Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les erreurs, comme des pailles, flottent à la surface. Celui qui vеut сhеrсhеr dеs реrlеs dοit рlοngеr еn рrοfοndеur.» John Dryden

Gestion des ressources naturelles : La sécurisation des corridors biologiques au cœur d’un atelier national

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET | Par Herman Frédéric Bassolé • mercredi 13 février 2019 à 14h01min
Gestion des ressources naturelles : La sécurisation des corridors biologiques au cœur d’un atelier national

Ouagadougou abrite, du 13 au 15 février 2019, l’atelier de lancement du plaidoyer sur la sécurisation des corridors biologiques de migration et de la faune entre le parc national Kaboré Tambi (PNKT) et la Red Volta valley et entre le PNKT et le ranch de gibier de Nazinga. Les acteurs espèrent entre autre à travers cet atelier parvenir à l’élaboration de textes législatifs garantissant le statut juridique et la préservation durable de ces corridors biologiques.

Créés à la faveur du projet de partenariat pour l’Amélioration et la gestion des écosystèmes naturels (PAGEN), mis en œuvre entre 2002 et 2007, le corridor n°1 non frontalier qui relie le parc national Kaboré Tambi (PNKT) et le ranch de gibier de Nazinga, et le corridor transfrontalier reliant le PNKT aux aires protégées au nord du Ghana, font l’objet d’occupations anthropiques.

C’est le constat fait par les acteurs du projet « Ressources partagées, solutions communes » (en anglais SRJS) que sont la fondation Naturama, l’Association inter-villageoise de gestion des ressources naturelles et de la faune (AGEREF COMOE-LERABA) et l’Association pour la gestion de l’environnement et le développement (AGED). A la recherche de solutions pour sécuriser ces corridors biologiques, importants pour la conservation des biens publics mondiaux, ces structures se sont donné rendez-vous dans la capitale burkinabè du 13 au 15 février, pour l’atelier de lancement d’un plaidoyer.

Une vue des participants de l’atelier

Pour un statut sécurisant

Ce plaidoyer qui est l’une des conclusions d’une étude menée en 2017 sur la gouvernance de l’eau de la biodiversité dans le sous-bassin du Nakanbé, sera conduit par la fondation Naturama dans la région du Centre-sud. Et selon le coordonnateur national du projet SRJS, Mamadou Karama, ce plaidoyer consistera à sensibiliser les communautés installées au niveau de ces corridors afin qu’elles les libèrent et à amener les collectivités territoriales à s’impliquer davantage dans la gestion de ces corridors à travers l’accompagnement des populations dans leur relocalisation. Le plaidoyer va s’adresser également à l’Etat qui devra prendre « des actes forts » parmi lesquels, l’élaboration de textes législatifs garantissant le statut juridique des corridors biologiques.

Mamadou Karama, coordonnateur national du projet SRJS

Nécessité d’une concertation entre les deux pays

Présente à l’ouverture de l’atelier, la représentante de l’Union pour la conservation de la nature /Programme Afrique centrale et de l’Ouest (UICN/PACO), Mme Guebré Sareme, a rappelé l’importance de la tenue de concertations entre le Burkina Faso et le Ghana afin de résorber cette épineuse problématique des corridors de façon pérenne. « Les efforts seront vains si nous travaillons de manière unilatérale et si rien n’est fait dans l’autre camp », soutiendra le coordonnateur du projet SRJS. Et le directeur exécutif de la fondation Naturama, Idrissa Zeba, de rassurer que des dispositions seront prises pour accompagner l’exécution du programme d’activités qui sera issu des travaux de l’atelier.

Mme Guebré Sareme, Représentante de l’UICN-PACO

En rappel, le projet « Ressources partagées, solutions communes » est issu d’un partenariat entre l’UICN Pays-Bas et le ministère néerlandais des Affaires étrangères et vise à sauvegarder les biens publics mondiaux basés sur les écosystèmes tels que l’eau, la sécurité alimentaire, la biodiversité et la résilience climatique dans 16 pays dont le Burkina Faso. D’un coût global estimé à un million soixante-cinq mille euros, soit environ six cent millions de francs CFA, le projet couvre la période 2016-2020.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Journée communale de reboisement : La ceinture verte de Ouagadougou en voie de réhabilitation
Journée nationale de l’arbre : La Banque de l’union reboise à Loumbila
Journée de l’arbre : La ministre de la Santé reboise au Centre médical de Saaba
Complexe Pô-Nazinga-Sissili : La biodiversité en danger
Environnement : Voici pourquoi vous devez planter des arbres
Foire de l’arbre à Tenkodogo : Zoom sur l’Initiative de la grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel
Journée nationale de l’arbre : Le premier prix national remis à la commune de Bissiga
Projet « Pépinière urbaine » de Ougadougou : Une approche inclusive et participative du développement
Nuit de l’arbre : Les lauréats du concours dévoilés au public
« Arbre et éducation pour une économie verte » : La problématique au cœur d’un panel
Foire de l’arbre à Tenkodogo : Trois jours pour faire des affaires
Première édition de la Journée nationale de l’arbre : Un cross populaire pour démarrer les activités
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés