Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le succès est d’obtenir ce que vous voulez. Le bonheur est de vouloir ce que vous obtenez» Dale Carnegie

Foire internationale multisectorielle de Ouagadougou (FIMO) : c’est parti pour la 5e édition !

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • vendredi 25 octobre 2019 à 14h19min
Foire internationale multisectorielle de Ouagadougou (FIMO) : c’est parti pour la 5e édition !

Le ministre du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat, Harouna Kaboré, a procédé ce vendredi 25 octobre 2019 sur le site du SIAO, au lancement de la 5e édition de la Foire internationale multisectorielle de Ouagadougou (FIMO). La présente édition fait un clin d’œil à la transformation agroalimentaire. Elle a pour pays invité d’honneur la Chine.

"Qualité dans la transformation agroalimentaire et exigences du marché international " ; c’est sous ce thème que s’est ouverte ce vendredi 25 octobre 2019, à Ouagadougou, la 5e édition de la FIMO. C’est le ministre du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat, Harouna Kaboré, qui a présidé la cérémonie d’ouverture. Pour lui, les exportations constituent une source de devises pour le Burkina Faso en matière de recettes fiscales. Elles sont aussi sources de créations d’emplois. Au regard de leur importance, il a été jugé bon de trouver un cadre de rencontre. La FIMO constitue donc une aubaine pour favoriser les échanges commerciaux.

Le ministre a invité les opérateurs économiques, les décideurs politiques à œuvrer pour faire du secteur agroalimentaire un véritable levier du développement. Cette 5e édition a pour parrain le président de la Chambre de commerce, Mahamadi Sawadogo. Il a, par l’entremise de Mamadi Ouédraogo, président de la délégation consulaire du Nord, salué la tenue de la FIMO. Pour lui, cette foire est un vecteur essentiel d’intégration de leurs produits sur le marché régional et international.

La chine, pays invité d’honneur de cette édition

Le chargé d’affaires de l’ambassade de Chine au Burkina, Xu Fei, a salué le choix de son pays comme invité d’honneur. C’est une opportunité, selon lui, que son pays va saisir pour partager son expérience de transformations des produits locaux. Il a rassuré que des efforts seront faits pour collaborer avec les différents pays de l’Afrique. Il s’agira de créer des ponts qui relient les producteurs africains et les marchés chinois. Il est convaincu que le commerce est la clé de la croissance économique d’un pays. C’est pourquoi son pays est prêt à accompagner ses partenaires dans un esprit gagnant-gagnant.

La mairie de Ouagadougou a aussi salué la tenue de l’évènement. Pour la commune, la FIMO constitue un tremplin pour engranger des recettes dans le secteur de l’hôtellerie, le transport et la restauration. Plusieurs pays comme la Guinée Conakry, le Ghana, le Pakistan, le Maroc, la Chine… prennent part à cette édition. Les expositions ont lieu sur le site du Salon International de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO). Après les discours, les officiels ont visité les stands. Débutée ce vendredi 25 octobre, la FIMO refermera ses portes le 3 novembre prochain.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 25 octobre à 18:54, par S. DIALLO En réponse à : Foire internationale multisectorielle de Ouagadougou (FIMO) : c’est parti pour la 5e édition !

    La démultiplication des foires ne développera pas le Burkina, en français facile ces manifestations ne créent pas de richesses pour sortir de la pauvreté : il y’a trop de foire, trop de journée X au Burkina. Ça me fait penser à la démultiplication des ONG, tout ce folklore ne nous sortira pas de la pauvreté.

    Répondre à ce message

  • Le 26 octobre à 11:31, par Sawadogo En réponse à : Foire internationale multisectorielle de Ouagadougou (FIMO) : c’est parti pour la 5e édition !

    Bjr. Je pense que cest vraiment une bonne initiative que le gouvernement soutient la transformation de nos matières premières et de nos produits locaux. Cela va beaucoup favoriser le développement du pays.. et si nos importations sont excédentaires c’est par ce qu’on n’a pas l’entrepreneuriat de creer et de transformer. Je pense aussi que mon gouvernement doit aider, sensibiliser et accompagner la jeunesse surtout les jeunes commerçants à entreprendre sur nos produits locaux

    Répondre à ce message

  • Le 26 octobre à 16:26, par triste En réponse à : Foire internationale multisectorielle de Ouagadougou (FIMO) : c’est parti pour la 5e édition !

    C’est un peu trop le désordre au niveau des foires et autres évènements de ce type. Il y en a trop ! Les acteurs du secteur pensent seulement à vendre dans ces foires. Ils ne sont pas prêt en terme de produits de qualité, de packaging, etc. pour honorer une seule commande sérieuse à l’export et tout aussi incapable de bien satisfaire le marché national. Ce folklore ne renforce pas les capacités des acteurs. En même temps, il y a les 72 heures du lait et dans quelques jours, les JAAL de la FIAB. Bref, c’est du grand n’importe quoi ! Le consommer local peut prendre son envol si on arrête ce type de folklore et que les acteurs bossent sérieusement sur la qualité, son contrôle, la traçabilité, etc. Si c’est pour faire du cinéma, nous sommes les champions mais le Burkina est toujours dans les derniers de la classe en matière de développement malgré son potentiel. Et, ce n’est pas les quelques discours creux du ministre ou du maire, sans vision, ni plan de travail, qui vont faire changer les choses. Quand oserons nous changer de mentalité ?

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre à 08:44, par Zakaria Serge Landolo SIEBA En réponse à : Foire internationale multisectorielle de Ouagadougou (FIMO) : c’est parti pour la 5e édition !

    Je suis allé hier à la foire et j’ai pu acheter quelques produits (4 pôts de crème pour la peau en prévision de l’harmattan, de la viande séchée du Niger, du jus d’ananas du bénin).
    J’encourage les promoteurs de cette foire, parce qu’elle permettra à la population de découvrir ce qui est de merveilleux au Burkina en matière de transformation des produits locaux et parce qu’elle permettra à certains de faire des provisions.
    Encourageons nos producteurs en visitant la foire.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Problématique de l’exploitation des œuvres de création : Une conférence publique pour mieux expliquer le sujet
Religion : Le groupe musical chrétien « Chœur vox Christi » loue le seigneur Jésus Christ par un concert
Culture : L’artiste Yé Lassina Coulibaly et l’Ensemble Yan Kadi Faso vendent la musique burkinabè en France
FESTICO 2020 : Un festival pour promouvoir les œuvres culturelles et artistiques à Bobo-Dioulasso
Stanislas Soré, comédien et artiste musicien : « Le cinéma burkinabè va à reculons »
Religion : Le gospel pour magnifier Jésus Christ
Rama la Slameuse : « Dans le monde de l’art, il faut choquer pour plaire »
Cinéma : Le réalisateur Tahirou Tasséré Ouédraogo empoche le plus gros montant de droits d’auteur en 2018
Musique : Rama la Slameuse annonce l’arrêt des buzz sur les réseaux sociaux
Festival international de théâtre et de marionnettes de Ouagadougou (FITMO) : La 17e édition rend hommage aux pionniers
Rencontres internationales de peinture de Ouagadougou : Les préparatifs vont bon train pour la 3e édition
Concours de documentaire scientifique africain : Oumar Coulibaly s’adjuge le trophée « Mils d’or »2019
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés