Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Pour se réconcilier, on n’apporte pas un couteau qui tranche mais une aiguille qui coud.» Les proverbes et dictons africains (1962)

« Arbre et éducation pour une économie verte » : La problématique au cœur d’un panel

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET | Par Aïssata Laure G. Sidibé • vendredi 9 août 2019 à 00h20min
« Arbre et éducation pour une économie  verte » : La problématique au cœur d’un panel

En marge de la Foire de l’arbre, le ministre en charge de l’Environnement, Batio Nestor Bassière ; le chargé de mission du ministre en charge de l’Education nationale, Richard Guillaume Toni ; et un représentant de la Fondation Naturama, ont animé un panel sur le thème central de la Journée nationale de l’arbre (JNA), « Arbre et éducation pour une économie verte ». C’était dans l’après-midi du 8 août 2019, à Tenkodogo.

Le panel a réuni les différents acteurs au Conseil régional de Tenkodogo. Les participants ont bénéficié de l’expertise des trois panelistes dont le chargé de mission du ministre en charge de l’Education nationale, Richard Guillaume Toni. Dans sa communication, il a défini l’économie verte et annoncé les mesures prises par son ministère pour la promotion de l’économie verte au Burkina Faso. D’abord, il évoque les dispositifs institutionnels, rappelant qu’au plan national et international, notre pays a ratifié tous les traités relatifs au changement climatique. Cela lui impose, comme le stipule l’article sur la convention-cadre des Nations unies pour le changement climatique, d’éduquer, de sensibiliser et de former ses populations au changement climatique.

Comme autre activité, le département en charge de l’Environnement a procédé à la formation de la quasi-totalité des enseignants et des encadreurs pédagogiques. L’objectif affiché était de les familiariser avec les contours PFNL et surtout les outiller pour un enseignement efficace des contours dudit PNLP. « Ensuite, on a pu passer aux thèmes émergents. Le Burkina Faso a identifié neuf thèmes émergents dont l’importance se justifie par les préoccupation de l’heure et dont la maîtrise et la pratique sont utiles à l’équilibre de l’environnement pour un développement durable, équitable et inclusive », ajoute-t-il. Au nombre de ceux-ci figurent l’éducation environnementale, eau-santé-assainissement-hygiène et nutrition, la protection de l’environnement.

Les participants

Amenez la jeunesse à un changement de comportements…

Ces thèmes émergents qui s’enseignent à travers les disciplines classiques, ont été intégrés dans le curricula officiel depuis 2008. Des encadreurs pédagogiques, ainsi que les enseignants, ont été formés pour la mise en œuvre de ces contenus en classe, foi du communicateur, pour qui les actions du ministère ne se limitent pas à celle-là. Depuis 2016, une Stratégie nationale d’apprentissage sur le changement climatique (SNACC) a été élaborée afin de préparer la jeunesse à faire face à ces nouveaux phénomènes climatiques, a confié le chargé de mission.

Des élèves ont répondu présent au panel

Cette stratégie dispose déjà d’un plan d’action triennal (2016-2019) et se fixe une perspective précise : « A l’horizon 2025, le Burkina Faso dispose de ressources humaines qualifiées dans le domaine des connaissances et de la gestion du changement climatique et ses implications en vue de soutenir de manière durable son processus de développement au niveau national et local ». Enfin, il y a les activités menées au niveau des établissements. Il s’agit notamment des clubs écologies ; la mise en place de bosquets, de jardins.

Le changement de comportement incombe à tous

Cependant, le constat montre qu’il n’y a pas de changement de comportements malgré ces multiples actions. C’est pourquoi, le communicateur du jour a lancé un cri de cœur : « Nous devrons faire des efforts inlassables, chacun à son niveau, pour que cette jeunesse et nous tous, nous puissions prendre conscience de cela et lutter activement pour la promotion d’un environnement de qualité pour nous tous et surtout pour préserver les ressources pour les générations futures ».[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Ministère de l’Environnement : Le programme budgétaire 088 passé en revue
Journée mondiale des toilettes 2019 : « Pour la santé et la dignité humaine, agissons ! »
Gestion durable des terres : Des cas d’école dans la région du Plateau Central
Eau et assainissement : EAA outille des acteurs du secteur de l’eau sur la thématique du marketing et de la mobilisation sociale
Dégâts causés par les animaux sauvages : Le Fonds d’intervention pour l’environnement (FIE) indemnise 160 victimes
Lutte contre le changement climatique : Des jeunes analysent leurs contributions
Grande muraille verte : Betta, un village écolo dans le Plateau central
Autorité du bassin de la Volta : Un nouveau projet pour lutter contre la dégradation des écosystèmes et des eaux
Construction des barrages de Ouessa, Bassiéri et Banwaly : Les rapports d’études d’avant-projet passés à la loupe
Aires protégées au Burkina : Les acteurs se concertent pour sauver la biodiversité
Environnement : « Weoog-Paani », un projet pour mieux protéger les forêts
Ceinture verte de Ouagadougou : Le Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales met en terre 800 plants
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés