Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne priez pas pour une vie facile, priez pour avoir la force d’endurer la difficulté.» Bruce Lee, Acteur, Artiste, Cinéaste, Pratiquant d’art martial, Sportif (1940 - 1973)

Lutte contre le terrorisme au Burkina : Des Burkinabè saluent l’héroïsme de cinq gendarmes tombés à Ouanobé

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • Lefaso.net • lundi 9 mai 2022 à 22h28min
Lutte contre le terrorisme au Burkina : Des Burkinabè saluent l’héroïsme de cinq gendarmes tombés à Ouanobé

Cinq pandores de l’Unité spéciale d’intervention de la gendarmerie nationale (USIGN) ont perdu la vie dans une embuscade tendue par des groupes armés à Ouanobé, dans la province du Sanmatenga, région du Centre Nord, le jeudi 5 mai 2022. Les Burkinabè rendent un hommage exceptionnel à la mémoire de ces cinq gendarmes.

Après avoir neutralisé une vingtaine de terroristes, cinq vaillants gendarmes sont tombés sur le champ de bataille et neuf autres ont été blessés. Les cinq victimes sont les adjudants Tienmami Pascal Doyé, chef de groupe intervention, Yaya Yaro, chef d’équipe intervention, Salifou Sawadogo, Victor Congo, Sompidian Abdel Nasser Sawadogo, tous du grade de maréchal des logis/chef.

Sur la toile, les Burkinabè ont rendu hommage à ces combattants. Le président du Faso, Paul Henri-Sandaogo Damiba, a salué la combativité de ces gendarmes. « A Ouanobé, les gendarmes ont fait preuve d’une exemplaire bravoure qui devrait inspirer chaque Burkinabè en ces temps où la patrie nous appelle à la défendre de toutes nos forces », a écrit le chef de l’Etat sur sa page Facebook pour rendre hommage aux pandores.

« Que les âmes de ces patriotes, qui ont accepté d’assumer leur serment jusqu’au bout, reposent en paix », a commenté le président du Faso. Tout en souhaitant un prompt rétablissement aux blessés, il a réaffirmé son engagement à vaincre le terrorisme au Burkina Faso : « Comme ces héros, nous assumerons toujours notre engagement en traquant sans relâche ceux qui ne comprennent que le langage de la violence ».

A la suite du chef de l’Etat, le colonel-major David Kabré, chef d’état-major général des armées a salué « la mémoire des combattants tombés qui se sont battus avec courage et détermination pour mettre hors de combat les assaillants ».

Pour sa part, le directeur général de la télévision privée Burkina Info, Ismaël Ouédraogo, a salué le sacrifice d’un soldat et ses compagnons qui ont joué leur partition jusqu’au bout. « L’une des figures importantes est tombée avec quatre de ses compagnons », a écrit M. Ouédraogo, faisant allusion à l’adjudant Pascal Doyé. « Va en paix Pascal Doyé, tu as joué ta partition au même titre que tes amis et collègues » a ajouté le journaliste sur sa page Facebook.

Le web-activiste, Ibrahima Maiga, connu pour son engagement contre le régime de Roch Kaboré, a, dans un bref message, rendu hommage à l’adjudant Pascal Doyé. « Mon élément, va en paix. Pascal, tu as fait ta part », a-t-il écrit sur sa page facebook.

L’adjudant Pascal Doyé avait intégré la gendarmerie nationale en 2008

« Quand viendra mon jour, festoyez, ne laissez aucune place à la tristesse, à la colère… »

Comme s’il était habité par une prémonition, Pascal Doyé publiait ces dernières semaines des posts évoquant sa possible mort et appelait ses proches à ne pas laisser la place à la tristesse ou à la colère. « Quand viendra mon jour, festoyez, ne laissez aucune place à la tristesse, à la colère… », avait-il écrit sur les réseaux sociaux.

Car pour lui, la sécurisation du territoire était un travail qui devait être fait au profit des prochaines générations. « C’est un travail qui doit être fait et si personne ne le fait, alors nos enfants et les enfants de nos enfants n’auront pas d’intégrité. Même si demain, je ne suis pas là, je serai fier d’avoir été utile un tant soit peu pour cette nation et laissé derrière moi d’autres guerriers qui feront mieux », disait-il à un de ses proches.

Adj. Tienmami Pascal Doyé, 37 ans, était chef de groupe d’intervention. Surnommé « Unique », ce fils aîné d’une fratrie de six enfants était bien apprécié par sa hiérarchie. « Intrépide guerrier, il a toujours aimé aller au charbon. De Koutoukou à Gorgadji en passant par Arbinda et Pama, ce vaillant soldat téméraire était, comme son indicatif « UNIQUE », toujours prêt à rechercher le contact avec l’ennemi, il n’a jamais reculé devant l’adversité et le danger. Plus d’une fois il a été blessé en mission mais plus d’une fois il a encore été plus déterminé à aller sur le terrain dans les missions les plus périlleuses », témoigne la hiérarchie de la gendarmerie nationale. Marié le 4 décembre 2021, il était père de deux enfants.

Pascal Doyé, « l’unique », est tombé le 5 mai 2022 avec quatre frères d’armes dont la bravoure et l’engagement dans la lutte contre le terrorisme sont aussi salués par les premiers responsables de la gendarmerie nationale.

L’adjudant Yaya Yaro, fut un ‘’farouche guerrier’’ selon sa hiérarchie

Il s’agit de l’adjudant Yaya Yaro alias Yankee, qui était aussi réputé pour sa détermination à traquer les terroristes dans leurs derniers retranchements. « Élément très discret, mais farouche guerrier par excellence, il a été déployé à Inata aux premières heures du drame afin de sécuriser le poste et rechercher d’éventuels survivants. En mission de patrouille dans la zone, il s’est détaché involontairement du groupe et pendant plus de 2 heures de temps a roulé seul en terrain ennemi en temps de nuit. Il est d’ailleurs tombé à plusieurs reprises sur des positions ennemies mais a gardé le sang-froid et a pu s’exfiltrer et rejoindre sa base sans GPS. Le terrain n’avait plus de secret pour lui car les missions, il en a effectué avec des résultats toujours concluants. Volontaire pour tout type de mission (aussi dangereuses soient-elles), il a toujours été un exemple pour les plus jeunes », souligne sa hiérarchie.
Il s’agit aussi de Salifou Sawadogo alias « 2X Sierra ».

Il est décrit par ses compagnons d’armes comme un équipier et conducteur opérationnel hors pair. « Très serviable et humain, il a toujours vécu utile pour son prochain. Déployé plus d’une fois sur les théâtres des opérations, il a toujours joué sa partition de la plus belle des manières. Des communes de Djibo en passant par les villages les plus hostiles de l’Est, « 2X Sierra » a toujours répondu présent à toutes les situations.

Salifou Sawadogo, maréchal des logis/chef, était un ‘’conducteur opérationnel hors pair’’

Quatrième de la liste, Victor Congo surnommé « Cong » par ses camarades était un infirmier efficace en tant qu’équipier médical. Il était de la toute dernière promotion de l’USIGN. Décrit comme très peu bavard et au tempérament très calme, il faisait partie de la très professionnelle cellule médicale de l’unité.

Toujours déployé au front avec ses coéquipiers, Victor Congo avait pour particularité de toujours avoir la tête sur les épaules et de rester zen et stoïque, peu importe la situation, témoignent ses frères d’armes. A la condition physique impressionnante, cet infirmier opérationnel avait aussi une vision tactique supérieure à la moyenne de son grade, souligne sa hiérarchie. Toujours engagé, il ne bronchera jamais aux multiples missions à lui confiées, jusqu’à la dernière qui sera son ultime combat ce 5 mai 2022.

Le maréchal des logis/chef Victor Congo était un élément de la toute dernière promotion de l’USIGN

Dernier mais pas le moins héroïque de cette triste liste, Sompidian Abdel Nasser Sawadogo. Présenté par ses compagnons comme un équipier au sourire toujours aux lèvres, on le ferait passer pour un enfant de chœur. Mais derrière ce sourire, il y avait pourtant une vraie âme de guerrier. Très courageux et très engagé dans les différentes missions auxquelles il a participé, Abdel Nasser a toujours fait preuve d’un sang-froid ahurissant, témoigne sa hiérarchie.

De Dablo en passant par Madou avant d’atteindre Foubé, il a toujours agi avec discernement et un professionnalisme un peu poussé pour un jeune de sa trempe. Il était en effet membre de la dernière promotion de l’unité spéciale de la gendarmerie recrutée en 2020 mais avait participé à plusieurs missions périlleuses.

Ce sont ces cinq guerriers qui sont tombés ce 5 mai 2022, les armes à la main, après s’être battus vaillamment contre une horde de terroristes qui leur a tendu une lâche embuscade. Ils sont cinq intrépides soldats fauchés par des balles assassines mais ils auront laissé sur le carreau une vingtaine de terroristes, dans un combat où ils étaient en infériorité numérique manifeste.

Sompidian Abdel Nasser Sawadogo, un autre maréchal des logis-chef de l’Unité spéciale

Les adjudants Tienmami Pascal Doyé alias "Unique" et Yaya Yaro alias "Yankee", les MDL Salifou Sawadogo alias « 2X Sierra », Victor Congo surnommé « Cong » et Sompidian Abdel Nasser Sawadogo seront inhumés ce mardi 10 mai 2022 au cimetière municipal de Gounghin. La levée des corps est prévue pour 12 heures à la morgue militaire au camp Sangoulé Lamizana situé à Gounghin.

Serge Ika Ki & Dofinitta Augustin Khan
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
"La lutte contre le terrorisme est une lutte de longue haleine" : « Voici une expression qu’on devrait ôter de la bouche des responsables politiques » (l’expert Auguste Denise Barry)
Attaque du détachement de Bourzanga : L’armée burkinabè a bénéficié d’un appui aérien du Niger et de la France
Bourzanga/Centre-Nord : Au moins 30 terroristes abattus et 5 militaires tombés dans une attaque
Attaque du détachement de Madjoari : Onze militaires tombés et quinze terroristes abattus (Armée)
Sahel : Plus de 70 terroristes neutralisés dans des opérations conjointes des armées burkinabè et nigériennes
Axe Dori - Seytenga : L’attaque d’un bus de voyage fait un mort et onze blessés
Burkina : Le détachement militaire de Madjoari attaqué
Lutte contre le terrorisme au Burkina : 46 personnes recherchées pour leur participation ou complicité dans la conduite d’actes terroristes
Insécurité au Burkina : « Les groupes islamistes armés démontrent jour après jour leur profond mépris pour la vie des civils » (Human Rights Watch)
Burkina/Insécurité : « Le gouvernement a la conviction que nous sommes sur le bon chemin », rassure le ministre de la défense, le général Barthélémy Simporé
Attaque dans les Hauts-Bassins : La gendarmerie et la police de Faramana simultanément prises pour cibles
Burkina/Dossier Inata : Treize personnes entendues, l’instruction en cours
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés