LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Burkina : De plain-pied dans les pratiques politiques, sans politiciens, et en pire !

LEFASO.NET

Publié le mercredi 12 juin 2024 à 12h30min

PARTAGER :                          
Burkina : De plain-pied dans les pratiques politiques, sans politiciens, et en pire !

Avec la suspension le 30 septembre 2022 des activités politiques, l’on croyait au moins à une certaine volonté de moralisation de la vie publique. Hélas ! Environ deux ans après, cette mesure n’a de mérite que d’avoir simplement changé d’acteurs ou contribué à la reconversion de certains individus partisans politiques. Les pratiques, elles, restent les mêmes. Malheureusement, avec un pas supplémentaire vers le gouffre, en ce sens que ce qui, hier, heurtait la morale est devenu simplement un effet de mode et a pignon sur rue. Et demain ne semble pas non plus être la fin de cette descente, tant une certaine dynamique en vigueur consiste à casser le thermomètre que de faire baisser la fièvre.

Les Burkinabè se résignent et/ou s’accommodent de plus en plus des propos de violences, de haine, de divisions, etc. Ce qu’on a reproché aux organisations politiques pour justifier toute la campagne en soutien de leur exclusion de l’animation de la vie publique se vit malheureusement, en pire. Les propos d’hommes politiques qui ont, à l’époque, valu leur audition par les institutions de la République, une réprobation de l’opinion publique puis leur mea-culpa, ne représentent quasiment plus une dérive.

L’espace public apparaît aujourd’hui comme l’apanage des seuls "soutiens", pour ne pas dire laudateurs, du pouvoir en place. En clair, la vie publique burkinabè est aujourd’hui loin d’être débarrassée de ce dont elle était accusée, quand les politiques étaient en activité. Tout porte à croire qu’on a accusé les partis et formations politiques pour confortablement se mettre à leur place et poursuivre la marche.

Hier, les Burkinabè ont assisté avec les organisations politiques, à ces velléités de mobilisation “recto-verso”, aux moyens de pratiques décriées. Aujourd’hui, rien de tout cela n’a changé. Seuls les noms des organisations et concepts ont changé. D’ailleurs, derrière ces activités et manifestations, se tiennent parfois des briscards politiques, qui ont le nez creux (opportunisme). Et dans le jeu, tout est mis en œuvre pour s’acheter une virginité politique.

Mais au-delà de ces pratiques, visiblement devenues une tradition dans la gouvernance au Burkina, on constate qu’un pallier est franchit avec l’avènement du MPSR I, poussé sous le MPSR II. C’est cette traite de discours de violences, de menaces, de haine, de rancœurs et de divisions.

Jusque-là, tout ce qui était en rapport avec ces éléments anti-sociaux étaient plus ou moins un tabou, une sorte de seuil infranchissable dans la parole publique. On se souvient, au passage, que le 10 juin 2015 (sous la Transition), Yamba Malick Sawadogo, un des cadres et membres-fondateurs du Mouvement pour le peuple et le progrès (MPP) a, à la Maison du peuple, tenu des propos à l’occasion d’une rencontre de la coordination des marchés et “yaars” du parti dans le Kadiogo. 48 heures après, précisément le 12 juin 2015, et sur la base des comptes-rendus, la gendarmerie nationale a convoqué l’auteur pour l’entendre sur ses propos jugés ‘’extrêmes’’.

« Joint ce 13 juin au téléphone par Burkina24, l’intéressé confie que cette situation est en fin de compte positive car il lui permet de s’inscrire dans une ‘’démarche pédagogique’’ afin que cela ‘’ne se répète plus’’ car selon lui, ce sont des propos qui auraient ‘’pu enflammer le pays” », pouvait-on lire des regrets de l’intéressé avec le confrère de Burkina 24.

Dans la même période, le président de Le Faso autrement, Ablassé Ouédraogo, a été également auditionné, le 13 juin 2015, par la gendarmerie nationale pour un élément diffusé par un magazine international, sur des propos jugés en lien avec la religion et l’ethnie.

Le Burkina était alors dans un contexte d’effervescence, avec la perspective des élections couplées présidentielle et législatives de fin de Transition. Mais, la vie publique n’a pour autant pas cédé de ses valeurs. Le souci de préservation de cohésion sociale, de l’unité nationale, des valeurs qui fondent la société burkinabè..., bref, d’un seuil infranchissable, a été ressenti dans la mémoire collective des Burkinabè, à commencer par les institutions.

Toutes ces deux figures politiques ont fait amende honorable par rapport à leurs propos.

Tout Burkinabè épris de paix, de justice, d’unité nationale et de l’avenir du pays n’en demandait d’ailleurs pas mieux comme réflexe de la part des institutions et personnes compétentes en la matière. Chaque entité s’est donc assumée, les acteurs ont été interpellés et leçon a été tirée pour toute la société.

Malheureusement, aujourd’hui, on ne peut que citer cela comme un bon exemple, tant l’espace public, virtuel comme physique, est frappé par le vent de violence, de haine, de menaces, de rancœurs, de divisions et sans que les auteurs n’en soient interpellés. Les activités de mobilisations et autres manifestations de soutien à la Transition n’ont quasiment de messages à convaincre que de contraindre par des menaces, des injures, invectives et autres propos haineux... Le seul style en vogue, c’est celui qui véhicule les germes d’un enlisement de la société. Le souci de la décence et du bon sens a foutu le camp chez bon nombre qui s’érigent en soutiens de la Transition.

Le comble, c’est lorsqu’on se retrouve dans cette ambiance de violences verbales émanant de personnes qui, au nom de certaines entités considérées comme garant de valeurs communes nationales, prennent publiquement la parole pour ‘’légitimer’’ ces dérives. On est allé jusqu’à banaliser la vie humaine, par tous les moyens, et sous les yeux des enfants et des plus jeunes, qu’on accusera demain dans d’autres circonstances de ne pas avoir d’égards pour les valeurs sociales. Ce qui heurtait hier les sensibilités tend à ne plus l’être ; au contraire, ça fait “patriote” et ça implique tout ce que cela comporte comme avantages.

Mais, va-t-on continuer dans cette lancée ? Et jusqu’à quand et pour quel résultat ? Une chose est sûre, la tendance n’est pas du tout bonne, et tout Burkinabè soucieux du devenir du pays se doit de ne pas rester indifférent face aux risques que cela présente pour tout le monde.

Insultés et haïs qu’ils sont et puissent être, tous ceux qui aiment ce pays et éprouvent un pincement au cœur de le voir souffrir, doivent toujours attirer l’attention sur les dérives.

On ne le dira jamais assez donc, il y a impératif à déconstruire et décourager les discours de violence, de haine, de menaces, de rancœurs et de divisions. Il faut travailler diligemment à désarmer les cœurs, limiter la propagation des risques inutiles, miser sur ce qui unit et non tirer sur les ficelles de divisions. Et la balle est dans le camp de l’autorité, maître du thermomètre national. C’est à elle de donner le ton, de montrer la volonté et la voie à suivre, par des actes à même d’éliminer ou de minimiser les germes de désagrégation continue de la société. Sans orgueil, mais aussi, sans laxisme !

Oumar L. Ouédraogo
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • Ah oui, soutien de la transition par là , soutien de la transition par là.J ai bien peur de certains Burkinabé qui ont éte avec le cdp, le mpp, le mpsr 1.Quelle est l ideologie de ces personnes ?Les.princes de ce.moment n ont pas appris cela.Qui vivra verra.D ailleurs Les hommes forts du moment font des dons par là.C est de la politique..Mais.bon au.gondaona quand avec l argent les gens deviennent aveugles. Courage aux rares journalistes qui font ces genres d ecrits,.

    • Franchement on ne comprend plus rien parce qu’on s’attendait à de nouvelles pratiques après cette longue transition mais hélas les faits suivants ne rassurent pas :
       Exclusion/suspension de tous les autres partis politiques pendant que le jeu politique bat son plein et est animé et occupé par les soutiens des autorités actuelles qui pourront être candidats aux élections et competiront avec ceux qu’ils ont empêché de s’entraîner.
       Dispatching de dons : Bala Sakande, Peni etc
       Transports des militants par des cars depuis les quartiers et les provinces : voir meeting du CDP , du MPP, des Wayiyan au palais des sports et au stade municipal
       Le fait de narguer les autres : cas de Maiga des USA , Basolma et du PM qui font fi de la VAR dans le même contexte de terrorisme. Sans mea culpa, Ils tiennent exactement des propositions contraires que sous le MPP où sévissait déjà le terrorisme
       Muselement de la presse : Norbert Zongo, fermeture actuelle de RFI, réforme actuelle du CSC etc.
       Difficultés à la justice : non respect des décisions, enlèvements, disparition forcées etc
      Sur le plan de la lutte contre le terrorisme, le travail est propre et nous félicitons les autorités pour cela mais les autres aspects sont à revoir. Cela n’est pas secondaire et facultatif car une insuffisance de justice couplée à des divergences religieuses, ethniques, politiques peuvent engendrer des violences et des morts au même titre que le terrorisme. Travaillons à la réconciliation.

  • HUG tu sais bien jouer ton role.
    Si tu ne te fatigue pas tes maîtres seront fatigués c’est sûr et certain.
    Ce qui est encore sûr le Burkina avance surtout avec IB
    Vive IB !
    Vive le Burkina !
    Tant pis pour les vendus et les valets locaux dans le coma.

    • @Barou, le BF actuel avance où, il faut bien nous situer, j’espère qu’il n’avance pas en "brousse".

    • @Barou : Vous me rappelez ceux qui défendaient farouchement la modification de l’article 37 sous Blaise Compaoré. Où sont-ils aujourd’hui ? "Chacun a son tour chez le coiffeur Mamadou Kéita", comme chantent les enfants.

    • Monsieur Barou, j’espère que vous savez dans quelle direction le BF du MPRS avance, ....

  • Vraiment Monsieur Ouédraogo, j’ai beaucoup de respect pour votre courage et votre capacité à dire les choses sans haine ni passion.

    Juste les faits.

    Vous avez décris en des termes simples la sagesse populaire qui dit que "Le Pouvoir Corrompt".

    Mon souhait est que votre écrit soit lu par ceux qui disposent du pouvoir, qu’ils fassent preuve de suffisamment d’intelligence et de sagesse pour se dire : " Mais ou est ce qu’on va et qu’avons nous fait ?", avant que ce qu’ils ont fait ne leur soit fait, car comme l’a dit un prophète " remets ton épée à sa place ; car tous ceux qui prendront l’épée périront par l’épée".

    Bref, l’histoire n’est qu’un perpétuel recommencement et les mêmes causes produisent les mêmes effets.

    Sans rancune,

    Bangbèda !

  • Malheureusement, le réveil du peuple sera douloureux et très amer. Ils diront alors : "on s’est trompé, on s’est fait avoir". Non, vous avez volontairement participé à vos propres malheurs. On n’avait pas besoin de taper le sable pour savoir que ça finirait dans la douleur.

    • Absolument, le réveil sera douloureux, ce qui est énervant, c’est que ce Peuple a déjà traversé tant de difficultés, mais comme on dit,il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir.

    • Nous sommes déjà bel et bien réveillé, si un Burkinabe dit qu’il n’est pas réveillé c’est qu’i ne se porte pas bien . Les politiciens pendant sept ans nous ont livrê pieds et points à la terreur. Qui dort et n’est pas réveillé dans cet apocalyptique dans lequel certains nous ont plongé. Actuellement, l’heure étant dans la lutte pour LIBERER LE PAYS ET SAUVER LA VIE DE TOUS LES BURKINABE, certains voyant leurs intérêts PRIVÉS MENACER trouvent qu’ont dort et on doit se réveiller. On dormait quant ces politiciens véreux pillaient le pays jusqu’au point de ne pas pouvoir équiper notre armée , le pire l’argent des armes était même detourné et les fds étaient pbligés de se partager une arme à trois au front , des hélicoptères civils inopérants acheté à coup de milliards à la places d’hélicoptère militaire, un stade à refectionner à coup de milliards pendant cinq ans jamais realisé contraignant nos joueurs à jouer chez les autres UNE HONTE .Un aéroport à coup de milliards, des dalles s’effondrent sur les ouvriers depuis des années jamais achevé. ,ON DORMAIT EN CE TEMPS . Maintenant que on veut changer tout cà des gens se plaignent, mais le changement est en cours , il faut suivre ou se mettre de côté regarder

    • J ose espérer seulement que Mr Sawadogo va se relire pour constater qu il ne fait que aligner des mots sans comprendre leurs sens.
      Et cela me fait penser à un promo de classe qui était grand admirateurs de Hitler. Jusqu à aujourd’hui ses mots creux résonnent toujours dans mes oreilles. C était vraiment un pédant.
      Mr Ouedraogo tout mes respects. Seulement sachez que de même que celui qui n’a pas de voiture ne construit pas de garage aussi celui qui n’a pas de morale n a que faire des droits de l homme. C est aussi une question d éducation.
      Dans la vie certains souffrent pcq un animal est maltraité d autres sabres le Champagne quand un être humain est torturé. Ainsi va la vie.

    • Mon texte en réponse à un internaute même composé de mot alugnés en quinqonce
      et insensé répond â quelque chose au moins. Mais sauf le nom Savadogo votre texte ne se rapporte à rien . La comparaison avec Hitler le chef du troisième Reich est curieuse et qui plus est était admiré d’un de vos camarades d’école .Le plus risible ici est qu’en vous lisant c’est comme si votre pauvre camarade de l’époque était en ..sic faute ou une abomination . Alors vu ainsi , pourqoui vous qui le jugez à l’époque avez vous suivi le cours au lieu de quitter la salle .? C’est plutôt vous qui étiez limité puisque votre camarade ne faisait qu’apprécier des faits historiques. Avec ce type de limite vous voulez faire la morale aux autres ? S’agissant de ce fait historique je suppose que vous avez suivi et retenu les cours sur l’époque de Hitler pour vous rappeller de votre camarade . Si c’était une tare ou faute pourqoui en savez -vous sur la question. ? Avant de qualifier les autres prenez le soin de mettre de côté..sic ..vos sentiments mêmes subjectifs , car en prenant les autres pour des têtes felées il faut scanner d’abord la sienne et analyser le cliché

  • Au Burkina nous avons toujours eu des soupapes par lesquelles les crises ont chaque fois été désamorcées. Ces soupapes sont la chefferie coutumière, le clergé, la FAIB et la fédération des églises évangéliques. Malheureusement, ces soupapes semblent être noyées et rendant ainsi la situation assez inquiétante. Vivement que quelque chose soit faite pour apaiser les cœurs.

    • Vous parlez de soupapes ! C’est la preuve que notre état nation n’existe pas ou plutôt construit sans fondation solide. Quand la constitution est un simple papier toilette, ou Kleenex que l’on jette comme on veut, c’est le règne du plus fort où la justice et les droits humains n’ont pas leur place. Notre mal gouvernance depuis les indépendances à ce jour a fini par être le terreau fertile pour les mauvaises graines des terroristes. Notre crise sécuritaire est constituée de crises plurielles et ces assises sont la preuve que nous continuons à descendre en enfer comme le dit Laurent Bado.

  • Est-ce qu il est encore nécessaire d ajouter quelque chose ?
    Vous avez résumé les choses de façon limpide. Malheureusement, les choses sont aussi limpides dans toutes les têtes, mais l intégrité ayant foutu le camp, les gens voient quelque chose qui es noir mais ils diront que c est bleu pour être du bon côté ( avec le moins d embûches possibles). Ce machin que certains osent z as apeller assisses nous ont encore montré à quel point le mal est profond . Vraiment dommage pour cette perte de temps et de ressources.

    Passakziri

    • @Passakziri, absolument d’accord, la chose qui m’a dérangé le plus, c’est l’envahissement du quartier par les soi disantes "forces de l’ordre", avec des barrières ça et là, m’obligeant à faire des détours pas possibles pour atteindre mon home. J’ai conseillé mainte fois à IB dans Fasonet de concentrer toutes leurs activités et conférences à Koulouba, il a choisi de vivre à Koulouba, bien Koulouba a tout l’emplacement nécessaire pour ce genre de réunions, pas besoin de venir envahir la salle de Blaiso tout en refusant d’habiter à Kossyam, on veut quelque chose et son contraire, si Koulouba ne suffit pas, ils peuvent réquisitionner la Maison du Peuple pour ça, c’est tout proche de Koulouba, vraiment soyons raisonnable, humble et sage.

  • Pour les habitués aux gains facile c’est vrai le Burkina ne va nul part.
    Souffrance de 5 ans ou plus à eux.
    Sinon même pour l’ eterninité.
    Vive IB !
    Vive notre Burkina !

    • Mon cher, les 2000 F que vous recevez à titre de wahiyan ou encore les taxi moto ne doivent pas vous rendre aveugles.
      Argumentez un peu au lieu de vociférer des slogans creux.
      Quel est votre programme économique, social...
      Félicitations à l’auteur de l’article. Par ces temps qui courent nous louons votre courage. Encore félicitations.

  • Que peut-on dire qui n’est été déjà dit ? Sinon toute personne de bon sens, qui a vécu les péripéties de notre vie politique ft sociale sait que. nous avons n’avons jamais tiré enseignement des moments difficiles qui ont failli basculer le pays dans l’abîme n’eut été les rares intelligences déployées pour éviter la catastrophe. D’ailleurs le terro est né de nos incurie. Et aujourd’hui on décide de au nom de je ne sais quoi de nous diriger droit dans l’abîme d’où on est presque certain de ne pas pouvoir sortir, et ce en prenant soin de détruire tous les gardes fous. Toute conscience est broyée sous l’assentiment d’une certaine majorité. Comme on le dit, qui sème le vent récolte la tempête, et on est parti pour l’ouragan.

  • C’est curieux la manière dont les INTELLECTUELS burkinabé font abstraction sans sourciller de la RÉALITÉ dans leurs ANALYSES. 2015 c’est la fin de l’histoire, de la période NORMALE. Depuis lors nous vivons le TERRORISME, une période où tous les repères, TOUT est changé ! Or c’est la gouvernance de Blaise COMPAORE et Roch Marc Christian KABORE principalement qui en est la cause. Curieusement, le pillage des ressources, la spoliation des terres, la corruption… bref les causes directes de la situation que nous vivons n’interpellent personne. Ni les morts de l’insurrection , ni les accords iniques avec les terroristes pour les élections de 2020 n’interpellent personne. Or en finançant les groupes terroristes avec les fonds fournis par leurs parrains, le régime MPP a commis un crime abominable. Des terroristes amateurs qui bricolaient des attaques de hameaux de culture par manque de moyens se sont retrouvés du jour au lendemain à la tête de véritables trésors de guerre. Du jour au lendemain ces terroristes se sont dotés de puissants moyens de communication.d’armes de logistique d’approvisionnement et surtout de nombreux complices et indicateurs au sein des populations. Curieusement, ni la justice, ni les autorités, ni les syndicats, ni même la population,personne, absolument PERSONNE ne demande des comptes. Or cette catharsis aurait permis aux populations de comprendre certaines implications et peut-être même que si on dépossédait les responsables des pillages les populations auraient économisé une partie de leurs maigres ressources qu’ils donnent pour la guerre. Le comble c’est que ces pseudo intellectuels, défenseurs de la démocratie et des droits de l’homme qu’ils ignoraient quand ils étaient au pouvoir se plaignent. Comme l’auteur de la présente qui se plaint d’injures, d’invectives, de manque de solidarité… mais ne pipe mot sur tout ce dont ils sont responsables. C’est peu cher payé eu égard à ce dont ils sont responsables. Si on avait jugé tous ceux qui sont responsables de la catastrophe actuelle, nous serions passés à autre chose et serions sûrement occupés à la REFONDATION du Burkina. Mais tant que les gens seront dans l’attente de la JUSTICE, personne ne pourra empêcher les gens d’insulter et de maudire les bandits qui ont détruit le Burkina Faso.

    • @ Bob,
      Nous ici du formum lefaso.net nous sommes aussi une petite representation de ce qu’est la nature de la nation burkinabè si on peut l’apeller ainsi. Or que constatons -nous ? Nous constatons qu’ici aussi il y’a quelques uns qui n’ont pas peur de dire la vérité, aussi incommode soit-elle . de ceux lá je peux citer le Vieux Ka, kwiliga, Sacksida , HUG et beaucoup d’autres intervenants. D’un autre côté on a ceux lá qui animés par je ne sais quoi , chercheront toujours à justifier l’injustifiable , pourvue que cela aille dans le sens de ce que les forts du moment ou les masses veulent entendre ( c’est l’impression que cela me laisse et je peut bien me tromper ). de ceux lá , je citerai vous Bob, Gwandba, SOME ( de Toulouse) sans oublier l’autre qui se fait apeller " nouveau sage " allias verité n°1 allias " la France dehors" et plein d’autres intervenants sur ce forum . Dans cette constellation, affirmer que : "Les causes directes de la situation que nous vivons n’interpellent personne. Ni les morts de l’insurrection , ni les accords iniques avec les terroristes pour les élections de 2020 n’interpellent personne. Or en finançant les groupes terroristes avec les fonds fournis par leurs parrains, le régime MPP a commis un crime abominable" est loin d’être la réalité car depuis que je visite ce forum , il y’a toujours eu des critiques honnêtes à l’égard de tous les régimes qui se sont succédés et j’ai l’habitude de le dire que ceux qui sont à Kossyam gagneraient plus à lire chaque matin lefaso.net et les commentaires que d’écouter les briefings de courtisans qui leur diront ce qu’ils veulent entendre. je parierais une fortune que Blaise l’avait fait, il ne serait pas aujourd’hui à Abidjan mais savourerait une retraite paisible à Ziniaré aprés avoir été grâcié. Rock serait aujourd’hui encore président et peut-être que le terrorisme était un lointain souvenir.
      Malheureusement, force est de constater que tous les régimes qui se sont succédés se sont contentés de changer de courtisans ou tout au plus quelques courtisans , puisque certains griots de palais rodent autour de tous les régimes qui se sont succédés depuis bientôt 40 ans, leurs enfants les regardant roder ont fini par croire que le griotisme vide est un métier. Ainsi, ajourd’hui , des bon a riens comme F Nanema ne cachent même pas comment ils "mobilisent" les partisans du régime pour leurs meetings ( 53 millions pour le meeting en fin d’année, cf . l’èvènement). Personne n’étant dupe pour ignorer la provenance de ces millions, je conclut comme M. Ouedraogo que la seule chose qui change dans ce paysage politique ce sont quelques têtes et l’habillement , et on continue avec les mêmes methodes. Pourrtant il faudra que les burkinabé se réapproprient leur marque déposée qu’est l’intégrité. Intégrité et mensonge , tolérance du mensonge, déni de la vérité et de la justice sont selon moi simplement incompatibles. Pour y arriver, il faudra accepter abandonner les mauvaises habitudes et aller à une conférence nationale souveraine dont les conclusions si cette conférence est conduite avec sincérité et engagement seront de nouvelles bases pour une société de paix. Si nous continuons dans les simulacres pour la forme, ne nous étonnons nullement que ce qui n’a pas marché hier ne marche pas demain.

      Passakziri

    • "... Curieusement, le pillage des ressources, la spoliation des terres, la corruption… bref les causes directes de la situation que nous vivons n’interpellent personne...". Merci BOB mais Ceux a qui profitent ces crimes y compris la malgouvernance, la fraude, la corruption generalisee et l’enrichissement illicite sont justement ceux -la qui s’acharnent contre la transition dans leurs commentaires et actes. Ils sont a bout parceque "l’argent ne circule plus". Ils connaissene tres bien le contexte que nous vivons mais seuls leurs interets comptent. Les politiciens se battent pour un groupe d’individus et n’ont aucune vision a long terme pour le pays. ce n’est pas le cas pour cette transition. Si la realite est durement vecue pour l’instant c’est juste par manque d’engagement populaire et de volonte de certains nostalgiques a oeuvrer pour la souverainete et le developpement durable.

    • Mon très cher et sympathique Passakziri.
      Vous avez fait le choix d’appartenir au camp de ceux qui luttent que pour leurs chapelles peu importe le nombre de mort que ça laisse au sein de nos populations.
      Il y a bien longtemps, lorsque l’on lisait les commentaires du forum, vos interventions étaient les plus mesurées, justes et quelques fois lucides mais il y a de cela une année environ, lorsque vous vous êtes laissé berné par les postulants en traitrises comme la flaque d’eau boueuse qui se veut un lac, les caresses dans le sens du poil des vieux trolls venus de loin..., cette mesure, cette justesse et la lucidité vous sont très rares.
      On ne peut être juste, mesuré et lucide en se compromettant comme vous l’avez fait. C’est donc très logique que vous vous associez à monsieur Ouédraogo dont la motivation du cris aux abois semble être la perte d’un paradis perdu depuis que le Burkina s’est émancipé d’un partenaire qui est en réalité la source du mal. (je vous vois venir mais j’attends que vous arrivez. Sann laa koom).
      Monsieur Ouédraogo est en tout subjectivité. Voire même de la mauvaise foi car, depuis que nous sommes attaqués par ces assassins, aucun autre gouvernement n’a pu faire 1/ème de ce que fait l’équipe actuelle.
       La diversifications des partenaires tant souhaitée par tous.
       La possibilité de mobiliser nos populations qui, malgré les difficultés, contribuent pour que l’état ne manque pas moyens pour acquérir du matériel à faire la guerre et travailler pour nourrir nos populations qui, pour certaines, mangeaient des feuilles d’arbres.
      (Sachant que des ministres de la défense sous le MPP détournaient les maigres fonds à l’armée pour se construire des villas à hauteur de plusieurs milliards, des maitresses ménopausées étaient nommées ministres sans même rien faire, elles se voyaient offrir des voitures également de plusieurs millions pour service rendu nuitamment dans des endroits pas honorables.)
       Le financement des terroristes justes pour organiser des élections caduques à la demande de ceux qui n’ont pas intérêt à ce que nous nous sortions de ce merdier. ( Vous l’avez vous même condamné)
       des centaines de villages sont réinstallés.
       les terroristes sont en débandades
       Ils peinent à recruter car ceux qui le sont finissent dans la foudre de notre armée.
       Les recruteurs se cachent de plus en plus car, verrouillés, ils vont être traiter efficacement le moment venu.
       Le secteur agricole prend une grande importance comme jamais.
       Notre armée et nos populations sont plus que jamais combatives

      Pour revenir à tous ceux qui ne sont pas contents parce que les deals se font rares, qu’ils comprennent que la priorité c’est de sauver les vies de nos populations. Pour ça, aucun prix élevé pour cet objectif. il n’est pas question d’une personne ni d’un partenaire privilégié mais notre survie.
      Les politiciens et leurs bons petits qui se muent parfois en journalistes peuvent attendre qu’on sauve l’essentiel. Ils sont bien marrants d’être dans bureaux climatisés même poussiéreux et parler comme ils veulent. La première des valeurs est de trouver comment sauver sa vie et celles des autres. Le reste c’est de la littérature vide de sens.
      Un de nos cadet et même fils, grande gueule s’est laissé manipuler par quelques syndicats véreux. lorsqu’il est amené au front, son discours à clairement changé parce qu’il a touché la réalité du doigt. C’est pas plus mal si on pouvait faire en sorte que chacun aille faire un tour au front. ;-)

  • Ça s’appelle gouverner. Évitons de confondre la gouvernance et la politique. C’est pas parce que des politiciens ont gouverné auparavant que gouverner aujourd’hui est synonyme de politiciens.

  • Quand le chomage a atteint un taux exponentiel dans un pays, les gens s accrochent à tout. Le mpsr a ajoute la haine, division , le non respect des anciens a l insecurite. Après le terrorisme, les burkinabe ne finiront pas de sitôt de se régler les comptes. Et si on contribuait avec la raison , ne gagnerait on pas plus ???

  • Bravo quand meme à nous. GUY Sana de L’Obs n’est pas seul. Il y a d’autres prophètes comme lui. Souvent avec nous, c’est comme un bon cuisinier qui prépare un repas copieux, et il n’y a personne pour en manger. Qui écoute, en ce moment tout ce qui est dit de bon, limpide et vrai ?? Presque que personne ; et c’est ça le Problème.
    Kenfo

  • Les marches de soutien ne s’inscrivent pas dans le même registre que les marches des partis politiques. Les marches des partis politiques sont des marches de démonstration de force et de vitalité du parti pour montrer sa capacité à prendre le pouvoir. Par contre, les marches de soutien au régime s’adressent à ceux qui agressent le pays de l’extérieur et leurs complices de l’intérieur. Ce que les gens qualifient de propos injurieux ou haineux ne s’adressent pas à des burkinabè qui aiment naturellement leur pays et qui veulent le défendre. Vous n’êtes pas sans savoir que tout projet de déstabilisation d’un pays a toujours été précédé par une manœuvre de découragement de la population pour justifier le coup de force. Les marches de soutien sont plutôt une réponse à ces genres de manœuvres qui foisonnent sur les réseaux sociaux et dans les presses hostiles. Des pays et des organisations internationales manifestent à visage découvert leur projet de saper les luttes actuelles des pays de l’AES, en ce qui concerne leur action de libération du joug impérial. Ceux qui ont une claire compréhension de cette situation devraient plutôt se joindre aux marches de soutien au régime en place au lieu de les dénoncer. Car c’est un fait que la lutte pour la conquête de la souveraineté de de la dignité d’un peuple ne laissera jamais indifférents ni inactifs tous ceux qui profitent de sa soumission et qui rêvent permanent du retour au statu quo. Ça toujours été ainsi, et ni le Burkina et ni l’Afrique ne feront l’exception. SVP webmaster.

    • "Vous n’êtes pas sans savoir que tout projet de déstabilisation d’un pays a toujours été précédé par une manœuvre de découragement de la population pour justifier le coup de force." Monsieur Ollo c est pourtant ce que le MPSR a fait pour acceder au pouvoir.

    • Mr sucre tu as frappé fort hein. Seulement je doute fort qu un idiot puisse faire le parallèle de vos propos. Pour faire plus simple pour les esprits simples, les Mossis dissent que le tueur a peur du gourdin.

  • Belle analyse, il faut en effet que chaque burkinabè travaille à construire un Etat Nation au travers de ses actes au quotidien : éviter de plonger dans la violence et la haine pour défendre ses idées.

  • Barou, on m a eduqué a étre honnête, j"aime mon pays.Barou, tu défends le mpsr 2 car on te donne quelques croutes.Pour ta gouverne sache que ce sont comme vous qui ont défendu le cdp,le mpp er même le mpsr 2.Prêt à faire les louanges d un.pouvoir aveuglement pour avoir des avantages et l abandonné si il n est plus à mesure de vous donner des avantages.Barou pour ta gouverne, sache que ouahigouya et titao ça fait 47km et la ville a ete ravitallé en 5 heures soit de 9heures à 14heures et cela selon l AIB .cela plus de 2 ans de gestion des militaires.On avance comment ?

  • De tous les temps et à travers tous les âges, il ya eu et il y aura de bons prophètes et des prophètes de malheur ! Ce qui est certain c’est que chaque prophète connait bien sa mission et sa destination finale mais c’est des choix et il faut assumer ses.choix ! Certains de ces prophètes dorment d’un sommeil paisible auprès de Dieu et dans les coeurs de leurs peuples, d’autres dorment dans le tourment de l’enfer, rattrapés par leurs œuvres de haine, de division et de destruction ! Quoiqu’on fasse et quoiqu’on dise, cette Nation Burkinabè restera debout, bien que "frappée au Nord, puis au Sud, puis à l’Est, puis à l’Ouest" selon les célèbres instructions d’un célèbre civil (aujourd’hui réfugié dans un pays de l’AES) donnant des ordres à un Généralissime Burkinabè, il ya dix ans de cela.! L’Histoire des peuples reste droite dans ses bottes ! On a beau chercher à la travestir, peine perdue !

  • Vivement un Burkina apaisé. Entre démocratie et exception, nous avons choisi l’exception, ou l’exception s’est imposée à tous. Nous devons travailler à ce que chaque burkinabè aussi petit que grand trouve son compte sans humiliation ? Dans la même dynamique, notre pays devra avoir un discours de paix et d’amitié avec tous les pays (voisin comme lointain).

    Quoi qu’il arrive, ce qui se passe aujourd’hui peut rattraper les acteurs demain. Tous ceux qui pensent qu’ils ont une opportunité d’imposer leurs idées et leur volonté ne savent pas que l’autre Nom de Dieu, c’est le temps.

    Il faut que nous apprenons à nous aimer et à nous réconcilier pour ne pas basculer dans l’irréparble. Le français a été imposée par le colon, les religions ont été importées, la démocratie a été importée, mais les burkinabè sont des produits locaux qui luttons pour imposer ce qui nous vient d’ailleurs. Ressaisissons-nous.

  • Ce que les jeunes font c’est ce qu’ils ont vu faire par le passé. Il faut que la Transition prenne un texte pour remettre en activité les partis politiques tout en mettant à la retraite politique tous les +50 ans. C’est l’irresponsabilité de tous ces cupides depuis les années 80 qui a conduit le pays dans l’impasse. Ils n’ont plus rien à prouver. Qu’ils vivent de leurs rapines accumulées au fil des régimes mafieux. Les jeunes, c’est dur mais l’avenir vous appartient.

  • @ Passakziri, d’abord je sais que vous n’êtes ni africain, ni burkinabé parce que vos propos vous trahissent souvent, ensuite vous pensez détenir la vérité et les autres ? Enfin vous catégorisez les intervenants, livrant du même coup vos collègues et complices de l’armée déployée par Macron pour contrer la propagande russe. Ce dont je parle ce n’est pas les réactions des quelques désœuvrés comme moi qui hantent ce forum, mais des gens et groupes qui se battent pour le retour des élections et de la DÉMON CRATIE. Trouvez vous normal que 10 ans après le gouvernement responsable des massacres de l’insurrection n’ait pas été jugé ? Que la loi sur le délit d’apparence ne soit pas promulguée ? Que les affaires de détournements de deniers publics, d’enrichissement illicite restent impunis ? Et la liste est longue. Or les burkinabé ordinaires, la population n’a pas oublié ! C’est cette volonté de passer par pertes et profits toutes les affaires emblématiques dont le jugement aurait servi de CATHARSIS à une population traumatisée par la misère et les crimes des terroristes qui pose problème. Même les rares affaires jugées se terminent par des non lieux ou des peines ridicules. Malgré le TEMPS personne n’a oublié. Et j’interpelle la justice, les intellectuels, le gouvernement et même IB ! Tant que cet abcès ne sera pas crevé il n’y aura pas de paix, réconciliation…. C’est parce qu’ils étaient parti prenante de tous les crimes reprochés au régime de Blaise COMPAORE que le MPP a enterré ces dossiers et DAMIBA est tombé comme un fruit mûr parce qu’il voulait réhabiliter Blaise COMPAORE, mais qu’est-ce qui empêche IB de franchir le rubicon ?

    • @ Bob,. Trouvez vous normal que 10 ans après le gouvernement responsable des massacres de l’insurrection n’ait pas été jugé ? Vous demandez ? Non, absolument non. je ne trouve pas normal qu’on ait jamais réussi à faire un bilan des 27 ans de Blaise Compaoré. Personne ne sait ce que la la colonne de pickups l’ayant accompagnée à Ouaga contenait, que les responsables des tirs sur les manifestants mains nues ne soient pas mis devant leurs responsabilités, que le MPP se soit mêlé d’une affaire de parcelle à Pazanni, marchant sur une décision de justice , que , que , que. Dans ce même orde, je ne trouve pas normal qu’on viole la constitution de la manière la plus vulgaire , parce que toutes les doloris qui régissent le pays doivent trouver leur fondement dans la constitution et que les juges doivent se fonder sur les lois pour leurs jugements et non sur la subjectivité que les violeurs de la constitution ne se plient pas aux décisions de justice, que les droits fondamentaux des citoyens soient bafoués, que , que , que...
      Pourtant vous êtes de ceux lá qui voient roulent et disent que c’est du bleu. à quoi serviraient alors des jugements qu’on ne respecte pas , puisque c’est ce que vous soutenez en justifiant les non exécutions répétées de décisions de justice, pourtant ces jugements ont été faits. Mais vous vous trouvez que vos putschistes aux petits pieds eux ne doivent pas se plier à ces décisions de justice ? à quoi bon alors que les jugements ? Voyez-vous ? Vous n’êtes pas du tout objectif bien que vous soyez un cadre à la retraite. C’est ce qui est encore plus dommage parce que c’est vous qui devriez conseiller les jeunes que vous endormez en refusant de leur dire la vérité.

      Passakziri

  • MPSR 2 OU RIEN
    Vos jérémiades n’y feront rien. Mêmes si c’est l’argent qui a changé de main, on s’en fout car avant il était dans d’autres mains.
    Plus jamais on acceptera le retour des anciens politiciens au devant des choses. Durant plus de 60 ans on a vu. Actuellement ça s’appelle on va voir et on préfère cela.
    Tous les jours il y a un burkinabè qui va féliciter le Président rwandais Paul KAGAME en le comparant à Feu Thomas SANKARA. On va faire comme lui. Si tu es contre le développement du Burkina tu sera ...

  • ..’’ Et la balle est dans le camp de l’autorité, maître du thermomètre national.’’"""’’’’’
    Responsabilité à partager.
    Et la balle est surtout dans le camp de la PRESSE ; qui ’attarde à publier, répéter et vanter les émotions et aissements de ces groupes et individus. LA PRESSE exalte ainsi leur orgueil et contribue énormément à tout. Tout affichage graphique du péché est toujours conspiration et exacerbation.

  • Oumar Ouédraogo, toutes mes félicitations pour le ton et la justesse des mots utilisés pour dépeindre une situation d’une extrême gravité.

  • Si le Burkina n’ avance pas c’est un pas problème.
    Les gens qui pensent ainsi on a de la peine a les trouver dans ce peuple de patriotes.
    Les gens de cette category savent que le causer au hasard.
    Si le Burkina n’avance pas vous êtes Burkinabès c’est quoi vous faitez pour qu’il avance.
    ON APREND LE COMMENT SERVIR SON PAYS LE COMMENT MON PAYS DOIT ME SERVIR EST AUX FAUT RIEN, VENDUS, MALHONNÊTES ET AUX VALETS LOCAUX.
    Ils sont beaucoup ceux qui pensent que Burkina c’est Ouagadougou.
    Quelqu’un qui s’appelle JAN JAN pour lui si le Burkina avance en brousse c’est un advancement.
    Par ceque la brousse n’est pas le Burkina, d’ou je parler de causer au hasard.
    Quelqu’un qui est JAN JAN à Ouagadougou n’est pas mieux ou plus Burkinabè que mon frère Tenga en brousse. Si la brousse de Tenga avance c’est le Burkina qui a avanccer, le Burkina des patriotes je precise.
    C’est pas tout le monde de nationalité Burkinabè qui est patriote.

    • @Barou

      500 millions pour la propagande dans une periode d’insécurité et de difficultés économiques, des accords secrets (s’il ne le sont pas partagez svp les sources) avec wagner/african corp pour 200 tetes.
      200 tetes c’est pour lutter contre qui, et nos vaillants soldats et 50000 VDP,.
      a-t-on besoin de payer avec nos maigres ressources 200 tetes de soldats étrangers venus pour on ne sait quoi (officiellement instructeurs - les "instructeurs" eux avancent que cest pour proteger le regime)

      votre intervention est tres polarisant, comme ce qui est indiqué dans l’article a mon avis. nous pouvons et devons relever ce qui ne va pas et le ferons n’empechent les forts du moment. qu’ils se partagent nos maigres ressources pendant qu’ils peuvent.

    • Mr Barrou ne serait t il pas mieux pour vous de faire Audio on va dder a faso.net d inséré pour que tu sois compris ? Sans rancune on va avancer.
      Sankara disait que la tragédie des peuples est toujours l œuvre des minables. J ose espérer que vous n en faite pas partie ?

    • On dirait que mon pseudo est doux dans la bouche de Barou.

  • Les memes causes produisant les memes effets, allons seulement !
    La raison se trouve de part et d’autre des commentaires que je lis sur ce forum. Cependant, j’ai souvent l’impression que c’est un dialogue de sourds. On ne prend pas le temps de nous ecouter et d’analyser ce que chacun dit pour en tirer l’essentiel pour le bien du pays, comme a l’echelle generale du pays dailleurs. Chacun pense avoir raison alors que nul n’a et n’aura jamais le monopole de la verite.
    C’est un fait aujourd’hui que quiconque embouche une trompette autre que celle des forts du moment, il ou elle est abattu-e illico presto. Peut-on construire en divisant, en n’ecoutant qu’une partie seulement de la population ? Je crains que non.
    Pour rebondir sur le commentaire de @Bob, je voudrais lui demander combien de rapports de corruption et autres dorment dans les tirroires de la justice ? Pourquoi le pouvoir actuel ne peserait pas de tout son poids pour que justice soit faite ? L’ARSE LC, le RENLAC et autres ont fait leur travail. Au jour d’aujourd’hui, ou est le rapport de Yirgou et bien d’autres rapports sur des enquetes qui ont ete ouvertes suite a des crimes commis ?
    Le journaliste de Le Faso.net a releve des questions qui sont pertinentes. Prenons le temps de l’analyse et projetons nous dans le long terme quant aux consequences de ce qu’il a depeint dans son ecrit. Est-ce qu’on s’est pose la question de savoir si ce qu’il souleve est vrai ou faux, est-ce que ca vaut la peine d’etre considere ou pas ? Quand allons-nous arreter de nous combattre entre nous et nous concentrer sur nos ennemis communs ?
    Vivement que nous puissions considerer la situation du pays avec sagesse et humilite. Quittons dans les arguments qui ne volent plus haut du genre "ceux qui mangeaint bien hier sont devenus les ennemis de la transition parce qu’ils ont perdu leurs avantages".
    Je n’en faisait personnellement pas partie et je ne me considere point l’ennemi de quiconque. Je suis du cote de la verite et de la justice. Ce que je considere injuste, que je puisse le dire librement. Si je me trompe, qu’on me corrige et avec humilite je le reconnaitrai si j’ai tort, sans manquer du respect a personne.

    Pour finir, je voudrais citer cette grande figure de la lutte pour la liberation des peuple noirs notamment celui d’Afrique du Sud :
    Nelson Mandela, paix a son ame ! Voici une figure qui m’inspire et pour laquelle j’ai un PROFOND RESPECT juste pour sa capacite a pardonner et sa grande humilite ! Il a vecu l’integrite, le patriotisme, la vaillance, la serenite et l’intelligence ! Il a eu les moyens de se venger de ses bourreaux d’hier, mais il ne l’a pas fait. il n’etait pas un saint mais il a prouve au monde entier sa GRANDEUR ! Il etait dans l’action et non dans les discours. Il n’avait pas la soif du pouvoir et il a quitte le pouvoir apres son premier mandant, laissant l’image d’un grand chef d’Etat.
    Comparaison n’est pas raison, les contextes et les histoires peuvent etres differentes, mais le fond reste le meme. On peut faire du bien sans faire du mal, les exemples son nombreux a travers l’histoire.

    Force et courage a nous, apres la pluie, le beau temsp !

  • Vive mon président !
    Vive le Burkina !
    En avant pour le development
    SOME tu me parles de 200 têtes ?
    Tu viens être Burkinabè je pense
    Tu n’etais au Burkina quand la France,Italia USA et autres avaient leurs militaires dans mon cher Burkina Faso
    Tu parles de vaillants soldats et VDP ?
    Tu etais où quand ils se partageait un fisul à plusieurs ?
    Même pas un drone, si tu penses que les soldats et VDP sont vaillants il faut avoir la conscience qu’ un travail a été fait
    Il faut les faire partir ces 200 têtes si c’est ça ta priorité
    C’est quoi tu mis dans ton tiapalo ?
    OMEGA c’est bon si quelqu’un de ta category ne me comprend pas Dieu merci.
    Ton complex n’ est pas un problème.
    Sinon ya des gens comme toi oui dificile de comprendre les autres.
    Ils ne sont pas nombreux comme roi au Burkina ce qui est bien.
    Voila pourquoi tu as les même dificultés de comprendre cequi se passe au Burkina.
    Fasonet a mis cet espace a notre disposition qui devenu un marché publique
    Chacun de passe s’arrête dire son non sens et continue.
    IL est l’ heure d’aprendre a vivre de son salaire et merite au Burkina.
    Vive les autorité Burkinabès !
    Abas les vendus !
    Abas les magouilleurs !
    Abas les valets locaux !
    Vive IB !
    Vivi le Burkinabè digne et patriot !
    Vive le Burkina !
    En avant pour le Burkina !

    • Je suis content pour Mr Barrou.Mon grand frère disait que les hommes les plus heureux sont les id.....et je me rends compte qu il n avait pas si tort. Jette seulement un os à un chien et il sera tout heureux.
      Malgré toutes tes inepties que tu debites faso.net te laisse la latitude de le faire. C est là la grandeur de la démocratie et des démocrates. Tout le monde y gagne.

  • TOURÉ c’est de ça exactement je parle
    Les non sens de ce genre que tu exposes.
    Sinon nul part c’est dit que quelqu’ un est contre l’espace que lefasonet offre ici.
    Vraiment le ridicule se trouve dans l’air chez moi au Burkina
    Celui qui n’est pas satisfait du Burkina actuel a BEAUCOUP D’ANNEES DE SOUFFRANCE DEVANT LUI
    Vive IB
    Vive le Burkina d’aujourd’hui et demain
    Tant pis pour les vendus, valets locaux, les canards boiteux et les corrompus.

  • Nous avons du pain sur la planche !!!!!

    Que Dieu bénisse abondamment le Burkina Faso.

    Tout semble s’obcurcir de jour en jour et la solution n’est pas à la portée de main pour chacun de nous.

  • Bravo Oumar : Magnifique analyse qui vient nous remettre en contexte et dire la vérité qui rougisse les yeux mais ne les casse pas. La trahison toute récente des gouvernants de notre pays est encore fraiche dans la mémoire de nos populations.

    Je n’avais plus rien a ajouté sur cette analyse très éclairé pour toute personne de bonne foi vivant dans le pays. Et comme je ne cesse de le répéter dans ce forum dont nos différences font sa richesse, ’’’’’’la confiance ne se décrète pas. Elle se mérite, on la sent, elle se manifeste, on la voit, on l’appréhende par les actions de tous les jours. Elle ne disparait pas du jour au lendemain. C’est tout un processus. Donc, si 90 % de la population n’ont plus confiance à un régime, ça ne s’est pas fait au jour au lendemain.’’’’’’’’
    Et ici, je voudrai m’adresser aux internautes a l’extérieur qui ne savent rien de ce qui se passe a l’intérieur du pays surtout a mon ami SOME de Toulouse qui se dit Wayignan de me répondre ces questions : ’’’’Il y a deux jours au camp militaire Lamizana sous un soleil de plomb avec des milliers de personnes on assistaient a l’enterrement des martyrs tombés au combat : Nous avons vu une femme tombée parmi la foule, et dire qu’il y a des Wayignan illettrés qui roulent avec des véhicules et chauffeurs au nom d’IB ? D’autres contrôlent leurs propres compatriotes sans autorité derrière IB ? Des militaires sans grades avec des véhicules a prix couteux, des directeurs de cabinets des ministres qui se prennent des dieux a la place de leurs patrons ? La corruption de nos jours est un sport favori de ce régime. En tant que démocrate, je suis pour que le coup d’état du jeune IB soit le dernier dans notre beau Faso. Tout ce que je demande au président du Faso, c’est de ne pas s’assoir en héro au conseil des ministres et ne rien contrôlé.

    Combien de ratissage ont été faits sans que le président soit au courant ? Ici Oumar a donné des réponses aux attentes du peuple, même au-delà des coup médiatiques : Des messages qui parlent de planification, donc les populations attendent que le régime planifie pour qu’on comprenne s’ils sont là pour éradiquer le terrorisme ou pour que le terrorisme n’en finisse pas pour que les SOME qui se disent Wayignan en profitent avec des belles voitures et chauffeur ? Bref, il y a tellement de chose à dire. Que les chefs militaires se comportent en hommes dignes, intègre et honnêtes.
    En regardant ces Wayigans qui ne savent pas ce qu’ils font et IB les laissent patinés, je confirme en disant ‘’’’’Pauvre jeunesse Burkinabé en manque de vrais modèles, de vrais sages, de vraies valeurs d’exemple.’’’’’

    Et une des raisons du malaise humain est précisément le fait que les hommes aveuglés par leurs ambitions, s’adonnent à la fausse apparence et que la sincérité et la pureté ont disparues de leur vie. En lisant quelques commentaires de ceux qui disent soutenir dans le vide IB, je dis qu’il y a des gens dont la déviation morale a atteint le point de non-retour, et qui savent pourtant donner d’eux-mêmes comme mon ami SOME de Toulouse, avec une maîtrise incroyable, une image de philanthrope. L’hypocrisie est à tout point de vue le défaut moral le plus laid. Certaines personnes n’expriment leur opposition que pour se faire remarquer. Ils préfèrent critiquer les qualités des autres, plutôt que d’observer le silence et la discrétion, parce qu’ils ne supportent pas de passer inaperçus.

    Nombreux sont ceux qui recourent à l’hypocrisie pour se faire valoir. Une célébrité, un poste politique obtenu(e) par la ruse, par la tromperie, par la parole flattant, par le fait de tirer profit des rivalités ; est vile et méprisable à mes yeux et ne m’inspire aucune dignité plus présente sur le terrain pour s’assurer de l’utilisation des fonds conformément à leur destination annoncée.

    Mieux vaut avoir l’honnêteté de constater que, si les "blancs" sont bien à l’origine de nos misères, ils ne peuvent aujourd’hui nous y maintenir que grâce à la complicité de nos dirigeants et à la mentalité acquise par nos populations comme ceux des internautes de mauvaise foi.

    Conclusion : Mes enfants, regardons-nous en face et essayons de changer les choses chez nous en évitant d’avoir systématiquement recours au même bouc émissaire comme les Russes et autres.

    Merci Oumar, car, sur le terrain la réalité est autrement. D’ailleurs les jeunes autre fois très nombreux dans les carrefours commencent à réfléchir deux fois en voyant ceux qui les flattent rouler dans les véhicules très couteux avec chauffeur. Et comme je ne cesse de le répéter, les peuples ont les dirigeants qu’ils méritent. Cela ne s’applique pas seulement au Mali, mais également au Burkina. Ce qui est certain, les Burkinabés ne vont quand même hypothéquer leurs avenirs et celui de leurs pays, par ce que les Wayignans veulent s’enrichir sur le dos du peuple.

  • Bravo à tous ces journalistes qui ont fait le choix de rester journalistes et de mener de vraies réflexions. L’heure est grave et c’est le moment de ce type de cogito. Malheureusement il n’y a pas assez d’hommes de média qui vont dans ce sens.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique