Actualités :: Les encadreurs pédagogiques au MEBA : Arrêtez de saper notre morale (...)

" La rentrée scolaire 2004-2005 a eu lieu le 1er octobre dernier sur l’ensemble du territoire. A cet effet, le syndicat national des encadreurs pédagogiques de l’éducation de base (SNEP) adresse à l’ensemble des encadreurs pédagogiques un message de bonne rentrée. Le syndicat souhaite surtout que ceux-ci soient de bons exemples afin que l’école burkinabè puisse fournir une bonne éducation.

Camarades militantes et militants, chers sympathisantes et sympathisants du SNEP, en cette rentrée scolaire 2004-2005, nous vous adressons nos vœux de bonne rentrée et de succès.
Vœux de bonne santé, de prospérité et de réussite dans toutes vos entreprises.

Nos encouragements vous accompagnent et vous soutiennent car depuis quelques années avec la gestion scabreuse et plus qu’approximative qui est faite du département de l’éducation de base, des difficultés telles que le manque de moyens logistiques, (motocyclettes, carburant, machines, …), de fournitures de bureau, d’infrastructures pour abriter nos différents services et bureaux,… seront le lot quotidien des encadreurs pédagogiques ; toutes choses qui constituent des contraintes majeures dans la réalisation de notre mission.
Cependant, en tant que patriote et acteur de changement et d’un changement qualitatif, l’encadreur pédagogique, avec le minimum de moyens mis à sa disposition saura relever le défi d’une école de qualité ; le Bureau National du SNEP, au vu de tous les sacrifices, de tous les efforts consentis chaque jour que Dieu fait, en est plus que convaincu.

Camarades militantes et militants, c’est le lieu pour nous de vous rappeler qu’en tant que syndicalistes, vous êtes des agents travailleurs, consciencieux qui luttez avec acharnement et abnégation pour l’émergence d’une école véritablement démocratique, pour le bien être de l’enfant du Faso et partant de la société burkinabè, et pour l’amélioration de nos conditions de vie et de travail.

"Nous ne sommes pas des hommes d’affaires à la moralité douteuse"

L’encadreur pédagogique ne doit pas être un agent corrompu, « détourneur », adepte du gain facile, à la vie morale dissolue et douteuse, ainsi que malheureusement veulent toujours le dépeindre certaines autorités du MEBA.. Ce type d’agent doit être banni de nos rangs afin que le concept d’encadreur modèle, à valeurs morales et professionnelles irréprochables demeure attaché à notre titre dans l’esprit de nos laborieuses populations et autorités.

Camarades militantes et militants, chers sympathisantes et sympathisants, vous conviendrez avec nous que même si le respect d’une chose est mû par des motivations intrinsèques, des motivations extrinsèques aussi peuvent l’influencer.

C’est donc le lieu pour nous d’interpeller les hautes autorités du MEBA, pour que cessent, entre autres :
- les multiples écarts de langage tendant à nous saper le moral et à considérer l’encadreur pédagogique comme un « homme d’affaires à la moralité sociale et professionnelle douteuse », un « moins que rien » et, à toute occasion, à traiter de toutes sortes de noms infamants, l’ensemble des encadreurs, au prétexte que l’un d’entre ceux qu’ils ont eux-mêmes promus, a commis des « gaffes » ;
- les décorations fondées sur des accointances claniques, amicales ou politiques au lieu d’être basées sur le travail ;
- la formation au rabais des encadreurs pédagogiques constatée actuellement à l’ENSK où des modules comme la pédagogie des disciplines, la supervision pédagogique… ne sont même pas enseignés ;
- l’ouverture anarchique et incontrôlée des Circonscriptions d’Education de Base sans aucune prévision en matière d’infrastructure d’accueil ou de logistique…
C’est aussi le lieu de rappeler aux autorités du MEBA que la question de la gestion des IAC nouvellement recrutés mérite d’être traitée avec diligence afin que conformément aux suggestions faites, ils rejoignent les classes avec un « paquet minimum » qui leur permette d’être opérationnels sur le terrain.

"Que s’améliore l’école et nos conditions d’existence"

Camarades militantes et militants, chers sympathisantes et sympathisants, à l’heure des grands bouleversements mondiaux et nationaux, au moment où le Gouvernement s’enferme dans une logique de négation des droits et avantages des travailleurs, et devant la mal gestion de notre ministère de tutelle et de ses grands dossiers comme en témoignent la question du Plan Décennal de Développement de l’Education de Base (PDEEB) qui semble désormais échapper au MEBA ou la question du personnel toujours et chaque jour plus insuffisant contrairement aux statistiques…, le SNEP vous appelle à une forte mobilisation pour l’aboutissement de notre plateforme revendicative de lutte.

Camarades militantes et militants, chers sympathisantes et sympathisants, en cette rentrée scolaire 2004-2005, nous avons une pensée particulière pour l’ensemble des partenaires sociaux du département ; en particulier les autres syndicats du MEBA auxquels nous adressons nos combattantes salutations et tous nos encouragements et les Associations des Parents d’Elèves et des Mères Educatrices à qui nous demandons une plus grande implication et disponibilité pour que main dans la main, nous engrangions encore plus de victoires.

Parlant de victoires, nous saluons les performances de plus en plus élevées et honorables de nos camarades dans les résultats scolaires et vous encourageons à redoubler d’efforts pour davantage de réussites.
Aux proches collaborateurs que sont les enseignantes et enseignants, nous redisons nos encouragements et notre disponibilité à une meilleure collaboration afin d’atteindre les objectifs fixés.

Nous souhaitons bon courage aux nouveaux encadreurs qui rejoignent cette année le terrain du combat pour une école plus populaire, démocratique et félicitons l’ensemble de ceux qui viennent d’être admis dans le corps. Nous les exhortons à s’engager dès maintenant dans la lutte syndicale pour que s’améliorent l’école burkinabè et nos conditions d’existence, de travail.
Bonne rentrée scolaire à toutes et à tous !

Ouagadougou, le 02 Octobre 2004

Pour le Bureau National,
Le Secrétaire Général,

Boubakar LOMPO

Le Burkina à co-construire de nos têtes, de nos cœurs, de (...)
L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire (...)
L’humeur de Sayouba Traoré : Encore les journalistes (...)
Situation nationale : Parole d’espérance pour le Burkina (...)
Burkina : « La situation sécuritaire n’a fait qu’empirer, (...)
Politique : La pensée unique est-elle une solution de (...)
Burkina - France : « Seuls les citoyens organisés en (...)
Départ des militaires français du Burkina : Yacouba Isaac (...)
Insécurité au Burkina : « A quel jeu joue l’Etat dans le (...)
Supposée arrivée de Wagner au Burkina : ‘’Il est (...)
Burkina Faso : « Le tableau de la crise est beaucoup (...)
Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens (...)
Nouvelle année 2023 : Vœux d’un utopiste à ses concitoyens (...)
Sayouba Traoré sur la laïcité : Puisque vous le prenez (...)
Burkina : IB, religion et ethnie
Lettre ouverte au président Traoré : Mon capitaine, les (...)
Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso (...)
Education nationale : Un citoyen interpelle le (...)
Propos Moussa Kouanda à l’AG des arabophones : ”Un poison (...)
La vie, ce n’est pas du jeu
Burkina : Pour une meilleure année 2023 en trois (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 5208



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés