Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Dans la vie on ne fait pas ce que l’on veut mais on est responsable de ce que l’on est.» Jean-Paul Sartre

Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là par la force, le laissera par la force » (Simon Compaoré)

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • mardi 21 septembre 2021 à 23h06min
Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là par la force, le laissera par la force » (Simon Compaoré)

Le parti au pouvoir n’a-t-il pas peur que les situations au Mali et en Guinée (Conakry) inspirent également au Burkina ? C’est l’une des préoccupations soulevées par les journalistes à la conférence de presse, lundi 20 septembre 2021 à Ouagadougou, de la direction politique nationale du MPP sur son congrès extraordinaire (24 au 26 septembre) et, par la même occasion, sur l’actualité nationale et internationale.

En réaction, le président du MPP, Simon Compaoré, a d’abord fait observer que les situations ne sont pas les mêmes. En Guinée-Conakry, le respect de la Constitution a été remis en cause par le troisième mandat. Au Burkina, le président Roch Kaboré est dans son deuxième mandat constitutionnel et a réaffirmé sa volonté de respecter la Constitution (qui fixe à deux, le nombre de mandats), a-t-il campé en substance. Pas d’amalgame donc, amortit-il avant de hausser le ton : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là par la force, laissera le pouvoir, par la force, comme ça a été le cas en septembre 2015 (putsch de septembre 2015, ndlr). Voilà ! ».

Le deuxième vice-président du MPP à l’époque du coup d’Etat sus-visé (septembre 2015) retient à cet effet : « Nous avons beaucoup appris ».

Simon Compaoré va ensuite se livrer à une sorte de cours… « Vous savez, il est facile de prendre le pouvoir, mais difficile de le gérer. En une minute, vous prenez le pouvoir. Mais quand vous commencez à gérer, une semaine, un mois..., ça commence à brûler. C’est pourquoi, comme disent les Anglais, ‘’be careful ’’ : faisons attention. En tout cas, nous souhaitons qu’avec nos insuffisances, et les problèmes qui nous tenaillent, nous restions sur les rails et que nous respections les règles de la démocratie. C’est ça aussi qui va nous sauver. Sinon, en plus des problèmes que vous avez, vous voulez gérer des troisièmes mandats, des coups d’État, tout cela va vous emporter ».

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 21 septembre à 13:42, par A qui la faute ? En réponse à : Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là par la force, le laissera par la force » (Simon Compaoré)

    Magique Simon, avec ses formules magiques qui rappellent toujours les précédentes qui ne sont pas suivis d’effet

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 14:01, par SOME En réponse à : Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là par la force, le laissera par la force » (Simon Compaoré)

    "Vous savez, il est facile de prendre le pouvoir, mais difficile de le gérer. En une minute, vous prenez le pouvoir.
    Tiens ! tu peux parler, toi simon ! C’est aujourd’hui que tu t’en rends compte maintenant ? n’est ce pas toi qui as monté toute cette cabale contre thomas sankara ? Tu voulais le pouvoir non ? Tu l’as eu ! voila !

    Tout come tu tentes de passer sous silence que tu as gere ce pays dans la force « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là par la force, laissera le pouvoir, par la force, comme ça a été le cas en septembre 2015 (putsch de septembre 2015, ndlr). Voilà !"
    Tu oublies que tu fus un acteur tres actif qui a œuvré activement a la violence qui mit fin a la revolution 15 oct1987. Et depuis lors tu as bien geré car celui qui te genait pour accumuler tes milliards a été reduit au silence.

    Rien, absolument rien ne me montre que, effectivement, vous avez bien appris (dans le bon sens evidemement !) C’est quand c’est votre tour que vous commencez a avoir peur ! un proverbe dagara dit que le chat grince ses dents, mais cela n’empechera pas au chien de le balayer
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 14:40, par numero1 En réponse à : Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là par la force, le laissera par la force » (Simon Compaoré)

    Les mêmes causes produisant les mêmes effets, à vous de bien gérer et respecter les textes.
    A bon entendeur, salut.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 15:27, par toutdoux En réponse à : Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là par la force, le laissera par la force » (Simon Compaoré)

    C’est vrai mais ne compter pas sur nous des bas quartier, entre l’an 2015 et l’an 2021, il y a une différence de 6 ans, aujourd’hui en cas de coup de force personne ne sortira pour condamner, on va applaudir A VOUS DE BIEN GERER SINON SIMON N GAW

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 16:00, par Simon En réponse à : Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là par la force, le laissera par la force » (Simon Compaoré)

    Personne ne sortira dans la rue pour vous défendre Simon. Vous allez vous débrouiller seules ça arrive. Priez Dieu que cela n’arrive pas. Il risque d’avoir même des gens qui sortent applaudir comme en Guinée. Sois humble Simon.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 16:44, par Zambo zambo En réponse à : Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là par la force, le laissera par la force » (Simon Compaoré)

    @ Simon

    Si le peuple prend le pouvoir par force et qu’il le garde il ne perdra pas car c’est pour réaliser ses aspirations et personne ne pourra l’en retirer.

    Continuez sur votre lancée et l’histoire nous fera tous apprendre plus.
    Vous avez le Pouvoir que vous gérez depuis 6 ans plus les 32 ans passées depuis Sankara et Blaise. Vous êtes entièrement comptables de la misère de nos populations.

    Toi Simon, de la Caisse Générale de Péréquation (CGP) à la mairie de Ouagadougou, tu as été en plein dans la gestion politique et financière de ce pays.

    Incapables comme vous êtes d’assumer vos devoirs de protéger les populations et leur biens vous ruez dans les brancards des accusations tous azimuts et le gouvernement que vous supportez pose des actes de provocation comme la fermeture du Lycée Zinda et les nombreux scandales de corruption.

    Votre gouvernement est incapable de garantir l’intégrité du territoire dont des parties sont contrôlées par les terroristes comme des "No Man land" comme tu aimes fanfaronner ton faux anglais à chaque discours.

    Continue ta mal cause mais rappelle toi bien2011.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 17:00, par Yako En réponse à : Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là par la force, le laissera par la force » (Simon Compaoré)

    Aiii Simon à l’allure où va le pays là l’avènement d’un "Mamady Ouedraogo" est inévitable.Puis, il ya une différence entre cette époque du putsch de 2015 et l’aspiration naturelle des populations à la sécurité en 2021,point sur lequel vous avez lamentablement échoué.Puis,tu ignores toujours que Mers Obama et Hollande ne sont plus là ni Tulinabo Mushingi à qui vous devez votre magistère.Continuez de fanfaronner le réveil sera douloureux. Yako

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 01:23, par Sacksida En réponse à : Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là par la force, le laissera par la force » (Simon Compaoré)

    Sacre Simon Compaore, qui disait : Apres Dieu, Blaise compaore suit et seulement ses parents viennent en troixieme position. Si l’histoire politique de ce pays ne vous a pas instruit, c’est que vous ete brouillon comme l’aurait laisse entendre votre mentor fuillard d’abidjan. Personne ne souhaite un Coup d’Etat au Burkina Faso meme si des raisons existent pour une telle eventualite ; mais si cela arrivait ne croyez pas que ca serait comme en 2015, plus de gens applaudirait que ceux qui vont desaprouver, vous aviez promis le changement et la rupture des RSS et a la place depuis 6 ans c’est des situations bien sur cauchemardesque du Peuple Burkinabe qui nous est servit. Alors, le fils de pasteur doit savoir que c’est Dieu qui donne le pouvoir et il peut le retirer a tout moment quelle que soit la maniere. Donc un peut de l’humilite car les attitudes meprisantes peut preceder la chute. Soyez humble car tout est possible dans la vie. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 08:17, par TANGA En réponse à : Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là par la force, le laissera par la force » (Simon Compaoré)

    « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là par la force, le laissera par la force »
    Simon, il faut jouer balle à terre. Le tout Puissant Blaise qui, quand il devait atterrir en france on retardait et ou déroutait certains vols, oui le tout puissant Blaise a été déboulonné si non que son boulon a été scié. Cela veut dire qu’il faut faire ce qui se doit si non, on vous enlève par la force et le peuple acclamera celui qui vous a enlevé. Preuve regardes la Guinée.
    Je veux dire aussi, de ne pas meubler le temps lors de tes discours à dire des chose comme cela. Oui, cela revient à défier tout le monde sans exception ; ce qui amène aussi les gens à fouiller dans tout ce qui se fait dans ce pays. Personne ne peut jurer que l’on ne peut pas démontrer qu’il a fait de mauvais deals tant qu’il y en a eu ; donc faites ce qui se doit et tout le monde s’en portera mieux.
    La situation actuelle de notre pays fait si que si vous faites mal, on vous dégage et il n’y a rien. Cela par ce que les militaires combattent pour le peuple et ne vous protègerons pas si vous faites mal. Alors, qui vous sauvera ? On a vu l’Alassane le ouattara parlé de la Guinée mais il ne peut rien.

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 08:45, par La barbe En réponse à : Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là par la force, le laissera par la force » (Simon Compaoré)

    Comme ils n’arrivent pas à bien gérer ils ont peur qu’ils soient renversés. Mais si vous continuez ainsi dans la malgouvernance et la malgestion vous serez renversés sans pitié. Ainsi va la vie. Et vous n’aurez pas la chance comme d’autres l’ont eue. Votre camarade Salif Diallo vous avait déjà prévenu. Vous avez renversés des gens aussi non ? Attendez aussi votre tour.

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 09:21, par Beonere En réponse à : Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là par la force, le laissera par la force » (Simon Compaoré)

    Ce n’est pas un coup d’Etat qui préoccuperait les burkinabé, c’est plutôt l’avancée des terroristes. Réveillez-vous car il pourrait y avoir pire qu’un coup d’Etat.
    Donnez donc la direction à suivre et épargner les burkinabé des discours à répétition.

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 10:15, par Yves Levi Sawadogo En réponse à : Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là par la force, le laissera par la force » (Simon Compaoré)

    Ah Sacré Simon !!! Avec ce langage irrespectueux, tu crois que vous avez tout le peuple avec vous. Ceux qui sont dans le silence sont plus nombreux que ceux que vous amadouez ou qui vous réjoignent parce qu’ils viennent à la soupe. On se connait dans ce pays !!!
    Si tu pouvais bien souvent la fermer, cela nous arrangerait tous. Que n’as tu pas fait à la CGP ? On se rappelle aussi la réhabilitation de la mairie de Ouaga à près d’1 Milliard en son temps !!! Que n’as tu pas eu comme parcelles à Ouaga ? Ne prenez pas les gens pour des nez percés. Il serait mieux de vous faire oublier par moments pour ne pas réveiller des souvenirs amers. Aucun de vous n’est blanc ; alors, ne provoquez pas les gens. Vous êtes tous comptables.
    Au temps de votre Blaise , n’oubliez pas les lignes rouges que vous traciez à ne pas franchir pour révediquer Justice pour Norbert Zongo.
    Ah, Pauvre Faso

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 10:15, par Zambo zambo En réponse à : Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là par la force, le laissera par la force » (Simon Compaoré)

    Bonjour à tous.

    De l’utilisation de la violence ou de la force en politique

    Qui plus que Simon s’est illustré depuis les CDRs de service et les CDR géographiques comme le promoteur de la violence pendant les 4 ans de règne du CNR ? On venait à se poser la question si celui-là est vraiment un intellectuel ou un gros bras du système ?
    Qui plus que Simon a été partisan du Front Populaire c’est à dire de la prise du pouvoir par force avec mort d’hommes dont le Président Sankara et ses 12 compagnons suivis par la suite d’épuration non moins sanglantes ?

    Qui plus que le Tout Puisant Maire de Ouagadougou défendait becs et ongles le régime violent du Capitaine Blaise Compaoré qui avait fini par trucider de puissants du régime comme, Henri Zongo, Jean Baptiste Lengani, Clement Ouedraogo, Watamou Lamien etc... et qui par la suite a érigé des zones dites rouges pour empêcher le Collectif des Organisations de Masse et des Partis Politiques (CODMPP) de manifester pour demander justice pour Norbert Zongo et ses trois compagnons sauvagement assassinés sur la route de Sapouy ?

    Voyez vous le bourreau a très peur du gourdin car il en devine l’effet bien qu’il ne s’en prive pas d’en user sur ses victimes.

    De la prise du pouvoir par la force

    Si les population et notamment la jeunesse Burkinabè ne s’étaient pas levées comme un seul Homme les 30 et 31 Octobre 2014, le pouvoir de Blaise Compaoré, le Grand Maitre de Simon, serait toujours en règne.

    Les populations ont pris leurs responsabilités et le pouvoir, sauf que par la suite, des opportunistes s’en sont saisi pour dévoyer leurs aspirations fondamentales . Aujourd’hui on en voit le triste résultat. Jamais ce pays n’ a été au creux de la vague sur tous les plans de l’éthique, de la morale et du bien être.

    Les mêmes causes produisant les mêmes effets, Mr Simon Compaoré devra souffrir que quand le Peuple Burkinabé reprendra une fois encore son pouvoir, il ne le perdra plus. Il aura appris qu’on ne confie pas son avenir à des aventuriers belliqueux incapables de garantir l’intégrité du territoire et prêts à poser des actes de provocation comme la fermeture du Lycée Zinda par exemple et bien d’autres faits.

    Faites votre Congrès, délibérez bien, organisez des Djanjobas et des festivals Kigba pour vous amuser, les populations vous observent et attendent la réalisation de leurs aspirations.

    Si vous continuez à exceller dans la corruption avec comme conséquences des édifices qui s’écroulent sur des élèves et des étudiants, des pans entiers du territoire sous contrôle terroriste, ne soyez surtout pas surpris de la réaction des populations car c’est une question de survie et nous voulons vivre en paix.

    Il est peut être plus sage d’économiser nos intelligences pour servir le Faso autrement que de nous fatiguer à commenter les errements théorique et les fanfaronnades anglicistes de Simon.

    Le Président Kaboré a dans son entourage et dans son parti, des pyromanes de la première espèce qui sont prêts à enflammer le Pays par des déclarations et des comportements irresponsables.

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 10:46, par Atrap Le Moize En réponse à : Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là par la force, le laissera par la force » (Simon Compaoré)

    Monsieur Simon, continuez à inspirer les gens et leur mettre des idées dans la tête ; ils vous en seront reconnaissants. Si vous croyez vraiment que le moment est aux fanfaronnades et formules creuses, bon vent !

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 11:29, par Yssif En réponse à : Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là par la force, le laissera par la force » (Simon Compaoré)

    Vraiment ce pouvoir là
    Pourquoi de telles déclarations quand on sait qu’il suffit juste de bien faire ce pour quoi vous êtes élu ? C’est à mon avis la seule façon d’éviter les putchs et de s’assurer de la mobilisation du peuple au cas où cela advenait. Simon jouit-il encore de ses facultés ? Sur qui compte t-il pour chasser d’éventuels putchsistes avec ce désastre que représente leur (lui et ses amis) gouvernance ?

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 12:09, par Konseye Kadaud En réponse à : Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là par la force, le laissera par la force » (Simon Compaoré)

    Merci Simon. On avait meme oublie qu’ un coup d’ etat faisait partie meme des solutions face a votre incapacite notoire a diriger le pays. Merci. On avait vraiment oublie. Merci de nous rappeler. Ne l’ oubliez jamais, vous- memes.
    Vous aviez dit qu’ apres Dieu, c’ est Blaise, c’ est meme pas Jesus Christ, hein, tout fils de pasteur que vous croyez etre.
    Vous aviez dit aussi qu’ il n’ y aurait plus jamais de 3 janivier au Burkina. Il n’ y a pas eu de 3 janviuer mais il y a eu du 30 octobre et du 31 octobre et le pauvre fils de garde devenu officier tueur a gages a pris la cle des champs. Ne defiez pas Dieu. Conseil cadeau !

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 12:30, par s En réponse à : Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là par la force, le laissera par la force » (Simon Compaoré)

    Merci Koro Saymone, celui qui s’amuse il va rejoindre quelqu’un à la MACA.

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 13:34, par walaii En réponse à : Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là par la force, le laissera par la force » (Simon Compaoré)

    S’appuyant seulement sur l’affaire du terrorisme, je pense qu’une Revolte pu même coup d’état, serait nécessaire. On dit officiellement qu"un gendarme qui va au front, a 7000 Francs par jour, prime et repas confondus. Et les Chefs font venir des listes saisies avec 7000 devant chaque nom pour signature. Le jour de l’embarquement, on amène une feuille blanche pour que chaque êlément écrive son nom et émargent 2500. Vous voyez ? L’argent normal pour nourriture et eau ne suffit même pas juste pour l’eau dans le sahel oú est rare et où il faut boire bcp d’eau. Voilà que les Chefs retiennent plus de la moitié pour se construire des villas, s’acheter des voitures... Des militiares quo ne rêvent que de ces, comment peuvent-ils "mourir" pour la partie comme ils le jurent en fin de Formation ??? Roch, vraiment un mouta mouta, dans ces concertations n’a rencontré que les Chefs militaires. Peut-être que des subalternes y étsient, mais ils n’oseront pas dénoncer les choses devant leurs chefs. Pourquoi Roch n’effectue pas une visite au front et demander directement au soldats leur situation ?? Vraiment un mouta mouta. Donc, que Simon sache que le mécontentement des populations du aux échecs au front, et au carnage de soldats parents ou enfants, amènerait les gens à applaus une éventuels coup de force. Les gendarmes, dont les Chefs retiennent une partie de leur perdiemmes, seraient aussi favorables à un coup de force et n’agiront pas le cas échéant. Vous devriez compter sur les Chefs pour qu’ils déjoue d’éventuels coups, mais là vous vous trompez. Puisque les Chefs ne sont que des lascards, Venus seulement pour l’argent et l’amour de la partie, ni de la république...

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 13:39, par HUG En réponse à : Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là par la force, le laissera par la force » (Simon Compaoré)

    Sans me prononcer par rapport au coup d Etat, sachez ceux qui sont contents du mpp sont ceux qui mangent injustement avec vous.Vou avez politiser l administration à tel point qu un simple chef de service chante pour vous. Vie chere, morts lié au terrorisme, nomination de complaisance.. Gaspillage de ressources. ...sont votre gestion .Qui peut donc etre content de vous.

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 14:00, par Zambo zambo En réponse à : Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là par la force, le laissera par la force » (Simon Compaoré)

    @ S

    Merci Koro Saymone, celui qui s’amuse il va rejoindre quelqu’un à la MACA.

    Merci à toi aussi S, Honorable Président du tribunal militaire sauce MPP, qui enverra toute les populations du Burkina à la MACA.
    Effectivement certains de nos compatriotes confinés par suite du blocus terroriste vivent déjà dans une MACA à ciel ouvert. Si cette situation est glorieuse pour vous, on applaudit et on vous félicite.

    Cette même juridiction existait sous votre mentor Compaoré Blaise mais était bien verrouillée et c’est l’insurrection et la résistance au putch qui l’ont déverrouillée Si vous croyez l’avoir de nouveau verrouiller à votre avantage vous vous trompez.

    Ensuite il faudra agrandir la MACA pour contenir toute la population lors de la prochaine insurrection, ou tous les militaires lors d’un éventuel prochain coup d’État qu’on n’appelle pas de tous nos vœux mais dont on comprendra bien les justifications.
    C’est bon d’écrire du n’importe quoi et de provoquer les gens. Allons seulement

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 23:33, par Gohoga En réponse à : Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là par la force, le laissera par la force » (Simon Compaoré)

    Bonsoir à tous. La mojorite de ceux qui interviennent dans ce forum ne sont pas democrates. Ils sont les seuls qui doivent parler insulter qui ils veulent. Simon et les autres sont leurs ennemis n’ont pas de point de vue à donner. Il doivent se taires. Tout ce qu’il diront sera retenu contre eux Quel pays ? Devant ce constat la démocratie n’est pas possible dans notre pays. Les intellectuels burkinabe ne sont pas democrates.

    Répondre à ce message

  • Le 23 septembre à 10:47, par Zambo zambo En réponse à : Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là par la force, le laissera par la force » (Simon Compaoré)

    @ Gohoga
    Les intellectuels burkinabe ne sont pas democrates.

    Merci pour la constatation et pour le jugement bien tranché.
    Aucun des internautes dans son intervention sur cette toile n’ a dit que Simon et ses partisans doivent se taire. La preuve est que S et Toi-même vous êtes intervenus sans avoir été par la suite enfermés à la MACA du WEB ou entoilés comme le recommande ton ami S à l’égard de ceux qui réagissent.

    Seulement les intervenants donnent leurs différents points de vue devant la mégalomanie de votre mentor Simon qui commence à nous chauffer les oreilles.

    La démocratie consiste justement à refuser l’unilatéralisme de certains politiciens qui veulent embarquer les populations dans des voies sans issues et le rôle d’un intellectuel conscient et de refuser d’être un Vuvuzela et de donner son avis avec arguments et preuves tangibles.

    Si tous les intellectuels Burkinabé n’étaient pas démocrates les choses ne se passeraient pas ainsi.
    La démocratie ne signifie se réfugier devant ce vocabulaire pour commettre des délits politiques économiques et sociaux au détriment des populations et demander aux gens de ne pas réagir.

    Plutôt que de prononcer ta sentence, il aurait été très intéressant de démonter point par point les arguments que les uns et les autres ont exprimés, et on comprendrait ta supériorité démocratique, Mr le Juge.

    Il est quand même très prétentieux qu’on nous jauge avec une unité de mesure inconnue ! Comment mesure t-on le comportement démocratique des intellectuels Burkinabé à travers ces simples échanges sur la toile ?

    Que Simon et ses amis bavardent n’est pas le problème en soi. On les a même encouragé à organiser des Djanjobas et des festivals Kigba. Le problème c’est le contenu provocateur du discours qui mérite bien une réplique et c’est ce que les intervenants ont fait sans concertation d’ailleurs.

    Quand S propose d’enfermer le gens à la MACA il faut tout simplement le ramener à la raison, parce que dans un État vraiment démocratique certains de ses mentors devraient être en train de méditer sur leur sort plutôt à la MACO par suite de leurs délits et crimes économiques (Corruption, concussions etc...).

    Répondre à ce message

  • Le 23 septembre à 17:11, par Le Vigilent En réponse à : Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là par la force, le laissera par la force » (Simon Compaoré)

    L’histoire du Burkina nous montre que « tous ceux qui ont pris le pouvoir par la force au Burkina Faso l’on laisse par la force », et ce, quel que soit le temps que cela mettra. Au regard de ces leçons de l’histoire de notre pays l’on peut donner raison à Simon Compaore lors qu’il dit que « celui qui prend le pouvoir en ce moment par la force le laissera par la force ». C’est peut-être le fait de citer le seul exemple du coup d’état de septembre 2015 qui a suscité les réactions trop tranchées de la part de certains internautes.
    @Gohoga aurait parfaitement raison de dire que : « La majorité de ceux qui interviennent dans ce forum ne sont pas démocrates”. Pourtant, s’est par la suite illustre en véritable non démocrate en reniant aux internautes le droit d’émettre des avis contraires et très critiques sur la déclaration de Simon Compaore. Pour ma part, c’est le fait de concevoir, et même de souhaiter, une « prise du pouvoir par la force » comme une alternative dans le contexte actuel de notre pays. De vrais démocrates auraient plutôt souhaite un changement par les urnes aux prochaines échéances électorales ou un changement anticipé à travers une dissolution de l’Assemblée nationale suivie de nouvelles élections législatives pouvant donner lieu à une cohabitation.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 18:26, par Zambo zambo En réponse à : Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là par la force, le laissera par la force » (Simon Compaoré)

    @ S Ce ne sera pas moi qui vais essayer mais il peut être quelqu’un de supérieur qui s’appelle le Peuple.

    Tu es petit devant une colère éventuelle du peuple.
    Votre ancien mentor Blaise Compaoré que vous avez servi pendant 32 ans puis abandonné lâchement parce que vous sentiez le roussi en sait quelque chose.

    Les partisans de BC lui avaient dit que la situation était sous contrôle et qu’il n’ y avait rien au village. On connait la suite.

    Continue de mettre le doigt dans l’œil

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina / CDP : Les langues se délient pour expliquer les dessous de la crise qui déchire le parti
Congrès pour la démocratie et le Progrès : Six mois de suspension pour trois membres du bureau exécutif national
Commune de Banfora/CDP : Plus de 150 militants rendent leur démission, la gestion du parti décriée
Procès Sankara et compagnons : La jeunesse sankariste unie invite les "patriotes sincères" à s’y rendre en "Faso danfani" ou en blanc
Abdoul Karim Sango, président du PAREN : « Un pays, on le développe avec des idées »
Burkina/Élections municipales 2022 : Les acteurs au processus se concertent
Forces armées nationales burkinabè : Qui sont les nouveaux chefs ?
Burkina/politique : Alassane Bala Sakandé a officiellement pris service à la tête du MPP
Engagement politique des jeunes au Burkina : Les compétences des jeunes renforcées à Kaya
Burkina-Procès Sankara : Le Comité international appelle à la mobilisation populaire, Mariam Sankara attendue
Politique : Le Groupe parlementaire MPP tient ses premières journées parlementaires 2021 à Banfora
Burkina : C’est parti pour le "mois de justice et d’hommage pour Thomas Sankara et ses compagnons"
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés