Actualités :: Elèves et fléaux sociaux : Mon cri de cœur

Mettre un enfant au monde, le nourrir, l’habiller et lui acheter un moyen de déplacement est une excellente chose. Mais l’éduquer à manger avec décence, à respecter son corps, à ne pas voler le bien d’autrui ; à prendre soin de sa vie quand il utilise son moyen de déplacement sont tout aussi vitaux. C’est la conviction de la sociologue et communicatrice Monique B. Yarga, qui part d’une anecdote vécue dans une rue de Ouagadougou pour sensibiliser dans ce sens.

« Mon fils, il faut rejoindre la voie dédiée aux véhicules à deux roues. Ici, tu ne peux pas circuler avec ce type de cylindré et s’il te plaît, porte ton casque au lieu de l’accrocher au guidon de ta moto. Il te protègera en cas de chute. ». Réponse du jeune homme : « De quoi, il se mêle ce vieux con ! ». Voilà en substance, les échanges qu’un vieux d’une cinquantaine d’années m’a relaté avec un jeune en tenue scolaire aux feux tricolores d’une des avenues de Pissy. La suite, poursuit le vieux, dès que le feu rouge a viré au vert, l’élève a démarré en trombe et a poursuivi sa route dans la chaussée réservée aux gros cylindrés et aux véhicules à quatre roues. « En plus de la réponse impolie qu’il m’a adressée, il a royalement ignoré mes conseils. Pour ma part, j’ai ravalé ma colère, feint d’ignorer cette réponse grossière du môme en public, les rires de certains usagers de la route qui ont assisté à la scène et j’ai continué mon chemin vers mon bureau. Toute la journée, j’ai cogité dans ma tête, mille et une fois, sur cette mésaventure matinale », conclue-t-il.

Je rends compte du témoignage poignant de ce quinquagénaire pour susciter le débat sur l’éducation de nos enfants en lien avec les fléaux sociaux. Comme cet adolescent, ils sont nombreux les Burkinabè, enfants, jeunes, adultes et même des personnes d’un certain âge à se comporter ainsi dans la société.
Mais qu’entend-t-on par fléaux sociaux ? Quels en sont les causes, les conséquences, les pistes de solutions ?

Pour Fabrice Cahen et Adrien Minard (2016), le concept est apparu dans le dernier tiers du XIXe siècle et renvoie de façon extensible à un ensemble de maux (tuberculose, cancer, mortalité infantile, « dépopulation », etc.) perçus comme autant de menaces pour la survie de la collectivité toute entière. Ces auteurs citent à ce propos l’hygiéniste R. Deguiral (1953 : 12) pour qui « Les fléaux sociaux sont non seulement le résultat d’un agent pathogène, mais aussi de conditions de vie, de climat, d’habitation, de travail, de comportement, de possibilité ou d’habitude alimentaire... Ils se caractérisent par leur puissance d’extension et de multiplication ».

Si nous essayons de tropicaliser le concept pour le ramener au contexte Burkinabè, les fléaux sociaux pourraient toucher une gamme variée de faits sociaux allant de la santé, à l’hygiène publique, sans oublier le civisme, etc. Ainsi, peut-on citer : la toxicomanie, la prostitution, l’alcool, le non-respect des personnes âgées, des feux tricolores, des personnes en situation de fragilité (femmes enceintes, personnes en situation de handicap). Les exemples sont légions quand nous échangeons avec des parents d’élèves sur des cas de manquements dans la société avec des conséquences sommes toutes dommageables, non seulement pour les individus mais aussi pour la société Burkinabè.

Concernant le cas de la drogue, les médias rapportent parfois des images d’élèves qui fument des cigarettes à l’entrée des établissements scolaires et même de jeunes qui s’adonnent à la chicha. Certes, la fermeture de certains fumoirs dans la capitale Ouagadougou ces derniers temps par les forces de l’ordre a mis un peu de l’ordre mais le fléau n’est pas éradiqué pour autant. Malheureusement, ce vice est souvent accompagné de celui de l’alcool, de la débauche sexuelle et de l’incivisme. En effet, certains jeunes sus- mentionnés conjuguent parfaitement drogue, alcool et sexe.

Des boissons alcoolisées aux canettes énergisantes, tout y passe souvent dans un climat de concurrence sur qui « descendra » le maximum de bières ou qui sera « fort » en nombre de « coups » ou d’actes sexuels en un temps record. Quelle société en déliquescence ! Le jeune n’a pas encore achevé son développement physique qu’il a achevé de connaître toutes les positions sexuelles et est à « n » partenaires sexuels, souvent sans protection, avec son corollaire de maladies sexuellement transmissibles, dont le VIH et l’hépatite B.

A croire que le virtuel des télés novelas est devenu une téléréalité où la recherche du sensationnel tend à devenir une mode vulgaire ; toute chose qui est aux antipodes de nos us et coutumes, des valeurs et normes culturelles que nos ancêtres nous ont léguées. Le comble, c’est que ces mômes à la fleur de l’âge n’entendent point raison et sont allergiques à la critique comme ce jeune enfourchant son bolide au feu tricolore de Pissy. Et que dire de ces compétitions de vitesse des jeunes, à vous couper le souffle et à donner un trend croissant à votre tension artérielle, sur l’échangeur du Nord ou dans les larges ruelles des quartiers huppés de Ouaga 2000 !

Dans ces conditions, quand survient un accident mortel, le drame par-delà le blâme et l’émotion devrait nous ramener à la raison, sinon aux raisons profondes de ces situations macabres. Certes, il est bon de trouver la cause, de pointer un doigt accusateur pour identifier le mal, ses ramifications, ses contours, ses pourtours... En cela, je fais partager la responsabilité à nous les parents, aux enseignants, aux voisins, aux amis, à l’Etat, à la société toute entière. Toutefois, j’accuse les parents, pour paraphraser le chantre de la Négritude, Aimé Césaire qui écrivait : « Je demande trop aux hommes ! Mais pas assez aux Nègres ».

Je demande donc trop aux parents car ils portent l’entière responsabilité de la venue d’un enfant au monde, de son éducation et de son insertion utile dans la société. C’est une vérité de Lapalisse d’affirmer que l’enfant est un don de Dieu. Combien n’écumeraient-ils pas ciel et terre pour implorer Dieu, Allah, les mânes des ancêtres, etc. pour en avoir un seul enfant, peu importe son sexe, son état de santé physique ou mentale, pourvu qu’il soit le fruit de ses entrailles ? Embouchant la même trompette, le révolutionnaire Amical Cabral affirmait que « Les enfants sont les fleurs de notre lutte et la raison de notre combat ». J’accuse donc les parents qui ont mis au monde un enfant et le laissent sans éducation. Assurer son alimentation, payer ses vêtements, son moyen de déplacement...c’est formidable. Mais l’éduquer à manger avec décence, à respecter son corps, à ne pas voler le bien d’autrui ; à prendre soin de sa vie quand il utilise son moyen de déplacement sont tout aussi vitaux.

Comment nos enfants le sauront-ils si nous ne les entretenons pas sur ces sujets ? Personne ne naît homme ou femme, non par sur le plan biologique, mais socialement parlant. C’est par l’éducation que nous devenons réellement femme ou homme. Mais combien de temps passons-nous dans les maquis, dans les salons de coiffure, sur les réseaux sociaux, et même lorsque nous sommes à domicile, combien de temps nous asseyons-nous avec notre progéniture pour discuter de leurs besoins, de leurs difficultés, de leurs journées à l’école ? Combien de fois tenons-nous des réunions de famille pour les sensibiliser sur la drogue, la sexualité, l’alcool, l’usage « intelligent » des réseaux sociaux ?

Combien de fois leur montrons-nous par l’exemple que nous devons respect et honneur à la personne âgée en la saluant avec déférence ou en lui cédant notre place dans la file de paie de notre facture ONEA ? Combien de fois avons-nous donné l’opportunité à notre voisine, à notre amie ou à notre sœur de critiquer tel comportement déviant de notre enfant et le punir (sans méchanceté mais aussi sans complaisance), si cela est avéré ? Ne préférons-nous pas sur-protéger nos enfants, jouer à l’autruche et ignorer une vérité qui nous reviendra, tôt ou tard, comme un effet boomerang ?

Nous n’avons pas la prétention de donner des enseignements ou d’avoir épuisé le débat, tant le domaine des fléaux sociaux est éclectique (toxicomanie, alcool, prostitution, etc.) et vaste comme le ciel. Néanmoins, nous voulons, en toute humilité, par ce cri de cœur susciter la prise de conscience sur la question. A chacun alors de faire sien ce maxime africain : « éduque ton enfant comme un caillou et il reviendra comme de l’or pour toi et toute la communauté. Mais ne l’éduque pas comme de l’or car il te reviendra comme un caillou et en ce moment, tu auras envie de le jeter mais tu ne pourras pas, puisque c’est ton enfant ».

Que le discernement habite davantage chacun de nous pour une meilleure éducation de nos enfants, gage d’une société burkinabè débarrassée des fléaux sociaux et davantage intègre en tous points de vue. Ce n’est pas une chimère. C’est faisable ! »

Sources des citations :

Aimé Césaire, La tragédie du roi Christophe, Présence africaine, 1963
Fabrice Cahen et Adrien Minard, « Les mobilisations contre les « fléaux sociaux » dans l’entre-deux-guerres », Histoire & mesure, XXXI-2 | 2016, 141-170.
R. Deguiral (1953) cité par Fabrice Cahen et Adrien Minard, « Les mobilisations contre les « fléaux sociaux » dans l’entre-deux-guerres », Histoire & mesure, XXXI-2 | 2016, 141-170.

Auteur :
YARGA Monique B.
moniqueyarga@gmail.com

Burkina : Il faut sonner la fin de la récréation au (...)
Burkina : Sortir de la crise sécuritaire en donnant une (...)
Association des Journalistes Sportifs du Burkina : Le (...)
Libres propos : Un buzz qui ne nous fait pas (...)
CAN féminine Maroc 2022 : Le Onze de départ des Etalons (...)
CDP : "Ces lettres qui mettent à nu le complot contre (...)
Lutte contre le terrorisme dans le Sahel : "La (...)
La haine des maîtres : jusqu’où ira le délire ?
Lutte contre le terrorisme : « C’est un devoir pour (...)
Burkina : Peu importe l’ennemi il faut le détruire
Burkina : La Patrie ET la Mort, nous Vaincrons (...)
Vie sociale : « Le chef de famille n’est pas un (...)
Burkina Faso : Il faut supprimer l’armée pour sauver le (...)
Coût des imprimés au service des impôts de N’Dorola : (...)
Solhan, Madjoari, et Seytenga : Comprendre les (...)
Transition au Burkina Faso : Réflexion sur la désignation (...)
Burkina Faso : Les fondements sociologiques de la crise (...)
Tribune : « Pendant que la France condamne de façon ferme (...)
Tribune : Yéli Monique Kam dénonce un excès d’ingérence de (...)
Lutte contre l’inflation au Burkina : La guerre du pain (...)
Lutte anti-terroriste en Afrique de l’Ouest : Adama (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 5082

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés