Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Coopération ivoiro-burkinabè : « Le TAC, c’est l’un des meilleurs instruments qu’on a pu inventer » (expert Idrissa Zorom)

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET • lundi 26 juillet 2021 à 22h30min
Coopération ivoiro-burkinabè : « Le TAC, c’est l’un des meilleurs instruments qu’on a pu inventer » (expert Idrissa Zorom)

Le neuvième Traité d’Amitié et de coopération (TAC) entre le Burkina et la Côte d’Ivoire était, ce lundi 27 juillet 2021, à l’étape de la réunion des ministres en charge des Affaires étrangères, de la Coopération et de l’Intégration africaine. Les deux responsables de ces départements, Kandia Camara (Côte d’Ivoire) et Alpha Barry (Burkina) ont examiné le rapport des travaux des experts aux fins de le soumettre au Conseil conjoint de gouvernement, ce mardi 27 juillet 2021.

C’est intensément que les experts des deux pays ont mené ces deux jours de travaux, allant parfois jusqu’à 6h du matin. Tous les secteurs touchant à la vie quotidienne des peuples ivoirien et burkinabè ont été examinés, indiquent des membres de délégations.

« Le TAC nous fait beaucoup avancer certains dossiers. Nous avons le cas par exemple du Centre régional des Arts vivants en Afrique (CERAV/Afrique), qui est basé à Bobo-Dioulasso. C’est un centre de la catégorie de l’UNESCO qui s’occupe des Arts vivants, y compris le cinéma. Grâce au TAC, à l’accord culturel qui nous lie, la Côte d’Ivoire fait partie du Conseil d’administration du CERAV/Afrique. C’est assez important. Egalement, vous voyez au MASA (Marché des Arts et du Spectacle d’Abidjan), à chaque édition, une part belle est aussi faite aux Burkinabè. Tout cela est lié aux relations privilégiées grâce au TAC et à l’accord de coopération culturelle qui nous lie. Donc, ces accords là servent, même si par moments, les populations demandent à quoi ça sert. La finalité, ce sont les populations. Les deux chefs d’Etat avaient donné des orientations claires et précises à ce niveau, de véritablement aller dans le sens d’un TAC des peuples. C’est-à-dire que les populations doivent se sentir », a brièvement présenté le directeur de la coopération et des affaires juridiques du ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme du Burkina, Idrissa Zorom.

Idrissa Zorom

Selon son exposé, plusieurs programmes ont été déroulés depuis 2009 dans le cadre du TAC. « Le dernier programme a été achevé, il y a donc un nouveau programme qu’il fallait élaborer. Il a été finalisé et va être en principe signé lors du présent TAC. Toujours côté culture, il y a un aspect qu’on a initié dans le sens du TAC des peuples, c’est-à-dire des journées culturelles et artistiques. Au TAC VIII à Ouagadougou a eu lieu la première édition. Cette année, les Ivoiriens aussi ont pu tenir les engagements pris ensemble ; la deuxième édition aura donc lieu du 27 au 31 juillet à Abidjan (Palais de la culture). A cet effet, il y aura entre autres des expositions de produits artisanaux, de mets locaux. Ces journées vont être clôturées par la soirée culturelle qui verra les artistes des deux pays faire des prestations inspirées du patrimoine culturel du terroir. (…). Les grandes lignes du nouveau programme culturel tournent autour du cinéma, de l’audio-visuel. La place du Burkina est connu en matière de cinéma. Donc, une part belle est accordée au cinéma en terme d’accords concrets entre les institutions publiques et privées et également entre les acteurs eux-mêmes et les professionnels. Vous avez également la question du patrimoine culturel ; parce que nos deux pays partagent par moments, dans la réalité, certains Biens qui peuvent être portés de manière commune. C’est le cas par exemple avec les ruines de Lorépéni où vous avez une continuité géographique sur le territoire ivoirien. Un programme d’échanges permet aux opérateurs des deux pays de travailler concrètement sur une base légale sur des dossiers communs », s’est appesanti Idrissa Zorom.

Les ministres Kandia Camara et Alpha Barry et leur délégation, entrant pour leur conclave.

Mieux, et pour parler de façon générale du TAC, l’expert Zorom se sert de bien d’autres domaines qui impactent la vie quotidienne des populations. « Pour parler d’un secteur qui n’est pas le mien, vous avez la question de l’énergie, qui est une réalité. Grâce au TAC et autres, l’Etat ivoirien aussi consent à une politique d’énergie, par moments, même à titre exceptionnel. C’est de plus encourager donc les acteurs à aller vers des résultats concrets pour les populations et ne pas jeter l’eau du bain avec le bébé. Le TAC, c’est l’un des meilleurs instruments qu’on a pu inventer », a également illustré l’expert Idrissa Zorom, et sur un tout autre plan.

Le magistrat Abasse Nombré

C’est d’ailleurs dans cette vision qu’abonde également le directeur de la législation et de la coopération judiciaire au sein du ministère en charge de la Justice et de la Promotion des droits humains, le magistrat Abasse Nombré, pour qui, les deux délégations ont trouvé important que ce cadre (TAC) soit maintenu, certainement, dans un format revu, parce qu’il permet de traiter de questions qui touchent le vécu quotidien des deux peuples.

O.L
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 27 juillet à 10:30, par Ka En réponse à : Coopération ivoiro-burkinabè : « Le TAC, c’est l’un des meilleurs instruments qu’on a pu inventer » (expert Idrissa Zorom)

    ’’’’’’Le TAC, c’est l’un des meilleurs instruments qu’on a pu inventer », a également illustré l’expert Idrissa Zorom, et sur un tout autre plan. Idrissa Zorom, je confirme avec modestie.’’’’’’

    Et comme je le disais dans mon premier commentaire concernant ce TAC : ’’’’’’’Est que ce traité ne doit pas être une base de copinage pour organiser des projets de détourneurs de fonds, mais forger les sillions du développement pour les deux pays.’’’’’’’

    Je loue les efforts qui ont été faits et dis encore bravo pour les initiatives prévues, et ce qui compte, c’est que les décideurs des deux camps aient le courage d’aller jusqu’au bout de leurs promesses.

    Au début de la création de ce TAC, je disais à l’époque, que "pour aller à l’émergence véritable des deux pays, il est indispensable voire incontournable, que nous maintenions le cap sur la lancée du moment pendant encore les 20 prochaines années à venir." Malheureusement l’émergence promise tarde a venir.

    Ma proposition à l’époque en tant que conseiller au développement était que les deux pays ne soient pas gourmands et laisser les jeunes Burkinabé ou Ivoiriens comme esclaves dans les champs de café ou cacao, mais des deux côtés, donner du travail à cette jeunesse en réduisant la corruption et le pillage des caisses de nos Etats... faire bénéficier une partie des grands contrats des deux Etats et des gros marchés aux entreprises locales (PME et PMI,) afin que la croissance de nos deux pays soit plus inclusive, en touchant le plus grand nombre.

    A l’époque on sentait déjà la porte grandement ouverte du continent aux Chinois avec des contrats bons marchés d’exploitation de nos ressources ou infrastructures, dont des experts concluaient qu’avec ceux-ci, la Chine voudrait recolonisé notre continent.

    De nos jours on voit que "la Chine n’entend surtout pas gérer l’Afrique à la place des Africains", elle préfère laisser les Africains se vautrer dans leurs errements et leur mauvaise gouvernance pour qu’ils continuent à stagner dans leur sous-développement et leur gouvernance, en se laissant exploiter complaisamment jusqu’à la moelle et piller sans vergogne leurs matières premières et ressources naturelles, pire qu’aucun colonisateur n’a jamais osé le faire, sauf la famille Bolloré qui joue l’autruche pour tout volé à sa façon.

    Ce qui ne regarde que Ka, ’’pour que la forte croissance actuelle des deux pays soit plus "inclusive" et nous conduise vers l’émergence, il faudrait favoriser les PME des deux pays dans les grands chantiers des Etat (autoroutes, mines, énergie, barrages...) qui sont octroyés aux multinationales, françaises, chinoises... Dans les autres pays émergents tels que l’Ethiopie, le Kenya que je connais bien, l’Afrique du sud, la Turquie, le Brésil..., ces pays ont des clauses de "préférence nationale", qui obligent les multinationales qui ont les gros contrats de l’Etat à sous-traiter de 35% à 50% de ces contrats d’Etat avec les PME locales.

    Mais au Burkina, nos PME manquent des contrats avec des avantages comme pour Bolloré ou les Chinois, et sont ainsi étouffées financièrement, et beaucoup font faillite. le "Contenu local" est le développement du tissu industriel local et des compétences locales en faisant participer nos PME aux activités industrielles dans les secteurs des hydrocarbures, des mines, de l’industrie forestière, des BTP, des services...Ce sont les retombées directes dans l’économie nationale attendues de ces activités, en plus du paiement des taxes, et des revenus ou royalties perçus par l’Etat qui feront de nos deux pays, des pays émergents.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet à 12:15, par Fofana En réponse à : Coopération ivoiro-burkinabè : « Le TAC, c’est l’un des meilleurs instruments qu’on a pu inventer » (expert Idrissa Zorom)

    Désolé malgré les explications, je n’ai rien compris au rôle que s’est fixé le TAC pour les populations des deux pays. Je n’ai vu que de la langue de bois.
    Face à la pauvreté endémique endurée par les populations des deux pays, c’est une honte et même un crime de se réunir entre élites avec des petits fours pour deviser avec légèreté sur des sujets aussi graves. Honte à vous.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
La France ne quittera pas le Mali et reste déterminée dans la lutte contre le terrorisme, dixit le ministre français des Armées
Assemblée nationale du Burkina : Alassane Bala Sakandé reçoit en audience une délégation canadienne
Lutte contre le terrorisme au Sahel : Le nouveau commandant de la Force Barkhane chez le président du Faso
Guinée : La CEDEAO donne six mois aux putschistes pour rétablir l’ordre constitutionnel
Système des nations unies au Burkina : La coordonnatrice Barbara Manzi chez Roch Kaboré
Lutte contre le terrorisme : Les parlements du monde pour une mobilisation en faveur du Sahel
Appel en faveur du Sahel : Lancé par l’Union interparlementaire, le Comité interparlementaire du G5 Sahel, le Parlement arabe et l’Assemblée parlementaire de la Méditerranée
Coopération nigéro-burkinabè : « Nous sommes le même peuple, sur le même espace », rappelle le IVe vice-président de l’Assemblée nationale du Niger, Ibrahim Yacoubou
Coopération Europe - Burkina : Une étude pour évaluer la digitalisation au Burkina Faso
Putsch en Guinée : Le pays suspendu des instances de décision de la CEDEAO
Coopération Allemagne-Burkina : Trois organisations culturelles et éducatives burkinabè reçoivent l’aide de "Internationaler Hilsfond"
Défi sécuritaire : Le Mali et le Burkina Faso veulent mutualiser davantage leurs efforts
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés