Actualités :: Burkina : Plaidoyer pour la mise en place d’un Conseil national des réformes (...)

Le politiste Sampala Balima propose la mise en place d’un Conseil national des réformes (COR) pour une gouvernance stratégique de la Transition qui devrait s’ouvrir au Burkina.

« OBJECTIF : Pour une gouvernance stratégique de la Transition.

STRUCTURES PRINCIPALES :
1.CONSEIL D’ORIENTATION DES REFORMES

L’invention de ce Conseil procède du constat régulier de l’inefficacité des institutions classiques dans l’adoption et la mise en œuvre des politiques publiques en temps de crise. Une transition reste et demeure un instant politique fragile dont la difficulté majeure est d’imprimer des changements structurels durables pour la post-transition. Lorsqu’elle est prise en otage par les rationnalités individuelles liées notamment à l’accès ou la conservation des places au sein des institutions d’État, toute transition minimise de facto ses chances de réussite.

un COR à 4 organes alignés sur les axes prioritaires de la charte de la transition :

.COMMISSION DES REFORMES DE JUSTICE INSTITUTIONNELLE ET JUSTICE SOCIALE.

.COMMISSION DES REFORMES CONSTITIUTIONNELLES

.COMMISSION DES REFORMES EDUCATIONNELLES

.COMMISSION DES REFORMES SANITAIRES.

Composition technique
Des cadres techniques indépendants à majorité
Des cadres techniques institutionnels à minima.
Des représentants de regroupements (partis politiques, société civile) à minima.

Ainsi peut-on imaginer une Commission des réformes constitutionnelles composée de 25 membres dont :

-  15 Expert.e.s Sectoriel.le.s indépendant.e.s,
-  5 Expert.e.s du cabinet ministériel,
-  3 des partis politiques,
-  2 de la société civile.

Ancrage institutionnel

Le COR s’ancre institutionnellement à la Présidence du Faso pour conférer à l’organe tout le poids politique nécessaire et surtout les moyens indispensables pour mener à bien ses différentes missions. Ce niveau de portage institutionnel permet :
- d’Élaguer l’écueil de la multiplication institutionnelle par la condition de temporalité qui est celle de la transition elle-même afin de hâter la production de politiques audacieuses pour adresser la crise et l’après crise.

- de faire examiner sans difficulté majeure les résultats des travaux en conseil des ministres et ensuite de porter le projet à l’examen de la constituante.
Le COR a non seulement l’avantage :
- de la célérité,

- de pallier le déficit de compétences au niveau de la constituante,
- de décharger les ministères de ce processus de transformation qui est très consommateur en ressources humaines rares.

2. CONSEIL DES MEDIATIONS Internes des crises (Conseil des sages)

Pour une fabrique de l’inter-communautarisme en temps de crise.

Il est ceci d’évident que le Burkina traverse une crise du vivre ensemble ! Tout aussi évident est l’insuffisance de l’État dans sa forme actuelle à répondre à son rôle d’outil de médiation. Et, ceci, en raison de la faible identification d’une certaine masse citoyenne à l’outil institutionnel. D’où la demande régulière et forte toujours présente dans le discours ambiant de solutions endogènes. Or en cela, les sociétés africaines regorgent de mécanismes portés par le leadership de communautés, pour peu que ceux-ci s’émancipent du clientélisme politique.

Par-delà nos frontières, le CM devra mobiliser ses efforts pour la construction des ponts avec les personnes ressources de même niveau de légitimité dans la sous-région. La trans-nationalité de la crise oblige à une nouvelle ingénierie sociale. »

Dre Sampala BALIMA
Politiste

Burkina : Il faut sonner la fin de la récréation au (...)
Burkina : Sortir de la crise sécuritaire en donnant une (...)
Association des Journalistes Sportifs du Burkina : Le (...)
Libres propos : Un buzz qui ne nous fait pas (...)
CAN féminine Maroc 2022 : Le Onze de départ des Etalons (...)
CDP : "Ces lettres qui mettent à nu le complot contre (...)
Lutte contre le terrorisme dans le Sahel : "La (...)
La haine des maîtres : jusqu’où ira le délire ?
Lutte contre le terrorisme : « C’est un devoir pour (...)
Burkina : Peu importe l’ennemi il faut le détruire
Burkina : La Patrie ET la Mort, nous Vaincrons (...)
Vie sociale : « Le chef de famille n’est pas un (...)
Burkina Faso : Il faut supprimer l’armée pour sauver le (...)
Coût des imprimés au service des impôts de N’Dorola : (...)
Solhan, Madjoari, et Seytenga : Comprendre les (...)
Transition au Burkina Faso : Réflexion sur la désignation (...)
Burkina Faso : Les fondements sociologiques de la crise (...)
Tribune : « Pendant que la France condamne de façon ferme (...)
Tribune : Yéli Monique Kam dénonce un excès d’ingérence de (...)
Lutte contre l’inflation au Burkina : La guerre du pain (...)
Lutte anti-terroriste en Afrique de l’Ouest : Adama (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 5082

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés