Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne vous laissez pas éteindre, vous ne savez pas pour qui vous êtes lumière. »  Igor Markvitch

30e anniversaire du FITMO : Une représentation du « Cri de l’espoir » en hommage à Jean-Pierre Guingané

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • dimanche 28 juillet 2019 à 17h40min
30e anniversaire du FITMO : Une représentation du « Cri de l’espoir » en hommage à Jean-Pierre Guingané

La représentation de la pièce « Le cri de l’espoir », écrite par Jean-Pierre Guingané et mise en scène par le Dr Hamadou Mandé, a eu lieu le jeudi 25 juillet 2019 à l’espace culturel Gambidi. La pièce, qui dure environ 1h 35 mn, parle des problèmes de société.

« Le cri de l’espoir » est le nom de la pièce qui a mobilisé le public le jeudi 25 juillet 2019 à l’espace Gambidi. Écrite par Jean-Pierre Guingané et mise en scène par le Dr Hamadou Mandé, la pièce se penche sur les problèmes de nos sociétés, les problèmes qui empêchent le développement. Feu Jean-Pierre Guingané, dans cette pièce, parle d’un réalisateur confronté à plusieurs difficultés pour réaliser son film.

Son film, intitulé « Ciel noir », sera finalement tourné hors du pays et parvient même à gagner le 1er prix international du cinéma de Venise. La pièce dénonce le système autocrate, impopulaire, qui embrigade le peuple, qui empêche le développement. « C’est un échantillon des problèmes africains que l’auteur Jean-Pierre Guingané a voulu présenter à travers cette pièce », a expliqué le Dr Hamadou Mandé, metteur en scène de la pièce.

Cette pièce de théâtre a été choisie pour rendre hommage à Jean-Pierre Guingané, à l’occasion du 30e anniversaire du Festival international de théâtre et de marionnettes de Ouagadougou (FITMO). « Le choix de cette pièce a tenu compte de plusieurs facteurs : le premier est que nous sommes en train de préparer le 30e anniversaire du FITMO. Nous avons voulu monter une pièce de Jean-Pierre Guingané pour lui rendre hommage à cette occasion. Parmi sa trentaine de pièces, nous avons trouvé que cette pièce pouvait permettre de poser un certain nombre de problèmes. Quand vous voyez les sociétés en crise en Afrique aujourd’hui, il y a plusieurs raisons. C’est le moment de poser cette problématique pour que la jeunesse s’en saisisse, et que ça contribue à la réflexion pour voir comment nous allons nous sortir des problèmes qui sont posés actuellement dans nos différentes sociétés », a justifié le Dr Hamadou Mandé.

« Le cri de l’espoir » a été bien accueilli et apprécié par le public. Quant aux comédiens, ce fut pour eux l’occasion de passer des messages à la société. Pour Ildevert Meda, qui était là en qualité de spectateur, c’est un bon spectacle et les comédiens sont à féliciter. « Il y a des thèmes d’actualité : la question du cinéma, la question de la politique, de la vision des politiques sur le culturel et le développement. C’est vraiment intemporel comme la plupart des pièces du Pr Guingané. C’est très fort, surtout très assumé et très porté par les comédiens. Je leur dis toutes mes félicitations, ils sont formidables », a dit Ildevert Meda.

Pour Minata Diéné, qui a incarné le rôle de Fatou, la femme du réalisateur dans « Le cri de l’espoir », les femmes doivent en toute circonstance être solidaires à leurs maris. « La femme doit soutenir son mari, parce que nous sommes dans une société où les responsables croient que leur titre les rend irrésistibles. J’ai été moi-même victime d’une situation pareille dans la vie réelle. Quand tu n’as personne derrière toi, quand tu n’as pas un parent ministre, député ou directeur, on ne te donne pas la place que tu mérites, on t’écrase d’une manière ou d’une autre », a confié la comédienne.

Pour Nongodo Ouédraogo, metteur en scène assistant et comédien incarnant le rôle du réalisateur, cette pièce est un espoir qu’on donne à la population. Elle est aussi une interpellation à l’endroit de tout un chacun. Une interpellation pour l’union, à l’exemple du couple Zida-Fatou dans la pièce. « Malgré toutes les difficultés, le réalisateur a pu réaliser son film qui a même eu un prix. C’est quand même un espoir qu’on donne à la population. Dans cette pièce, le couple Zida-Fatou est resté solidaire malgré tout, et finalement ils ont vaincu. Ça veut dire que si on est uni, on peut toujours avancer et faire changer positivement certaines choses dans notre pays », a expliqué le comédien.

Il faut noter que le travail se poursuit pour une plus large diffusion de la pièce. Mais les porteurs du projet se réjouissent déjà de la réaction positive du public. « La réaction du public est très positive, je dirais même que c’est au-delà des attentes pour un travail qui est à sa générale. Nous poursuivons le travail pour la diffusion.

Nous pensons que ce public va être en quelque sorte le porte-parole de notre spectacle pour ceux qui n’ont pas pu être là. Que tout le monde sache que ce spectacle est créé, qu’il va grandir et qu’au moment où nous allons commencer la diffusion, nous allons pouvoir proposer au public quelque chose d’encore plus fort que ce que nous avons pu voir ce soir », a conclu le Dr Mandé.

Korotoumou DJILLA (Stagiaire)
Lefaso.net

Portfolio

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Fonds de soutien au secteur culturel et touristique : Des artistes musiciens dénoncent une gestion clanique de la subvention
Fermeture des bars et débits de boisson : Les promoteurs réclament des mesures d’accompagnement
Décès de YAMEOGO Joseph : faire part et remerciements
Royaume de Ouagadougou : Des frictions entre le Gounghin Naaba et le Laarlé au sujet d’un livre à paraitre
Covid-19 : Floby vient en soutien au syndicat des artistes musiciens
Covid-19 : Un fonds de plus d’un milliard pour soutenir les acteurs culturels et touristiques
Paiement par anticipation des droits d’auteur : le BBDA répond au syndicat des artistes
Culture : L’humoriste « lajaguar » devient « le vagabond de l’assainissement »
Covid-19 : la culture touchée, mais pas coulée
Lutte contre le covid-19 au Burkina : L’artiste Don Sharp de Batoro participe au combat
Religion : « La musique est un moyen d’évangélisation », dixit l’abbé Lucien Wanré
Christiane Zoungrana : « Le tissage, c’est une histoire d’amour »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés