Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • Lefaso.net • mercredi 11 janvier 2023 à 22h00min
Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

Dans une lettre datée du 27 décembre 2022, le capitaine Ibrahim Traoré instruit la ministre burkinabè des affaires étrangères d’appliquer strictement le principe de réciprocité suite à la décision du consulat général de France à Ouagadougou d’introduire des changements dans le traitement des demandes de visas pour les passeports diplomatiques et de service.

Selon cette lettre du chef de l’Etat, par note verbale en date du 24 octobre 2022, le consulat général de France à Ouagadougou a fait part au gouvernement burkinabè et aux missions diplomatiques et consulaires ainsi qu’aux organisations internationales et interafricaines accréditées au Burkina Faso, de changements qu’il allait introduire à compter du 2 novembre 2022, dans la procédure de traitement des demandes de visas pour les passeports diplomatiques et de service.

En conséquence, le président Ibrahim Traoré a instruit sa ministre en charge des affaires étrangères Olivia Rouamba d’appliquer strictement le principe de réciprocité aux détenteurs de passeports diplomatiques et de service français dans le traitement de leurs demandes de visas d’entrée au Burkina Faso.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 11 janvier à 23:18, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

    Ha ha ! C’est bien connu que des milliers de Français rêvent d’entrer au BF pour réparer les mobylettes aux carrefours...

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 01:14, par Sidpassata Veritas En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

    Selon sagesse populaire moaga, ‹‹ra wa m yiri, yaa ra wa m yiri a yiibu›› ce qui signifie littéralement, ’’ne viens pas chez moi, c’est deux fois ne viens pas chez moi’’. La première fois vaut pour celui à qui l’on d’adresse et la seconde fois impose la réciproque à celui qui a dit ’’ne viens pas chez moi’’.
    Comme quoi, chacun est maître chez soi et hôte chez l’autre. Monsieur le Président du Faso, vous avez totalement raison. Respectons comme on nous respecte, car notre sagesse populaire dit encore que ‹‹c’est en vertu du respect mutuel qu’il est possible d’avoir un chef dans un groupe d’enfants›› : ‹‹waog taaba la kamb naaba››.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 02:42, par Burkinabè En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

    C’est exactement ce qu’il faut faire. Bravo mon président !

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 05:16, par Ran En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

    Mes vives félicitations à mon cher président capitaine pour cette décision courageuse et audacieuse ! Dieu vous inspire et guide toujours sur le chemin de l’intégrité

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 06:02, par Burkina En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

    Mais en quoi consiste ces changements qui induisent une recommandation de la réciprocité ? Qu’est-ce qui a changé ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 08:50, par Dedegueba Sanon En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

    Whaou ! C’est fort très fort même Mon capitaine, jamais je n’ai vu ça dans ce pays. Ce consulat de France nous avait toujours méprisés, même Halidou Ouedraogo avait eu mailles à partir avec ce service pour une histoire de visa pour aller se soigner en France, tenez vous bien avec sa propre fille naturalisée française et vivant en France. J’ai envie de dire que maintenant ils ont un garçon en face d’eux. Cela s’appelle se faire respecter. Qu’Hallade le diplomate malcauseur (qui refuse de partir) viennent nous parler encore "d’idiots utiles"...?
    Mais un conseil cependant , souviens toi de Amadou Hampate BA, le sage de Bandiangara, lorsqu’il parlait de la démarche du caméléon. Je n’en dirais pas plus, en face ils ne plaisantent pas, alors pas du tout...

    Répondre à ce message

    • Le 12 janvier à 13:40, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

      @Dedegueba Sanon
      Mon cher Monsieur « Dedegueba Sanon », vous écrivîtes :
      « pour aller se soigner en France »
      Si vous étiez un peu plus honnête, vous eussiez écrit :
      « pour aller se soigner GRATUITEMENT en France », sans que le Burkina Faso ne décaisse le moindre picaillon.
      Je trouve scabreux que vous l’ayez pas précisé, c’est un ÉNORME MENSONGE PAR OMISSION.

      Chaque année, il y a des milliers de Burkinabè qui bénéficient d’une « évacuation sanitaire » vers un CHU français, pour y subir un traitement de très haut niveau international, mais fort cher. Ensuite, la facture reste complètement théorique, car elle N’EST JAMAIS RÉGLÉE par l’état burkinabè. D’ailleurs, le billet d’avion lui-même n’est que très rarement payé.

      Vous ne trouvez pas ça bizarre ? Le coût de chaque évacuation sanitaire est supérieur à 10 millions de francs-CFA-ECO, vous les avez sur votre compte d’épargne ? Non, car vous savez d’avance que ce sera gratuit. Gratis, mais au frais de quelle princesse ?

      Vous qui prônez plutôt le « sud-sud », vous devriez encourager les évacuations sanitaires vers des pays bien équipés, Maroc, Tunisie, à la rigueur Sénégal ou Côte d’Ivoire.
      Ah oui, c’est très bien, le sud-sud... mais alors il faut payer cash et d’avance ; sinon la clinique marocaine vous jette sur le trottoir avec une perfusion et demande à votre ambassade de récupérer le burkinabè sub-claquant qui gêne la clientèle du pâtissier sur le trottoir (le Maroc est riche en pâtisseries).

      Imaginez qu’un français débarque à San Francisco ou Shanghaï se faire soigner ; vous croyez que ce sera gratuit ? En pratique, ce sera payé par la SS française ainsi que les mutuelles.

      Les fonctionnaires burkinabè jouissent d’un privilège exorbitant, mais sans réciprocité. Vous m’imaginez venir au BF pour me faire découper le cœur ou soigner un cancer ?

      Vous l’avez peut-être remarqué, mais je suis pour une diminution drastique de l’aide à une dictature putschiste... tant qu’elle n’a pas été validée par une élection démocratique sérieuse. Je suis aussi pour des évacuations sanitaires « sud-sud » ... au frais du BF, car cela vous encouragerait à compléter vos hôpitaux.

      En tout cas, vous ne verrez guère de français venir se faire soigner gratis au BF,, ni travailler au noir comme maçon ni voler des téléphones dans le train Ouaga-Bobo.

      Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 13:10, par Citoyen LAMBDA En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

    Correct . Quand c’est bon ,c’est bon et il faut le reconnaitre . Oui à cette réciprocité dans les conditions de délivrance de visa d’entrée aux français désirant venir au BURKINA FASO et quelque soit la catégorie de leur passeport .Trop c’est trop et l’humiliation n’a fait que trop durer Regardez comment la France a refusé le visa à Feu LUC IBRIGA qui devait être évacué en urgence et cela malgré son passeport diplomatique. Regardez comment les burkinabè même des officiels et des hauts fonctionnaires de l’Etat burkinabè sont humiliés par les employés de la société privée CAPAGO qui reçoit les demandes de visa d’entrée en France . Il faut même que cette réciprocité ne s’arrête pas seulement au type de passeport ,mais aux mêmes conditions que la France imposent aux BURKINABE selon la raison de leur venue au BURKINA FASO : réservation d’hôtel avec accusé de reception de l’hôtel ,réservation de vol ou billet d’avion acheté , visa courte ou longue durée ou multiples entrées, invitation écrite de la structure burkinabè qui invite ,preuve de solvabilité financière ,certificat d’hébergement si lien d’amitié ou de parenté, dépôt de la demande de visa au consulat du BURKINA ou dans une société privée recrutée par le BURKINA FASO en France au moins trois semaines avant la date de départ au BF ,indication précise de la durée etc . Plus question de délivrer un visa à un français à l’arrivée à l’aéroport de OUAGADOUGOU si jamais cette formule existe toujours . L’humiliation à des limites . Ce n’est pas tout le monde qui a envi d’aller vivre en France . Nous voulons seulement une amitié saine avec le peuple français parce que l’histoire nous lie et qu’aujourdhui le monde est fait d’échanges dans tous les domaines entre peuples de tous les continents et tous les pays . Une fois encore chapeau bas président IB . SANKARA est de retour .

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 14:06, par John En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

    Une diplomatie equitable entre deux pays qui se respecte. Merci M le President, et n’oublier pas de renvoyer leur mercenaire criminel de Kamboinsin chez eux dans les jours a venir.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 20:20, par Le Goupil33 En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

    Bonjour,

    Mais est ce que vous avez bien lu ? Il s’agit de passeport diplomatique et de service.

    A moins que que tous ceux qui voyagent entre les deux pays soient des diplomates ou une mission pour leur gouvernement, ce dont je doute.

    Rien n’indique dans ce document que pour le commun des mortels cela change.

    Il est tout à fait normal que les burkinabe applique la même règle, qui il faut le rappeler n’est pas une règle française mais une règle européenne. Dans ce contexte il est étonnant que cette mesure ne s’applique pas aux autres pays européens.

    Alors un peu de recul est nécessaire

    Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 08:55, par kwiliga En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

    Mais enfin, quelqu’un a-t-il bien lu ici ?
    Il est clairement écrit : "des demandes de visas pour les passeports diplomatiques et de service."
    Donc, cher Monsieur HÉLIE, vous conviendrez aisément que l’on compte peu de réparateurs de mobylettes parmi ces gens là. Et à titre indicatif, la dernière P50 du pays ayant rendu l’âme en 2011, nous n’avons plus que des espèces de moto/scooter chinois, dont certains sont des petits bolides (ça fait longtemps que vous n’êtes pas venu, non ?).
    Pour tous les autres, si prompts à se féliciter de notre souveraineté retrouvée :
    Ne sachant pas ce que recouvrait exactement ce terme de réciprocité, je me suis livré à quelques recherches. Voici ce que j’ai trouvé : "Consulat général de Ambassade de France à Ouagadougou. Les bureaux et les équipements du service consulaire ayant été saccagés, à compter du 2 novembre 2022, le dépôt des demandes de visa sur passeport diplomatique et de service s’effectuera uniquement auprès du prestataire Capago, sans rendez-vous, de 11h30 à 13h, du lundi au vendredi. La remise des passeports diplomatique et de service s’effectue également auprès du prestataire Capago.
    Il ne sera donc plus possible de déposer une demande de visa ou de retirer son passeport auprès du consulat général.
    Les modalités de traitement des demandes restent inchangées. Le demandeur doit effectuer une demande de visa en ligne sur l’application France"

    A priori, on devrait donc en déduire que le Burkina dispose, comme la France, d’un prestataire de service, vers lequel doivent être dirigées les demandes de visa pour les passeports diplomatiques et de service. Nous devons également supposer que nous disposons d’un service internet pour recevoir les demandes de visa en ligne, pour ces mêmes passeports.
    Rien de bien extraordinaire donc et pas ultra-souverain non plus.
    Enfin, j’espère que l’on dispose bien de tout ça, sinon, c’est juste pour faire son petit malien...?
    Si quelqu’un a d’autres infos (vérifiables) ou d’autres explications, je suis preneur.

    Répondre à ce message

    • Le 13 janvier à 21:32, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

      @Passakziri,
      M. Passakziri, vous avez peut-être compris que, à titre personnel qui n’engage que moi, c’est « programme mitterrandien » :
      je suis pour un basculement le plus complet possible des financements étatiques français vers les pays qui consentent à s’industrialiser sérieusement, comme par exemple l’Afrique du Nord, l’Inde, ), les pays d’Asie (dont la Turquie, pourquoi pas ?), l’Europe de l’Est, l’Amérique du Sud et bien entendu du nord. En Afrique, OK pour les pays côtiers à la rigueur (CI, Cameroun, Nigeria, Kenya, etc.) s’il n’y sont pas hostiles.

      - je suis pour une forte diminution des relations avec toute dictature putschiste, surtout si elle est hostile, ce qui est le cas qui nous occupe.
      - Donc, si en plus la susdite dictature complique elle-même les échanges, c’est tant mieux.
      - Si des entreprises privées françaises ou européennes trouvent un créneau qui les intéresse, c’est leur problème, qu’elles assurent elles-mêmes le service après-vente, écoles privées, médecins, cliniques, etc. l’État français ne doit pas servir à assurer une logistique gratuite aux boîtes privées « avec une cible dans le dos ». Après tout, comment font Renault-Dacia ou Safran au Maroc ? Ou Faurecia en Tunisie, ou Decathlon au Vietnam ?

      En résumé, il y a longtemps que j’ai rejoint la « base Mitterrand », fini les pleurnicheries ohenngéhesques sur les gentils petits sahéliens ... et leurs bureaucrates parasitaires. Qu’ils règlent eux-mêmes leurs problèmes ethniques et d’improductivité militaro-administrative. Cela fait d’ailleurs un demi-siècle que j’entends couiner tout un lobby français d’extrême-gauche & chrétien qui cherche à proroger des tas de financements coûteux et contre-productifs pour la France.

      Pour être le plus humain possible, déménagement des différentes aides à coup de 20%-30% de moins chaque année, y compris les bourses, évacuations sanitaires, présences militaires mal tolérées et centres culturels encombrants.

      Après tout, qu’y a-t-il de plus « sud-sud » que des évacuations sanitaires vers la Tunisie, des études d’ingénieur en Algérie ou des doctorats ès lettres à Dakar ? Je suis sûr que Sankara Thomas lui même approuverait...
      Maintenant, si les néo-soviétiques qui sévissent dans le présent forum préfèrent envoyer leurs « biigas » se rafraîchir les génitoires en faculté de géologie à Irkoutsk et leur maman se soigner à Oulan-Bator, libre à eux.
      J’ai bien compris que les petits trolls néo-soviétiques non russes sont souvent des Burkinabè qui vivent en Occident, des fonctionnaires ou des aspirants fonctionnaires.

      Notez que, grand amateur de musique classique, je préfère Johann-Sebastian B., Domenico S. ou Franz S. à l’auteur fracassant de « Walkyrie ». Que le grand Richard W. fût l’auteur le plus apprécié de l’oncle Adolf n’a rien à voir avec mon goût pour les musiques introverties et endormantes...

      Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 09:08, par Le Goupil33 En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

    Bonjour,

    Avez vous bien lu, il s’agit de visas diplomatiques et de service, et non des visas standards. Ces mesures ne concernent pas les citoyens lambda des deux pays.

    Il est normal que les mêmes règles s’appliquent des deux côtés.

    Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 12:52, par ralbol En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

    J’ai découvert la Haute-Volta en 1976 puis le Burkina et , au total, ai parcouru le pays à 7 reprises. Un grand ami, nationalement connu mais décédé aujourd’hui m’avait invité à revenir en me garantissant qu’il ne me conduirait bien sûr jamais dans des régions où ma vie et sa vie seraient menacées. Il me disait que notre ambassade en faisait trop en établissant une carte du BURKINA remplie de zones à éviter par les Français...Dix jours plus tard, l’ambassade de France et l’Etat Major burkinabè étaient attaqués par les djihadistes ! Il est clair que ma décision est prise : le Burkina c’est fini. Comment aurais-je envie d’être traité de sale Français ou sale blanc dans mes déplacements à l’intérieur du pays alors que je n’ai jamais insulté et n’insulterai jamais un Africain de ma vie en France ???

    Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 12:55, par pfff En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

    @ Burkina : Si le principe de réciprocité a été appliqué, alors on demande aux français venant au BF de payer un visa et d’avoir les moyens économique de vivre dans le pays, de s’y faire soigner, dans le cas d’un visa court séjour on leur demande d’avoir un billet retour & une assurance maladie.
    .
    Le visa payant était déjà là (et plus cher au passage que son équivalent européen), quant au reste, un mois de salaire minimal en France est supérieur à 2 ans de salaire moyen au BF...
    .
    Mais pour être sûr de ne pas provoquer d’impair diplomatique, on ne viendra pas faire de tourisme au BF, promis.

    Répondre à ce message

    • Le 13 janvier à 21:39, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

      Je vois d’ici les autocars de touristes ouest-européens rougeauds fuir la Tunisie et le Maroc par centaines à travers le Sahara pour profiter du « All Inclusive » au BF. La Croatie, Chypre et la Grèce vont à la faillite, ça va être un massacre...

      Répondre à ce message

    • Le 15 janvier à 22:58, par Gwandba En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

      pfff
      "un mois de salaire minimal en france est supérieur à 2 ans de salaire moyen au BF..."

      A qu’elle heure vous avez écrit cette phrase ???

      Votre pseudo annonce la couleur. ;-)

      Je pari sur votre bon sens qu’en lisant ses lignes vous auriez honte d’écrire de tels mensonge. Ce type de mensonger cultive la condescendance avec laquelle certains voient les africains qu’ils ou elles aiment pourtant dans d’autres circonstances.

      Allez ailleurs pour faire les touristes. On s’en rendrait même pas compte de votre absence.

      Répondre à ce message

      • Le 16 janvier à 20:49, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

        @Gwandba
        Mon très cher Gwandba, vous mîtes en doute les affirmations du tovarichtch « pfff » :
        « « un mois de salaire minimal en france est supérieur à 2 ans de salaire moyen au BF. »...Ce type de mensonge ... »

        Eh bien mon cher Gwandba, vous avez tort ! Bien entendu, toujours aussi rigoureux de par ma formation, j’ai vérifié et je vous donne les chiffres :
        - SMIC mensuel brut en France pour 35h/semaine et 5 semaines de congés payés : 1 709,28 €, soit plus de 1,1 millions de Francs-CFA-ECO (source : Le Figaro-emploi, janvier 2023
        - Salaire moyen brut mensuel au Burkina : 41€, soit environ 27.000 Francs-CFA-ECO, arrondissons généreusement à 40.000 Francs-CFA-ECO. Source : association burkinabè DSA.
        - Quotient 1100.000/40.000 = 27,5
        - Conclusion : le salaire minimum français représente plus de deux ans de salaire au BF.
        Ainsi, l’affreux « pfff » avait raison, le bougre !
        Eh oui, mon cher Gwandba, IL FAUT TOUJOURS VÉRIFIER !
        Je vous incite à sérieusement actualiser vos connaissances en économie comme en histoire... Ce n’est pas la première fois que je détecte de grosses contre-vérités dans vos charmants discours.

        Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 13:31, par Wendraabo noe Ouedraogo En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

    Toute mes félicitations à mon très cher président. IB TRAORE
    Que les forces positives de l’univers vous accompagne dans votre carrière lumineuse. Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 01:35, par Jeunedame seret En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

    BRAVO IB. Je souhaite qu’au delà des conséquences ou autres réactions, il y ait de belles initiatives pour intimider cette france et alliés et accélérer leur libération de nos espaces et ressources. Que notre DIEU appuie IB dans sa créativité. Nous saurons profiter d’une transition rallongée avec intérêts à l’avenir.

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 13:27, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

    À mes amis Passakziri, Denguedeba Sanon, Kwiliga, etc. !
    - Comprenez tous que je suis totalement navré des démarches oiseuses que vois devez accomplir pour venir en Occident.
    - Notez que ces démarches ont été fortement alourdies non pas par volonté française de vous tourmenter, mais par un saccage de locaux diplomatiques ouvertement encouragé par votre gouvernement, qui, à cette occasion, n’a guère prouvé son sens des responsabilités.
    - J’aimerais un système de « parrainage » pour vos voyages... sauf que les Africains que je pourrais parrainer sont ou bien déjà morts, ou bien installés depuis longtemps en Occident, médecins, profs, experts divers avec une confortable retraite.
    - Sachez que je suis profondément attristé par les complications que vous subissez ... mais à qui la faute ?
    - Je ne souhaite pas trop vous faire la morale, mais pourquoi personne n’essaye de rendre le Burkina plus attractif ? Avec des pays comme le Maroc ou le Mexique, les flux d’Occidentaux sont plus équilibrés, car l’économie y est fichtrement plus attractive.
    RENDEZ LE BURKINA PLUS ATTRACTIF, BON SANG DE BONSOIR !
    - Méfiez-vous du « syndrome centrafricain » ! Le Burkina et le Mali ont un certain capital de sympathie.... mais la RCA est TOTALEMENT OUBLIÉE ! « La Centrafrique, c’est où ? »

    Répondre à ce message

  • Le 15 janvier à 09:43, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

    - Les internautes burkinabè ne semblent pas voir que leur pays a un TRÈS GROS PROBLÈME D’ATTRACTIVITÉ.
    Ce n’est pas étonnant, puisque la majorité d’entre eux sont des fonctionnaires, des aspirants fonctionnaires ... ou des burkinabè installés en Occident.

    - De mon côté, je suis contre les ONG, dont pourtant les actions sont réellement bénéfiques pour le petit peuple du BF. En effet, je voudrais que les relations France-Burkina soit comprimées rapidement quelles que soient les pressions du lobby des ONG. La France ne doit pas se mouiller avec un pays wagnérisé ; CASSONS-NOUS !

    - Je me réjouis donc des mesures du gouvernement putschiste burkinabè qui, suivant un agenda poutinesque, cherche à entraver encore plus les mouvements et les investissements vers le Burkina ; investissements déjà tout petits petits petits.
    Si la classe militaro-fonctionnaire du BF cherche à torpiller sa propre économie, C’EST SON PROBLÈME !

    NB :
    - Pendant ce temps, l’économie ivoirienne va très bien, merci ! À tel point qu’au sud du Sahara, la CI est le pays le plus performant, en dehors de la RSA. La CI écrase le Cameroun et le Ghana, et dépasse le Nigeria, le Congo-RDC, le Gabon, le Kenya, l’Angola, etc. Je comprends maintenant pourquoi les néo-soviétiques s’acharnent sur le président Ouattara, c’est sa réussite économique qui dérange. Le Ghana souffre horriblement, malgré son pétrole, car le Cedi, sa monnaie « souveraine », s’effondre à la vitesse Grand V, alors que le Franc-CFA-ECO protège les petites gens contre l’inflation.

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier à 12:42, par Donc ? En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

    Très bien. Donc concrètement ça veut dire quoi ?
    Quelle seront les mesures concrètes qui s’appellent de stricte réciprocité ?
    Concrètement il va se passer quoi au consulat burkinabè à Paris et ailleurs en France ?
    C’est juste une effet d’annonce ou bien on sait ce qu’il va se passer ?
    Quelqu’un m’explique ?
    (Au titre de la réciprocité est-ce que les Français ne vont pas brûler et caillasser le consulat en France ? Mais juste par stricte réciprocité ? )

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier à 15:58, par pfff En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

    Renault Hélié. En effet la CI va plutôt bien, avec des bases beaucoup plus saines que d’autres et ça se ressent sur son attractivité. La plupart des revues économique ont changé de ton avec il y a peu à Hambourg le titre de« sublime côte d’ivoire » ou le FT. C’est clairement le lieu en Afrique où investir.
    .
    Le soucis, c’est qu’ils ont trouvé du pétrole il y a 2 ans, et la malédiction des matières premières risque de frapper et de casser cette très belle dynamique...

    Répondre à ce message

    • Le 16 janvier à 20:20, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

      @Pfff
      Mon cher Pfff, pétrole ou pas, je suis bien persuadé que ce qui consolide des pays comme la CI ou le Maroc, c’est la bienveillance envers les entreprises privées,
      Entreprises qui ne sont pas considérées par l’État comme des poules grasses à plumer d’urgence ... et à faire passer à la casserole telles des poules aux œufs d’or.
      D’autre part, avoir une monnaie solidement anti-inflationniste accompagne fichtrement bien le dynamisme économique.
      De toutes façons, quand un grossium veut sortir du pèze en devises, il sait ce qu’il faut faire, que ce soit au Maroc, au Nigeria, en Tunisie ou au Congo-Kinshasa, donc la monnaie nationale est un outil ringard de protection d’une économie.

      Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 08:32, par pfff En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

    @ Gwandba : "un mois de salaire minimal en france est supérieur à 2 ans de salaire moyen au BF..."
    .
    Et non, je n’ai aucune honte à écrire ça puisque ces stats sont ce qu’il y a de plus officiel : Le revenu mensuel moyen par habitant au Burkina Faso s’élève à 65 $, soit 780 $ par habitant et par an. C’est globalement le PIB du pays divisé par le nombre d’actifs. Mais en effet c’étaient les valeurs pour 2021, pour 2022 il est sans doute 7 à 8% plus haut.
    .
    On apprend aussi que pour les salariés les salaires s’étalonnent entre 96$ et 230$, ce qui est un autre indicateur, mais tout le monde n’est pas salarié, loin s’en faut.
    .
    Notez que c’est un salaire moyen, donc si vous avez un salaire de 1500$ au BF, ça veut dire que 20 personnes n’ont rien du tout.

    Répondre à ce message

    • Le 17 janvier à 23:55, par Gwandba En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

      @pfff

      ça se voit comme le nez rouge au milieu du nez que vous ignorez la honte.

      Vous vous risquez d’indiquez les revenus moyen par habitant et par année du Burkina en vous fiant des donnés erronés du JDN ;-) Qui serait selon vous une source fiable pour savoir combien gagne dans un domaine informel plus d’1/3 de la population burkinabé.

      Quel nombre estime t-on les actifs burkinabé ??? Sachant que ce n’est qu’une infime partie des ces personnes qui sont enregistrés officiellement.

      Quant au PIB, il n’est même pas la peine de vous risquez. Contentez vous de vos chiffres qui vous consolent.

      Les ados du JND qui ne connaissent l’Afrique que par Tintin au Congo sauront vous situer la réalité actuelle du continent.

      Cette méthode est la cause de nos malheurs depuis des centaines d’années.

      C’est à dire, des ados boutonneux dans la cave à papa nouvellement sortie des écoles de commerce et de supposées économies, sans même bouger les fesses de la chaise qui les supporte péniblement créent des statistiques à la demande et chèrement payé pour justifier l’existence.

      Pour en venir au salaire mensuel qui équivaudrait une année de salaire au Burkina, voici quelques indices qui, je n’en doute pas, ne vont pas vous convaincre mais auront le mérite d’apporter d’autres éléments et surtout démentir votre thèse pour dénigrer.

      Salaire brut en France, décembre 2022 = 1700 euros, soit 1113 500F cfa
      Salaire net en France, décembre 2022 = 1350 euros, soit 884 250 Fcfa

      Pour ne prendre que vos propres chiffres, Sachant que La fourchette des salaires des employés travaillant en Burkina Faso est, par défaut, comprise entre 164 371 CFA (salaire moyen le plus bas, le salaire minimum est plus bas) et 525 495 CFA (salaire moyen le plus élevé, actuellement le salaire maximum est plus élevé).

      Le revenu mensuel par habitant selon JDN et vous même serait de 65 $ soit 40 000 environ, comme si vous êtes derrière chaque burkinabé qui se bat et arrive parfois à réunir le 1700 euros par mois.

      Le revenu annuel par habitant selon JDN et vous même serait de 780$ soit 480 000 Fcfa.

      Faites vous le compte parce votre autre lubie est démographie africaine que vous estimez 4,9 enfants et par femme burkinabé, dites moi si vos chiffres sont réelles, comment font-ils pour payer plusieurs scolarité avec la branlette de cerveau que brandissez pour ne même pas vous convaincre vous ???

      Je le redit, vous devez avoir honte de mentir de la sorte. C’est peut être culturel mais penser à adopter d’autres qui vous élèverons.

      Notez que les réserves des pays africains à la banque France, la Roumanie vous fera des crédit à des taux qui vous conviennent.

      Répondre à ce message

      • Le 19 janvier à 00:50, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

        @Gwandba
        Gwandba, vous vous enfoncez !
        Les chiffres sont cruels, pfff a raison, ce n’est pas la peine de tourner autour du pot. Les chiffres que j’ai fourni sont JUSTES, ils confirment ceux de pfff.

        Répondre à ce message

      • Le 19 janvier à 13:46, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

        @Gwandba
        Mon cher Gwandba, je vois que vous persistez dans une voie hasardeuse.
        Je vais encore et encore éclairer votre lanterne. Comme on dit en latin « BIS REPETITA NON SEMPER PLACENT » (les choses répétées deux fois ne plaisent pas toujours) ; cependant, la pédagogie apprend à répéter pour que la vérité soit comprise.
        « pfff » vous a très sérieusement énoncé certains montants de salaires et moi, j’ai vérifié conformément à ma rigueur habituelle, celle que ma formation scientifique m’a inculquée.
        Donc je vous donne les résultats de mes recherches :
        - D’après Lefaso.net du 11 juillet 2022, le salaire minimum brut de juin 2022 était fixé à :
        30 684 Francs-CFA-ECO
        Source : Lefaso.net du 11 juillet 2022
        Article : Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) au Burkina : Le gouvernement en négociation avec le patronat pour une éventuelle hausse (Société, LEFASO.NET, lundi 11 juillet 2022 à 22h35min)
        - D’après votresalaire.org, le SMIG brut en janvier 2023 au Burkina serait de
        34 664 Francs-CFA-ECO, mais je n’ai pu trouver le texte gouvernemental afférent.
        - Pour simplifier, on va arrondir largement le SMIG brut burkinabè à :
        40.000 Francs-CFA-ECO/mois
        Il faut savoir que les salaires RÉELS sont souvent inférieurs, car les employeurs burkinabè ne respectent pas toujours le SMIG, ni même ne déclarent les salaires versés, contrairement aux entreprises privées étrangères qui sont sévèrement surveillées. Pensez-vous sérieusement qu’un maçon du secteur informel à Ouahigouya respecte toujours les circulaires officielles ?
        - Le salaire moyen est plus difficile à évaluer. Il faut se méfier de certains sites qui ne comptent que les salaires dans la capitale, ou même se contentent du salaire des fonctionnaires, ou encore évaluent les salaires par simple déclaration sur Internet, privilégiant ainsi les gens instruits, les fonctionnaires ou même les expatriés. C’est ainsi qu’un site ose afficher un salaire moyen de 200.000 Francs-CFA-ECO, ce qui est une blague, car c’est déjà un « bon » salaire inaccessible à un simple manoeuvre sans qualification, même à Ouaga.
        - En gros, soyons réaliste, le salaire moyen burkinabè est inférieur au SMIG, il est même évalué à moins de 28.000 Francs-CFA-ECO. Quand je séjournais dans des capitales africaines, les cadres locaux avouaient ouvertement qu’ils ne pouvaient respecter les grilles salariales officielles, ni déclarer les salaires ; ils se contentaient de nourrir leurs salariés en leur donnant une petite somme sans feuille de salaire.
        - Le plus simple est donc d’arrondir généreusement à :
        40.000 Francs-CFA-ECO/mois pour le salaire minimum brut au Burkina Faso, ainsi que pour le salaire moyen.

        - Le salaire minimum brut en France, ou SMIC, est de 1709,32€/mois pour 35h/semaine et 5 semaines de congés payés, soit 1 119 784,78 Franc-CFA-ECO . C’est donc le plus bas salaire possible pour un simple manœuvre sans qualification.

        Il est assorti de suppléments sociaux généreux comme la prime d’activité, les APL (aide au logement) et les allocations familiales. Mais bon, pour simplifier, arrondissons à 1,1 million de Francs-CFA-ECO/mois. Notez qu’en France, il est vraiment impossible de payer moins que le SMIC, car les contrôles et les sanctions sont extrêmement durs, et les versements se font OBLIGATOIREMENT par virement bancaire.

        1 100 000 Francs-CFA-ECO/mois pour le salaire minimum brut en France.

        - Le quotient 1 100 000/40 000 vaut 27,5 , et 27,5 > 24 . 2 ans font 24 mois.
        - CONCLUSION :
        oui, le salaire mensuel minimum en France est supérieur à 2 ans de salaire moyen au Burkina Faso. Et oui, le salaire moyen au BF réel est très inférieur à 150 000 Francs-CFA-ECO/mois.
        Mon cher Gwandba, avant de traiter « pfff » de menteur, vous auriez dû vérifier vos données avec plus de soin.

        Au cas ou vous chipoteriez sur le montant du SMIC net et des cotisations sociales, notez qu’en France elles donnent accès à une médecine de très haut niveau et à des tas de services utiles. Par exemple, crise cardiaque dans un village éloigné, allez hop ! on vous enfourne dans un hélicoptère jaune du SAMU vers un CHU suréquipé où l’on vous découpe savamment le coeur pendant 8 h dans une salle d’opération digne de la NASA. Si vous me parlez de fourchettes à Ouaga ou Bobo, je peux aussi vous donner des salaires de cadres parisiens dépassant le SMIC multiplié par 15. Mais restons sérieux.

        Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 13:42, par Jules En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

    La France sous-traite à travers une société privée les demandes de visa au Burkina parce qu’elle considère que c’est un coût inutile pour elle. Elle paye donc une société extérieure pour assurer le service. Désormais tout le monde ordinaire comme diplomate doit passer par cette société.

    En France, le consulat du Burkina traite l’ensemble des demandes ordinaires comme diplomates.
    Est-ce que le Burkina est en capacité d’avoir la même en France que cette dernière applique au Burkina ? N"avons-nous pas besoin d’argent pour financer autre chose que de fonctionner selon la satisfaction de notre vanité.
    Je m’arrête là.

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier à 13:44, par Made En réponse à : Coopération Burkina Faso-France : Les autorités burkinabè appliquent le principe de réciprocité dans les procédures de demande de visas

    Jules et Renault, ici, il est question de fierté nationale, d’orgueil nationale. Le Burkinabé (le vrai) préfère mourir que de se faire humilier. Pourquoi la France n’a pas combattu aux guerres mondiales avec ses salaires 24 fois supérieurs à ceux du Burkina ? Vous pensez que c’est tout le monde qui rêve de la France ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Diplomatie : Les ministres en charge des affaires étrangères du Mali et de la Guinée sont à Ouagadougou
Coopération : Vers le raffermissement des relations entre le Burkina et l’Algérie
Allégations de tueries de pèlerins à l’Est : Le gouvernement burkinabè et les « pays-frères » de la CEDEAO veulent éviter le piège des terroristes
Allégations de tueries de pèlerins dans l’Est : Olivia Rouamba échange avec l’ambassadeur du Nigeria au Burkina
« Le Burkina a une tradition de tolérance ethnique, religieuse et d’opinions … » (sous-secrétaire d’Etat adjoint américain, Michael Heath)
USA-Burkina : « Nous sommes le plus grand donateur en matière d’aide humanitaire » (sous-secrétaire d’État adjoint américain pour l’Afrique de l’ouest)
Transition au Burkina : Le président de la commission de l’Union africaine à Ouagadougou pour soutenir les efforts du pays
Lutte contre le terrorisme : L’Union africaine exprime sa solidarité avec le Burkina Faso.
Coopération sous-régionale : 20 jours et 800 kilomètres à vélo pour renforcer les liens entre le Mali et le Burkina
Coopération Etats-Unis-Burkina Faso : Le sous-secrétaire d’Etat américain pour l’Afrique de l’Ouest échange avec le Chef de l’Etat
Sécurité au Burkina Faso : Le Sous-secrétaire d’Etat américain aux Affaires ouest africaines prend langue avec le Gouvernement burkinabè
Visite du Premier ministre à Bamako (Mali) : « Pendant longtemps, nous avons passé le temps à regarder ailleurs, alors que les solutions sont juste à côté de nous », dixit Me Apollinaire Joachimson Kyelem de Tambela
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés