Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Cela semble toujours impossible jusqu’à ce qu’on le fasse.» Nelson Mandela

Slam : « Non loti jeune », le nouvel album de Dabross

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mardi 19 mars 2019 à 19h30min
Slam : « Non loti jeune », le nouvel album de Dabross

L’artiste humoriste et slameur Harouna Dabré dit « Dabross » a présenté, ce mardi 19 mars 2019, son tout premier album. Il est intitulé « Non loti jeune ». En français conventionnel, c’est « un jeune des quartiers non-lotis ». C’est un album de huit titres, chanté en langue nationale mooré. La cérémonie de présentation de l’opus avait pour parrain artistique Alif Naaba, et a connu la présence de Me Gilbert Noël Ouédraogo.

« Non loti jeune », c’est le titre du nouvel album de l’artiste humoriste et slameur Dabross. La présentation officielle de l’œuvre a eu lieu le mardi 19 mars 2019 dans la banlieue Est de Ouagadougou, précisément au quartier non-loti de Taabtinga. C’est un album de huit titres. L’artiste fait du slam dans un ton humoristique. Il joue avec les maux qui minent la société burkinabè. Il chante le mariage, la tradition, la femme, la parenté à plaisanterie, la vie… Il fait un clin d’œil aux personnes qui vivent dans les banlieues. Pour lui, les zones non-loties ne sont pas faites seulement de pauvreté et de misère. Dans ces zones, l’homme qui s’y plait et qui y vit, trouve qu’il y a de l’amour, de l’amitié et de la fraternité.

L’album contient le titre qui l’a révélé au public. Il s’agit de « Nansaar Poug Yanga », ou « la vieille blanche ». Dans ce titre, il explique qu’en étant au non-loti à ne rien faire, il était la risée de tous. Son étoile a brillé quand il a croisé une vieille blanche. Sa mère, toute heureuse, lui demanda d’aller doucement car sa belle-fille a son âge. Elle rétorquera qu’en amour, il n’y a pas d’âge. La blanche loue une maison dans un quartier résidentiel. La vie était belle jusqu’au jour où, pour raison de vacance, la blanche s’est retrouvée dans l’Hexagone. A son retour, elle se rendra compte que Dabross a enceinté la fille de ménage. Elle le met dehors et, une fois de plus, Dabross se retrouve dans son non-loti.

C’est une cérémonie de sortie d’album riche en innovation. L’artiste l’avait intitulée « Zouloukri » ou « baptême musulman ». Le film de la sortie s’est donc faite dans la tradition musulmane avec un imam de circonstance. Après les prières et bénédictions, le parrain de l’artiste, Alif Naaba, a rendu public le nom du « bébé », le nouvel album. Pour le parrain, c’est un album riche en couleurs. Son filleul mérite donc des encouragements et des bénédictions. Les collègues de l’artiste se sont mobilisés pour le soutenir. Parmi les invités, il y avait l’homme politique Me Gilbert Noël Ouédraogo. L’album est disponible sur le marché de disque au prix unitaire de 3000 F CFA.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Gaoua : « La Nuit des conteurs », pour renouer avec les traditions ancestrales
Musique : « Béogo », le nouvel album de Dez Altino
Yacouba Napon dit MCZ, réalisateur burkinabè : « Tout coûte cher dans le cinéma »
« Nuit du Yololo » : La 2e édition fait la promotion de la salubrité
Cinéma : « Plus que jamais, Ouagadougou mérite l’appellation de capitale du cinéma africain », dixit Jean-Baptiste Pazouknam Ouédraogo
Slam : Kys dédicace « Elle », son nouvel album
Musique : « Au début, j’ai donné des cours à domicile pour payer le studio pour faire mon enregistrement », révèle Dez Altino
Culture : L’Atelier du rire, le nouveau cadre de l’humour au Burkina
Burkina Faso : Les sites de métallurgie déclarés patrimoine mondial de l’Unesco
Musique traditionnelle : « À notre époque, on ne chantait pas parce qu’on avait une belle voix, mais parce qu’on en avait le pouvoir », dixit Adama Ouédraogo dit Adam Gausse
Cinéma : Dramane Gnessi dénonce l’injustice au Burkina avec « Le film »
MADIGO 2019 : Les professionnels de la gastronomie et du divertissement à l’honneur
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés