Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

Cité Burkindi de Bassinko : Des plants mis en terre pour améliorer le cadre de vie des habitants

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Aïssata Laure G. Sidibé • lundi 10 décembre 2018 à 00h04min
Cité Burkindi de Bassinko : Des plants mis en terre pour améliorer le cadre de vie des habitants

Le samedi 8 décembre 2018, à Bassinko, les habitants de la cité Burkindi ont pris part à un reboisement organisé par l’entreprise PNBF (Pablo and Nathalia-Burkina Faso). Ce sont 100 plants nutritionnels qui ont été mis en terre sur un espace d’un demi-hectare. Ce fut également l’occasion de remettre des clés de logement à deux acquéreurs.

Le PNBF est une société internationale basée en Espagne. C’est un créateur de cités. « C’est l’activité qui est générée par les écoles, les lieux de culte, de commerce, hôpital etc. On crée des cadres de vie où il va faire bon habiter. C’est des cadres de vie à dimension humaine », a déclaré Vande Craen Christian, directeur d’organisation et développement pour l’Afrique au PNBF qui informe qu’ils sont sur des projets de 200-300 logements.

Soucieux du bien-être de ses habitants, il a été décidé d’aménager un verger nutritionnel, une première dans le domaine de l’immobilier au Burkina Faso. « La notion de verger est importante pour nous parce que nous devons apporter de la valeur ajoutée à nos projets », a laissé entendre M. Vande Craen.

Aménagé sur un demi-hectare, le « poumon vert » de la cité Burkindi de Bassinko, c’est 100 plants composés de manguiers, de goyaviers et de tangelos, tous des espèces améliorés. Ils proviennent du Centre national de semences forestières du pays. Les premiers fruits, pour ce qui concerne les deux premiers types d’arbres fruitiers, sont attendus pour l’année prochaine, si bien sûr l’entretien y est. « Dans deux ou trois ans, les tangelos vont aussi produire », ajoute Dioni Ali, contrôleur des eaux et forêts, chef de service des forêts et de la faune du Kadiogo.

Cependant, l’entretien de cet espace vert a un coût. Le directeur d’organisation et développement pour l’Afrique en est conscient : « Nous allons nous assurer que les plants ne manques pas d’eau ». Pour sa part, le contrôleur des eaux et forêts provincial a sollicité le concours des habitants et des élèves en particulier pour faire de ce projet une réussite.

En perspective, il est prévu une haie-vive, car les promoteurs veulent faire une clôture à base d’arbres bioclimatique. Tout en louant l’initiative, M. Dioni a invité les autres sociétés immobilières à emboiter les pas de PNBF. « Si vous construisez, il faut aussi penser à créer un cadre de vie agréable », a-t-il suggéré. La société, faut-il le souligner, est orienté vers l’environnement. « Tous nos logements disposent d’équipement solaire de façon à être autonome. Nos logements sont bioclimatiques », a confirmé M. Vande Craen.

Un bioclimatique qu’est-ce que sait ? « C’est une étude d’orientation. C’est la ventilation. L’air doit être aspiré de façon à ce que l’air chaud puisse être dégagé pour laisser place à l’air frais. C’est une qualité de ciment qui est utilisée de façon à ce que les murs soient moins réfracteurs. Toutes ses notions font que nous devrons être attentifs à l’environnement. Et la notion de verger s’impose à nos projets », a-t-il expliqué en substance.

La présente cérémonie a été jumelée à une remise symbolique de clés à deux nouveaux acquéreurs. Après avoir injecté 8 500 000 F CFA, Achille Ludovic Tiemtoré est désormais propriétaire d’un logement de type F2. Ses premiers mots ont été des remerciements à l’adresse du PNBF pour ce qu’il fait au Burkina Faso à travers la construction des logements sociaux. « Le problème majeur au Burkina Faso c’est le logement. L’accessibilité des logements aux personnes handicapées est un véritable problème », a-t-il précisé.

A l’en croire, la construction, la qualité mais surtout le fait que les logements sont bioclimatiques ont joué un rôle capital dans son choix. « Quand vous êtes dans une zone où on ne sait pas quand est-ce que l’électricité va y arriver, ce n’est pas du tout facile », a-t-il dit. Visiblement satisfait de sa demeure, il a exhorté les personnes vivant avec un handicap et non handicapées à faire confiance au PNBF, car « on n’a pas besoin de climatiseur ». Tout comme M. Tiemtoré, M. Ouattara, qui représentait son père, avait le sourire aux lèvres, au moment où il recevait les clés de leur nouvelle maison.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Infrastructures communales : « Il faut que les acteurs du BTP fassent de la formation leur boussole », selon El Hadj Salif Simporé, entrepreneur à Fada
Programme d’urgence pour le Sahel : Un « taux satisfaisant », des autorités locales ignorées
Textes relatifs au bail locatif au Burkina : Le ministère de l’Habitat sensibilise les journalistes
Communauté islamique ahmadiyya : Un camp médical pour la promotion de la santé des populations
Situation nationale : Les acteurs des industries de l’agro-alimentaire apportent un soutien aux personnes déplacées internes
Province du Séno : Le représentant pays du PNUD visite des infrastructures
Dr Awalou Ouédraogo, Directeur général de l’ENAM : « Aucun énarque ne sera remis à la Fonction publique pour intégration sans avoir validé le stage militaire »
Tirs au Camp Guillaume Ouédraogo de Ouagadougou : Le Premier ministre appelle au calme et à la sérénité
Infrastructures du 11-Décembre 2017 à Gaoua : Les travaux de finition et de correction toujours attendus
Les fermetures d’écoles en Afrique de l’Ouest et centrale ont triplé depuis 2017 alors que l’éducation est prise pour cible dans toute la région
Tirs au Camp Guillaume Ouédraogo : Retour au calme et à la sérénité, selon le gouvernement
Attaques terroristes au Burkina : La coalition d’OSC CED et M21 demande le « renforcement des capacités opérationnelles de l’armée "
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés