriféraires putschomanes enfoncent le BF, ils vont bientôt trouver du pétrole !

      Répondre à ce message

      • Le 14 janvier à 22:16, par Gwandba En réponse à : Burkina Faso : 2022, l’année d’une diplomatie audacieuse et ambitieuse

        @Renault HÉLIE
        "a référence à un grand promoteur du THC est assez comique..." Pour parler de BOB MARLEY.

        Laisser moi vous instruire qu’il a apporté plus à l’humanité que tous ces zozos que vous aimez citer tant.

        Ne voir en BOB MARLEY que la promotion de THC est indicateur de votre large culture de ce qui fait le monde et précise qu’au delà des poireaux et des betteraves vous flottez dans néant total.

        Vu que vous avez du temps à perdre, utilisez le pour cultivez de l’apport musical et spirituel de BOB MARLEY qui n’est charles de gaulle.

        Laissez moi vous dire que s’il faut 30 coups d’état pour bouter la petite prétentieuse nous les cautionnerons. Si vous n’êtes pas content, c’est pareil.

        Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 20:21, par ralbol En réponse à : Burkina Faso : 2022, l’année d’une diplomatie audacieuse et ambitieuse

    Salut les gars ! Savez-vous que dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre un soldat malien et un civil ont été tués par des djihadistes à Yélimané au Mali ? Et que deux pompiers et trois civils ont également été assassinés par ces mêmes islamistes à Markacoungo et Kassela près de Bamako ? Pourtant les FAMAS ont reçu des drones, des hélicoptères et des avions et , surtout, WAGNER est présent dans le pays depuis plus d’un an ! Mais où sont-ils, bon sang ?Ah, si, je crois savoir : ils surveillent leurs mines d’or.
    Allez, bonne année 2023 à toutes et à tous.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier à 12:00, par Jonassan En réponse à : Burkina Faso : 2022, l’année d’une diplomatie audacieuse et ambitieuse

    Oui, y a effectivement progrès diplomatique.
    Entre nous, le Diplomate n’a plus le droit d’apprécier une situation et de prendre des dispositions pour ses compatriotes ?
    Entre nous, les vandales n’ont pas brûlé l’ambassade de France, ils ont brûlé une ambassade jusqu’à le Mali dise officiellement qu’eux au moins ne brûlent pas les ambassades.
    Entre nous, est-ce qu’un pays peut demander le départ d’un ambassadeur ?
    Si la diplomatie dans sa forme comme dans son fond a des règles, le bilan est catastrophique pour le Burkina Faso. Ce pays aurait dû bien re-visiter les raisons qui ont prévalues aux décisions diplomatiques des maliens avant de tenter cette imitation qui nous ridiculisent aux yeux du reste du monde. Que l’on se le dise, un singe qui imite un autre signe sera toujours en retard d’un geste surtout s’il faute même dans l’imitation.
    La souveraineté c’est se faire respecter par tous sinon on ne peut se déclarer souverain en tapant sur la table de sa mère puis s’agenouiller dehors aux pieds du chasseur qui court après son gibier. Ko coopération gagnant-gagnant ??? Comment on peut apprécier une coopération qui ne s’est même pas encore formalisée, vous ne trouvez pas votre analyse inconséquente ?

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier à 14:19, par WALY En réponse à : Burkina Faso : 2022, l’année d’une diplomatie audacieuse et ambitieuse

    @ Passakziri, je croyais que vous parliez sérieusement, mais à partir du moment où vous dites < pour moi >, le débat est clos, c’est votre avis et comme il ne compte que pour vous même alors excusez moi, je n’ai pas à vous juger. Permettez-moi tout de même un conseil, lorsque vous lisez n’importe QUOI sur les réseaux sociaux, essayez de faire la part des choses. Macron que vous considérez sûrement comme un WINNER n’hésite pas à se faire ridiculiser par POUTINE avec sa fameuse table de conférence. Si vous devenez même CHEF de votre < six mètres>, aucune personne sensée ne vous traitera de looser. Alors président de la Fédération de RUSSIE !!!

    Répondre à ce message

    • Le 9 janvier à 08:09, par Passakziri En réponse à : Burkina Faso : 2022, l’année d’une diplomatie audacieuse et ambitieuse

      Bonjour WALY
      ", je croyais que vous parliez sérieusement, mais à partir du moment où vous dites < pour moi >, le débat est clos, c’est votre avis et comme il ne compte que pour vous même alors excusez moi, je n’ai pas à vous juger." vous dîtes , avant de vous contredire en faisant ce que vous prétendez ne pas vouloir faire dans les lignes qui suivirent :
      " Permettez-moi tout de même un conseil, lorsque vous lisez n’importe QUOI sur les réseaux sociaux, essayez de faire la part des choses. Macron que vous considérez sûrement comme un WINNER n’hésite pas à se faire ridiculiser par POUTINE avec sa fameuse table de conférence. Si vous devenez même CHEF de votre < six mètres>, aucune personne sensée ne vous traitera de looser. Alors président de la Fédération de RUSSIE !!!"
      J’adhore vos contradictions.
      Mais moi je confirme que oui, je parle en mon nom propre et ca n’engage que moi ; Je ne suis ni député, ni maire, ni ministre, ni président, pas même conseiller municipal du plus pétit des quartiers du plus pétit hâmeau. alors vous voulez que je parles au nom de qui ? Libre de vous de considerer Pourtine comme votre Winner, pour moi eh bien il est un Loser ( perdant) , même un big loser . Et lui même semble le réaliser. En tous cas un président contraint malgré lui de célebrer solitairement Noel dans une chapelle, ca fait pitié. Donc accrocher-vous à votre winner qui est Loser pour moi.

      Passakziri

      Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 12:24, par ralbol En réponse à : Burkina Faso : 2022, l’année d’une diplomatie audacieuse et ambitieuse

    WALY :
    L.5 et 6 : Si vous vous aventurez sur le terrain du ridicule avec Poutine, soyez très prudent parce que vous risquez de vous y casser les dents ! C’est que le bonhomme nous donne pas mal de grain à moudre !! Je développerai mon propos si vous me le demandez.mais sachez qu’en Europe, dont la France, on a une connaissance plus précise du conflit en Ukraine qu’en Afrique, Ce n’est pas du racisme ni de la condescendance mais c’est ainsi.

    Répondre à ce message

    • Le 27 janvier à 16:07, par Gwandba En réponse à : Burkina Faso : 2022, l’année d’une diplomatie audacieuse et ambitieuse

      ralbol

      J’espère que vous êtes encore parmi nous et lirez ce poste.

      Vous dites êtres plus au parfum du conflit russo-ukrainienne qu’en Afrique. N’ayez pas peur de vous vos mœurs. Si vous-même les assumés pas qui d’autres hormis quelques valets qui sont des boulets pour les africains croiront à votre père noël ?

      "Ce n’est pas du racisme ni de la condescendance"

      Ce qui revient à dire que vous connaissez chaque africain pour avoir quantifier chaque capacité disposée. C’est un pur cliché qui, contrairement à ce que vous espérez ne maintient pas les africain dans l’ignore mais vous-même. C’est la chose la plus stupide que j’ai depuis longtemps.
      (Vu votre bonne foi, il faut préciser que ce n’est pas votre personne que je traite de stupide mais vos propos.)

      C’est ce complexe qui vous enchaîne vous autres et vous empêchent d’évoluer avec le temps et les choses. Continuer à croire que Tarzan est roi en Afrique et vous allez de surprises désagréables en surprises désagréables. Comme ce qui se passe maintenant sur le contient et vous contraint de devoir être payer de miettes pour polluer certains complexés du genoux sur des forum.

      Répondre à ce message

  • Le 9 janvier à 21:38, par Renault HÉLIE En réponse à : Burkina Faso : 2022, l’année d’une diplomatie audacieuse et ambitieuse

    Je lis le titre :
    « Burkina Faso : 2022, l’année d’une diplomatie audacieuse et ambitieuse »
    Maintenant je traduis.
    - Remplacer « audacieuse » par « hasardeuse ».
    - Remplacer « ambitieuse » par « on est dans la m**de, on n’a que des catastrophes, donc faisons le buzz en agressant les diplomates de façon indécente et en créant des crises sous des prétextes inventés, nous ferons ainsi croire aux imbéciles que nous sommes bourrés de testostérone ».

    Ainsi l’on obtient le message en clair :

    « Burkina Faso : 2022, l’année d’une diplomatie hasardeuse, bruyante et puérilement agressive pour cacher les graves ennuis »

    Maintenant, certains d’entre vous se courroucent du sourire légèrement condescendant que les « gremlins » au pouvoir attirent sur le Burkina Faso depuis quelques mois. Que les agacés procèdent à un « examen à 360° », ils comprendront mieux l’affaissement de l’image extérieure du BF.

    Quant à moi, je suis bien triste de tout ça, les Burkinabè ne méritent pas le mépris qu’attire une toute petite clique. C’est un peuple digne qui mériterait un gouvernement nettement plus respectable.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Diplomatie : Les ministres en charge des affaires étrangères du Mali et de la Guinée sont à Ouagadougou
Coopération : Vers le raffermissement des relations entre le Burkina et l’Algérie
Allégations de tueries de pèlerins à l’Est : Le gouvernement burkinabè et les « pays-frères » de la CEDEAO veulent éviter le piège des terroristes
Allégations de tueries de pèlerins dans l’Est : Olivia Rouamba échange avec l’ambassadeur du Nigeria au Burkina
« Le Burkina a une tradition de tolérance ethnique, religieuse et d’opinions … » (sous-secrétaire d’Etat adjoint américain, Michael Heath)
USA-Burkina : « Nous sommes le plus grand donateur en matière d’aide humanitaire » (sous-secrétaire d’État adjoint américain pour l’Afrique de l’ouest)
Transition au Burkina : Le président de la commission de l’Union africaine à Ouagadougou pour soutenir les efforts du pays
Lutte contre le terrorisme : L’Union africaine exprime sa solidarité avec le Burkina Faso.
Coopération sous-régionale : 20 jours et 800 kilomètres à vélo pour renforcer les liens entre le Mali et le Burkina
Coopération Etats-Unis-Burkina Faso : Le sous-secrétaire d’Etat américain pour l’Afrique de l’Ouest échange avec le Chef de l’Etat
Sécurité au Burkina Faso : Le Sous-secrétaire d’Etat américain aux Affaires ouest africaines prend langue avec le Gouvernement burkinabè
Visite du Premier ministre à Bamako (Mali) : « Pendant longtemps, nous avons passé le temps à regarder ailleurs, alors que les solutions sont juste à côté de nous », dixit Me Apollinaire Joachimson Kyelem de Tambela
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés