Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le plus grand secret pour le bonheur, c’est d’être biеn аvес sοi.» Bernard Le Bovier de Fontenelle

Dialogue politique : Le président du Faso attend des « propositions constructives et consensuelles »

Accueil > Actualités > Politique • DÉCLARATION • lundi 15 juillet 2019 à 12h50min
Dialogue politique : Le président du Faso attend des « propositions constructives et consensuelles »

Le président du Faso a procédé ce lundi 15 juillet 2019 à l’ouverture du Dialogue politique entre la majorité et l’opposition. Il dit attendre de ces discussions des « propositions constructives et consensuelles pertinentes ».

« Monsieur le Premier Ministre

Monsieur le Représentant du Président de l’Assemblée nationale

Monsieur le Président du Conseil constitutionnel

Madame et Messieurs les Présidents d’Institution

Monsieur le Chef de file de l’Opposition politique

Monsieur le Président de l’APMP

Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement

Excellences, Mesdames et Messieurs les membres du Corps diplomatique et consulaire

Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations internationales et Interafricaines

Mesdames et Messieurs les participants

Au moment où s’ouvrent les travaux du dialogue politique que j’ai souhaité instaurer entre les composantes de la classe politique, je voudrais avoir une pensée pour toutes les victimes du terrorisme et des violences en politique dans notre pays.

Je tiens à saluer la présence de chacune et de chacun des participants, expression de notre volonté commune de consolider le dialogue en vue de renforcer la paix, la cohésion sociale et la prospérité au Burkina Faso.

Ces dernières années, notre pays subit des attaques terroristes d’une ampleur jamais égalée à un moment où les attentes sociales se font de plus en plus pressantes et généralisées de la part des partenaires sociaux.

Tout en considérant légitimes les aspirations de notre peuple au progrès, à la justice et au bien-être, force est de reconnaitre que les ressources du pays ne permettent pas de faire face à toutes ces attentes et revendications en même temps.

Au surplus, certains comportements imputables à l’incivisme, au défi contre l’autorité de l’Etat, à l’intolérance et au jusqu’au-boutisme se développent, au mépris de notre vivre-ensemble et des valeurs de dignité, de probité et d’ardeur au travail qui ont toujours caractérisé et fait la fierté de notre Peuple.

Distinguées personnalités

Mesdames et Messieurs les participants

J’ai appelé à ce dialogue politique dans la pure tradition de la disponibilité de notre peuple à la concertation et pour offrir aux participants que sont les partis politiques de la majorité et de l’opposition l’occasion d’apporter leur contribution à la gestion durable des questions majeures qui se dressent devant nous, avec la volonté d’améliorer notre capacité d’anticipation.

Ma conviction est établie qu’il est toujours possible d’améliorer continuellement la gouvernance afin de réhabiliter l’homme burkinabè, pour en faire un artisan de premier plan de sa propre promotion et du développement du Burkina Faso, dans la paix, la démocratie et le progrès.

C’est pourquoi, j’invite les participants à examiner avec soins et réalisme les questions relatives aux élections présidentielle et législatives de 2020, et la question du referendum constitutionnel de même que les préoccupations majeures de la situation nationale.

Dans le cadre des rencontres préparatoires que j’ai moi-même conduites, nos discussions ont permis d’arrêter à la fois un ordre du jour et une durée précise pour terminer les travaux du dialogue politique.
L’occasion doit être saisie pour exprimer ma gratitude à toutes les entités qui participent à ce dialogue pour leur disponibilité.

Il convient de rappeler qu’en raison de leur caractère de préoccupation nationale, certaines thématiques abordées lors de ce dialogue appellent à un élargissement du cadre pour des discussions impliquant d’autres composantes de la Nation.

A terme, je m’engage à transmettre toutes les propositions consensuelles, au Gouvernement et au Parlement, dans le respect des attributions respectives de toutes les institutions républicaines.

Il va sans dire que toutes les autres suggestions et recommandations continueront d’alimenter nos échanges pour construire ensemble un Burkina Faso de paix, de démocratie et de progrès.

J’ai la faiblesse de penser que tous autant que nous sommes dans cette salle ou en dehors, avons à cœur la consolidation de la paix et de l’unité nationale pour un Burkina Faso de démocratie.

Je souhaite que vous vous investissiez individuellement et collectivement à travers des débats larges et démocratiques, dans le respect des opinions des uns et des autres, avec pour seule ambition de contribuer à la défense intransigeante des intérêts supérieurs de la nation burkinabè.

Distinguées personnalités
Mesdames et Messieurs

En 2020, pour la première fois depuis l’établissement de la IVème République instaurée par la Constitution du 02 juin 1991, des élections présidentielle et législatives se dérouleront dans un contexte sécuritaire particulier.

Au regard de ma volonté de faire tenir des élections libres, démocratiques et transparentes sur l’ensemble du territoire national et à l’étranger, je souhaite que toutes les préoccupations soient mises sur la table et discutées dans un esprit de responsabilité.

C’est ensemble que nous devons tenir ce pari de permettre à notre peuple de poursuivre son combat et de consolider ses acquis démocratiques à travers des élections ouvertes et transparentes.

Le Burkina Faso de paix et de stabilité est à portée de main, à condition que nous fassions toutes et tous preuve de dépassement de soi pour ne privilégier que les intérêts de notre Patrie commune, le Burkina Faso.

La question du pouvoir, question essentielle s’il en existe, devient secondaire dans le contexte actuel où c’est l’existence même de notre Etat, de sa cohésion et de son unité qui sont posées.

Je souhaite que durant tous les travaux de ce dialogue politique, chacune et chacun de vous se mette à la hauteur des attentes de notre vaillant peuple.

Les acteurs politiques et étatiques ainsi que ceux de la sphère non étatique ont la responsabilité de conduire la barque Burkina Faso à bon port.

C’est dans l’espoir de recevoir des propositions constructives et consensuelles pertinentes que je déclare ouverts les travaux du dialogue politique ; et je déclare installé du même coup monsieur Zéphirin DIABRE Président du CFOP et monsieur Simon COMPAORE Président de l’APMP comme co-présidents du débat.

Plein succès à vos travaux ! »

Vos commentaires

  • Le 15 juillet à 15:46, par LE GRAND ZAPATA En réponse à : Dialogue politique : Le président du Faso attend des « propositions constructives et consensuelles »

    EN VÉRITÉ, LE BURKINABÈ EST ENCORE PERDU ET METTRA DU TEMPS POUR SE RETROUVER : Indiscutablement, malgré l’impréparation qui le caractérise, nous saluons quand même LE DIALOGUE POLITIQUE qui vient de s’ouvrir CE LUNDI 15 JUILLET 2019 et qui va durer environ 1 SEMAINE. Nous avons parcouru en long et en large LE DISCOURS D’OUVERTURE prononcé par LE PRÉSIDENT DU FASO ROCH MARC CHRISTIAN KABORÉ= LE PRÉKA. Un beau discours ponctué par de belles paroles et de bonnes intentions. Comme d’habitude rien à signaler = RAS et à se mettre sous la dent.

    La question fondamentale qui revient avec récurrence est de savoir ce que LE BURKINA FASO GAGNE dans cette affaire de politiciens qui vivent presque tous aux mamelles de l’état burkinabè. Pas de doute qu’ils vont s’entendre pour nous entuber une fois de plus et passeront totalement à côté de l’essentiel. Un morceau choisi : « MA CONVICTION EST ÉTABLIE QU’IL EST TOUJOURS POSSIBLE D’AMÉLIORER CONTINUELLEMENT LA GOUVERNANCE AFIN DE RÉHABILITER L’HOMME BURKINABÈ, POUR EN FAIRE UN ARTISAN DE PREMIER PLAN DE SA PROPRE PROMOTION ET DU DÉVELOPPEMENT DU BURKINA FASO, DANS LA PAIX, LA DÉMOCRATIE ET LE PROGRÈS. ». Oui, L’HOMME BURKINABÈ EST TOTALEMENT PERDU et ne sait pas exactement où il va, ce qu’il veut et ce que demain lui réserve. Nous sommes à la croisée des chemins dans un pays qui n’a plus de repères et de modèles. LES DIEUX ARGENT ET MATÉRIEL ont profondément déstructuré la société burkinabè avec UNE JEUNESSE désemparée et désœuvré, qui a constamment faim et court dans tous les sens à cause uniquement du ventre.

    Le parti au pouvoir LE MOUVEMENT DU PEUPLE POUR LE PROGRÈS = LE MPP n’est pas un exemple à suivre en termes de bonne gouvernance. La promotion se fait beaucoup plus par le népotisme, le copinage, le clientélisme, le favoritisme, le régionalisme et l’ethnicisme que par LE MÉRITE. Au MPP particulièrement, la critique, la dénonciation et la revendication ne sont point du tout tolérées. Tout est calomnie, mensonge, dénigrement et délation pour pouvoir se positionner plus près du plat central que lorgnent 99.99% des militants = LES MPPISTES. Or, la charité bien ordonnée commence toujours par soi-même. Je me permettrai alors de demander très respectueusement et gentiment à NOTRE PRÉKA NATIONAL d’enlever d’abord la paille qui est dans les yeux de son parti politique d’origine qui ressemble plus à un club de petits copains mus par les mêmes objectifs et intérêts : SE REMPLIR PLEINEMENT LES POCHES QUE DE SERVIR PATRIOTIQUEMENT NOTRE PAYS.

    LE MPP A LAMENTABLEMENT ÉCHOUÉ DANS LA MISE EN ŒUVRE DU CHANGEMENT RADICAL = LA RUPTURE TOTALE !

    LE MPP EST LA PLUS GROSSE ARNAQUE POLITIQUE DE CES 5 DERNIÈRES ANNÉES !

    QUE DIEU LE PÈRE TOUT PUISSANT BÉNISSE LE BURKINA FASO !

    PAIX ET AMOUR AU BURKINA FASO !................L’HOMME DU RENOUVEAU BURKINABÈ, LE GRAND ZAPATA !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 08:30, par kap En réponse à : Dialogue politique : Le président du Faso attend des « propositions constructives et consensuelles »

    Tous les politiciens ne pensent aux élections de 2020 pendant que des centaines de milliers de Burkinabè ont fui leurs villages natales du fait de l’insécurité non encore éradiquée . Si les futurs elus ont une baguette magique pour éradiquer le terrorisme qu’ils l’utilisent dès maintenant cela constituerait leurs budget de campagne en lieu et place des tee shorts .

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Déclaration du président Eddie KOMBOIGO après sa décoration
Congrès d’annulation des sanctions au CDP : Les militants concernés brillent par leur absence
Décorations : La nation reconnaissante à 978 de ses fils et filles
Assemblée nationale : Le gouvernement autorisé à ratifier les conventions de financement par voie d’ordonnance
Situation nationale « Il faut que tous les Burkinabè redescendent sur terre (…) », Pascal Zaïda
Chef de file de l’opposition politique : Les résultats de l’audit organisationnel et fonctionnel passés à la loupe
Djibo : Un nouveau maire pour tresser le courage et la résilience
Gestion au ministère de la Défense : L’opposition insiste sur la nécessité de lever le secret-défense
Lutte contre l’insécurité : L’opposition politique salue l’action des Forces de défense et de sécurité
CDP : Le congrès extraordinaire du 22 septembre 2019 reconnu par le ministère de l’Administration territoriale
Drame de Hantoukoura : Le MPP invite le gouvernement à accélérer le processus de recrutement de volontaires
Burkina : Les jeunes veulent proposer un avant-projet de loi sur leur participation politique
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés