LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La porte du changement ne peut s’ouvrir que de l’intérieur. Chacun en détient la clé” Jacques Salomé

Rumeurs sur d’éventuelles mutineries dans les casernes : Le chef d’Etat major général des armées apporte un démenti

Publié le mardi 18 juin 2024 à 20h25min

PARTAGER :                          
Rumeurs sur d’éventuelles mutineries dans les casernes : Le chef d’Etat major général des armées apporte un démenti

Dans un communiqué en date du 18 juin 2024, le chef d’État major général des armées a démenti les rumeurs circulant sur les réseaux sociaux et faisant allusion à des mutineries dans certaines casernes. "Il n’en est rien. Ces allégations visent à semer le doute, à créer la psychose dans l’opinion et à démoraliser les troupes fortement engagées dans le combat de libération de notre peuple", peut-on lire dans le communiqué.

Tout en remerciant les populations pour leur soutien constant, le chef d’État major les invite à vaquer sereinement à leurs occupations.

Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • Avec l’expérience que j’ai acquise avec les différentes crises militaires dans la sous-région quand un communiqué n’est pas signé, c’est que la situation est sérieusement grave !

  • Mansila 11 juin, mansila 11 juin, mansila 11 juin 2024, Qu est ce qui s est passé a mansila ?Ils representaient le drapeau nationqle .Ils ne méritent pas ce silence. Ils ne méritent pas ce silence car ils defendaient le pays contre ses barbares.Silence coupable. Ils nous representaient à mansila, ils ne meritent pas cela.Silence coupable. Le tribunal de conscience vous en voudra.Silence coupable.HUG pleure en chaudes larmes.HUG pleure en chaude larmes.

  • Ce communiqué de l’état major général des armées du Burkina Faso vient près d’une semaine après les rumeurs. Une longue semaine.
    Hum !

  • C’est pas sérieux de ne pas signer un tel communiqué, et ca ne sert à rien de déployer le même scénario puisque le disque est rayé. C#est le nom du média qui serait suspendu qui n’était pas connu sinon les avertis savaient que c’était á attendre comme après chaque drame, d#entammer cette fuite en avant. Mais nous ne cesseront de le dire , c#est inutile puisque ces dizaines de soldats et VDP qui tombent pendant que IB et ses complices font la politique à Ouaga sont des burkinabé avec leurs familles et connaissances . Donc comment pouvez-vous étouffer de tels drames ? Pire , aucune reconnaissance pour ces jeunes qui se sacrifient sur le terrain . trés dommage .
    Il a été raporté par un média suspendu mais toujours bien informé et lu par celui qui le veut, que des soldats maliens et des mercenaires russes seraient arrivés à Ouaga et que leur destination serait Dori. Mais on vous prévient. Si des soldats étrangers et des mercenaires touchent á un seul cheveux d’un soldat burkinabé, vous allez ch... des pointes . Wait and see.

    Passakziri

  • Évidemment tout ce qu’on prévoyait est en train de se mettre en place. Déroulez vos plans, activez vos valets locaux, stimulez vos mercenaires etc, mais le peuple intègre et patriote du Burkina vous attend de pied ferme et vous traitera efficacement.
    La patrie ou la mort, nous vaincrons
    SOME

  • Quel crédit pouvons-nous accorder à un communiqué qui n’est pas signé ?
    Désormais, si l’on comprend, IB et le MPSR 2 sont engagés dans une lutte à mort pour la sauvegarde de leur pouvoir. Sinon pourquoi la venue des mercenaires de Wagner et des soldats maliens à Ouaga (80 à 120 hommes) sous l’autorité des services extérieurs russes ?

    Informer et rendre compte au peuple n’a jamais été le point fort du MPSR 2. Mais avec ce qui s’est passé à Mansila (au moins 107 soldats tués) sans compter les personnes ordinaires, on semble avoir atteint le point de rupture.
    En effet, on ne peut pas accepter que des militaires meurent en masse au front pour défendre la patrie sans qu’un hommage national leur soit rendu, sans que la nation en soit informée. Si nous l’acceptons, quel peuple sommes -nous ?

    Médiateur laisse passer

  • Merci de publier ce document pour couper court les rumeurs et autres allégations.
    Mais avant, il fallait communiquer sur ce qui s’est réellement passé à Mansila ; puisque apparemment tout est parti de l’attaque d’une des positions de l’armée dans cette localité.
    Le vrai problème de ce pouvoir, c’est sa communication.
    C’est la même chose en ce qui concerne les arrestations, les détentions, etc. Ça laisse libre cours à toutes les supputations et ça crée et cristallise les tentions au sein de la société.
    C’est grave.

  • Tiens, la dernière fois qu’il y a eu ce genre de communiqué, c’était en parallèle de la suspension de "Jeune Afrique" et, trois jours après, on arrêtait des FDS à tour de bras,...

  • Que Dieu Tout Puissant bénisse l’armée du Burkina et lui procure la Paix et l’entente en son sein !

  • ’’’’’’’’’’Ces allégations visent à semer le doute, à créer la psychose dans l’opinion et à démoraliser les troupes fortement engagées dans le combat de libération de notre peuple", peut-on lire dans le communiqué.’’’’’’’’

    Ici la sagesse m’interpelle : mais comme je ne cesse de le répéter dans ce Forum très riche en contradiction : Un régime qui refuse d’entendre les critiques, et, pire, qui les fait taire par tous les moyens possibles et imaginables, n’a aucun avenir dans un pays souverain comme le Burkina dont si le peuple dit que Ca ne se fait pas, Ça ne se fait pas, même si ce peuple est souvent silencieux, il regarde si ont fait les choses derrière lui.

    En ce moment, ce qu’on constate, et ce qui ne regarde que du vieux Ka, ce qui caractérise la politique actuelle, c’est le vide idéologique insondable, qui laisse place aux pratiques les plus douteuses avec des jeunes organisés assoiffé d’autosatisfaction qui se traduise dans une impunité totale.

    Dénoncer les choses qui ne vont pas n’est ni une offensé ni une atteinte à la sécurité nationale. Bien au contraire, c’est une aide vers la perfection qui, quoi qu’il en soit, n’est plus de ce monde... Et beaucoup d’internaute de bonne foi sur cette analyse n’ont pas hésité de souligner que ‘’’’’’’’la discipline et l’intelligence qui sont, entre autres, des qualités d’un bon militaire, et doivent être mis en avant le sens de l’honneur, la probité, le professionnalisme et le comportement doivent être respecter a la rigueur. Tout manquement doit être sanctionné selon la gravité des faits. Au sein de l’armée Burkinabé, tous reçoivent la même éducation ! Et ‘s’il y a de Rumeur c’est qu’il y a un problème. Puisque la façon de penser, de voir les choses ou de les considérer par chacun est strictement fonction de son existence d’environnement. Mettre l’héritage de Thomas Sankara avec ‘’’’’’’La Patrie ou la mort nous vaincrons’’’’’ sans arrivé comme lui a inculquer ses idées a un autre, qui devient un allié et non un opposant, c’est inutile de tout controler.

    C’est pourquoi, aujourd’hui plus qu’hier, le mythe Sankara est plus vivant que jamais. Il a défié le temps à tel point que l’enfant de tout un continent paraît aujourd’hui comme un chemin éternel pour la jeunesse : Sankara détestait le mensonge et le non-respect de la parole donnée.

    Alors faites attention au poids des mots, surtout prononcés devant un public Burkinabé qui prend à la lettre et au sens propre ce qu’il entend, comme ‘’’’’’’’je ne suis pas là pour le pouvoir, mais pour éradiquer les terroristes et remettre le pouvoir a qui de droit.’’’’’’’’’’’ Quand on sort d’une situation telle que nous l’avons connu, on ne s’amuse pas à jeter en l’air pareil phrases après se nommé président du Faso sans l’avis du peuple souverain,

    En clair les coups d’états ne servent que les auteurs car en définitive ils ne sont jamais responsables de leurs actes.

    Et pour le vieux Ka, le problème est que le nombre de personnes vraiment raisonnables se réduit dangereusement de jour en jour dans ce pays" pas seulement au Burkina, mais dans tous les pays du continent qui se respectent.
    Sachiez que l’homme ne peut pas être libre de faire tout ce qu’il veut, sinon, ça devient de l’anarchie totale. Surtout vous deviez faire attention au libéralisme des pseudos intellectuels qui sont là pour semer le désordre : Dans une situation de désordre, c’est la « loi de la jungle » qui s’installe. Le désordre permet ainsi la réalisation d´une plus grande injustice.

    Le désordre et l´anarchie ouvrent la porte à tous les abus en poussant chaque individu à obéir à son propre sens de la justice et non pas à obéir à une justice commune..

    En ce concerne les ont dit des journalistes et les internautes des réseaux sociaux, le démenti est venu trop tard.. Un journaliste ne doit pas "manipuler" l’information, mais la traduire sans déformation en lui donnant la juste importance qui découle de son contexte. Toute autre forme de traitement est du ressort de la COMMUNICATION, ce qui n’est pas le même métier. Malheureusement, au Burkina, on confond volontiers les deux, ce qui fait des journalistes de véritables "mercenaires de la plume" au service d’intérêts plutôt contestables, et, en tous cas, peu conformes au code de déontologie (que beaucoup feraient mieux de [re]lire attentivement.

    Conclusion : La liberté de la presse et le respect de la déontologie journalistique vont de pair avec la bonne gouvernance. Dans un pays "développé", le journalisme d’investigation doit exister, mais en vertu de la déontologie, il ne faut pas confondre investigation et calomnie. Il n’y a pas de place pour les affabulations et les rumeurs.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Une attaque d’envergure déjouée à Djibo
Burkina : Les Forces armées lavent leur honneur à Mansila (AIB)
Loroum : Titao ravitaillé en produits de premières nécessités