Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’acclamation a fait tous les maux de tous les peuples. Le citoyen se trouve porté au-delà dе sοn рrοрrе jugеmеnt, lе рοuvοir ассlаmé sе сrοit аimé еt infаilliblе ; tοutе libеrté еst perdue.» Émile Chartier dit Alain

Préservation des biens culturels : La commission nationale de l’UNESCO mène la réflexion sur la contribution des communautés

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mardi 27 août 2019 à 11h45min
Préservation des biens culturels : La commission nationale de l’UNESCO mène la réflexion sur  la contribution des communautés

La commission nationale de l’Unesco a initié un atelier de réflexion sur la contribution des communautés à la préservation des biens culturels au Burkina Faso. La cérémonie d’ouverture est intervenue ce mardi 27 août 2019 à Ouagadougou. Les participants vont également échanger sur les stratégies de lutte contre le trafic illicite de ces biens.

Une étude menée par la chambre des communes du Royaume-Uni en juillet 2000 estimait que le trafic d’antiquités représentait 6 milliards de dollars par an. En Afrique, la plupart des pays ont perdu 95% de leurs biens culturels. Le Burkina Faso n’est pas en reste. Il a donc décidé de prendre le taureau par les cornes. Ce mardi 27 août 2019, la commission nationale de l’Unesco a initié un atelier pour se pencher sur la question. Mieux, elle veut faire contribuer les communautés burkinabè à la préservation de leurs biens culturels.

La commission de l’Unesco souhaite également adopter une stratégie de lutte contre le trafic illicite de ces biens. Pour Mme Sidonie Nébié, représentant le secrétaire général de la commission nationale, les communautés sont à l’origine du patrimoine culturel. Ceci, à travers les savoirs et savoir-faire séculaires.

Or, de nos jours, rappelle-t-elle, « ce patrimoine est menacé et mis en péril entre autres par le vol et le trafic illicite ». Elle poursuit : « Ce phénomène connait une recrudescence dans les contextes de conflits, d’insécurité avec leurs corollaires que sont la faim, la pauvreté, les déplacements massifs des populations, la perte des repères, des valeurs et des identités culturelles ». Cet atelier est le bienvenu selon Samuel Garané, conseiller technique du ministre de la Culture, des arts et du tourisme. Il se rappelle encore le vol au Burkina Faso de la statuette de la fécondité « MAMIO ».

La menace est donc réelle, selon lui, surtout en ces temps marqués par le terrorisme. Il explique que les populations sont amenées à fuir. Elles laissent libre champ donc aux vols et aux pillages de leurs biens culturels. Le conseiller technique a invité les différents participants au nom du ministre à prendre part aux discussions. Il les a rassuré que Abdoul Karim Sango sera attentif aux conclusions qui sortiront de ce conclave de deux jours.

Les participants viennent des communautés, du ministère de la Sécurité et du ministère l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Débutés ce mardi 27 août, les travaux prendront fin demain 28 août 2019.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés