Actualités :: Situation nationale : Les remèdes pour le grand malade Burkina (...)

Une ordonnance médicale, c’est ainsi que le journaliste Romial Patrice Toé baptise ses propositions pour guérir le Burkina Faso de ses maux et qu’il expose dans cette tribune adressée au capitaine Ibrahim Traoré.

Monsieur le Président Capitaine Ibrahim TRAORÉ, maintenant que vous êtes confortablement installé dans votre fauteuil de Président du Faso, permettez-moi en tant que citoyen de ce beau pays de vous proposer une ordonnance médicale pour notre grand malade le Burkina Faso. Vous avez été sur le terrain durant des années et vous n’êtes pas sans savoir que notre beau pays est en train de passer de vie à trépas. Tous ses organes vitaux sont atteints. Le cerveau ne fonctionne plus, le cœur bat au ralenti, les saignements sont partout et abondants, à peine on entend sa respiration,... Le Burkina Faso se meurt…

Mon capitaine le malade est agonisant d’où l’urgence à trouver rapidement des remèdes efficaces. Vous avez décidé d’être son médecin traitant. Je ne doute point de vos capacités à guérir ce grand malade mais n’empêche que je puisse aussi proposer quelque chose pour permettre à notre pays de se rétablir rapidement. Voici l’ordonnance que je vous propose monsieur le Président :

1/ Il faut continuer le renforcement du matériel de guerre (armes, munitions hélicoptère,...). C’est un impératif si l’on veut gagner la guerre. Peu importe avec qui on aura ces armes (France, Russie, Chine, Turquie,...)

2/ Réduire de moitié les salaires des ministres et du Président du Faso. Si vous voulez aller plus loin dans un élan révolutionnaire, gardez seulement votre salaire d’officier de l’armée. Mettez votre salaire de Président à la disposition des troupes.

3/ Mettre en vente aux enchères les ¾ des véhicules de luxe (V8, talisman et autres véhicules hyper coûteux). Cet argent servira à la prise en charge des PDI.

4/ Il faut rapidement militariser la police nationale, municipale, les eaux et forêts, les GSP, les douaniers et tous les corps paramilitaires que nous avons dans notre pays. Cette militarisation sera pour une durée déterminée (2 ,3 où 4 ans). Étant des agents de l’État payés à la fin de chaque mois, ils auront en plus de leurs salaires, une indemnité spéciale de militarisation. Ces forces seront traitées sur le même pied d’égalité sur le terrain au cours des missions pour éviter les frustrations et les incompréhensions. Les blessés de guerre et les martyrs seront également traités de la même manière.

5/ Organiser rapidement les villages et les communes pour la résistance. Il faut à ce niveau que dans chaque région, les gouverneurs soient des chefs de guerre. Que chaque gouverneur convoque une réunion de guerre avec toutes les communes de son ressort. Un militaire sera nommé dans chaque commune en tant que attaché militaire. Il aura son bureau avec son personnel pour coordonner les actions des groupes d’autodéfense et des villageois dans sa commune. Dans chaque commune nous connaissons le nombre de villages.

Des personnes seront choisies dans chaque village (le chef de terre, le chef de village où encore le chef de Canton tout dépend de l’organisation du village) pour coordonner à leur niveau la lutte. Ce leader villageois répondra de l’attaché militaire de la commune. Et les dozos et koglwéogo qui sont dans ces villages répondront de ce chef de guerre au plan villageois. Les villages pourront ainsi s’organiser pour l’offensive et la résistance. Des permanences pourront être mises en place pour veiller sur le village. Le gouverneur recevra tout ce qui est armement et vivres pour la résistance civile.

Les chefs de corps et autres responsables militaires devront travailler en tandem avec le gouverneur et les attachés militaires dans les communes pour ne pas se marcher sur les pieds.

Si ces 5 médicaments sont convenablement administrés à notre malade, je vous assure Monsieur le Président que la santé reviendra progressivement et que notre chère Patrie le Burkina Faso pourra se relever définitivement de cette situation qui risque de le faire disparaître de la carte.

Dieu bénisse le Burkina Faso
La Patrie où la mort nous vaincrons !

Romial Patrice TOE
Journaliste / Gaoua

Burkina : « La situation sécuritaire n’a fait qu’empirer, (...)
Politique : La pensée unique est-elle une solution de (...)
Burkina - France : « Seuls les citoyens organisés en (...)
Départ des militaires français du Burkina : Yacouba Isaac (...)
Insécurité au Burkina : « A quel jeu joue l’Etat dans le (...)
Supposée arrivée de Wagner au Burkina : ‘’Il est (...)
Burkina Faso : « Le tableau de la crise est beaucoup (...)
Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens (...)
Nouvelle année 2023 : Vœux d’un utopiste à ses concitoyens (...)
Sayouba Traoré sur la laïcité : Puisque vous le prenez (...)
Burkina : IB, religion et ethnie
Lettre ouverte au président Traoré : Mon capitaine, les (...)
Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso (...)
Education nationale : Un citoyen interpelle le (...)
Propos Moussa Kouanda à l’AG des arabophones : ”Un poison (...)
La vie, ce n’est pas du jeu
Burkina : Pour une meilleure année 2023 en trois (...)
Lutte contre le terrorisme au Burkina : « Il faut (...)
Massacre de 28 peuls à Nouna : « De la gestion d’une (...)
Burkina : Le moment churchillien du Peuple burkindi
MPSR II, 100 jours de ballotage défavorable : (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 5208



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés