Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut savoir s’instruire dans la gaieté. Le savoir triste est un savoir mort. L’intelligence est joie. »  Voltaire

Les grandes priorités du gouvernement Dabiré II : La sécurité, la corruption, la réconciliation et le foncier

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • lundi 11 janvier 2021 à 23h00min
Les grandes priorités du gouvernement Dabiré II : La sécurité, la corruption, la réconciliation et le foncier

La composition du gouvernement Dabiré II est connue depuis le dimanche 10 janvier 2021. Il est composé de 33 membres dont 8 ministres délégués. Les "heureux élus" ne sont pas choisis parce qu’ils sont les plus beaux. C’est parce qu’en eux, l’on a vu des compétences. Ces atouts permettront de mettre en œuvre des actions qui satisfassent les besoins des Burkinabè. Des priorités majeures, il y en a. Nous en avons recensé quatre.

Le gouvernement Dabiré II a du pain sur la planche. Au Burkina Faso, tout est prioritaire. Mais, à ce stade, on peut s’accorder pour dire qu’il y a urgence dans les priorités. D’abord, nous avons la sécurité. Les Burkinabè veulent aller et venir librement sans être inquiétés. Ils veulent rester chez eux pour mener leurs activités. Cela est devenu aujourd’hui pour certains, un rêve.

Les terroristes et autres bandits de grands chemins dictent leurs lois dans certaines contrées du pays. Cela oblige les braves populations à s’enfuir. Elles partent à la recherche d’un nouvel eldorado, une nouvelle terre promise. En 2020, la situation sécuritaire a évolué positivement. Les acquis ont certainement pesé pour la reconduction des ministres concernés. On peut se réjouir, mais du travail reste encore à faire.

La corruption, un poison qui tue le pays

L’autre fait important, c’est la lutte contre la corruption. C’est un phénomène qui gangrène toute la société burkinabè. Tous, ou presque, ont été soient corrupteurs ou corrompus un jour. Mais la plus emblématique demeure la gestion scabreuse de la chose publique. Roch Kaboré a une occasion de rentrer dans l’histoire des Hommes de probité. Il s’agit de mener une lutte sans faille et sans merci contre cette pratique.

Elle tue à petit feu le Burkina Faso. Elle est la cause de nombreux problèmes. Elle met à mal l’équilibre social. Le président du Faso devra donc tenir un discours franc et direct envers ses collaborateurs. Toute personne qui sera "mouillée" doit être sanctionnée à la hauteur de son imprudence. Quand on vous coupe la tête, point de maux d’yeux. Ceux d’en haut doivent donner l’exemple.

La réconciliation, le mot fétiche de la campagne électorale

La réconciliation est devenue le maitre mot de certains Burkinabè. Apparemment sans elle, ils ne vont pas se mettre en ordre de bataille pour la construction de la nation. La nation peut bruler comme elle veut, tant qu’ils ne seront pas réhabilités, point d’appui.

Pourtant, quand il y a un incendie dans une maison, l’alerte à donner n’a pas de propriétaire. C’est celui qui voit en premier le feu qui crie et qui demande de l’aide. Néanmoins, il faut leur reconnaitre le droit de vouloir être réhabilité. S’ils veulent la réconciliation, c’est qu’ils sont prêts à faire les sacrifices nécessaires qui s’imposent. Vivement donc que les filles et fils du Burkina arrivent à regarder dans la même direction, le cœur léger.

Le foncier, une bombe à retardement

La dernière grande priorité demeure le foncier. Voici un bien qui ne s’augmente pas. Les 274 000 Km2 du Burkina ne s’agrandissent pas. C’est la spéculation qui tue les terres. Si des braves populations ne sont pas spoliées des terres de leurs ancêtres, ce sont des citoyens avides d’argent qui les vendent à vil prix à des nantis. Les non-lotis ont encerclé les grandes villes. Chaque citoyen burkinabè veut avoir un chez soit avec sa petite famille.

Pourtant, il faut les mêmes terres pour cultiver, pour planter des arbres, pour réaliser des retenues d’eau. Des délinquants à col blanc avaient été débusqués dans de nombreuses enquêtes dans la vente des parcelles. C’est le moment de faire le nettoyage et d’assainir le milieu.
Les hommes et les femmes aux postes ont l’intelligence nécessaire pour mener à bien les différentes missions. Pourvu qu’ils aient la volonté et qu’ils soient vraiment de " bons, fidèles et loyaux serviteurs" du peuple !
Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 11 janvier à 16:33, par A qui la faute ? En réponse à : Les grandes priorités du gouvernement Dabiré II : La sécurité, la corruption, la réconciliation et le foncier

    Le foncier et la corruption c’est finalement le même thème de la corruption, le boulet des pays pauvres. Et le premier élément de corruption c’est l’Etat lui même qui le met en place avec les caisses noires. Comment dépenser de l’argent dans le noir sans que ça soit de la corruption. Si tout est tracé ça dissuade les pervers déjà. Vous montrez la voie et sortez pour faire semblant de lutter. Surtout que c’est le dernier mandat certains savent qu’ils ne seront pas ministre avec Bala Sakandé et n’hésiteront pas à perdre 10 millions lors d’un voyage :)
    Donc c’est maître Sankara le ministre de la corruption ou plus exactement de la lutte contre la corruption ?
    Bonne chance !

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 16:47, par @@GOG En réponse à : Les grandes priorités du gouvernement Dabiré II : La sécurité, la corruption, la réconciliation et le foncier

    Pendant que le nouveau gouvernement travaille à satisfaire les populations sur les quatres priorités citées,il peut harmoniser les salaires,de telle sorte à éviter l’iniquité, l’injustice dans le traitement salarial.Il doit mettre fin au fond commun ou bien, le ramener à des proportions accepées par tous.Dans cette même fonction publique ,nous devrions tous être traités avec une même justice. Favoriser illégalement certains et défavoriser injustement d’autres, fait de la fonction publique une poudrière.Mettre fin à ce FC,c’est assainir les comportements de tous les agents de l’État . Personne ne s’en plaindra.C’est ma contribution à la bonne gouvernance.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 06:56, par le jaloux En réponse à : Les grandes priorités du gouvernement Dabiré II : La sécurité, la corruption, la réconciliation et le foncier

    bonour cher Monsieur. on a plutot l’impression que vous utilisez deux temps dans votre écrit. est ce à dire qu’il nous une justice variable pour des criminelles d’n meme pays ? "Toute personne qui sera "mouillée" doit être sanctionnée à la hauteur de son imprudence."
    "Des délinquants à col blanc avaient été débusqués dans de nombreuses enquêtes dans la vente des parcelles. C’est le moment de faire le nettoyage et d’assainir le milieu."

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 12:21, par Thién En réponse à : Les grandes priorités du gouvernement Dabiré II : La sécurité, la corruption, la réconciliation et le foncier

    Monsieur le journaliste, vous aurez dû aller demander les priorités de ce gouvernement au lieu de nous donner ce que vous vous croyez être les priorités !
    Ne nous créez pas de la confusion svp !

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 13:19, par Sacksida En réponse à : Les grandes priorités du gouvernement Dabiré II : La sécurité, la corruption, la réconciliation et le foncier

    En plus de travailler a l’instauration de l’equite des salaires des fonctionnaires, il faut que l’exemplarite vienne des Dirigeants eux meme en instaurant une equite salariale respectant les textes a cet effet afin d’eviter des salaires ministeriels negocies hors des textes en vigueur au Burkina Faso. La reduction du train de vie de l’etat doit commencer par des vehicules de fonctions publiques modestes et raisonnables qui va consommer moins de carburant. Si les dirigeants eux memes ne changent pas leurs mentalites pour se conformer aux moyens reels du pays ; il est clair que ce pays ne sera pas a l’habrit des crises sociales et surtout evidemment une eventuelle Revolution Democratique comme celle du 4 Aout 1983. Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 16:09, par DOUNDOOZI N’ZIKA En réponse à : Les grandes priorités du gouvernement Dabiré II : La sécurité, la corruption, la réconciliation et le foncier

    Nouveau gouvernement ou ancien gouvernement, une chose est sûre et préoccupe tout le monde, sauf ceux qui boivent et font tout avec l’eau Laafi ou ont un forage personnel : la question de l’eau préoccupe plus de personnes que l’article 37 de la Constitution qui a pourtant chassé un homme fort avec son RSP du Pouvoir en pleine journée.

    Faites quelque chose sinon, l’ONEA qui va vous chasser (au propre comme au figuré) du pouvoir.

    Répétons-le : la révision de l’article 37 de la Constitution intéresse ceux qui veulent accéder au Pouvoir et jouir de ses privilèges, alors que la question de l’eau préoccupe toux ceux qui veulent seulement exercer leur premier droit, le droit à la vie ; en somme ceux qui ne souhaitent que vivre.

    Dites un mot au DG de l’ONEA pour qu’il revienne sur ses mesures impopulaires qu’il appelle "stratégie" dont l’effet est de tromper le consommateur.
    Qu’il envoie ses releveurs passer chaque mois relever la consommation effective du client à son compteur, au lieu de facturer une consommation fictive qu’il appelle "moyenne". Moyenne de quoi, par rapport à quels index ?

    Pour avoir de l’eau (plus d’air que d’eau d’ailleurs), il faut attendre jusqu’à 23 heures ou plus tard, et à 05 heures on en a plus.
    C’est en ce moment où il n’y a pas d’eau que les factures sont plus élevées.

    M. le DG de l’ONEA ! Faites pardon ! Ayez un peu pitié des burkinabé pauvres, et ayez la crainte de DIEU dans votre cœur, pour facturer à chacun sa consommation effective.

    Vos releveurs ne sont pas gênés d’aller tendre une facture de 75000 FCFA à un client qui ne payait que 4000 FCFA, parfois moins, depuis plusieurs années.

    Sil vous plait ! N’en rajoutez pas aux souffrances des populations déjà accablées par le coût sans cesse croissant de la vie.

    DIEU bénisse les habitants du Burkina Faso, dont vous faites partie.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 16:59, par le fou En réponse à : Les grandes priorités du gouvernement Dabiré II : La sécurité, la corruption, la réconciliation et le foncier

    Le foncier est source de corruption, de conflit, de pauvreté, selon qu’on est dans un camp. L’agent qui raquette les citoyens sur la route veut construire une maison, deux frères ne se parlent plus car voulant vendre les biens fonciers de la famille pour s’enrichir, des villages entiers bradent les terres au profit des propriétaires immobiliers etc.. Résoudre ce problème foncier peut aider à résoudre pas mal de problèmes sociaux qui secouent le Burkina et booster son développement.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 18:16, par Moi MEME En réponse à : Les grandes priorités du gouvernement Dabiré II : La sécurité, la corruption, la réconciliation et le foncier

    Ceux qui ne sont pas en danfani, il faut les virer !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina : Hadja Ouattara, Madame « Digital » du gouvernement Dabiré
Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme : Elyse Thiombiano Ilboudo prend les commandes
Ministère des Sports et des Loisirs : Dominique Nana veut une grande place aux loisirs
Ministère de l’Energie, des Mines et des Carrières : Bachir Ismaël Ouédraogo et Aimé Zongo ont pris fonction
Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville : Me Bénéwendé Sankara installé aux affaires
Réconciliation nationale : « C’est le genre de mission où il n’est pas envisageable d’échouer, sinon ça voudrait dire que le Burkina Faso a échoué », mesure Zéphirin Diabré
Ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation : Clément Pengdwendé Sawadogo veut travailler sans répit
Ministère de la Justice : Victoria Ouédraogo Kibora a officiellement pris les commandes
Ministère de la Santé : Pr Charlemagne Ouédraogo prend les rênes sous le signe de la solidarité agissante et de la cohésion sociale
Ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat : Louise Go, la sociologue au chevet de l’artisanat burkinabè
Ministère de l’Eau et l’Assainissement : Ousmane Nacro aux commandes
Ministère en charge des Burkinabè de l’extérieur : Maxime Koné installé dans ses nouvelles fonctions de ministre délégué
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés