LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Soirée d’hommages au fondateur du lycée de la Jeunesse : « C’était un homme qui aimait l’excellence », selon ses proches

LEFASO.NET

Publié le dimanche 30 octobre 2022 à 22h55min

PARTAGER :                          
Soirée d’hommages au fondateur du lycée de la Jeunesse : « C’était un homme qui aimait l’excellence », selon ses proches

Les hommes partent mais leurs œuvres restent, dit-on. Adama Abdoulaye Touré, le fondateur du lycée de la jeunesse, fait partie de ces personnes qui ont su marquer leur existence par leurs œuvres. Le 27 octobre 2022 marquait le 10e anniversaire de sa disparition. Ses enfants et ses petits-enfants ont décidé de commémorer les dix ans de sa disparition autour de plusieurs activités qui ont pris fin dans la soirée du vendredi 28 octobre 2022 à Ouagadougou, au sein de l’établissement qu’il a fondé.

C’était une soirée pleine d’émotions et de témoignages sur le vécu de l’homme. Amis, parents, enfants, petits-enfants, collègues et employés se sont relayés sur le pupitre pour faire les éloges de l’illustre disparu.

Adama Abdoulaye Touré, selon les témoignages, a eu une vie accomplie. « C’est un homme qui avait un sens très africain de la famille et qui aimait l’excellence », a témoigné l’ancien ministre de la Communication, Rémis Dandjinou, qui dit avoir été professeur d’histoire-géographie dans son lycée, mais aussi un ami proche de la famille.

Vue de ses petits-enfants, fils et amis proches de la famille

Plus qu’un père, celui que les gens appellent affectueusement « le vieux » a été très proche de ses employés. « Il a été un père, pas un patron, parce qu’il a dirigé nos premiers pas dans le monde de l’éducation et dans la vie aussi », se souvient le coordonnateur pédagogique de l’ESUP-Jeunesse, Oumar Sékou Traoré, à qui l’homme a donné sa première chance de travail.

Rémis Dandjinou, ami proche de la famille

Abraham Mano, ancien élève du lycée, retient de lui qu’il était d’une grande humanité et pratiquait la discipline dans tout ce qu’il faisait. Pour lui, Adama Abdoulaye Touré aimait le partage de la connaissance. C’est pourquoi, dit-il, cet hommage est fait pour se souvenir de l’homme qu’il a été, mais aussi pour que la nouvelle génération puisse le connaître et que les élèves puissent savoir que le fondateur était une personne qui avait une très grande vision.

Abraham Mano, ancien élève du lycée de la Jeunesse et ami du défunt

Pour l’un des sept enfants de feu Adama Abdoulaye Touré, aujourd’hui directeur général du lycée de la jeunesse, Azize Touré, dix ans après le décès de son géniteur, il était bon de rendre hommage à cet homme qui a été un père plein d’amour, un travailleur consciencieux, un chef d’entreprise responsable qui a tout donné à son pays. Le but, selon lui, c’était d’abord de faire en sorte que tous les élèves de l’école le connaissent et c’est pour cela qu’un documentaire a été réalisé pour raconter de façon résumée son vécu. Ce documentaire retrace son parcours depuis son Kampti natal, dans province du Poni, jusqu’à la fondation du lycée de la jeunesse en 1990 et son décès le 27 octobre 2012. Il avait 76 ans.

Les élèves prenant part à la soirée d’hommage au fondateur de leur école

Au-delà du lycée de la jeunesse, une fondation a été créée à son nom, afin de poursuivre son œuvre. Elle vient en aide aux enfants de familles démunies dans le domaine de l’éducation et sera désormais dirigée par ses petits-enfants.

Yvette Zongo
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • Mes hommages aussi à Adama Touré mais surtout pour sa haute contribution à la réalisation de la Révolution du 4 Août 1983 en tant que révolutionnaire. Il a patiemment dirigé son parti le PAI (Parti Africain de l’Indépendance) créé par le COMINTERN (International Communiste) sous l’influence de Joseph Staline de l’URSS pour aider les colonies d’Afrique à accéder à l’indépendance. Ainsi nous avions le PAI-Sénégal, PAI GC de la Guinée et du Cap vert, PAI-Niger etc.... En Haute Volta il a su organiser au niveau des travailleurs la CSV, la Confédération Syndicale Voltaïque dirigé par Soumane Touré, au niveau de la jeunesse la LIPAD (Ligue Patriotique pour le Développement), au niveau de l’armée il a su détecter des militaires comme Thomas Sankara, Henri Zongo, Boukari Lingani, Abdoul Salam Sawadogo etc... pour former l’OMR (Organisation des Militaires Révolutionnaires) et ainsi réaliser la RDP dont l’action militaire a été réalisée par SIGUE Askia Vincent (on cite Blaise tout simplement car il était le chef de corps du CNEC de Pô). avec l’aide de la Lybie et de l’URSS. Les CDR ont été créé et de nombreuses réalisations ont été effectuées au profit des masses populaires. Mais par suite de mésententes sur la conduite de la révolution, le PAI a quitté le gouvernement e le CNR a été renversé par le coup d’Etat contre révolutionnaire du 15 Octobre 1987. Inspiré par l’île de la Jeunesse à Cuba il a ainsi créé le Lycée de la Jeunesse du Burkina Faso.
    Paix à son âme.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique