Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve.» Antoine de Saint-Exupéry

Burkina - France : Une matinée pour mettre en lumière les actions de coopération

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET • mardi 28 janvier 2020 à 22h10min
Burkina - France : Une matinée pour mettre en lumière les actions de coopération

Pour une opération de charme, c’en était une. En une matinée, partenaires de développement et journalistes ont fait une immersion dans plusieurs chantiers qui caractérisent la dynamique d’un partenariat renouvelé entre le France et le Burkina Faso. C’était mardi 28 janvier 2020, au cours d’un événement placé sous les auspices de l’ambassadeur de France, Luc Hallade. Nous vous proposons en substance les actions de ce partenariat dans les domaines de l’énergie, de l’orpaillage, de l’eau et de l’assainissement.

La crise sécuritaire que traverse le Burkina Faso cristallise les attentions sur les soutiens apportés par les « amis ». Pourtant, à côté de l’appui au plan sécuritaire, il y a celui qui soutient la croissance économique. Pour l’Ambassadeur de France au Burkina Faso, les actions de développement ne sont pas assez connues du grand public. En initiant l’événement « Matinée de partenariat renouvelé entre la France et le Burkina Faso », l’objectif, selon le diplomate Luc Hallade, « n’est pas de faire de la pub mais d’expliquer et présenter ce qui est fait sur le terrain ».

Luc Hallade, ambassadeur de France au Burkina Faso

Partenaire de la transition énergétique

La table ronde inaugurale de l’événement a porté sur l’énergie. La France, à travers son agence de développement (AFD), se présente comme un partenaire clé du Burkina Faso dans ses projets visant à accroître l’offre d’énergie, pour un plus grand nombre. L’AFD qui accompagne notamment la Société nationale d’électricité du Burkina Faso (SONABEL) depuis 30 ans avec la première interconnexion Ouagadougou – Koudougou, a surtout permis, selon la partie burkinabè, d’étendre le réseau électrique dans les villes de Ouahigouya, Dori, Kaya, Djibo, de diversifier le mix énergétique et de satisfaire les besoins du Burkina à moindre coût. « Si toutes les interconnexions soutenues par l’AFD n’avaient pas existé, le Burkina Faso aurait perdu près de 150 milliards de francs CFA dans la production d’énergie thermique », a déclaré M. Daniel Sermé, secrétaire général de la SONABEL.

La centrale solaire de Zagtouli, considérée comme étant la plus grande d’Afrique de l’ouest, avec une capacité de production maximale de 33 mégawatts, et un coût de 47,5 millions d’euros, a également bénéficié d’un financement de l’Agence française de développement et de l’Union européenne. Cette centrale et bien d’autres projets solaires d’électrification rurale permettront, selon les acteurs, d’augmenter le taux d’électrification national qui est actuellement d’environ 22%.

Tanguy Denieul, directeur de l’Agence française de développement

Encadrer l’orpaillage

Outre l’énergie, la France s’intéresse à l’encadrement du secteur aurifère artisanal. Si la production d’or est estimée à près de 10 tonnes, il faut noter que le Burkina Faso n’a exporté que 307 kilos d’or, soit près de six millions de francs CFA pour le trésor public. Avant la création de l’Agence nationale d’encadrement des exploitations minières artisanales et semi-mécanisées (ANEMAAS), l’exportation était soumise au paiement d’une taxe de 3 à 5%. Mais depuis la création de l’agence, cette taxe est de 200 F/g. Ce qui signifierait 2 milliards de francs de recettes. Pour la

France, il est important de promouvoir les bonnes pratiques dans le secteur de l’orpaillage, tout en minimisant ses impacts négatifs sur l’environnement et la santé humaine. « C’est un secteur qui concentre beaucoup de problématiques sur lesquelles on intervient historiquement comme le travail des enfants sur les sites miniers, la protection de l’environnement, l’utilisation des produits chimiques, etc. » Pour la France, le secteur peut être source de levier de croissance économique, à condition d’être structuré et bien encadré. A ce propos, l’Ambassade de France a signé une convention de financement d’un montant de 853 000 euros pour l’encadrement du secteur.

Salifou Trahoré, Directeur général de l’Agence nationale d’encadrement des exploitations minières artisanales et semi-mécanisées (ANEMAAS)

Plus de 138 milliards dans le secteur de l’eau-assainissement

Difficile de parler partenariat entre la France et le Burkina Faso sans faire un zoom sur le secteur de l’eau et de l’assainissement. A ce propos, notons que depuis une vingtaine d’années, l’AFD a octroyé plus de 138 milliards de francs CFA de financement au secteur, en accompagnement des initiatives de l’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA) en milieu urbain et en milieu rural.

Selon Denis Dakouré, l’AFD a octroyé plus de 138 milliards de francs CFA de financement au secteur de l’eau potable et de l’assainissement

Selon Denis Dakouré, chargé de mission eau et assainissement à l’AFD, l’Agence soutient plusieurs programmes sur la gouvernance du secteur, sur les aménagements hydrauliques et sur la gestion intégrée des ressources en eau. Et même si l’assainissement est considéré comme le parent pauvre du secteur, Denis Dakouré fait remarquer que l’AFD est le principal partenaire financier du Burkina Faso dans ce domaine.

La « Matinée de partenariat renouvelé entre la France et le Burkina Faso » a été, de l’avis des organisateurs, une réussite pour une première édition. Elle aura permis en trois heures aux participants d’aiguiser leur curiosité et de lire les pages d’une histoire qui s’écrit au « temps présent ».

HFB
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 28 janvier à 19:39, par Boukary Koutou En réponse à : Burkina - France : Une matinée pour mettre en lumière les actions de coopération

    Sont-ils en train de préparer l’arrivée de Bouygues et de Bolloré ou cet soutien en était vraiment un ?

    Répondre à ce message

  • Le 28 janvier à 22:40, par ED En réponse à : Burkina - France : Une matinée pour mettre en lumière les actions de coopération

    Quand je lis ce genre d’informations, je suis effarée par la suffisance de mes compatriotes, tout en reconnaissant l’importance de ce qui est apporté.
    Quand on veut apporter une contribution, on se montre plus modeste, car on n’est jamais certain que nos actions soient réellement ce qu’elles devraient être, d’autant plus qu’elles sont rarement sans espérance de retour. On évite de rappeler publiquement les chiffres sans donner la contrepartie espérée.
    Cette mise au point, juste pour dire qu’il y a des différences de point de vue entre les Français.

    Répondre à ce message

    • Le 29 janvier à 09:49, par kwiliga En réponse à : Burkina - France : Une matinée pour mettre en lumière les actions de coopération

      @ Monsieur ou Madame ED
      Si je comprend et soutien votre propos quant-à la suffisance des officiels français, tellement bien illustrée à l’étranger comme sur votre territoire national, par votre jeune président, celle-ci ne faisant qu’entretenir le sentiment anti-français, déjà largement développé chez les nous-autres ; j’aurais souhaité un éclairage, voire un engagement plus franc dans votre propos qui nous signale : "car on n’est jamais certain que nos actions soient réellement ce qu’elles devraient être".
      Sous-entendriez vous qu’une partie conséquente des colossales sommes énoncées plus haut, seraient détournées au profit de dirigeants corrompus ?
      Mais enfin, ED, oubliez-vous que nous sommes au pays des hommes intègres ?
      Non, je plaisante, mais à critiquer ainsi vos officiels, n’hésitez donc pas à jeter clairement l’opprobre sur les nôtres.
      Cela permettrait de poser l’interrogation suivante : doit-on faire montre d’humilité, face à une bande de margoulins corrompus ? Et qu’est-ce qui nous y inciterait, si l’on pense qu’en démocratie, les dirigeants sont le reflet de leur peuple ?

      Répondre à ce message

  • Le 29 janvier à 17:42, par TERMINATOR En réponse à : Burkina - France : Une matinée pour mettre en lumière les actions de coopération

    « Si toutes les interconnexions soutenues par l’AFD n’avaient pas existé, le Burkina Faso aurait perdu près de 150 milliards de francs CFA dans la production d’énergie thermique », a déclaré M. Daniel Sermé, secrétaire général de la SONABEL. Si l’AFD n’était pas là et que vous soyez ( les politiques) incapables de trouver d’autres partenaires pour faire le travail c’est que vous êtes tout simplement de la merde (les dirigeants).

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
L’Ambassadrice des Etats-Unis Sandra Clark est arrivée au Burkina Faso
Intégration régionale au Burkina : La CEDEAO fait le point de ses actions
Coopération : Le gouvernement veut créer des conditions favorables d’investissement pour les Burkinabè de l’étranger
Enfants en situation de rue au Burkina : L’ambassade de France apporte un soutien de 22 millions de Fcfa
Burkina Faso-Banque mondiale : La représentante-résidente s’entretient avec le chef du gouvernement sur les priorités du pays
Agence française de développement : Tanguy Denieul élevé au rang de chevalier de l’ordre de l’Etalon
Coopération France-Burkina Faso : Deux nouvelles conventions pour améliorer l’état nutritionnel et la santé des populations
Sommet de la CEDEAO à Niamey : Le terrorisme, le covid-19 et le Mali à l’ordre du jour
Coopération sino-burkinabè : Le bilan du partenariat jugé satisfaisant par le Burkina
Le pouvoir du partenariat : Les États-Unis et le Burkina Faso signent le deuxième Compact du MCC
Diplomatie : L’ambassadeur Mahamadou ZONGO prêche la paix entre Burkinabè et Ivoiriens
Coopération : « La Chine et les États-Unis doivent assumer leurs responsabilités envers le monde », selon le ministre des Affaires étrangères chinois
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés