LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Ce n’est pas la montagne à gravir qui vous fera abandonner, c’est le caillou dans votre chaussure” Mohamed Ali

Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la Transition nécessite un nouveau contrat social

Publié le jeudi 11 avril 2024 à 11h00min

PARTAGER :                          
Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la Transition nécessite un nouveau contrat social

En pleine canicule du mois d’avril, avec des délestages couplés de l’eau et du courant dans les villes qui avaient le luxe d’avoir accès à ces précieuses commodités de la vie, le pays des hommes intègres s’interroge sur son avenir : dans trois mois, qu’est ce qui va advenir dans sa gouvernance ? Selon la charte de la transition, celle-ci devrait prendre fin en juillet 2024 par l’organisation d’élections pour un retour à une vie constitutionnelle normale. Pas besoin d’être un chaud partisan du pouvoir de la transition (MPSR2) pour savoir qu’il n’y aura pas d’élections à cette date. Le pays va-t-il, comme au Mali, en laisse guidon glisser dans le vide institutionnel, où les autorités du Mouvement pour la sauvegarde et la restauration, version2 (MPSR2) vont convoquer des assises pour se donner un nouveau bail ?

Au-delà de la vacance du pouvoir et du nouveau contrat social, une réflexion, une évaluation sur comment nous avons appréhendé et répondu aux attaques terroristes auxquelles notre pays fait face s’impose. Le pays ne peut pas faire l’économie de la réflexion sur les deux coups d’État intervenus pour mettre fin au terrorisme qui n’ont pas atteint cet objectif principal. Pourquoi n’avons-nous pas réussi à endiguer les attaques terroristes ? Quelles sont les erreurs que la société a commises, ainsi que les autorités qui dirigent le pays ? Quels sont les acquis à préserver et à développer ? À défaut de solutions toutes faites ne peut-on pas proposer des balises pour reprendre la bataille pour plus de succès ?

Certains se demandent si, dans la situation de notre pays, écrire en vaut la chandelle aujourd’hui. La réponse est que chacun a le devoir de faire quelque chose pour que la situation du pays change, pour que la paix revienne et que l’on bâtisse un avenir meilleur pour les jeunes. Cela aussi est de l’engagement patriotique et citoyen, comme le demande notre Premier ministre Me Apollinaire Kyelem de Tambèla. Opiner sur ces questions de la vie de notre pays, apporter sa part de réflexion et d’idées est une activité citoyenne. Le sort du pays nous concerne tous, on ne peut pas se limiter à apporter que de l’argent au Fonds de soutien patriotique, si on a des capacités de réflexion et d’analyse, et se taire.

Dans le monde des idées, on dit souvent que quand celles-ci s’entrechoquent, ce n’est pas du bruit et de la fureur qu’elles font, mais un jaillissement de lumière. On peut penser autrement et faire famille et si les idées bouillonnent, on a des chances de voir plusieurs aspects du problème. Si on arrive à une échéance, cette pause est l’occasion de voir le chemin parcouru, de situer où nous en sommes dans l’atteinte des objectifs initiaux. Regarder les indicateurs et tirer des leçons. Cet exercice n’est pas très prisé par les militaires qui ont pris le pouvoir lors des deux coups d’État du MPSR, mais il s’impose à nous pour que la réflexion guide l’action.

Quelques causes de la situation

Soyons adultes et reconnaissons que nous avons échoué à booter l’ennemi hors de notre pays et qu’il continue à nous endeuiller à quelques mois de la fin de la transition. Il y a une phobie que le pouvoir a des indicateurs comme le nombre de personnes déplacées internes qui restent inchangé depuis le 31 mars 2023. Des déplacés retournent chez eux, mais aucun indicateur n’est donné. On peut être sceptique sur le caractère stratégique pour l’ennemi de ces informations. Les MPSR1 et 2 et leurs gouvernements se sont inscrits dans une volonté réactionnaire de ramener l’un Blaise Compaoré par la réconciliation et l’autre Thomas Sankara en le réincarnant en Ibrahim Traoré. Et ce faisant, ce programme multitâches accorde moins de temps et de ressources intellectuelles à la lutte contre les groupes terroristes.

En ne se consacrant pas à la priorité de la guerre contre les ennemis qui en veulent au pays, des dissensions sont apparues au sein du MPSR1 qui ont abouti au coup d’État MPSR2. Le MPSR2, s’il n’a pas rompu, a annoncé une flopée de tentatives de coups d’État, avec des arrestations, des enlèvements… L’armée nationale a connu une saignée de cadres. Si le pouvoir assimile ses opposants et ses adversaires à des ennemis, ils ne font pas partie de ceux qui ont pris les armes contre le pays, ce ne sont pas des terroristes. Les velléités de coups d’État avérés ou supposés sont le symptôme d’une armée malade, désunie qui n’est pas en ordre de bataille pour la guerre.

Il y a les responsabilités des juntes mais aussi celles des "entrepreneurs politiques" de tous bords que compte notre pays composés d’individus divers, de personnalités, d’organisations de la société civile, tous heureux d’avoir une oreille du prince du moment qui font des propositions, déblatèrent sur les médias et les réseaux sociaux pour la réconciliation et le retour des exilés (époque MPSR1) et pour la révolution, la nouvelle que ce coup d’État leur permet d’enclencher (actuellement MPSR2). C’est vraiment malheureux qu’un pays, au lieu d’écrire de nouvelles pages, s’évertue à vouloir faire du neuf avec du vieux, rejouer le match du fantôme contre le déchu.

Malheureux de voir cette jeunesse qui, au lieu de faire ses propres rêves, veut revivre ceux des autres, quarante ans après. Faire du déjà vu, déjà expérimenté, adopté et échoué ! Cet échec est national, nous sommes le pays des coups d’État avec des politiciens qui aiment la courte échelle, s’accrochent aux godasses des militaires pour arriver au pouvoir. C’est aussi le pays de la violence en politique proclamée et applaudie sur Facebook alors que nos ennemis ont pris des armes contre nous. Au lieu de nous unir, nous en sommes à nous détester, à nous haïr et à faire de nos frères qui ne pensent pas comme nous des ennemis contre lesquels on aiguise des machettes, mais pas contre les terroristes.

Les balises à conserver

Commençons par le nerf de la guerre qu’est le Fonds de soutien patriotique qui a permis de nous convaincre que l’on peut compter sur nos propres forces au plan financier. Il est à préserver avec les taxes et surtout par le volontariat.
Le colossal acquis de la période MPSR2 est d’avoir donné la prééminence à la souveraineté dans la lutte en renvoyant les troupes françaises du pays. C’est une chose essentielle à préserver et à consolider en défendant notre indépendance et notre souveraineté face aux nouveaux partenaires. Il n’y a pas d’État ange ou démon, tous autant qu’ils sont recherchent leurs intérêts et sont prêts à piétiner ceux des autres.

Ce sont des États capitalistes, tous autant qu’ils sont, de la France aux États-Unis, en passant par la Turquie, l’Iran ou la Russie. Et comme l’a dit Lénine, le capitalisme est à son stade suprême, l’impérialisme, donc ces États, ont des visées impérialistes. Personne ne pensera à nos intérêts, sauf nous, personne ne brandira notre drapeau, si nous portons ceux des autres. Si on se laisse endormir par des belles paroles, ce sera un autre impérialiste qui tirera les marrons du feu qui nous consume.

Le troisième acquis est que le MPSR2 a donné un élan inouï à l’engagement des Volontaires pour la défense de la patrie (VDP). La preuve que l’on peut s’appuyer sur les bonnes idées de ses prédécesseurs et les développer. Il faut continuer ainsi et prendre les bonnes idées d’où qu’elles viennent au lieu de se diviser sur des choix politiques et idéologiques. Après la guerre, chacun pourra présenter son programme au peuple et essayer de le convaincre. Nous sommes tous Burkinabè, donc égaux devant la loi, il n’est pas normal que certains s’appuient sur un mouvement venu pour chasser le terrorisme pour imposer leurs vues à tous. Redonner l’égalité aux Burkinabè est la voie qui permettra de remobiliser l’ensemble du peuple.

Que le MPSR2 ne croit pas aux affirmations de ces groupuscules et autres OSC qui prétendent le soutenir, être des remparts contre ses ennemis. Les ennemis sont connus ce sont les terroristes, désigner la presse, la justice, les syndicats comme des ennemis du pouvoir est un moyen d’obtenir des prébendes de la part des entrepreneurs politiques, qui ont toujours vécu du clientélisme politique. Voilà ceux qui ont pollué la gouvernance du MPSR1 et 2 avec leurs conseils toxiques du tout en même temps qui nous ont empêché de gagner la guerre contre le terrorisme et nous ont emmené à nous diviser.

Renouveler la caution des forces ayant adopté la charte

Le MPSR2 doit rétablir une connexion avec les forces ayant adopté la charte. Beaucoup de choses se sont passées depuis le 14 octobre 2022 où les 364 délégués ont élu à l’unanimité comme président de la transition, le capitaine Ibrahim Traoré. L’objectif de la guerre contre le terrorisme n’étant pas atteint, un échange permet de s’accorder encore sur ce qu’il faut faire maintenant et comment le faire. Il ne faut pas avoir peur de communiquer avec le peuple, car il est toujours meilleur d’avancer avec lui que d’avancer seul. Il s’agit de recréer la magie du tous contre les terroristes. Accroître le sentiment d’appartenance de tous les Burkinabè au pays, et d’engagement patriotique qui n’est pas pour des autorités quelconques. Il faut refaire l’unité pour se donner les chances de réussir la lutte contre le terrorisme, après quoi chacun pourra se battre pour son école, sa vision, son idéologie, dans un Burkina libéré. Une chose est sûre : après deux coups d’État, ne laissons personne encore nous dire que les coups d’État sont une solution à la crise sécuritaire.

Sana Guy
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 10 avril à 18:04, par Sam En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

    Sana Guy,
    Si tu veux voter, fabrique toi des élections où tu veux et va voter.
    Nous, nous ne voulons pas d’élections.
    Il n’y aura pas d’élections en Juillet, que ça plaise ou pas.
    Bonne fin d’après midi

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 18:05, par Urbain Kabore En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

    Belle et lucide analyse ! Elle n’a rien à voir avec le grégarisme ambiant !

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 18:31, par Rodriguez En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

    Belle reflexion ! Même si je ne partage pas entièrement tout le contenu, grosso-modo votre point de vue tient la route !

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 19:14, par Bagaman En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

    Monsieur Sana Guy, nous vous entendons haut et fort mais nous ne retournons pas aux voleurs et aux destructeurs de nation, les soi-disant politiciens. La transition fonctionne parfaitement pour 80 pour cent de la population. Tant qu’ils continuent à faire ce qu’ils font actuellement, nous ne voyons aucune raison de ramener les voleurs et les marionnettes.

    Répondre à ce message

    • Le 11 avril à 09:36, par J.E. Sonde En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

      Pour Bagaman, aucune raison de ramener les voleurs et les marionnettes. Jusque là on peut le suivre. Mais son raisonnement fait de toute évidence un amalgame entre certains qui ont grassement profité des régimes précédents et d’autres (dont la fibre patriotique est indéniable) et qui ont tout de même quelques réserves sur la gestion des autorités actuelles.
      Libre à Bagaman de considérer que la transition fonctionne. Il n’empêche qu’il est acceptable de penser que les privations de liberté en dehors de toute légalité (ex Maître Hervé Kam), les réquisitions de personnes qui expriment leurs désaccords, les exactions (assassinats extra-judiciaires perpétrés par les VDP et FDS), la remplacement des impérialistes occidentaux par d’autres impérialistes russes payés en particulier pour protéger le régime, la polarisation de la société, l’absence de résultats probants en termes de lutte contre le djihadisme ainsi que l’absence de perspectives en termes de retour à l’Etat de Droit ... tout cela n’a rien de très parfait.

      Donc, 80% de la population considèrerait que la transition fonctionne parfaitement. Bagaman a-t-il seulement questionné à ce propos les personnes qui attendent depuis l’avènement du MPSR2 le jour où elles pourront rentrer en toute quiétude dans leur village ? Avec la même assurance (vu qu’il n’y a pas de statistique officielle en la matière) je pourrais affirmer l’inverse : 80% de la population pense que la transition n’est pas parfaite ... et n’ose pas l’exprimer par peur de devoir rejoindre le front !!!

      Répondre à ce message

    • Le 12 avril à 22:31, par le sage En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

      MR Bagaman, il y a 99.99% d’alphabet au Burkina, alors je suis certains que vos 80% du peuple qui soutiens votre idole sont inclus dans le taux sus-citer. Essayer vous même de comprendre si vous avez la capacité.

      Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 19:35, par jan jan En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

    Bonne et véridique réflexion, que Dieu sauve ce pays.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 19:39, par Urbain Kabore En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

    Une réflexion objective ! L’objectif principal qui était la fin de la guerre n’est pas encore atteint. C’est un fait qui doit ramener les égo de chacun à leurs justes proportions. J’ai l’impression que les délices du pouvoir ont fait leurs effets sur les dirigeants actuels tant et si bien qu’ils vont prolonger autant que possible cette Transition "AD vitam aeternam".
    Par ailleurs, l’imposition de la pensée unique s’est érigée comme principal mode de gouvernance si bien que la plupart des gens préfèrent garder pour eux-mêmes ce qu’ils pensent de peur d’être traités d’"apatrides" bien qu’ils soient des Burkinabè au même titre que les dirigeants actuels.

    Répondre à ce message

    • Le 12 avril à 05:20, par Frankina En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

      Le risque de ne pas être en accord aujourd’hui est de se faire ENLEVER, sans procès, et parfois sans preuve … difficile pour une liberté de parole apaisée …

      Répondre à ce message

      • Le 12 avril à 11:02, par Rodriguez En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

        @Frankina, vous pouvez critiquer l’action du gouvernement comme vous voulez ; ríen ne va vous arriver. Ni "enlèvement", Ni Requisition encore moins arrestations. Les requisitions concernent ceux qui minimisent la bravoure de nos FDS et VDP, ceux qui sabotent leurs actions sur les théâtres des operations et qui passent leur temps à plutôt communiquer pour les terrorristes. Les arrestations concernent ceux qui ont été impliqués à une tentative averée de destabilisation. Ceux comme vous qui prétendent qu’il n’ya plus de liberté d’expression (en temps de mobilisation générale et mise en garde) ne sont pas de bonne foi. Critique pour critique, sortez dire que tel ministre, tel président d’institution ou tel DG a detourné de l’argent ou qu’il gère mal sa structure....personne ne va vous interpeller ou vous "enlever" pour ça ! A vous de chercher l’erreur...

        Répondre à ce message

        • Le 13 avril à 00:07, par OuedTra En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

          Vous semblez avoir des elements de reponses quant aux agissements d mpsr2 avec les requisitions et enlevements. La population ne recoit aucune information sauf des messagers dans des forums qui nous expliquent ce qu,il en decoule.
          veuillez donc nous ediffier :
          - qui recoit les 500 millions deplacés d’un poste budgetaire vers la propagande de guerre ? y en a-t-il dans nos organes de presse et exterieurs ? quel est l’objectif recherché et d’ici quand pourrons nous vous demander des comptes sur ces dépenses qui viennent de la pohe du peuple. a moins que le peuple n’aie pas beoin d’explications et de discussions sur la vie de la nation.

          - pourquoi avoir suspendu les importations de blé dans un pays qui manque de beaucoup. Clarifiez nous en details comme vous l’avez fait avec cette interventikon, car vraiment nous qui sommes impliquer dans les activités privées on attend quelqu’un pour nous eclairer, vivement vous semblez avoir des acces privilgiés

          - clarifiez nous pourquoi les osc pro ib ont des boulevards, des salles, des stades, des radios et autres... et ceux qui veulent apporter des points de vue contraire sont enelevé, requisitionnés. Est-ce donc parce qu’ils decourageraient les FDS/VDP ? pourriez vous nous apporter des preuves car les affirmations pour le faire appartiennent malheureusement a une autre epoque et n’eclaircissent personne. pour rappel il semble que le pays appartient a tous les burkinabe et que toute personne en contravention d’une loi doit passer a travers un syusteme de justice.
          On comprend que la notion de justice est la chose la moins bien partagée : celui qui a la force fait son coup et gere ou bien ?
          - Africa crops est bien la pour assurer la protection du messie et de ses disciples ou bien y a autre chose ? sinon que le front est loin de loumbila - avec nos sous en plus !!
          - clarifiez nous sur l’augmentation du budget de la presidence , objectifs svp, avantages aussi merci
          - finalement et on simagine que cest le point qui va echauder kes gorges bientot, veuillez bien nouss eclairer sur les initiatives qui vous restent d’ici juillet 2024.
          Noubliez pas de preparer la releve. on vous attend pour la suite de l’echange (cordial car nous essayons de comprendre et de participer au developpement de notre pays qui me semble n’appartient pas encore a personne meme les wahiyans dans les ronds points et les reseaux sociaux)
          merci de laisser passer , on commence a se poser des questions serieuses et Mr Rodriguez apporte souvent des affirmations tellement categoriques que pour nous il se peut qu’il ait des infos privilegiées et nous autres qui devons abandonner tous pour suivre le leader, on comprend pas (augmentez les 500 millions a 10 fois plus svp - patagé patagé - irrisssi-irrissi !!)

          Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 19:53, par lili En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

    Mon soutien renouvele au President Traore et a toute la transition. Mon amour pour le Burkina Faso, mon pays, est indefectible.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 20:52, par HUG En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

    Le putschiste du mali a dissout les activités des partis politiques. Him, ceux qui adulent ce pouvoir sont ceux qui sont nommés, ceux qui leurs.proches nommés ou ceux qui profitent de ce pouvoir actuellement. Norbert Zongo doit fremir que dans sa tombe car les libertés individuelles sont au mal. Courage aux soldats et autres au front qui risquent leurs vie pour nous. Non, la pensée unique ne triomphera jamais dans ce pays.En realité tous ceux qyi adulent le mpsr 2 ont dans leur grande majorité adulés le cdp, le mpp et même.le.mpsr 1.A mediter ?

    Répondre à ce message

    • Le 11 avril à 08:22, par Rodriguez En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

      @Hug, votre liberté individuelle ne vaut pas plus que le Burkina libre du terrorisme ! Ce que vous appelez PENSÉE UNIQUE, la majorité des burkinabè souscrit à cette pensée là ! Alors où se trouve l’erreur ? Vous feriez mieux d’apporter des idées constructives au lieu de passer votre temps à tout deconstruire. Votre aigreur vous ronge t-elle tant ?

      Répondre à ce message

      • Le 11 avril à 09:47, par J.E. Sonde En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

        Donc vive un Burkina libre du terrorisme et sans liberté de pensée, d’expression et de réunion ???
        Croire que la lutte contre le djihadisme passe par un nécessairement dévoiement de l’Etat de Droit et par une mise en pause de la liberté d’expression, n’est-ce pas justement faire le jeu de ceux contre qui nous luttons ?
        Dans le fond, pourquoi se battre contre les djihadistes ... si ce n’est justement pour défendre les libertés individuelles, la liberté de croyance religieuse et la liberté d’expression !!!

        Répondre à ce message

        • Le 11 avril à 11:01, par Rodriguez En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

          @J.E.Sonde, le décret sur la Mobilisation générale et la Mise en garde ça vous dit quelque chose ? Sachez que : comme tout pays en guerre ou en situation de crise gravissime, toute liberté individuelle se voit réduite ! Regardez du côté de l’Ukraine, de la Russie ou de l’Israël....du fait de la guerre, les libertés individuelles se voyent drastiquement réduites ! Dans ces pays-là, les citoyens (sans même critiquer les actions des militaires) sont traqués afín de les amener de force au front, juste parce qu’ils ont l’âge d’y aller. Personne ne les demande s’ils veulent faire la guerre ou pas. Et personne ne s’offusque ! Ainsi donc, souffrez que votre petite liberté individuelle soit réduite du fait de la guerre ! Il s’agit de liberer le pays ; votre pays !

          Répondre à ce message

          • Le 12 avril à 12:27, par J.E. Sonde En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

            Rodriguez. Je vous répondrais que mobilisation et mise en garde n’excluent pas le respect de la constitution et de la justice. Ce qui est préjudiciable, ce n’est pas qu’il y ait réquisition mais le fait que cela soit utilisé comme un instrument d’intimidation et de répression en dehors de toute légalité (ce qui n’est pas le cas en Ukraine ou les réquisitions sont dures mais régies par une réglementation transparente).
            Tolérer aujourd’hui les abus de pouvoir au nom d’un intérêt général… c’est malheureusement ouvrir la porte à des pratiques fascisantes dont vous serez peut être victime demain.
            En conclusion, le combat mené contre les djihadistes ne peut en aucun cas justifier les abus que nous constatons. On ne guérit pas le mal par le mal ! Accepter la contradiction et la critique, y répondre par le dialogue est la seule voie pour la construction d’une société unie, inclusive et tournée vers l’avenir.

            Répondre à ce message

      • Le 12 avril à 05:56, par Hamiyé En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

        Bonjour,
        80% peuvent avoir tort.
        La majorité peut se tromper. 🙏

        Répondre à ce message

      • Le 13 avril à 00:12, par OuedTra En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

        Dans une intervention plus haut en reponse à vos interentions, et surtout vos affirmations, j’aimerais avoir plus d"eclaircissemnt. comment en etes vous arrivé à 80% ? je parie que vous avez des etudes serieuses loin des affirmations et propagande. edifiez nous svp Rodriguez et surtout pas de pens.ée unique, on vous écoute.

        Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 23:29, par Nick En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

    @Sana Guy C’est combien le MPSR t’a donne pour ecrire cet article ? C’est importantpour nous de connaitre ce montant.

    Répondre à ce message

    • Le 11 avril à 08:21, par Passakziri En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

      Bonjour Nick
      Pourquoi pensez-vous que le MPSR aurait payé l’auteur ? Peut-être que nous n’avons pas lu le même article ? Moi j’ai parcouru un écrit posé, logique, objectif et rationnel.

      Passakziri

      Répondre à ce message

      • Le 11 avril à 12:17, par Nick En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

        L’auteur Dit : "Le MPSR2 doit rétablir une connexion avec les forces ayant adopté la charte". Je pensais que vous etre d ;accord avec moi que les Wayiyans diront la meme chose. Et pourtant et je suis daccord avec Khalifa Sere. Nous avons depasse ce statde. Maintenant il faut seulement prier et attendre le denouement inevitable

        Répondre à ce message

        • Le 11 avril à 14:50, par Passakziri En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

          Quand l’auteur dit :"Le MPSR2 doit rétablir une connexion avec les forces ayant adopté la charte" , je ne pense pas qu’il suggère de refaire les assises comme elles ont été ménées après le coup d’état du MPSR 2 . ce serait une erreur monumentale de reconduire les mêmes forces inertes incapables de sortir la vérité au delè de leurs mâchoires , soit par nature ou sous la ménaces de foules manipulées par des montages grottesques ( c’est ce qui a été fait en son temps). C’est une proposition faite pour éviter l’impasse qui se profile à l’horizon. Mais si vous me demandez, il faudrait des mésures plus radicales, c#est à dire une remise commplette à plat de cette transition qui a montré ses limites en matière de reconquête du territoire tout en accentuant la division des burkinabé et la dispersion des forces sur des terrains de combat pour lesquels personne ne l’a mandatée.

          Passakziri

          Répondre à ce message

    • Le 11 avril à 09:00, par Nack En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

      Bonjour Nick
      Franchement, votre réaction est bien triste et dénote peut-être votre propre fonctionnement ... pour vous, pour prendre position il faudrait être payé par quelqu’un. Du coup, réponse du loup à la bergère : combien avez vous été payé par le MPSR2 pour rédiger votre commentaire ?

      Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 05:55, par fretback En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

    Qu’est-ce qui va se passer ? Une bonne prolongation de "l’exception" et la suspension de toutes les activités politiques ?! Suivez le guide (suprême) et la la fuite en avant. Courage vous tous !

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 07:44, par Passakziri En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

    Chapeau Mr Guy Sana pour la belle facture de votre article.
    Comme je l’ai souvent dit, si ceux qui dirrigent le Burkina lisaient chaque jour lefaso.net et évitaient d’écouter ce qu’on leur souffle à l’oreille ( les courtisans), ils tireraient de bons enseignements qui leur éviteraient de retomber dans les mêmes erreurs , erreurs que nous ne cessons de repéter depuis plus de 40 ans, qui dispersent nos énergies, ces énergies nécessaires à la construction d’une nation prospère.
    Oui, Mr Sana, c’est du devoir de celui qui pense pouvoir apporter sa contribution didées de le faire pour améliorer l’état de santé de notre pays.
    Personellement , je pense que nous ne gagnons qu’en recommencant à la base c’est à dire la VERITE.
    Oui, il faudra trouver une formule au delà de celle qui veut qu’on regroupe des foules acquises à sa cause pour entendre ce qu’on veut entendre. C’est facile à organiser , mais ne produit pas à long terme. Il faut plûtot aller vers une conférence nationale souveraine ou chaque burkinabé de l’intérieur comme de l’extérieur et même ceux qui nous endeuillent pourra vider le contenu de son coeur. J’inclus aussi ceux qui nous attaquent parce que jusqu’à ce jour, il m’est impossible de comprendre pourquoi et pour quoi des burkinabè endeuillent d’autre burkinabè , pourquoi et pour quoi des burkinabé souillent la terre du Burkina avec le sang de burkinabé.
    Oui, il faudra passer par la case VERITE et que les chapelles militaro-politiques arrêtent les manipulations à visée personelle comme ces assises qui ont mis en place la transition parce qu’il est une évidence qu’elles ne pouvaient pas être des assises de vérité quand par la manipulation on mobilise des foules menacantes pour forcer une décision. S’il faut reconduire de telles concertations théatrales, il ne faudra pas s’étonner des résultats puisque les décisions qui y émanent auraient perdu de leur quintessence avant même d’être adoptées.
    Quand nous nous aurons lavé avec l’eau de la vérité, il sera alors magnifique de s’habiller du costume du RENOUVEAU qui remettrait cette transition à plat en y mettant à sa tête une personalité féminine respectée , et Dieu seul sait que nos femmes ont aussi de la valeur et qu’en période de crise, elles sont d’excellentes managers . Celà aurait d’ailleurs la cohérence d’être en phase avec nos valeurs africaines , en tous cas pour les mossis chez qui en cas de vaccance de trône, la transition est assurée par la première fille du roi.
    Enfin , ce renouveau devrait être l’occasion de régénérer l’UNION de l’armée burkinabé divisée depuis plus de quarantes années, par les complicités des luttes idéologiques . Concrètement, encadrés par nos sages qui devraient pleinement jouer leur rôle de modérateur, des huis clos de nos braves mnilitaires devraient se tenir, avec la participation sans exception de tous les officiers et hommes de rang actifs ou à la retraite, les anciens chefs d’états encore en vie inclus. Ce serait l’occasion non pas de s’accuser mutuellement mais de faire ressortir les racines de la division et qu’elles soient aplanies pour de bon. Après cette étape, ensemble tous pourront consolider leur Union dans le sang et la sueur en organisant et exécutant ensemble la défense farouche de l#intégrité du territoire burkinabé, souverrain et indivisible.
    Voilà comment moi je vois les choses. Je pense que c’est le prix à payer pour une sortie rapide de crise et qu’ il vaut bien la peine d’être pays. C’est pas dit pour plaire `q quelqu’un.

    Passakziri

    Répondre à ce message

    • Le 11 avril à 09:53, par walaye En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

      Mr PASSAKZIRI, vous avez tout gâté avec votre proposition de transition féminine. Vous êtes passé à coté avec l’exemple de la transition en pays mossi qui est toujours assuré par une fille de la famille royale (ce n’est pas forcement le première fille puisse que le défunt peut ne même pas avoir d’enfant donc de fille) , a cela il faut précisé que l’élue ne doit avoir atteint la ménopause, ... bref l’élue doit être en situation de vouloir que cette transition ne dure pas. juste le temps de valider les candidatures, organiser la succession et la libérer. ça veut dire ce que ça veut dire.
      Donc, pas d’amalgames.

      Répondre à ce message

      • Le 11 avril à 10:13, par Passakziri En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

        Bonjour Walaye,
        Merci pour ces précisions sur la tradition mossi, qui j’avoue ne m’étaient pas connues dans ces détails.
        Oui c’est à titre d’exemple , mais je suis convaincu que si les mossis font les choses ainsi, c’est pas un fait du hasard. Vos précisions me confortent dans ce que je pensais bas. Oui ces chox permettent de garantir une certaine neutralité car y placer un prince potentiellement élligible lui conférerait un avantage deloyal. Donc pour moi, pas de contradiction . Au contraire ca n#a rien gâté, vos précisions confirment ma proposition que j’ai d’ailleurs déjà présenté sur ce forum avant les assises qui ont suivi le 2e putsch du MPSR. Pourquoi avez-vous peur de voir une femme à la tête de la transition ? Les hommes ne nous ont pas assez longtemps prouvé leur incapacité à gouverner un état moderne depuis les indépendances ? Pourquoi ne pas avoir le courage de laisser l’autre moitié qui a au minimum autant de potentiel que nous de prendre les choses en mains, ne serait-ce qu’en situation exceptionelle ?

        Passakziri

        Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 09:07, par Ka En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

    Encore une fois, la sagesse m’interpelle : Et je dis au jeune SANA qu’avec une analyse aussi clairvoyante et limpide, surtout osée, les antis démocrates te lapideront : Et ce qui ne regarde que Ka, pourquoi toutes ces questions à la porte de la fin de notre Transition ?

    Je te cautionnerai si tu t’adressais directement à notre conseil constitutionnel avec franchise en lui disant de revoir la parole donné de notre président de la transition dès son arrivé au pouvoir : Dévié de sa parole est de trahir son peuple. C’est pourquoi je ne cesse d’avertir à nos dirigeants de faire ‘’’’’’’’’’’’Attention au poids des mots, surtout prononcés devant un peuple Burkinabé qui prend à la lettre et au sens propre ce qu’il entend comme ’’je suis là pour éradiquer les terroristes et remettre le pouvoir au peuple en donnant un délai.’’’’’’’’’’’’’’ Quand on sort d’une situation telle que nous l’avons connu, on ne s’amuse pas à jeter la parole donnée a la poubelle.

    Alors Sana, avec la situation de nos jours, tout le peuple du Burkina a l’œil rivé sur notre conseil constitutionnel, car a la nomination des membre du conseil constitutionnel le peuple a applaudi en voyant que les membres de cette institution sont des professionnels du droit, notamment des professeurs titulaires, des maîtres de conférences, des docteurs en droit avec des années d’expérience ainsi que des avocats et des magistrats dont les conditions morales d’intégrité ne souffrent d’aucune contestation a l’exemple de ceux du Sénégal.

    Le peuple souverain croit à la parole de son jeune président de transition, c’est pourquoi ce peuple conscient, demande a notre Conseil constitutionnel s’il organisera, en Juillet prochain, un séminaire consacré aux prochaines élections présidentielles et législatives, en collaboration avec le ministère de l’Intérieur et de la Sécurité et la Commission Electorale Indépendante qui est légitime ! Car, l’homme ne peut pas être libre de faire tout ce qu’il veut surtout quand on n’a le volant des affaires d’un peuple, sinon, ça devient de l’anarchie totale.

    Et comme je ne cesse de le répéter dans ce forum tres riche en vérité et contradiction, l’alternance n’est pas une fin en soi et encore moins un projet de société ou un programme de gouvernement (pas plus que l’"émergence", d’ailleurs). Parmi les "valeurs qui fondent tout État démocratique", la première est des élections ouvertes, transparentes, sincères et honnêtes. Ce n’est pas de se maintenir au pouvoir à vie par la force et des tripatouillages de toutes sortes qu’on avance, l’Afrique est à feu et à sang à cause de ces motifs et le Burkina risque fort d’emboîter le pas. Et comme je le dis très souvent, la vérité du vieux Ka perce les cœurs mais ne tue pas.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 09:08, par Noaga Ouango En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

    Très belle analyse M. SANA. Que les burkinabè sachent qu’il n’y a pas de super citoyens à part et des citoyens simples ou des non-patriotes de l’autre. Même dans nos familles, il y a plusieurs courants ou tendances d’idées ; n’en parlons pas à l’échelle d’une nation.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 09:21, par Citoyen LAMBDA En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

    Il y a eu dans ce pays "des si tu fais ,on te fait et il n’y a rien ". Il y a eu des stades remplis recto -verso pour dire à Blaise COMPAORE de modifier l’article 37 et qu’en face il n’ y a rien et que c’est mais seulement .
    On sait où se trouvent aujourd’hui les champions de ces paroles arrogantes ,désinvoltes qui ont conduit Blaise COMPAORE à l’erreur fatale qui lui vaut de sortir de l’histoire de son pays par la persienne après 27 ans de règne tout puissant .
    A l’analyse, l’écrit du talentueux journaliste GUY SANA ne fait que faire des suggestions au président de la Transition Son Excellence président IB . Soutenir un président, c’est avoir le courage de lui dire certaines vérités, de lui faire des suggestions . Le griotisme plat de certains entrepreneurs politiques a induit beaucoup de présidents africains dans le décor avec au bout des fins de règne humiliantes.
    Un président ne doit jamais tomber dans l’irrespect ,la suffisance vis à vis de son peuple .
    Tout le monde sait, sauf à être de mauvaise foi, qu’il n’est pas possible d’organiser des élections au BF d’ici juillet 2024, soit dans trois mois . Tout le monde est aussi d’accord, qu’il y a vraiment des efforts du président IB pour bouter les hordes de criminels terroristes hors de notre territoire .
    , Maintenant du moment que nous sommes dans un Etat organisé et que IB a été investi par les représentants du peuple appelés " forces vives de la Nation" ,et qu’il a prêté serment en outre sur la constitution ,le simple respect du peuple voudrait qu’il retourne devant les mêmes forces vives pour exposer la situation sécuritaire qui ne permet pas des élections ,proposer ou solliciter un prolongement de la transition, tout en demandant encore l’union et la cohésion nationales autour de lui .
    Et je parie un milliard de FCFA, qu’il n’ y aura personne dans la salle pour dire qu’il faut absolument des élections d’ici juillet .
    Même moi qui écrit ces lignes, originaire d’une province durement frappée par le terrorisme serait prêt à affronter fut-il dans la rue le quidam qui sortirait pour exiger des élections d’ici juillet . En fait ,la sagesse nous apprend ,qu’on peut obtenir facilement l’adhésion de l’homme à une oeuvre ou une cause pour peu qu’il se sente simplement considéré et respecté dans la démarche .
    C’est aussi simple que ça . C’est pourquoi, je pense que des propos des internautes SAM et BAGAGNAN ne me semblent pas bien servir le président IB et le pays tout entier .
    Non, soutenons le président à rassembler toujours les burkinabè, même si l’unanimité ne peut être obtenue en toute chose .Moi je retiens de l’écrit du journaliste GUY le côté propositions et suggestions pour l’inévitable prolongement de la Transition dans un bon climat et esprit national . C’est tout .

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 09:54, par Le visionnaire En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

    Bravo Sana Guy
    C’est une très belle réflexion
    Très lucide et très objective
    Je suis d’accord qu’il est temps de confier le destin de ce pays à une grande dame. Les hommes ont échoué à tous les niveaux et ne connaissent que la violence. Confions notre destin à une femme de valeur et que les militaires retournent dans les casernes et s’occuper sérieusement de la guerre.

    À tous ceux qui affirment que 80% du peuple soutien IB, svp dites lui d’arrêter le musellement de la presse, d’arrêter les enlèvements et autres assassinats cibles et d’autoriser des manifestations des autres burkinabè mécontent de la conduite des affaires, cela va vous surprendre !
    Même le simple meeting de la cgtb du 30 octobre, ils ont eu peur et ont fait annuler.
    La manipulation et la propagande ont une date de péremption

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 10:06, par Sacksida En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la transition nécessite un nouveau contrat social

    Felicitations et Determination Sana Guy car cette Transition Actuelle doit prendre Fin dans trois mois et le Conseil Constitutionnel Burkinabe doit constater a l’avance la Vaccance du Pouvoir Politique et a la date butoir afin que Ibrahim Traore et son regime MPSR 2, prennent des dispositions pour convoquer des Assises Nationales Patriotique et Souveraines. Lors de ces Assises Nationales, le Bilan sans complaisance aucune de la Situation Nationale Securitaire, Sociale et Economiques et des Solutions adequates Endogenes a prendre pour la suite de la presente Transition. Certes, des Dossiers Criminels Economiques et Financiers relatives a des Vols Criminels, des Detournements de Deniers Publics et des Malversations diverses et Enrichissements Illicites sont constates, mais c’est Ibrahim Traore et son Gouvernement qui doivent prendre des decisions fortes et diligentes pour les Jugements de ces Crimes economiques et Financiers pour la recuperation des Deniers Publics aux Profits du Peuple Burkinabe. De surcroit, rien ne vous dit que sous cette Transition Actuelle les memes Crimes Economiques ne sont pas entrain de se produire car l’Autorite Superieure de Controle de l’Etat et de la Lutte contre la Corruption detient des Dossiers Criminels Economiques. De meme, la seule issue pacifique jusqu’au retour de l’ordre Constitutionnel Constitutionnel est bien sur le nouveau Contrats Social Fondamental et Consensuel. Par consequent, si l’on continue dans la Dictature Russe d’obedience Russe, l’avenir serait nullement radieux pour notre Peuple Burkinabe. En tout etat de cause, c’est une question de choix consequent de raison ou le choix Inconsequent de la Dictature Militaire pro Imperialiste Russe et avec des consequences desastreuses sur le Plan Economiques et Social pour notre Peuple Burkinabe. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 10:42, par Sam En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la Transition nécessite un nouveau contrat social

    S’il faut reconnaitre à M. SANA la production d’un article bien pensé et rédiger, par contre, nous ne devrions pas jeter l’eau du bain avec le bébé. Certes, 100% du territoire n’est pas recouvré, mais reconnaissant qu’il y’a des résultats non moins appréciables qui ont été atteints. Des populations ont regagnés leurs localités respectives. J’étais à une date rescente dans une région du pays jadis dérangé par le terrorisme, mais qui aujourd’hui revit de plus belle. Les populations sont très contentes des moyens et stratégies déployées par la transition pour le retour de la paix. Ceux qui réclament le retour rapide des politiciens sont dans leur droit, mais moi personnellement je n’en veux absolument pas. On comprend les gens sont à la recherche des grands avantages perdus, et ne veulent plus voir la transition perdurée. Mais, qu’ils sachent qu’ils croiseront sur leur chemin des hommes et des femmes déterminés à leur barrer la route. Vive la transition qui sera reconduite n’en déplaise à ses détracteurs. Aujourd’hui, la confiance est revenue sur plusieurs axes routiers, les populations se protègent elles même grâce à l’appui de la transition, les terroristes ne parlent plus de couper l’axe Ouaga - Bobo, ils sont aux abois. Qu’est ce qui ne va pas avec certains burkinabés. Beaucoup ne pensent qu’à leur ventre et non à leur postérités. Ils ont pour père le régime déchu chassé à la faveur de l’insurrection de 2014.
    A bas les valets locaux ! Vive le peuple visionnaire et combattant.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 10:54, par Ka En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la Transition nécessite un nouveau contrat social

    En lisant ceux qui fuient la démocratie en gestation dans ce forum, je demande a celles ou ceux de bonne foi de diffuser cette très belle analyse enrichissante. Qu’ils prennent des dispositions pour qu’elle puisse paraître dans les quotidiens du pays, car tout le monde n’a pas accès aux réseaux sociaux.

    Comme je ne cesse de le répéter, ’’’’C’est l’ignorance, et non la connaissance qui dresse les hommes les uns contre les autres, et le problème est que le nombre de personnes vraiment raisonnables dans ce forum se réduit dangereusement de jour en jour dans ce pays."’’’ Encore une fois merci a Lefaso.net et mon jeune Sana pour cette analyse de réflexion.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 11:47, par LE FORGERON En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la Transition nécessite un nouveau contrat social

    Bonjour,

    Nous pensons que pour le retour à l’ordre constitutionnel, il faut d’abord le retour des déplacés internes dans leurs localités respectives. Et pour qu’il y ait le retour des déplacés, il faut que nous gagnions la guerre contre le terrorisme imposé par l’impérialisme et ses valets locaux. Par conséquent, nous devons continuer la lutte contre le terrorisme autour de cette transition car elle a déjà beaucoup fait pour la réussite de cette guerre en :
    1- permettant à la population de savoir qu’il y avait certains impérialistes qui nous empêchaient d’acheter les armes. Ces impérialistes sont chassés.

    2-montrant à la population qu’aucun impérialiste ne nous aidera avec un financement pour acheter nos armes donc nous devons compter sur nous-mêmes. Effort de guerre et FSP pour les VDP. Les devanciers ne l’avaient pas cru. Et aussi l’Actionnariat populaire pour l’autosuffisance alimentaire.

    3-montrant à la population que nous devons démasquer tous les valets locaux sinon la guerre ne va pas finir. D’où l’appel à l’union sacrée pour tous les fils et filles du pays. Celui qui refuse de répondre à cet appel lancé par le Chef de l’Etat, les religieux et autres et qui pense que l’on viendra négocier avec lui alors il peut continuer d’attendre.

    En conclusion, le retour à l’ordre constitutionnel normal sera possible s’il y a retour des déplacés internes dans leurs localités. Ainsi les politiciens qui veulent les votes gagneraient à travailler dans ce sens.

    La Patrie ou la Mort, Nous vaincrons !!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 12:18, par Article 37 En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la Transition nécessite un nouveau contrat social

    Tout sera désormais sur cale. La dette intérieure n’est pas payée. Le tout militaire si ça doit être l’option, le choc économique n’est plus loin. Les Wayigan auront contribué à créer un nouvel ordre politique et économique d’une nouvelle génération.

    Depuis que l’état a commandité des audits, aucune poursuite. Trop de fronts ouverts : agriculture avec un ministre qui supervise des travaux sur le terrain à la place des ingénieurs conseils, la nationalisation de société comme si c’était le rôle de l’Etat (SN SOSUCO, CAMEG, ...)

    La transition n’est pas restée à sa mission d’origine. Les militaires font la guerre et engrangent des résultats. Merci pour l’engagement de nos FDS.

    Plus rien n’arrêtera la corruption dans notre pays.

    Il est temps de faire le point :
    1. Le processus électoral est-il définitivement arrêté ? Dans ce cas, il faut dissoudre la CENI.
    2. L’AES va vers la fédération jugée bien par les militaires, mais la population peut avoir un avis sur la question. Il en est de même que l’avenir du F CFA que vous n’en voulez pas mais vous continuez d’émettre des emprunts obligataires.
    3. La CEDEAO, nous ne pouvons pas en sortir en tant d’exception.
    4. Il faut penser à la phase de démobilisation et de réinsertion des combattants dans le moyen terme.

    Il semble que lorsqu’une perdrix s’envole et atterrit dans une cour, il y a un second saut à réaliser. Alors il faut se préparer à d’autres audits comme ceux de la transition.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 15:50, par Papa En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la Transition nécessite un nouveau contrat social

    Tout commence à devenir beau. Un coup d’état est un coup d’état. Je ne comprends toujours pas pourquoi, l’auteur d’un coup d’état vient prêté serment. Ce fut un précédent que le Burkina Faso doit désomais trainer. A mon Avis avec un coup d’état, les militaires devraient pouvoir tout gérer, même tous les ministères sans partage avec des civils. On attend encore les constitutionnalistes ? Qu’est ce qu’ils viendront encore fabriquer. Sinon, un coup d’état est un coup d’état, les auteurs doivent assumer leurs actes et donner au pays un avenir. Des élections pourquoi faire ? si actuellement les militaires sentent que c’est trop lourd pour eux, ils peuvent demander l’aide du conseil constitutionnel pour créer une vraie transition qui va permettre d’aller à des élections. Puis, la poursuite par la justice de chacun des acteurs, selon ses actes.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 16:50, par Sylvanus paré En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la Transition nécessite un nouveau contrat social

    La bonté et le bon sens sont des concepts subjectifs, ce qui rend cet écrit subjectif plutôt qu’objectif. Monsieur Guy, ne vous méprenez pas, la jeunesse burkinabé, du moins celle capable d’analyser rigoureusement la situation, a pris conscience. En vous lisant, on constate que vos intérêts ne correspondent pas au processus enclenché par le président de la transition. Vous semblez glorifier un passé colonial qui sert vos intérêts, une tendance commune chez la petite bourgeoisie africaine diplômée qui évite de remettre en question ses privilèges acquis en adoptant le mode de vie occidental. Cette classe oublie que toute lutte politique sérieuse exige un débat théorique approfondi et refuse de s’y engager. Monsieur Guy, il est essentiel de comprendre que le salut de nos peuples réside dans le rejet total des modèles imposés par ceux qui tentent de nous manipuler depuis cinquante ans. Notre développement dépend de cette rupture radicale. Le président Ibrahim a saisi cette vision, et la jeunesse le soutient dans cette démarche. Merci pour votre opinion, même Dieu lui-même ne fait pas l’unanimité. Continuons notre lutte.

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril à 11:06, par Sam En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la Transition nécessite un nouveau contrat social

    Très bien dit Sylvanus ! Nous sommes aux aguets. Cette transition se poursuivra coûte que vaille et ne prendra fin qu’avec une stabilisation totale de notre pays et avec l’assurance le pays ne retombera pas entre les mains de politiciens véreux qui n’ont pour vision que le développement de leur famille et amis. C’est bien de parler de démocratie, mais regarder la où la démocratie nous a conduit. La patrie ou la mort, nous vaincrons.

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril à 15:22, par Ka En réponse à : Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la Transition nécessite un nouveau contrat social

    ’’’’’’’’’’’’’’’’’A’’’’’’’’’’’’’’’’’ Sam tu dis : ’’’Nous sommes aux aguets. Cette transition se poursuivra coûte que vaille et ne prendra fin qu’avec une stabilisation totale de notre pays et avec l’assurance le pays ne retombera pas entre les mains de politiciens véreux qui n’ont pour vision que le développement de leur famille et amis.’’’’’
    Jeune internaute rappelle toi de nos contributions au tripatouillage de l’article 37 ’’avocat du peuple,’’ relis tes contributions. Comme j’ai conseillé à mon jeune vérité No 1 qu’il n’aide pas le jeune IB en mentant qu’il est maréchal, je te dis ici que tu n’aides pas le président de la transition en confirmant ce qu’il n’a jamais confirmer a son peuple. Dans ces derniers temp, tu parles trop a la place du jeune Traoré, surtout en utilisant le peuple silencieux qui n’aidera pas le président de la transition dans sa promesse a son peuple.
    Je suis pour l’alternance politique avec la jeunesse, mais une alternance avec l’avis du peuple et selon nos institutions. C’est pourquoi comme mes amis le nouveau sage et SOME, je les ai dit comme je voudrai te dire maintenant ’’’’’Attention au poids des mots, surtout prononcés devant un peuple Burkinabé qui prend à la lettre et au sens propre ce qu’il entend comme dire a la place du président IB ‘’’’’’’’’’’Nous’’’’’’’’ Cette transition se poursuivra coûte que vaille et ne prendra fin qu’avec une stabilisation totale de notre pays et avec l’assurance le pays ne retombera pas entre les mains de politiciens véreux qui n’ont pour vision que le développement de leur famille et amis.. Comme je ne cesse de le répéter, ’’’’C’est l’ignorance, et non la connaissance, qui dresse les hommes les uns contre les autres, et le problème est que le nombre de personnes vraiment raisonnables dans ce forum se réduit dangereusement de jour en jour dans ce pays."

    Je suis pour le changement dont je souscris entièrement quelques actions dans les règles. Mais avec tout ce que nous voyons en ce moment avec les sorties hasardeuses de certains internautes comme Sam et autres qui se disent maîtres du volant des affaires de notre Faso, la dictature est là. Et si la confiance du peuple disparait peu a peu, c’est en lisant des contributions agressives qui ne viennent de IB, mais des débiles comme Sam.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Mousbila Sankara a été "enlevé"