Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Lutte contre le terrorisme au Burkina : Enlèvement des femmes à Arbinda, un acte de guerre à valeur castratrice

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • Lefaso.net • dimanche 22 janvier 2023 à 21h35min
Lutte contre le terrorisme au Burkina : Enlèvement des femmes à Arbinda, un acte de guerre à valeur castratrice

Les 12 et 13 janvier 2023, les groupes armés ont fait un acte inédit dans notre pays : ils ont enlevé une cinquantaine de femmes de la commune d’Arbinda. Les femmes sont celles qui paient le plus lourd tribut de cette guerre depuis 2015. Elles sont violentées dès qu’elles s’aventurent en brousse. C’est pour cette raison qu’elles y vont en groupes, mais les assaillants voulaient plus cette fois et surtout par cet acte symbolique de rapt immense, un message est adressé aux hommes du Burkina. Ils nous disent que non seulement ils sont les maîtres de la brousse, mais aussi de nos femmes. Qui peut le leur contester ?

C’est vraiment un sentiment d’extrême vulnérabilité qui nous habite tous quand on voit le délitement sécuritaire du pays. Avons-nous emprunté le chemin de la sauvegarde et de la restauration ? Qui sont ceux qui ont enlevé les femmes d’Arbinda ? Quel sera leur sort aux mains de leurs ravisseurs ? Pourquoi ces femmes n’ont-elles eu que pour seul recours de braver la mort pour aller chercher des feuilles et des fruits pour nourrir leur famille ? Sommes-nous capables aujourd’hui, d’organiser un convoi de ravitaillement terrestre dans les zones à forts défis sécuritaires ?

Ce sont des résistantes qui viennent d’être enlevées aux environs d’Arbinda il y a une semaine. Elles ont refusé d’abandonner leurs terres, villages, habitations, et maigres biens, pour prendre les routes et aller ailleurs vivre de mendicité. Ce sont des résistantes abandonnées de tous, principalement de l’Etat burkinabè, du gouvernement et de tous ceux qui ont en charge la sécurité du pays et de ses habitants. Ces femmes vivaient l’enfer mais ne baissaient pas les bras, ne courbaient pas l’échine et cherchaient par tous les moyens à vivre libres chez elles, sur la terre de leurs ancêtres.

Quel sera le sort de ces femmes ?

Elles ont été enlevées par des hommes armés, probablement un des groupes terroristes qui nous disputent le territoire. Dans cette partie du pays qui fait partie du Liptako-Gourma, aussi appelé la zone des trois frontières, il y a le GSIM (Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans) affilié à Al Qaida au Maghreb islamique, et l’Etat islamique au grand Sahara (EIGS). Les enlèvements de femmes et de jeunes filles sont un mode opératoire usité de l’Etat islamique et sa franchise africaine Boko Haram au Nigéria est connue pour l’enlèvement de jeunes pensionnaires d’un collège à Chibok au Nigéria.

L’Etat islamique l’a pratiqué en Irak et en Syrie. Selon le Mouvement burkinabè des droits de l’homme et des peuples (MBDHP) dans un communiqué du 18 janvier 2023, lu sur sa page Facebook, ce sont en bonne proportion des jeunes filles qui ont été enlevées. « Suite à ces informations, le Mouvement a établi une liste, non exhaustive, de soixante-une (61) femmes enlevées, dont au moins vingt-six (26) âgées de moins de 18 ans. »

L’enlèvement n’a pas été revendiqué comme la plupart des opérations des groupes armés depuis ces dernières années. Les groupes terroristes qui se sont adonnés à ces actes odieux comme Boko Haram et l’EIGS n’ont jamais caché qu’elles (les femmes) étaient destinées à servir comme esclaves sexuelles ou être mariées de force à leurs combattants.

Le gouvernement est face à un nouveau problème que le pays n’a pas encore connu ? Il faut libérer ces femmes au plus vite pour que le pire n’arrive pas. Notre pays, pour l’instant, n’a aucune expérience connue de nous de libération d’otages des mains de groupes terroristes. Naturellement les libérations sous Blaise Compaoré ne comptent pas puisque nous étions le médiateur choisi par eux et roulant pour eux.

Arbinda sous embargo

Pourquoi ces femmes sont-elles allées en brousse ? Elles sont allées chercher des fruits sauvages comestibles et des feuilles. C’est de cela qu’elles nourrissent leur famille car depuis novembre 2022, il n’y a plus rien à manger à Arbinda situé à 90 Km de Djibo, chef-lieu de la province du Soum dont il dépend et qui vit aussi souvent sous le blocus des terroristes sans ravitaillement. Arbinda est aussi éloigné de 104 Km du chef-lieu de la région Dori. La situation d’embargo était connue des autorités des lanceurs d’alerte avaient interpelé les autorités et la population en désespoir de cause avait pillé un magasin de la SONAGESS qui avait des vivres entreposés à Arbinda.

Voilà près de deux mois que nous refusons de porter secours à nos sœurs et frères en détresse, et les premiers en cause sont ceux qui sont en responsabilité. C’est la faim qui a poussé ces femmes en brousse et c’est l’absence de ravitaillement du village qui est la cause première.

Depuis le drame de Gaskindé le 26 septembre 2022, aucun convoi terrestre de ravitaillement n’a été organisé. Notre armée reste muette sur ses défaillances. On se demande si elle recherche la rationalité qui se cache derrière ses défaites. C’est en démêlant les fils du pourquoi du comment que l’on avance et l’on apprend de ses erreurs. Sinon on se condamne à vivre les mêmes erreurs du passé et à avoir une peur bleue de la reproduction de l’évènement traumatique.

C’est normal, c’est humain que le nom d’Arbinda et la route d’Arbinda fasse peur parce qu’ils évoquent des drames de notre guerre, des moments où nous avons accusé d’énormes pertes en 2019. Lors d’une attaque du détachement militaire le 24 décembre 2019 qui a fait 35 morts chez les civils dont 31 femmes et 7 FDS (Forces de défense et de sécurité 4 gendarmes et 3 militaires).

L’attaque a duré trois heures et a été repoussé par l’intervention de l’aviation laissant 80 terroristes au sol.
Arbinda c’est aussi le souvenir douloureux de l’attaque d’un convoi de civils escorté par les FDS et les VDP (Volontaires pour la défense de la patrie) le 18 août 2021 sur l’axe Gorgadji-Arbinda. La douleur est toujours vive car le triste bilan est de 65 civils, 15 FDS et 6 VDP décédés suite au guet-apens des groupes terroristes.

Est-ce que ce sont ces souvenirs traumatiques qui empêchent d’organiser le ravitaillement ? Pourquoi l’armée n’essaie pas d’associer le maximum de gens à la recherche de solutions, peut-être que des compétences existent dans le civil pour convoyer des vivres dans ces zones ? En lançant un appel d’offres, elles verraient les solutions proposées et les nouvelles idées pour organiser la sécurité des convois. Si on doit dépendre du PAM pour ravitailler nos populations c’est encore un abandon de notre souveraineté.

Car en le faisant nous-même, nous luttons pour la sauvegarde de notre bien, de notre territoire, de notre pays. Le président du MPSR II, le capitaine Ibrahim Traoré s’est présenté comme celui qui parle du côté des populations qui n’ont rien à manger, qui mangent des herbes (sic), il avait visage détendu et heureux à l’université Joseph Ki-Zerbo face aux étudiants qu’il a quitté il y’a une dizaine d’années, c’est vrai que tout est urgent, mais la sécurité est plus urgente.

En disant cela, on ne demande que ce que le MPSR I et II ont promis : se consacrer prioritairement à la lutte contre l’insécurité qui connaît des accès de fièvre dans tout le nord du pays de l’est à l’ouest. Selon des informations de dernière minute de l’AIB, les femmes auraient été retrouvées. Nous attendons les détails à venir, et maintenons la présente analyse.

Sana Guy
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Boucle du Mouhoun : Deux employés de Médecin Sans Frontières assassinés
Burkina Faso : Une attaque dans la commune de Bani fait 25 morts, selon un bilan provisoire
Insécurité dans le Centre-ouest du Burkina : « Si rien n’est fait, la commune de Dassa (Sanguié) va disparaitre », alerte l’ex maire François Bacyé
Insécurité au Burkina : « Le gouvernement a intérêt à prendre à bras le corps la situation de la région de l’Est », estime Marcel Ouoba, journaliste
Est du Burkina : L’armée et les volontaires pour la défense de la patrie repoussent une attaque terroriste
Insécurité dans le Sahel : L’armée burkinabè déjoue une attaque et tue une quinzaine de terroristes (Communiqué)
Région des Cascades : Les corps sans vie de quinze passagers découverts suite à un enlèvement par des hommes armés
Crise sécuritaire et humanitaire au Burkina : La situation dans le Sourou offre « un spectacle désolant et très préoccupant », indiquent des ressortissants
Attaques terroristes au Burkina : Et pourtant Mahamadou Savadogo avait raison !
Burkina : Une centaine de terroristes neutralisés par l’armée aux environs de Gourcy
Reconquête du territoire national : La situation s’est améliorée, selon le service communication des Armées
Libération des 66 femmes enlevées à Arbinda : "Les recherches se poursuivent pour identifier les auteurs", promet le gouvernement
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés