Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le confinement n’est pas une suprématie, c’est être responsable en agissant pour un lendemain meilleur» Sonia Lahsaini

Migrations au Burkina : L’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) outille les acteurs des Haut-Bassins pour une meilleure prise en charge des migrants à travers le Mécanisme National de Référencement (MNR)

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mardi 15 octobre 2019 à 16h30min
Migrations au Burkina : L’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) outille les acteurs des Haut-Bassins pour une meilleure prise en charge  des migrants à travers le Mécanisme National de Référencement (MNR)

L’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) a organisé les 09 et 10 octobre 2019 à Bobo-Dioulasso un atelier de dissémination et formation sur le Mécanisme National de Référencement (MNR) au profit des acteurs de la région des Hauts-Bassins. Ce document est une feuille de route pour tous les acteurs intervenant dans la migration pour une meilleure assistance et protection aux migrants vulnérables sur le territoire burkinabé

Dans le cadre de la mise en place d’un Mécanisme National de Référencement (MNR) des migrants vulnérables en transit ou bloqués sur le territoire, l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) a apporté son appui gouvernement burkinabé.

A cet effet, le Ministère de la Femme, de la Solidarité Nationale, de la Famille et de l’Action Humanitaire (MFSNFAH) et l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) ont entrepris 4 grandes consultations auprès des acteurs gouvernementaux et de la société civile des régions du Burkina dont la région du Centre, de l’Est, du Centre-Est, du Sahel, des Hauts-Bassins et des Cascades impliqués dans l’assistance et la protection aux migrants vulnérables.

Ces consultations avaient pour objectif de répertorier dans les régions concernées les acteurs impliqués dans l’assistance/protection, leur (s) domaine (s), leurs ressources et recueillir leurs besoins.

A l’issue de ces différentes consultations, un draft de document a été adopté le 4 avril 2019 lors d’un atelier de validation à Ouagadougou et soumis pour la mise en forme des impressions. C’est un manuel qui donne les lignes directives pour pouvoir orienter tous les acteurs au plan national sur comment affecter les migrants en transit dans des situations de vulnérabilités ou bloqués sur le territoire burkinabè.

C’est dans ce but que l’OIM a organisé du 09 au 10 octobre 2019 à Bobo-Dioulasso un atelier de dissémination et formation sur le Mécanisme National de Référencement (MNR) au profit des acteurs de la région des Hauts-Bassins.

L’atelier a pour objectif de diffuser le Mécanisme National de Référencement (MNR) des migrants vulnérables en transit ou bloqués sur le territoire dans la région des Hauts-Bassins.
Il s’agira également pour les participants d’avoir des informations sur la protection et la prise en charge immédiate des migrants vulnérables, de s’approprier le document MNR à travers une présentation et une mise en pratique.

Aicha Pitroipa Chargée de Projet à l’OIM

Selon Aicha Pitroipa Chargée de Projet à l’OIM ce mécanisme est la bienvenue en ce sens que, « le Burkina est connu comme un carrefour pour beaucoup de migrants au cours de leurs voyages. Il y’en a qui réussissent à passer tandis que d’autres restent bloqués pour des questions de vulnérabilités ou des situations de violence, d’abus d’exploitations sans qu’on ne sache exactement comment les assister convenablement sur le territoire burkinabé. Voilà pourquoi ce mécanisme est le bienvenu pour pouvoir orienter ; c’est une feuille de route pour pouvoir les assister convenablement sur le territoire burkinabé ».

Par ailleurs, le Ministère de la Femme, de la Solidarité Nationale, de la Famille et de l’Action Humanitaire a joué un grand rôle dans l’élaboration de ce document en affectant un point focal à l’OIM. Pour Youssoufou Ouédraogo conseiller technique de la ministre de la Femme, cette collaboration a donné de bons résultats et le document recouvre également beaucoup d’avantages : « Beaucoup d’acteurs sur le terrain intervenaient comme ils pouvaient pour venir en aide aux migrants en transit ou bloqués ou les migrants nationaux de retour. Maintenant avec ce mécanisme, nous avons une feuille de route commune qui permet à chacun d’intervenir de façon harmonisée. La disponibilité de cet outil permet aussi d’informer les différents migrants qui sont en transit de ce dont ils peuvent bénéficier comme assistance et protection au niveau national pour pouvoir poursuivre leur route migratoire ou pouvoir retourner dans leur pays d’origine ».

Youssoufou Ouédraogo conseiller technique de la ministre de la Femme

En effet, autrefois considéré comme un pays de transit plutôt qu’un pays de départ de migrant, le Burkina abrite un nombre de plus en plus important de migration notamment irrégulière. Pour faire face à ce flux important de migration de plus en plus important, le Gouvernement du Burkina Faso s’est doté d’une stratégie nationale de migration (SNMIG) dont la vision concorde avec celle de l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) qui est " qu’une migration sûre et ordonnée est profitable à toute société ‘’.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Haoua Touré
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Jeunes et réseaux sociaux : Le Dr Halidou Sana, Cheik de Dablo, en appelle à plus de responsabilité et au respect de nos valeurs
Bobo-Dioulasso : Des acteurs culturels demandent la levée du couvre-feu
Lutte contre la malnutrition : Le consortium Progettomondo.mlal et l’AES-CCC partagent les bonnes pratiques du projet « Ressource terre »
12 détenus morts à Tanwalbougou : Des rescapés auraient dit que les défunts n’ont pas été exécutés par balles
Journée mondiale de l’Afrique : « Personne ne viendra unir les peuples africains à notre place », éveille l’homme politique, Me Ambroise Farama
Programme d’emploi des jeunes pour l’éducation nationale : Retour au chômage pour plus de 680 enseignants
Commune rurale de Bama : Le projet de lotissement spécial du maire fait grincer des dents
Conseil économique et social : Les déplacés internes au centre des préoccupations de la première session ordinaire de l’année 2020
Filière karité : Le digital peut améliorer les rendements, selon une étude du Fonds d’équipement des Nations unies
Situation de la chefferie traditionnelle et coutumière du Burkina Faso : L’association RACINES en appelle aux autorités politiques, administratives, traditionnelles et coutumières
Chefferie coutumière à Fada : « Les politiciens qui ont jeté l’huile sur le feu doivent l’éteindre », Pr Taladidia Thiombiano
Statue de Thomas Sankara : L’ambassadrice de Cuba au Burkina dépose une gerbe de fleurs
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés