Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le Sage donne tous ses soins à la racine. La piété filiale et lе rеsресt еnvеrs lеs suрériеurs sοnt lа rасinе dе lа vеrtu. » Confucius

Culture : Le film « Duga » pour célébrer l’amitié ivoiro-burkinabè

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mercredi 31 juillet 2019 à 23h14min
Culture : Le film « Duga »  pour célébrer l’amitié ivoiro-burkinabè

Dans la lancée des journées culturelles et artistiques organisées dans le cadre de la huitième édition du Traité d’amitié et de coopération (TAC), une projection cinématographique s’est déroulée, au sein du CENASA, le mardi 30 juillet 2019. Le titre de l’œuvre est intitulé « Duga ou les charognards ».

« Duga » est le film burkinabè qui a été présenté aux cinéphiles lors des journées culturelles et artistiques du TAC. Duga en langue bambara signifie les Charognards. D’une durée de 92 minutes, le film est une coréalisation d’Abdoulaye Dao et de Hervé Lengani.

C’est l’histoire de Pierre, qui lors de son dernier voyage (la mort) pour des raisons traditionnelles, ne peut être enterré dans son village natal. Alors son ami Rasmané et la veuve du défunt se donnent corps et âme pour l’inhumer décemment. De l’autre côté, un groupe de jeunes du quartier appelé les charognards, trouve un bébé abandonné par sa mère. S’en suit, une série de mésaventures. Rasmané tape à toutes les portes, pour accompagner son défunt ami dans sa dernière demeure. Mais il constate avec désarroi, l’hypocrisie et la méchanceté de l’homme.

Le long métrage met l’accent sur les valeurs de l’amitié, la tolérance et le vivre ensemble. C’est sans doute, l’une des raisons du choix de ce film qui a été projeté pour les besoins du Traité d’amitié et de coopération (TAC) 2019. Abdoulaye Dao s’est dit heureux du choix du film : « Je me suis dit, si les accords de coopération peuvent se conjuguer avec l’artistique, c’est merveilleux. Parce que pour moi, la culture est au début et à la fin de toute chose. Je crois que l’on peut construire des milliers d’infrastructures, mais si on ne consolide pas notre culture, toutes ces choses que nous allons construire ne pourront pas résister ».

Abdoulaye DAO coréalisateur du film DUGA

Une immersion dans la société traditionnelle et moderne

L’une des particularités de Duga est que le film traite des faits de la société, avec une dose d’humour. Les cinéphiles sont embarqués à la fois dans la tristesse et dans l’éclat. Saïba Baguian fait partie du public présent. C’est un grand fan du film. Il a déjà suivi le film à de nombreuses occasions et se prononce : « C’est toujours un plaisir pour moi de regarder Duga. L’enseignement qui est prodigué dans le film tourne autour de la paix sociale et de l’amour du prochain. Dans le monde actuel où nous vivons, nous en avons besoin ».

Saïba BAGUIAN cinéphile

Avec un bon jeu d’acteurs, Duga est en quelque sorte la représentation de la société actuelle. Une société qui s’entremêle entre modernité et tradition. La corruption, les préjugés et la religion y sont évoqués. La réalisation du film a eu pour cadre la ville de Boromo. Un choix justifié par le réalisateur en ces termes : « L’idée du film vient d’une histoire dont j’avais entendu parler par un ami. Et cette histoire s’est produite à Boromo. Je me suis dit pourquoi ne pas retourner à la substance même de l’histoire ? ».

Les cinéphiles que nous avons rencontrés sont unanimes : « Duga est un film qui vaut la peine d’être regardé »

Samirah BATIONO (Stagiaire)
Le Faso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Musique : Le Père Georges Nabollé veut redonner l’espérance aux personnes souffrantes
Mathias Yaméogo, peintre-dessinateur : « Sans la spiritualité et la maturité, on ne peut pas décrypter l’art »
Festival Yeelba : Un rendez-vous pour valoriser la culture burkinabè en Italie
23e Festival de l’imaginaire : Yé Lassina Coulibaly fait la promotion des musiques traditionnelles du Burkina
Festival international de théâtre et de marionnettes de Ouagadougou (FITMO) : La 17e édition aura lieu du 26 octobre au 2 novembre 2019
Institut Supérieur de l’Image et du Son (ISIS) : Les professionnels du cinéma interpellent le ministre de la culture
Concours Istic’slam 2019 : Augustin Sandwidi déclaré meilleur slameur
Culture et art : Ouagadougou a sa biennale internationale de la sculpture
Cohabitation pacifique entre refugiés et communautés hôtes : Des réflexions pour poser les jalons du vivre-ensemble
SNC 2020 : Les Semaines régionales de la culture (SRC) se tiennent du 5 octobre au 15 décembre 2019
Artisans du Centre Wendpanga : « Malgré notre handicap physique, on ne baisse pas les bras »
Sotigui Awards 2019 : Des acteurs africains et de la diaspora se donnent rendez-vous à Ouagadougou
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés