LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La porte du changement ne peut s’ouvrir que de l’intérieur. Chacun en détient la clé” Jacques Salomé

Burkina : La Journée internationale de la démocratie commémorée sous le thème « désinformation et démocratie »

LEFASO.NET

Publié le vendredi 15 septembre 2023 à 22h15min

PARTAGER :                          
Burkina : La Journée internationale de la démocratie commémorée sous le thème « désinformation et démocratie »

« Désinformation et démocratie », c’est le thème sous lequel est commémorée ce vendredi 15 septembre 2023, à Ouagadougou, la Journée internationale de la démocratie au Burkina Faso. L’évènement est organisé par un consortium notamment composé de l’ONG Diakonia, du Centre pour la gouvernance démocratique Burkina Faso (CGD), et du National démocratic institute, avec l’appui du Programme des nations unies pour le développement (PNUD).

Cette rencontre qui réunit les acteurs de la société civile, d’institutions, d’ONG et des citoyens, vise à aborder la question de la désinformation sur toutes ses formes et son impact sur la démocratie dans un contexte de crise sécuritaire et humanitaire au Burkina Faso. L’objectif est de réfléchir sur les difficultés qui mettent à mal les acquis de la démocratie en vue de meilleures perspectives pour le Burkina Faso.
Dans son discours, la directrice pays de Diakonia, Nadine Bonkoungou/Koné, a affirmé : « Nous travaillons en partenariat avec d’autres organisations, les gouvernements et la société civile pour renforcer les institutions démocratiques, promouvoir les droits de l’homme et lutter contre la corruption ».

Des participants à la commémoration de la Journée internationale de la démocratie à Ouagadougou

Défendre et promouvoir la démocratie dans le monde

En cette journée internationale de la démocratie, elle déclare au nom des défenseurs de la bonne gouvernance, s’engager à redoubler d’efforts pour défendre et promouvoir la démocratie dans le monde entier. « La démocratie n’est ni un luxe, ni un concept importé, ni imposé à l’Afrique mais plutôt un droit fondamental pour chaque individu », a-t-elle soutenu.

Plusieurs communications ont été au menu de cette rencontre sur la démocratie, notamment celle sur « Démocratie et désinformation : Comment sortir de l’impasse de la désinformation ? », animée par le Dr Régis Balima. La communication sur « La désinformation au Burkina-Faso : son impact sur la construction démocratique », a aussi été présentée par le journaliste Moussa Sawadogo.

Les premiers panélistes ayant intervenu à la rencontre

Décrédibiliser par la désinformation

« La désinformation vient de partout. Nous avons aujourd’hui toutes sortes d’acteurs qui sont à la source et à l’origine de la désinformation. Et tous les canaux modernes et même traditionnels de communication sont employés pour construire cette désinformation ». C’est l’avis de Dr Régis Balima qui relève que le contexte de la crise sécuritaire et humanitaire favorise justement la désinformation au Burkina Faso.

« Parce qu’il y a beaucoup de rumeurs et d’attaques entre les différents acteurs qui cherchent à se positionner. Donc, tout cela fait qu’on utilise la désinformation pour décrédibiliser ses adversaires et leurs actions à l’instar de la société civile », a-t-il argumenté.

Selon l’enseignant-chercheur à l’université Joseph Ki-Zerbo, Dr Régis Balima, la désinformation n’intervient pas seulement que dans le domaine politique, elle se manifeste aussi dans bien d’autres secteurs comme la culture et la santé.

« Il y a eu pas mal d’informations erronées sur le covid-19 concernant les conséquences que pourraient avoir les vaccins sur l’organisme », Dr Régis Balima, enseignant-chercheur à l’université Joseph Ki-Zerbo

« Certains ont dit que l’Afrique était particulièrement ciblée pour exterminer ses populations ou pour les empêcher d’avoir beaucoup d’enfants », a-t-il ajouté.

La désinformation, source de méfiance et de division

Les conséquences de la désinformation peuvent entraîner beaucoup de méfiance et de division au sein de l’opinion publique. « Tout cela peut exacerber la crise et nous conduire jusqu’au pire. Mais nous espérons ne pas arriver à ce niveau », estime-t-il.
Pour Dr Régis Balima, face à la désinformation, la bonne attitude à adopter est d’être moins paresseux. C’est en tout en s’interrogeant sur la véracité de l’information, chercher à la vérifier à tous les niveaux possibles.

« La thématique à l’ordre du jour est très importante pour trouver les outils nécessaires à la reconstruction du processus démocratique au Burkina Faso », Kévin Adomayakpor, directeur résident de National démocratic institute (NDI)

« Cette commémoration de la Journée internationale de la démocratie est une occasion pour réfléchir sur le processus démocratique au Burkina Faso », a déclaré le directeur résident de National démocratic institute Burkina Faso.

Le représentant résident du PNUD, Dieudonné Kini a mentionné : « La démocratie, fondée sur les valeurs de liberté, d’égalité, de justice et de participation citoyenne, demeure un pilier essentiel de notre société. Elle est le reflet de notre engagement envers le respect des droits de l’homme, de la primauté du droit et du pouvoir du peuple à décider de son propre destin.

Hamed Nanéma
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • (Sous reserve de CR fidele)
    Une perte de temps ! "Democratie et desinformation" ! Les themes sont finis ou quoi ? Qu’à cela n’eusse tenu ! On aurait aimé un traitement plus moderne du theme avec une demarche "ntic". La desinformation, et après ? La desinformation, c’est aussi vieux que ce monde. Même du temps des empires ! Ce que vous appelez "desinformation" que je presume comme telle. Et puis être si obnubilé par ce truc de democratie : toutes les "craties" sont finies ou quoi ?
    Pour des experts Voici ma note : 7/20

  • ça passe le temps à vilipender l’entité sous regionale en public mais ça contribue en cachette à la force anti terroriste de l’entité sous regionale avec un contingent tout en présentant ça comme un contingent pour aider Haousaland à lutter contre une attaque de l’entité sous regionale. Cette même force anti terroriste de l’entité sous regionale à déployer pour sécuriser le Haousaland est présentée par la fake-sphère comme projet d’invasion du Haousaland pour rétablir un président. Les gens du braquage ne savent pas que les populations ont découvert depuis longtemps leur connivence avec le coq et le reste.

  • Encouragements pour cette initiative de discernement, seule voie pour aller vers la démocratie.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique