LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Burkina : « On va organiser les élections comment à l’instant T ? », capitaine Ibrahim Traoré

Publié le mercredi 31 janvier 2024 à 22h15min

PARTAGER :                          
Burkina : « On va organiser les élections comment à l’instant T ? », capitaine Ibrahim Traoré

A travers une interview accordée à Alain Foka et publiée sur la page de la présidence du Faso, le chef de l’Etat burkinabè, Ibrahim Traoré, est revenu sur la situation sécuritaire, la nature des relations entre le Burkina Faso et ses partenaires sans oublier l’épineuse question du retour aux élections.

Le Burkina Faso affronte l’hydre terroriste depuis bientôt dix ans. Avec l’arrivée au pouvoir du capitaine Ibrahim Traoré, du matériel a été acquis et un contingent fort de plus de 80 000 volontaires pour la défense de la patrie a été levé pour lutter contre le terrorisme. Mais le plus important, selon lui, c’est d’avoir réveillé la fibre patriotique. « Le patriotisme c’est réveillé en tous les Burkinabè, que ce soit chez les combattants ou chez les populations civiles qui contribuent. Ça n’aurait pas été possible il y a quelques années de cela. Il faut savoir réveiller le patriotisme en chaque peuple, le mettre en confiance pour qu’il sache que la patrie est la seule chose qui lui reste. Ça on a réussi à le faire... Même aujourd’hui, si nous voulons un million de VDP pour combattre, nous les aurons. Les gens sont prêts et engagés... A l’instant T, il n’y a pas cette portion de territoire où nous voulons partir et où nous n’irons pas. Nous mettons pied dans des territoires qui étaient hors de contrôle il y a trois ou quatre ans. Aujourd’hui nous sommes à l’offensive pour la plupart des zones. Nous ne sommes plus dans une posture de défense. Nous partons vers l’ennemi et nous le cherchons », a-t-il résumé.

Ses relations avec ses nouveaux partenaires

Les relations, principalement militaires entre le Burkina Faso et la France, se sont détériorées avec la gouvernance du président Ibrahim Traoré. Pour lui, les relations avec l’ancienne colonie n’ont pas été sincères. Il n’y avait pas de volonté de venir en aide au peuple burkinabè, selon ses dires. « Aujourd’hui avec la Russie, la relation est d’abord stratégique. Et avec elle, il n’y a pas cet équipement que nous souhaitons payer, qu’elle ne vous vend pas. Elle nous vend tout ce qu’on veut. Les autres nous font des restrictions. Jusqu’à l’instant T où je vous parle, il y en a qui bloquent des licences de certains avions. Il y a des armes qu’ils ne vont jamais nous vendre. Où est l’amitié ? Qu’est-ce qu’ils veulent ? Il y a beaucoup de pays avec qui il n’y a aucune restriction : la Chine, la Turquie, la Corée, l’Iran. Tout ce qu’on veut, ils nous font le point et si on peut payer, on paie. Mais avec ces Etats qui étaient là et qui disaient être nos amis, il y a des restrictions. Certains mêmes nous ont dit qu’ils ne peuvent rien nous vendre qui est létal. Voilà leurs principes », a-t-il martelé.

Pour ce qui est de la présence des Russes au Burkina, Ibrahim Traoré souligne qu’ils sont là seulement dans le cadre de la formation des militaires. Idem pour les Turcs et les Chinois. « Aucun d’eux n’est physiquement sur le terrain. Pour l’instant, on se bat seuls », clarifie-t-il. Toutefois, admet-il, « s’il y a le besoin, ils viendront. Et ça je peux vous l’assurer ».

Une sécurité minimum d’abord, les élections ensuite

« On va organiser les élections comment à l’instant T ? », s’interroge le président à la question de savoir à quand les élections. Pour lui, il faut qu’il y ait préalablement un minimum de sécurité pour permettre aux politiques de se rendre partout sur le territoire pour battre campagne. « Il n’est plus question d’aller distribuer des billets. Il y aura des réformes sur le code électoral. Cette manière d’aller acheter les consciences, c’est fini ! Notre mission c’est d’éveiller les consciences et que les gens n’acceptent plus jamais ça ! Si vous pensez pouvoir gouverner le pays, vous expliquez votre programme politique. Et peut-être au bout d’un temps, le peuple va vous évaluer et voir si vous allez continuer votre mandat ou pas », a-t-il expliqué.

Erwan Compaoré
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 31 janvier à 16:25, par Bobolais En réponse à : Burkina : « On va organiser les élections comment à l’instant T ? », capitaine Ibrahim Traoré

    Soutien total à notre Président et aux autres de l’AES. Que Dieu vous accompagne.

    Répondre à ce message

  • Le 31 janvier à 17:03, par HUG En réponse à : Burkina : « On va organiser les élections comment à l’instant T ? », capitaine Ibrahim Traoré

    Partez en juillet 2024, on saura trouver un modéle.La.promesse est une dette. Vous avez pris gout du pouvoir mais la promesse est une dette.Les enlevementts, non application de decision de justice et autres denigrements on n est fatigué.Tous ceux qui vous soutiennent visent leurs objectifs personnels, ils ne vous aiment pas et ils ont prêts à chanter les louanges d un autre sans.honte.Quelle structure serieuse vous soutient presentement ? Il n y a n a pas.

    Répondre à ce message

  • Le 31 janvier à 17:37, par y En réponse à : Burkina : « On va organiser les élections comment à l’instant T ? », capitaine Ibrahim Traoré

    A l’instant T on peut aller partout au pays. A l’instant T il faut un minimum de sécurité aux politiciens d’aller partout au pays. On dirait qu’il y a 2 pays, allons seulement !

    Répondre à ce message

    • Le 31 janvier à 19:44, par Rodriguez En réponse à : Burkina : « On va organiser les élections comment à l’instant T ? », capitaine Ibrahim Traoré

      Y, si tu as bien suivi l’itw, le premier cas il parlait de l’armée, des militaires qui sont à l’offensive et que maintenant ils vont partout sur le territoire... A moins d’être de mauvaise foi ; si non, veux-tu envoyer les politiciens dans des zones infestées pour battre leur campagne ? Où bien devons nous passer aux élections sans eux ? Ce sont des burkinabè à part entière tout de même ! Comme toi

      Répondre à ce message

    • Le 1er février à 08:54, par Yovis En réponse à : Burkina : « On va organiser les élections comment à l’instant T ? », capitaine Ibrahim Traoré

      Ces contradictions sont la preuve flagrante de l’inconstance et de l’inconséquence de ce capitaine. On peut aller partout sur le territoire national sans risque, mais on ne peut pas organiser des élections à cause des risques pour les politiciens. C’est le règne par le mensonge qui se poursuit. S’il y avait la volonté de réaliser les élections, les voies et moyens auraient pu être trouvés. Ces fuites en avant ne seront pas éternelles. Quoiqu’on pense, les élections sont le seul moyen de rompre avec les coups d’état. Rappelez-vous Mobutu qui a installé une dictature sanglante au Zaïre pendant plusieurs décennies. Il a fini par être balayé par les rebelles de Désiré Kabila !

      Répondre à ce message

  • Le 31 janvier à 17:43, par Yako En réponse à : Burkina : « On va organiser les élections comment à l’instant T ? », capitaine Ibrahim Traoré

    " « Il n’est plus question d’aller distribuer des billets. Il y aura des réformes sur le code électoral. Cette manière d’aller acheter les consciences, c’est fini !
    Ça s’appelle parler pour ne rien dire.En effet ,c’est l’extrême pauvreté qui explique ce type de transaction électorale.Moi Yako on n’achète pas ma voix avec un petit billet parce que j’ai un travail et un salaire ! Ce n’est pas la réforme du code électoral qui changera quelque chose.Travaillons plutôt à donner à chacun sa dignité par le travail. Yako

    Répondre à ce message

  • Le 31 janvier à 17:56, par Andre En réponse à : Burkina : « On va organiser les élections comment à l’instant T ? », capitaine Ibrahim Traoré

    Bravo ib dieu seul sait qui est bon qu il te protège car la jalousie détruit la personne qui l appliqué encore IB QUE DIEU TE PROTÈGE SON EXCELLENCE

    Répondre à ce message

  • Le 31 janvier à 18:03, par Etirev En réponse à : Burkina : « On va organiser les élections comment à l’instant T ? », capitaine Ibrahim Traoré

    Il n’y aura jamais un temps our l’on pourra circuler librement dans ce pays. Par consequent, vous dites seulement que le pouvoir vous appartient a vie. Vous avez un projet de changer profondément la société a votre gout. Erreur, Erreur, vous partirez comme vous êtes venus.
    Nul n’est plus fort ou plus intelligent que le peuple. Trop de discours, trop de populisme, trop d’amour pour le pouvoir. C’est ca qui vous rendra la vie difficile.

    Répondre à ce message

  • Le 31 janvier à 18:28, par AK En réponse à : Burkina : « On va organiser les élections comment à l’instant T ? », capitaine Ibrahim Traoré

    Monsieur le président, ce que vous dites, c’est du déjà entendu et même mieux, laissez tout cela, le pays ne sera pas la proprété d’une personne ou d’un groupe, juillet 2024, c’est juillet 2024. Merci !

    Répondre à ce message

  • Le 31 janvier à 21:44, par Passakziri En réponse à : Burkina : « On va organiser les élections comment à l’instant T ? », capitaine Ibrahim Traoré

    Dis-donc, ! Il y’a combien d’instants T ? Est-ce le même instant T ou on peut aller partout et le même ou on se demande comment organiser des élections si un minimum de sécurité n’est pas là ? Donc à l’instant T, il y’a un minimum de sécurité ou pas ?

    Passakziri

    Répondre à ce message

    • Le 1er février à 10:38, par kwiliga En réponse à : Burkina : « On va organiser les élections comment à l’instant T ? », capitaine Ibrahim Traoré

      Bonjour Passakziri,
      Tiens c’est amusant, je me suis fait la même remarque, mais comme nous ne sommes pas si nombreux à avoir relevé, il peut bien continuer son populisme.
      L’on peut également penser que, dans l’affirmation suivante : "A l’instant T, il n’y a pas cette portion de territoire où nous voulons partir et où nous n’irons pas.", il utilise une fois de plus le "nous", en lieu et place du "je". En effet, si, surprotégé comme il l’est, il peut aller où il veut, cela n’est malheureusement pas le cas du reste de la population.
      Quant à : "Pour ce qui est de la présence des Russes au Burkina, Ibrahim Traoré souligne qu’ils sont là seulement dans le cadre de la formation des militaires." Il est curieux de constater que, de leur côté, les russes disent le contraire : l’Africa Initiative, réseau de propagande, lié à l’ancienne société de sécurité privée Wagner et au GRU, a annoncé le 24 janvier sur Telegram, que « Mercredi à 14 heures, 100 spécialistes militaires russes sont arrivés dans la capitale du Burkina Faso, Ouagadougou. Au total, 300 militaires sont attendus. ».
      Africa Corps, nouvelle appellation de Wagner (mais qui nous rappelle tout autant les heures glorieuses du IIIème Reich) a également annoncé sur sa chaîne Telegram, mercredi, l’arrivée d’un « contingent russe de 100 personnes » à Ouagadougou, avec pour mission d’« assurer la sécurité du dirigeant du pays, Ibrahim Traoré, et du peuple burkinabé contre les attaques terroristes ».
      Dans notre grande marche vers la souveraineté, les mercenaires russes vont pouvoir utiliser les véhicules que les USA viennent de nous donner...

      Répondre à ce message

      • Le 2 février à 06:38, par Passakziri En réponse à : Burkina : « On va organiser les élections comment à l’instant T ? », capitaine Ibrahim Traoré

        Bonjour cher kwiliga,
        Souvent j ai envie de rire mais impossible parce que la situation ne le permet pas . Une entrevue de propagande ou l arroseur s arroge sans même se rendre compte.
        On affirme qu on peut mobiliser 1 millions de VDP. , mais on n a pas honte d enlever des malvoyants, des vieux de 70 ans pour le front ? Pendant ce temps on se barricade à Koulouba, et d autres se permettent de détourner les perdiems prévus pour les civils au front ?
        Sincèrement , il ne suffit pas de lever le poing, de vociférer „ la patrie ou la mort nous vaincrons pour être Sankara „

        Passakziri

        Répondre à ce message

  • Le 1er février à 09:20, par Maman National En réponse à : Burkina : « On va organiser les élections comment à l’instant T ? », capitaine Ibrahim Traoré

    Bonjour chers tous.

    Que nous allions bien par la puissance du Saint Esprit.

    Je profite pour interpeller les guides spirituels de ne pas supporter un camp de belligérants et couvrir le sang précieux de Jésus Christ sur ce camp seulement.

    Pour une vraie paix qui pourra nous amener aux élections, il faut que les guides spirituels couvrent les deux camps (force loyaliste et force rebelle) du sang précieux de Jésus Christ. Pour que cesse la guerre.

    Et pendant les campagnes électorales, nous ne parlerons pas d’acheter la conscience du peuple.
    Mais nous parlerons de perdiem.

    La campagne passée, je n’ai participé à aucune des meetings politique. Mais j’ai exigé dans mon secteur (nous vivons en campagne, donc nous travaillons pour notre propre compte), des perdiems car nous n’allons pas laisser nos journées de travail pour aller à des meetings politiques.
    Alors que ces parties politique ont ou auront des budgets pour combler leur frais de campagne.

    Dieu merci, ma requête a été entendu.
    Certaines femmes de mon quartier m’ont dit qu’elles ont reçu 5000 Fcfa.

    Que je considère comme perdiems.
    Et puis c’est pas forcément au meeting politique de ton parti que tu dois participer.
    Nous nous devons de participer à tous les meetings politiques.

    La paix reviendra dans notre cher Faso, le Burkina Faso, par le sang précieux de Jésus Christ.

    Union de prières...

    Répondre à ce message

  • Le 1er février à 10:27, par jagger En réponse à : Burkina : « On va organiser les élections comment à l’instant T ? », capitaine Ibrahim Traoré

    C’est vraiment triste ! si les gens se rappelaient que les élections nous ont été imposées par les mêmes impérialistes au discours de la Baule ?

    Répondre à ce message

  • Le 1er février à 11:01, par porto En réponse à : Burkina : « On va organiser les élections comment à l’instant T ? », capitaine Ibrahim Traoré

    L’instant T c’est juillet 2024 mon capitaine. Le reste on verra ca avec le futur locataire du palais kossyam.Ne vous inquiétez pas pour nous.

    Répondre à ce message

  • Le 1er février à 12:27, par Ka En réponse à : Burkina : « On va organiser les élections comment à l’instant T ? », capitaine Ibrahim Traoré

    Ici, je reconfirme ce que j’ai l’habitude de dire dans ce forum : ’’’’’’On sait très bien que les jeunes dirigeants et autres "opposants historiques" sont toujours pleins de bonnes résolutions et d’idées généreuses et "intègres comme à la place de la révolution devant cette jeunesse que ça soit avec la patrie ou la mort nous vaincrons" avant d’accéder au pouvoir, mais ils changent radicalement une fois qu’ils y sont.

    Je suis pour la dissolution totale de la CEDEAO, car depuis 2007 cette institution s’est dégonflée dans ces décisions fermes pour faire avancer les pays membres dans la démocratie. Si le Burkina se joigne au Mali et le Niger pour ne pas honorer la promesse de faire des élections ‘’’’’’’’’c’est de ne pas respecter sa parole vis-à-vis de son peuple. ‘’’’’’’’Le mensonge dégrade la dignité de l’homme, il suppose dans celui qui l’emploie le dessein prémédité de vouloir tromper. De quel œil le menteur peut-il être regardé dans le monde par les gens sensé et raisonnables ? De toutes les façons, le feu DESMOND MPILO TUTU, archevêque anglican sud-africain, prix Nobel de la paix en 1984 a dit que : « Notre valeur dépend intrinsèquement de ce que nous sommes. » ; En ajoutant à cela que : « Rester neutre face à l’injustice, c’est avoir choisi son camp »’’’’’’’

    Quant aux achats des armes avec des nouveaux partenaires qui veulent nous recolonisés, on peut éviter cela en prenant les fruits de notre sous – sol pour investir et donner du travail a nos jeunes qui s’enrôlent dans les manigances des Imams radicaux a cause des miettes pour devenir des terroristes. Au Burkina beaucoup d’opportunités s’offres à nous pour mettre de l’argent dans la caisse, ‘’’la richesse du sous-sol, l’or que les nouveaux partenaires sont là pour recevoir sans des taxes, l’élevage, et j’en passe.’’’ Nous n’avons pas besoin de se donner encore en otage a un pays pour des fertilités. A la jeunesse, je dirais de se départir de ses présomptions et de savoir qu’il est plus facile de détruire que de construire, oubliez les miettes des criminels et luttons ensemble pour un Faso meilleur.

    Conclusion : Les Burkinabé sont prêts pour des élections crédibles, il suffit de les dire de sortir de leur torpeur et d’impliquer leur personne dans cette quête d’un nouveau départ. Et comme disait Norbert Zongo, « le pire ce n’est pas la méchanceté des hommes mauvais, mais le silence des hommes biens. » Il faut qu’on dise la vérité a celui qui tient le volant des affaires du Faso pour qu’on avance ensemble pour un Burkina dont nous aimons toutes et tous.

    Répondre à ce message

  • Le 1er février à 13:32, par Abdoul En réponse à : Burkina : « On va organiser les élections comment à l’instant T ? », capitaine Ibrahim Traoré

    Sauf erreur du résumé, sinon le Président doit bien expliquer son terme "on peut aller partout" qui prête la confusion. Ce "on" est pour l’armée ou les populations civiles ? Certes, nous contactons qu’il y a un minimum de sécurité avec l’arrivée du Président Traoré, mais ce minimum ne suffit pas à organiser des élections.
    Notre contexte actuelle est très facile à expliquer, l’insécurité recule de plus en plus dans les zones qui étaient infranchissables, seulement que nous voulons une vraie stabilité avant d’aller aux élections. Que Dieu protège le Burkina Faso 🇧🇫 et l’AES !

    Répondre à ce message

  • Le 1er février à 16:29, par Sacksida En réponse à : Burkina : « On va organiser les élections comment à l’instant T ? », capitaine Ibrahim Traoré

    De toute facon, nous reiterons que la CEDEAO est utiles pour une Veritable strategie d’Integration des Peuples Ouest Africains et leurs Marches et surtout la Monnaie Communaitaire qui serait Credibles et Reconnue Internationalement. Car l’Espace Economique Regional serait plus Fortes dans notre Contexte avec des Pays dont les Economies sont Puissantes, Moyennes et Petites dont le PIB va atteindre 400. 000. 000 Milliards de FCFA ou ECO pour discuter avec des Puissances Economiques Mondiales. Ainsi donc l’Industrialisation serait appreciableau au niveau Regionale Ouest Africaine et de meme la Consommation Locale des Produits de nos Industries Ouest Africain. Donc autant miser sur la CEDEAO en corrigeant des Imperfections que de s’Isoler dans l’espace Sahelien qui ne pourrait nullement peser contre une eventuelle CEDEAOC c’est a dire une Comminaute des Etats de l’Afrique de l’Ouest Cotiere. En tout etat de cause, que ce soit sur le Plan economique ou Monnetaire la CEDEAO reste un Instrument Fondamental pour le Decollage Economique et Social de l’Afrique de l’Ouest. C’est cela la Verite Incontournable
    Salut

    Répondre à ce message

  • Le 3 février à 12:07, par Bob En réponse à : Burkina : « On va organiser les élections comment à l’instant T ? », capitaine Ibrahim Traoré

    @ REnault Helies et AFFIDÉS, dans la situation actuelle, imaginez les efforts à faire pour assurer la sécurité de chaque convoi de politiciens en campagne, les unités justement à désorganiser pour fournir les contingents, les rassemblements qui vont fournir l’occasion aux terroristes pour éventuellement perpétré des embuscades et des attentats…. Le programme de lutte contre les terroristes qu’il faut mettre en berne, les efforts, les troubles éventuels… Pour quel résultat ? Vous REnault en tant qu’agent français ça vous arrange qu’on casse la Dynamique actuelle, puisque votre objectif est de faire échec à la TRANSITION. Mais quid de nos compatriotes qui annonnent ÉLECTIONS comme si c’était la panacée à nos problèmes alors que jusqu’à ce jour les nombreuses élections n’ont amené au pouvoir que des fossoyeurs du pays ? Vous savez d’ailleurs que si une élection avait lieu, le capitaine IBRAHIM TRAORÉ la gagne sans coup ferir. De grâce occupons-nous de la guerre contre le terrorisme et ne nous laissons pas distraire par les provocateurs français comme REnault Helies, Bazajet et autres.

    Répondre à ce message

  • Le 7 février à 08:39, par Renault HÉLIE En réponse à : Burkina : « On va organiser les élections comment à l’instant T ? », capitaine Ibrahim Traoré

    @Bob
    Messire Bob, vous écrivîtes :
    « imaginez les efforts à faire pour assurer la sécurité de chaque convoi de politiciens en campagne »
    Oui, j’ai bien lu vos objections, elles sont tout à fait pertinentes !
    Je le reconnais : ce serait difficile d’organiser concrètement ces élections, très dur même. Et sachez que je comprends le malheur que subit votre pays de par le terrorisme, VOTRE PEUPLE NE MÉRITE PAS DE SOUFFRIR AUTANT, que Belzébuth pulvérise ces terroristes démoniaques, c’est mon souhait bien réel.
    Mais ça vaudrait quand même le coup d’obtenir des élections, car l’attitude des nations étrangères changerait, ça donnerait une prime grandiose à votre gouvernement s’il était bien installé par une élection. Je suis même sûr que beaucoup d’aides matérielles financières fleuriraient comme fleurit le désert après la pluie.
    Beaucoup de fâcheries et de bouderies disparaîtraient chez les Occidentaux.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique