LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Burkina/ Culture : L’artiste musicien Grand Docteur défend bec et ongles la religion animiste

Publié le lundi 22 avril 2024 à 21h35min

PARTAGER :                          
Burkina/ Culture : L’artiste musicien Grand Docteur défend bec et ongles la religion animiste

Dans cette interview qu’il a accordée à Lefaso TV, l’artiste musicien Grand Docteur, de son nom à l’état civil, Alphonse Sana Kaboré donne les raisons pour lesquelles il est un « animiste assumé ».

Le gouvernement a institué le 15 mai, la Journée des coutumes et traditions. Une décision salutaire selon le reggaeman engagé .

Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 22 avril à 14:35, par Oublies ça En réponse à : Burkina/ Culture : L’artiste musicien Grand Docteur défend bec et ongles la religion animiste

    Oui la réussite assurée. Toi tu loues l’animisme et tes collègues musiciens remplissent des stades.
    Je pense que tu devrais trouver l’erreur en commençant à faire vraiment de la musique.
    Normalement tes dieux en bois, cailloux ou viande devraient t’aider. De toute façon, la laïcité de l’état implique qu’il appartient aux animistes de s’organiser eux-mêmes pour leur journée. Tu es animiste et tu sais bien que les traditionalistes n’ont pas besoin d’une organisation d’un pouvoir politique.
    Tu vois ce que la cérémonie présidée par votre premier ministre a donné.
    Il faut bosser hein mon gars

    Répondre à ce message

    • Le 23 avril à 03:46, par Mechtilde Guirma En réponse à : Burkina/ Culture : L’artiste musicien Grand Docteur défend bec et ongles la religion animiste

      Bravo ! Mon fils. Tu viens de donner là les conclusions de Vatican II sur l’inculturation et le dialogue inter-religieux. Voilà également ce que j’enseigne depuis plus de trente ans :

      YabraWendé (diminutif de YaabrambWendé) Dieu de nos pères de nos Ancêtres. Et qui sont ces Ancêtres dans la Bible : C’est Abram et ses enfants Isaü, Isaac et Jacob. Ajoutons Ismaël dans le Coran, à qui Dieu dans la Bible a promis également une progéniture dont le nombre ne pourrait à l’instar des étoiles être compté. Abram dont le pluriel est Abraham, dans la Sainte Bible et Ibrahim dans le Saint Coran, lui donc et ses enfants devenus les Ancêtres de l’Islam et du Christianisme devient en moré : « de Abram-ramba et la contraction devient « Abramba » qui veut dire en moré : « Eux » (sous entendu : Les Abram). Aussi le Dieu des Abram (ou Abram et ses enfants) se dit : Ya-abramb-Wendé ou encore : Ya-abarambWendé (lui et ses pères. Ce qui donne : Yaabramb-Wendé= Dieu des Ancêtres (de l’humanité ! Je suppose) ou encore plus contracté : YabraWendé. L’Abbé René Zougrana explique par Yabra, un dérivé du mot Yabré le temps lointain celui précisément de l’époque des Ancêtres.

      Une remarque au passage : YAABRAMBWENDÉ, chez les Mossé, en prenant les 1ères syllabes des deux mots : Yaabram et Wendé qu’avons-nous ? Évidemment : YA-WÉ (YAWÉ ou YAVÉ) dans la Thora.

      Ce que vous venez de nous expliquer n’est rien d’autre que la question du vivre ensemble dans la fraternité et la solidarité familiale et cohésion sociale et aussi dans la liberté de son choix religieux que la Haute-Volta a vite compris dès le début et a inspiré les travaux de Vatican II sous le Thème de l’inculturation de l’Évangile (Ce qui veut dire : « Instruire l’Évangile de nos cultures d’abord, avant d’Évangéliser la culture. Ce qui veut dire qu’en choisissant d’être baptisé dans l’Évangile, cela ne nous déracine pas nécessairement de notre culture de communion, de solidarité et de fraternité). Au contraire c’est une complémentarité de valeurs toujours actualisées et rénovées dans la cohésion sociale et lutter contre les vicissitudes des temps et des époques (cela c’est ce que Vatican II propose comme « comme dialogue inter-religieux). En effet un proverbe moagha dit : « Quand la maison du crocodile est menacée de ruines, elle commence à se lézarder par la stigmatisation, traitant les uns de caïman, les autres varans, de gavials, d’alligators, de margouillats etc.

      D’ailleurs tout comme vous Vatican II recommande le retour aux sources. Et moi j’ai osé déclaré dans Youtoub, que la Mission de la religion traditionnelle consiste à réunir tous ses enfants sous le même toit, les réconcilier et leurs doter des valeurs originelles c’est-à-dire les matériaux nécessaires pour confectionner de nouveau et respectivement et plus beau de façon actualisée le toit de leur case et les aider à le replacer. Pour vous souffler un mot à l’oreille : Les pères blancs sous la houlette de Monseigneur Joanny Thevenoud a usé beaucoup de ces matériaux coutumiers : les dons des femme par exemples eh ! Oui les dons des femmes (dont les coutumiers eux-mêmes savent ne pas confondre le fond et la forme) par exemple qui était loin d’être un mariage forcé.
      Bref mon fils, mon cher ami, c’est du beau travail ! Merci et bon courage.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique