Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Celui qui a vu son semblable au plus bas de la déchéance n’a plus les mêmеs yеux : il а détruit sаns lе sаvοir lе mur qui séраrаit l’hοmmе dе sοn image.» Joë Bousquet

Prestations d’artistes lors des cérémonies : Et si on faisait appel à des porteurs de messages ?

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | • vendredi 15 mars 2019 à 12h20min
Prestations d’artistes lors des cérémonies : Et si on faisait appel à des porteurs de messages ?

Il n’est pas rare de voir l’organisation d’une cérémonie officielle marquée par des pauses musicales. Certes, c’est une initiative qui permet de donner de la couleur à l’activité, mais force est de constater qu’il arrive que le choix de certains artistes soit en inadéquation avec la thématique de la cérémonie. Et lorsque c’est le cas, l’on passe à côté de l’objectif escompté.

Il y a des activités où la prestation d’un artiste capte plus l’auditoire que les discours. Et ce, parce que le message véhiculé est adapté à la thématique de la rencontre. A travers la musique, certains artistes parviennent à communier avec le public, tout en leur permettant de rester dans l’ambiance de l’activité durant le programme. Ceci est un exemple d’un cas où le choix de l’artiste cadre avec la thématique de l’activité.

Toutefois, le revers de la médaille n’est pas sans conséquence. En effet, le choix de certains artistes au cours des cérémonies laisse à désirer. Imaginez une activité d’un ministère où on convie des artistes musiciens dont le message ne met pas en exergue les actions de ce département ou ne sensibilise pas sur les causes qu’il défend. Une activité gouvernementale ne saurait être assimilée à un « simple » rendez-vous de divertissement.

Certes, l’on ne doit pas occulter l’aspect divertissement de la musique, mais lorsqu’il s’agit de l’action publique, le choix des artistes musiciens doit être fait avec beaucoup de rigueur. Pour ne citer qu’un cas vécu récemment. Le gouvernement commémorait une Journée internationale avec un thème précis. Au cours de cette cérémonie, aucune prestation musicale n’a porté sur la problématique en question. Des artistes, en principe, sont payés pour livrer un message sur le sujet du jour. Que nenni !

A défaut de disposer d’artistes capables de conscientiser, on peut initier des sketches ou des pièces théâtrales. Tout compte fait, il peut toujours y avoir une possibilité de toucher sa cible à travers les animations. Tout est une question de volonté.

Ce qui vient de la ville fait souvent l’objet de convoitise dans les milieux reculés. Il faudrait donc faire attention au choix des artistes musiciens lors des activités. Surtout en milieu rural. En termes d’habillement, que retiennent les enfants de ces localités après les prestations ? Au lieu d’envoyer des « ambassadeurs de la dépravation des mœurs », il faut plutôt faire appel aux « messagers » de l’espoir.

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net
Photo d’illustration

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
« Sama Yaye » : Le nouvel album de Batieba Traoré rend hommage à la femme africaine
Musique : Tanya, l’étoile montante de la scène burkinabè
Festival international de danse de Ouagadougou (FIDO) : La 8e édition aura lieu du 25 janvier au 1er février 2020
Lutte contre l’extrémisme violent : Les ministres de la Culture du G5 Sahel prennent des conseils auprès du Moogho Naaba
Musique : Mamadou Diabaté présente son 15e album ’’Nakan’’
Culture : L’association des danseurs et chorégraphes du Burkina Faso et de la diaspora est née
The U.S. Mission in Ouagadougou, Burkina Faso is seeking eligible and qualified applicants for the position of Consular Assistant in the Consular Section.
Bobo-Dioulasso : La salle de cinéma de l’Institut français baptisée du nom du réalisateur burkinabé Kollo Daniel Sanou
Diversité des expressions culturelles : Le Burkina Faso prépare l’élaboration du périodique quadriennal de la convention de l’UNESCO
Médias : « La musique burkinabè est à la traîne tout simplement parce qu’on ne promeut pas les artistes qu’il faut », dixit Hervé Honla, journaliste culturel
Culture : Le Burkina fait le bilan de la mise en œuvre de la Convention 2005 de l’UNESCO
Lutte contre l’extrémisme violent : Les ministres de la Culture du G5 Sahel en concertation à Ouagadougou du 15 au 17 janvier 2020
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés