Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Où serait le mérite, si les héros n’avaient jаmаis реur ?» Alphonse Daudet

Vœux du nouvel an : Les autorités coutumières et religieuses du Burkina souhaitent la paix

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • vendredi 10 janvier 2020 à 23h46min
Vœux du nouvel an : Les autorités coutumières et religieuses du Burkina souhaitent la paix

A l’occasion du nouvel an, les autorités coutumières et religieuses du Burkina Faso se sont retrouvées le vendredi 10 janvier 2020 pour une cérémonie de présentation de vœux. C’est le palais de Sa Majesté le Mogho-Naaba Baongo, qui a servi de cadre à la cérémonie, mais également pour l’appel « Marchons sur les chemins de la paix » comme vœux de la nouvelle année, lancés par les leaders coutumiers et religieux.

En ce début d’année 2020, les autorités coutumières et religieuses du Burkina Faso, représentées par Sa Majesté le Mogho-Naaba Baongo, président du Conseil supérieur de la chefferie coutumière et traditionnelle, l’archevêque métropolitain de Ouagadougou, le Cardinal Philippe Ouédraogo, le président de la Fédération des associations islamiques, Cheick Aboubacar Doukouré, le président de la Fédération des églises et missions évangéliques, le pasteur Henri Yé, ont d’une même voix adressé aux autorités politiques et au peuple burkinabè leurs vœux de santé, de prospérité et de paix.

Pour ces leaders, la paix représente le vœu le plus cher pour les fils et filles d’une même nation. Aussi, souhaitent–ils la paix dans les cœurs de chaque burkinabè, une paix grâce à la qualité de vie relationnelle qui contribuera au bonheur du Burkina Faso.

L’actualité sécuritaire préoccupante que vit notre pays, selon eux, les motive à adresser à tous un message pour persévérer dans l’espérance, face à la pression des forces du Mal contre la nation. Il est nécessaire pour les autorités coutumières et religieuses que les Burkinabè et les amis du Burkina Faso contribuent à trouver des formes d’engagement et des pistes de solutions face au phénomène, afin que le Burkina sorte grandi et plus fort. Pour ce faire, pour eux, il est urgent de définir de nouveaux chemins de dialogue à plusieurs niveaux.

Ainsi pour les leaders coutumiers et religieux, la lutte contre les forces du Mal concerne fondamentalement la question du lien social des populations. Pour cela, ils demandent l’union et la cohésion nationale contre les violences que subit le pays. Un renforcement du lien social qui nécessite qu’on taise les différences partisanes, qu’on promeuve la tolérance, qu’on travaille pour la réconciliation et l’inclusion et le respect de la vie.

Sur le plan politique, les autorités coutumières et religieuses, appellent tous les citoyens à une synergie d’actions porteuse d’un engagement au niveau national. La paix, diront-ils, ne peut être atteinte sans réconciliation, une réconciliation qui doit être ouverte et effective pour soutenir les initiatives de solidarité, notamment les déplacés et les Forces de défense et de sécurité.

L’appel du palais du Mogho-Naaba Baongo, demande aux gouvernants de travailler à la restauration de l’autorité de l’Etat, de continuer à œuvrer pour améliorer la gouvernance, à lutter contre la corruption, à demander l’expertise d’autres Etats plus outillés dans la lutte pour la sécurité et une attention au chômage, à la pauvreté et à la souffrance des populations.

A la communauté internationale, les leaders souhaitent un renforcement de la coopération sous- régionale et internationale pour un développement socio-économique harmonieux du pays. Et pour cela, le Burkina Faso a plus que jamais besoin de la solidarité, tant au plan national, régional, qu’international pour une société réconciliée dans la justice et la paix.

Aussi, pour y parvenir, ils lancent un message à tous les pouvoirs administratifs et politiques, à la société civile, au secteur privé, aux syndicats, aux autorités militaires et paramilitaires, aux autorités coutumières, religieuses pour transcender leurs intérêts et promouvoir une culture de dialogue interreligieux, interethnique et intercommunautaire pour relever le défi sécuritaire de la patrie.

Tout en demandant l’implication des différentes composantes du pays, les autorités coutumières et religieuses à travers leur appel « Marchons sur les chemins de la paix », ont pris l’engagement de promouvoir le dialogue interreligieux élargi à la base, de travailler à dépasser l’ignorance de l’autre dans la croyance pour surmonter la méfiance mutuelle et développer une confiance fraternelle, de sensibiliser sur le danger des attitudes, des comportements et des messages de nature à susciter la haine.

Juste Ephrem ZIO
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Le Centre pour la lutte antitabac en Afrique (CLATA) échange avec les acteurs nationaux pour une intervention plus efficace
Bobo-Dioulasso : L’entreprise de production de boissons Twellium présente ses vœux aux journalistes
Volontaires pour la défense de la patrie : Les parlementaires disent « oui » au ministre de la Défense
Collaboration entre FDS et populations : La Fondation pour la sécurité du citoyen (FOSEC) présente ses réalisations
Fada N’Gourma : Une campagne d’établissement gratuit de 4500 cartes nationales d’identité burkinabè au profit des populations
Volontaires pour la défense de la patrie : « Il ne s’agit pas d’en faire des chairs à canon », Chériff Sy, ministre de la Défense
Suivi citoyen des politiques de santé : Une feuille de route pour coordonner les actions
Entrepreneuriat : La Caravane « Entreprendre à zéro franc » forme plus de 700 jeunes dans le Centre-est
Université Joseph Ki-Zerbo : Treize nouveaux pick-ups et trois amphithéâtres rénovés au bénéfice de la communauté scientifique et des étudiants
Burkina : Les institutions d’enseignement supérieur publiques bientôt évaluées
Dossier foncier à Garghin : « Les vrais terroristes se trouvent en notre propre sein … », regrette Moustapha Nikiéma, porte-parole de mécontents
Extension de l’IUTS aux fonctionnaires : Le Mouvement patriotique pour le salut refuse le "nivellement par le bas"
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés