Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne vous laissez pas éteindre, vous ne savez pas pour qui vous êtes lumière. »  Igor Markvitch

Nuit culturelle TAC : Le symbole d’un brassage entre deux peuples

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mardi 30 juillet 2019 à 13h51min
Nuit culturelle TAC : Le symbole d’un brassage entre deux peuples

Dans le cadre du Traité d’amitié et de coopération (TAC) qui se tient à Ouagadougou, il a été organisé le 29 juillet 2019, une nuit culturelle et artistique au sein du SIAO. Ce fut une occasion pour la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso de convoler en justes noces à travers la culture.

C’est une première du genre, dans l’histoire du Traité d’amitié et de coopération (TAC). Loin des accords et autres actes diplomatiques, l’aspect culturel aussi eu sa part d’expression. C’est l’innovation de cette huitième édition du TAC : une nuit culturelle pour sceller davantage les relations de fraternité entre les peuples burkinabè et ivoirien.

La soirée a été riche en prestations d’artistes. Au total, sept troupes traditionnelles (quatre du Burkina Faso et trois de la République de Côte d’Ivoire) ont montré leur savoir-faire sur le podium. Ce sont les troupes Lolona, Lomboyoro, Rogmika et Warba de Naaba Yadega du Burkina Faso ; et venant de la Côte d’Ivoire, les troupes Zahouli, Badeya et Ahoko. Elles ont tenu le public en haleine, tout au long de la soirée.

Tah BI est le responsable de la troupe ivoirienne Zahouli. Elle n’est pas à sa première participation à un évènement au pays des Hommes intègres. Selon Tah Bi, « nous sommes à notre troisième prestation au Burkina ; je pense que ce genre d’évènement nous permet de nous enrichir. Le Burkina est un pays accueillant, et je m’y plais ! ».

Symbiose entre Burkinabè et Ivoiriens

A ce rendez-vous culturel, des autorités des deux pays dont la ministre de l’Education nationale, Kandia K. Camara, représentant le ministre ivoirien de la culture, Maurice Kouakou Bandaman, ont répondu présentes.

La ministre Camara s’est dite enchantée d’être présente à cette nuit culturelle TAC : « Cette fête nous donne l’occasion de renforcer davantage cette coopération entre nos deux pays qui, d’ailleurs, est assez dynamique … Il y a plus d’une soixantaine d’activités que nous menons ensemble. C’est la preuve que la coopération entre nos deux pays se porte à merveille. Cela ne fait que renforcer les liens très forts qui existent entre nos deux chefs d’Etat et surtout entre les deux peuples. C’est la symbiose entre les acteurs burkinabè et ivoiriens.

Kandia K.CAMARA , ministre ivoirienne de l’éducation nationale

Les personnes qui sont venues assister à ces spectacles, ont été enrichies par la diversité culturelle. Et c’est cela l’éducation, la formation. Cela permet d’avoir un esprit plus ouvert. A travers cette expérience, on s’améliore en côtoyant les autres. Et surtout, on fait vivre le brassage culturel ». La ministre ivoirienne n’est pas venue les mains vides. Elle a, au nom de son gouvernement, remis des tableaux au gouvernement burkinabè.

Un défilé de mode a aussi rythmé la soirée

Les troupes traditionnelles n’ont pas été les seules à prester en cette nuit culturelle TAC. En effet, une brochette de stylistes, d’accessoiristes et de coiffeurs étaient également au rendez-vous. A tour de rôle, les artisans de la mode ivoirienne et burkinabè ont donné de la couleur et du rythme à la soirée. Qu’ils soient chevronnés ou débutants, ils ont fait pétiller les yeux du public avec leurs créations de haut de gamme.

Mandé Issouf , spectateur à la nuit culturelle du TAC

Pour Mandé Issouf, ce Burkinabè qui a vécu longtemps en Côte d’Ivoire, « ce genre de nuits culturelles permettent aux populations des deux pays de se retrouver ensemble. J’en sors très content car j’ai pu voir des danses traditionnelles ivoiriennes et burkinabè. Cela me rappelle mon enfance en Côte d’Ivoire et ma jeunesse au Burkina Faso. Cela m’a permis aussi de mieux m’imprégner de la culture de mon pays ».

TAH Bi , représentant de la troupe Zahouli

La prochaine édition de la nuit culturelle aura lieu en Côte d’Ivoire en 2020.

Samirah BATIONO (Stagiaire)
Le Faso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Fonds de soutien au secteur culturel et touristique : Des artistes musiciens dénoncent une gestion clanique de la subvention
Fermeture des bars et débits de boisson : Les promoteurs réclament des mesures d’accompagnement
Décès de YAMEOGO Joseph : faire part et remerciements
Royaume de Ouagadougou : Des frictions entre le Gounghin Naaba et le Laarlé au sujet d’un livre à paraitre
Covid-19 : Floby vient en soutien au syndicat des artistes musiciens
Covid-19 : Un fonds de plus d’un milliard pour soutenir les acteurs culturels et touristiques
Paiement par anticipation des droits d’auteur : le BBDA répond au syndicat des artistes
Culture : L’humoriste « lajaguar » devient « le vagabond de l’assainissement »
Covid-19 : la culture touchée, mais pas coulée
Lutte contre le covid-19 au Burkina : L’artiste Don Sharp de Batoro participe au combat
Religion : « La musique est un moyen d’évangélisation », dixit l’abbé Lucien Wanré
Christiane Zoungrana : « Le tissage, c’est une histoire d’amour »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés