Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a dans la vie exactement autant d’occasions spéciales que nous choisissons d’en célébrer.» Robert Brault

Nuit du stand up et du laangandé : On a ri jusqu’aux larmes !

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Par Dimitri Ouédraogo • lundi 31 décembre 2018 à 00h05min
Nuit du stand up et du laangandé : On a ri jusqu’aux larmes !

Le Cercle des arts vivants a organisé, le vendredi 28 décembre 2018 dans la cuvette du CENASA, la 2e édition de la « Nuit du stand up et du laangandé ». Ce fut un moment de rires de joie. Les artistes humoristes qui se sont succédé sur le podium ont tenu le public du jour en haleine. La particularité de cette soirée est que les humoristes étaient introduits par des comédiens bien connus du public burkinabè. L’objectif de cet événement humoristique était de montrer aux terroristes que le peuple Burkinabè ne baissera pas les bras et qu’ils ne pourront pas détruire sa joie.

Les femmes, les hommes, la parenté à plaisanterie, les pays, les quartiers de Ouagadougou… ce sont autant de thèmes qui ont été abordés au cours de la Nuit du stand up et du laangandé. Le 1er artiste à monter sur le podium fut Gérard Ouédraogo, le promoteur de l’activité. Pour lui, il ne faut pas faire confiance aux filles.

La preuve, quand il était à l’école primaire, il était en train de manger son couscous quand des filles sont venues lui dire que leur camarade Georges voulait les tabasser. Lui, il intima à Georges d’arrêter. Il retorque en lui disant de ne pas l’indexer. Sur le champ, un combat de coqs est engagé. Ne pouvant pas refuser, car ne voulant pas être couvert de honte devant les filles, il accepta. Peine perdue, il perd le combat. Le lendemain, les filles qu’il avait défendues étaient en compagnie de Georges !

A sa suite, les autres artistes ont, à leur tour, séduit le public mobilisé pour la circonstance. Pour Fortune du Congo « les amoureux sont comme des cafards. Ils n’aiment pas la lumière. C’est pourquoi le jour de la Saint-Valentin, ils s’habillent en rouge et noir, comme les cafards ». Il a mis en garde les femmes contre les hommes qui leur donnent de l’argent. « Ils sont comme des éleveurs. Ils vous engraissent pour mieux vous manger ! ».

Valery Ndong du Cameroun dira que le Rwanda est le pays le plus discipliné. Même quand les feuilles des arbres tombent, elles s’arrangent pour être dans une poubelle. Tout comme lui, La Jaguar et Adèle Badolo du Burkina Faso, Gogoligo du Togo, Digbeu Cravate et Marchal Zongo de la Côte d’Ivoire, ont égayé le public.

Ce fut une soirée riche en émotion et en rires. Laetitia, une spectatrice, avoue qu’elle a pu décompresser. Elle a révélé avoir ri jusqu’à avoir des maux de ventre. La satisfaction est aussi ressentie chez Gérard Ouédraogo, le responsable du Cercle des arts vivants. Le public a répondu présent et les artistes ont assuré. Pour lui, c’est une façon de dire non au terrorisme. « Nous allons continuer à vivre, nous n’allons jamais baisser les bras », a-t-il lancé à l’endroit des djihadistes.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Yacouba Napon dit MCZ, réalisateur burkinabè : « Tout coûte cher dans le cinéma »
« Nuit du Yololo » : La 2e édition fait la promotion de la salubrité
Cinéma : « Plus que jamais, Ouagadougou mérite l’appellation de capitale du cinéma africain », dixit Jean-Baptiste Pazouknam Ouédraogo
Slam : Kys dédicace « Elle », son nouvel album
Musique : « Au début, j’ai donné des cours à domicile pour payer le studio pour faire mon enregistrement », révèle Dez Altino
Culture : L’Atelier du rire, le nouveau cadre de l’humour au Burkina
Burkina Faso : Les sites de métallurgie déclarés patrimoine mondial de l’Unesco
Musique traditionnelle : « À notre époque, on ne chantait pas parce qu’on avait une belle voix, mais parce qu’on en avait le pouvoir », dixit Adama Ouédraogo dit Adam Gausse
Cinéma : Dramane Gnessi dénonce l’injustice au Burkina avec « Le film »
MADIGO 2019 : Les professionnels de la gastronomie et du divertissement à l’honneur
8e édition de Star en live : Trois artistes communient avec le public du CENASA
4e édition de VAPAJ : La culture au service de la cohésion sociale
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés