LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Burkina Faso : Le LCL Damiba dresse un bilan encourageant et des réformes aux plans militaire, administratif et politique

Déclaration

Publié le dimanche 4 septembre 2022 à 20h37min

PARTAGER :                          
Burkina Faso : Le LCL Damiba  dresse un bilan encourageant et des réformes aux plans militaire, administratif et politique

Promesse faite, promesse tenue. Le Président du Faso, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandogo Damiba, s’est adressé à la nation ce 4 septembre 2022. Il a réaffirmé son engagement dans la lutte contre le terrorisme et a annoncé plusieurs réformes. Comme bilan des cinq derniers mois, le chef de l’État a annoncé des avancées dans la réorganisation du dispositif militaire, avec à la clé des victoires contre les groupes terroristes.

Sur le plan de la gouvernance, des réformes majeures seront mises en route pour remettre l’administration publique au service des administrés. Ces réformes concerneront également l’animation de la vie politique, qui a aujourd’hui plus des allures anarchiques que d’espaces de propositions pour un meilleur devenir de notre Nation. La classe politique doit porter les espoirs de notre peuple et constituer un exemple à suivre en termes de valeurs patriotiques.

Sur le plan de la coopération, il a fait savoir que le Burkina est très reconnaissant aux pays amis du Burkina Faso, des efforts faits à l’endroit de notre peuple en cette période décisive de son histoire.

"Notre mutation sera profonde tant aux plans politique, social, économique, culturel que diplomatique afin d’asseoir définitivement les bases d’un Etat-nation stable et prospère" explique-t-il. Dans cet élan de changement audacieux et dans l’intérêt supérieur du pays, dit-il, les alliances seront portées vers des options qui garantissent le respect de notre indépendance."


Lefaso.net

L’intégralité du message du Président du Faso le Lieutenant-Colonel Paul-Henri Sandaogo DAMIBA à la Nation.

Peuple du Burkina Faso ;

Chers compatriotes ;

Burkinabè de la diaspora ;

Il y a cinq mois, je prenais date avec vous pour faire un premier bilan d’étape du processus de reconquête de notre territoire national entamé au lendemain du tournant politique qu’a connu notre pays. Mais il sied, avant d’évaluer le chemin parcouru, de vous décrire de façon explicite et sans complaisance, la situation grave dans laquelle se trouvait notre pays au moment où nous mettions en route l’œuvre de restauration et de refondation.

Le mal qui nous ronge, est la résultante de plusieurs années de compromissions politiques, de contradictions sociales et d’amalgames de tous genres, qui ont fini par porter un coup fatal à l’équilibre délicat, que nos devanciers avaient réussi à trouver, pour permettre aux différentes communautés de vivre ensemble malgré leurs différences. Incapables d’initier le moindre sursaut collectif, nous avons laissé notre pays sombrer. A tous les niveaux, nous avons failli.

A commencer par nous, Forces de défense et de sécurité, chargées de défendre notre territoire et de protéger nos populations. Les divisions internes nous ont fragilisés, au point de remettre en cause les valeurs qui faisaient la renommée du soldat Burkinabè.

Cela se ressent très logiquement sur notre engagement et notre manière de mener la guerre contre le terrorisme. Certaines actions des nôtres ont malheureusement plus contribué à attiser le feu, plutôt qu’à l’éteindre. Cette réalité concerne également les VDP qui, malgré leur bravoure, ont parfois été utilisés ou manipulés à des fins de vengeance au niveau communautaire.

La vérité est que cet état de délabrement moral, concerne toutes les composantes de notre société. Le laxisme et le clientélisme de tous genres, se sont érigés en règle, dans une administration publique prise en otage par des groupuscules. Dans les faits, le service public s’est mué en système de corruption, de clientélisme et de marchandage aux antipodes de la bonne gouvernance tant prônée. Au point où les populations ont fini par développer un sentiment de défiance envers les structures administratives publiques. Des commis de l’État, politisés et sans honte, devenus de vrais rapaces, à l’affût de la moindre opportunité pour aspirer nos maigres ressources publiques.

Le constat n’est guère plus reluisant sur le terrain de la justice en laquelle le Burkinabè a perdu grandement confiance. Une justice devenue un terrain d’affrontement politique et où les luttes intestines l’empêchent d’assumer son rôle de régulateur social. L’indépendance de la justice, saluée par tous il y a quelques années de cela, semble être mal assumée, et pose à nouveau l’épineuse question de l’homme des pouvoirs et des institutions.

Au-dessus, il y a cette classe politique. Une élite censée traduire les aspirations profondes du peuple en projets salvateurs, mais qui malheureusement, s’est engluée dans les méandres de luttes aux finalités malsaines et opportunistes. Trop préoccupée par ses intérêts personnels, insoucieuse devant la désespérance de la population, elle a pour beaucoup fait le choix de rester dans des invectives inutiles, dans l’achat des consciences par des distributions d’argent, dont on doit chercher la provenance.

La consécration de l’impunité dans la gestion des deniers publics a contribué à exacerber le sentiment d’injustice sociale au point d’alimenter de nombreuses rancœurs contre l’Etat et ses démembrements.

Et il y a enfin ce peuple. Ce pauvre peuple, laissé à lui-même, balloté de toutes parts, par les officines obscures cachées derrière certaines technologies, et gavé d’informations alarmistes par certains médias devenus de dangereux outils de subversion. Un peuple qui n’a plus de repère et qui n’arrive, ni à se mobiliser derrière son armée, ni à se révolter contre l’ennemi. Un peuple qui a troqué ses capacités de résilience contre un assistanat continu. Un peuple en quête permanente de bouc-émissaire. Un peuple qui est en train de perdre son âme mais qui ne s’en rend même pas compte. Un peuple qui semble avoir décidé de subir.

Voici, le portait de l’état dans lequel se trouvait le pays au moment où nous prenions nos responsabilités pour une meilleure gouvernance de notre pays.

Qu’avons-nous fait de notre héritage ? Comment avons-nous pu tomber si bas ? Comment se réveiller enfin ?

Mes chers compatriotes ;

C’est à ces différentes questions que nous avons entrepris de trouver des réponses.

Durant ces cinq mois, nous avons essayé d’interroger notre histoire. Quand on perd son chemin, il est sage de revenir à ses racines. C’est ainsi que nous avons essayé d’impliquer davantage les dépositaires de nos traditions et de nos religions, gardiens de nos valeurs. De nombreux efforts ont été déployés. La conjugaison de tous ces efforts a été décisive pour créer un électrochoc nécessaire à notre réveil collectif. Et les premiers signes de ce réveil commencent à être perceptibles, aussi bien sur le plan de la réponse militaire, que celui du dialogue : les deux piliers majeurs de notre stratégie.

Plongées il y a quelques mois dans un état de découragement et de démoralisation avancé, nos Forces se sont remobilisées. L’intensification des actions offensives, conduites souvent en coordination avec les VDP, ont visé surtout à désorganiser le dispositif ennemi. Sur le plan purement opérationnel, cet objectif-là, est atteint.

L’acquisition de nouveaux équipements et le renforcement de nos capacités techniques, nous permettent aujourd’hui de délivrer des feux avec une précision et un effet de surprise que nous n’avions pas auparavant.

Dans une tentative désespérée de se réorganiser, les terroristes procèdent désormais par groupuscules, misant sur des actions d’éclat comme la destruction d’infrastructures, les menaces ou les attaques contre les populations, pour maintenir l’illusion qu’ils gagnent du terrain.

Les actions offensives évoquées ont été rendues possibles, grâce à l’amélioration du dispositif de renseignement, plus précis, plus réactif et plus flexible. Cela a considérablement affiné les opérations de ciblage qui ont permis la neutralisation de plusieurs chefs terroristes locaux.

Le dispositif mis en place pour assurer l’assistance aux populations déplacées et aux populations vivant dans les zones difficiles constitue également un point de satisfaction. Malgré les difficultés liées au terrain, jamais les populations n’ont été abandonnées à elles-mêmes.

En ce qui concerne la mise en œuvre du processus de dialogue, les avancées enregistrées sont très significatives. Elles sont même au-delà de ce qui était attendu. Grâce à l’engagement des autorités religieuses, coutumières et administratives, le programme de démobilisation est aujourd’hui en marche. Plusieurs dizaines de jeunes ont déjà accepté de saisir la main tendue des communautés, en déposant les armes et en s’engageant dans le processus encadré par le Gouvernement.

Tous ces efforts combinés, ont permis d’observer une relative accalmie dans plusieurs localités du Centre-nord, de l’Est et du Nord. Localités auparavant régulièrement éprouvées par les attaques terroristes. Certaines populations commencent progressivement à regagner leurs terroirs dans ces régions.

Il ne s’agit pas ici de s’autocongratuler sur les succès engrangés car, nous en sommes conscients, la dynamique est à peine entrain de s’enclencher. Il faudra tout mettre en œuvre pour la consolider et faire en sorte que le processus devienne irréversible.

Burkinabè de l’intérieur et de la diaspora ;

La gravité de la situation interpelle notre conscience sur le sacrifice individuel et collectif que nous devons consentir. Cette situation nous impose en effet, au nom de la sauvegarde de notre Nation, de prioriser nos actions, nos décisions, nos besoins, nos loisirs et même nos libertés.

C’est le prix à payer pour inverser la tendance et saisir enfin l’opportunité d’honorer notre histoire et de façonner notre devenir. C’est pourquoi, nous allons mettre en œuvre toutes les mesures nécessaires, pour d’abord reprendre le contrôle total de notre territoire et ensuite remettre notre pays sur les rails du progrès. Il s’agira en effet de poursuivre et d’intensifier les actions militaires, afin de réduire au maximum les capacités de nuisance de l’ennemi. Les nouveaux équipements militaires déjà acquis ou d’autres en cours d’acquisition nous permettront de restreindre davantage et de façon décisive la liberté de manœuvre des groupes qui refusent toujours la main tendue de la Nation.

Le moral de nos troupes étant un facteur décisif de cette guerre, les mesures concernant les conditions de vie et de travail des Forces de Défense et de Sécurité, des Groupes communaux de veille et de défense patriotique, seront renforcées.

Cela s’accompagnera d’une réorganisation en profondeur de notre dispositif opérationnel afin de mettre en place un maillage territorial adapté à l’évolution de la menace. Cette nouvelle structuration est déjà en cours de déploiement. Elle permettra non seulement de répondre aux besoins sécuritaires de proximité, mais facilitera également l’appropriation par les communautés de leur propre sécurité.

Parallèlement, le dialogue initié à la base et qui produit déjà des effets concrets, va être renforcé. Des personnes ressources et particulièrement influentes au sein des communautés, se sont engagées formellement à s’impliquer pour un retour des filles et des fils égarés. Au regard des résultats auxquels nous sommes déjà parvenus, il s’avère que cette initiative de tendre la main à nos frères est très prometteuse. Je voudrais inviter tous les combattants des groupes armés qui, par peur ou par méfiance, hésitent encore à déposer les armes, à faire confiance à l’État et à suivre l’exemple de leurs camarades d’hier qui ont eu le courage de franchir le pas.

Sur le plan de la gouvernance, des réformes majeures seront mises en route pour remettre l’administration publique au service des administrés. Les réformes concerneront également l’animation de la vie politique, qui a aujourd’hui plus des allures anarchiques que d’espaces de propositions pour un meilleur devenir de notre Nation. La classe politique doit porter les espoirs de notre peuple et constituer un exemple à suivre en termes de valeurs patriotiques.

Sur le plan de la coopération, nous sommes très reconnaissants aux pays amis du Burkina Faso, des efforts faits à l’endroit de notre peuple en cette période décisive de son histoire. Notre mutation sera profonde tant au plan politique, social, économique, culturel que diplomatique afin d’asseoir définitivement les bases d’un Etat-nation stable et prospère. Dans cet élan de changement audacieux et dans l’intérêt supérieur de notre pays, nos alliances seront portées vers des options qui garantissent le respect de notre indépendance.

Chers compatriotes ;

Certains d’entre vous, par émotion ou par impatience, succombent rapidement à la tentation de tout remettre en cause, lorsque survient un coup dur. D’autres par contre, par ignorance ou par mauvaise foi manifeste, préfèrent ne voir que les coups durs, jetant aux oubliettes les efforts de nos Forces et ceux de nos vaillantes populations qui ont permis à notre Nation de rester débout.

C’est le lieu pour moi, de saluer les énormes efforts consentis par l’ensemble des Forces de Défense et de Sécurité, ainsi que les Volontaires pour la Défense de la Patrie, qui s’inscrivent sans réserve dans la logique offensive imprimée par le Commandement des Opérations du Théâtre National dans la conduite des activités de sécurisation de notre territoire.

Je réitère une fois encore ma compassion à l’endroit de toutes les victimes, celles qui ont payé de leur vie, mais aussi celles qui souffrent dans leur chair et dans leur dignité du fait du terrorisme.

Mes chers compatriotes ;

L’histoire nous fait un clin d’œil aujourd’hui. Il y a 75 ans, jour pour jour, le territoire de la Haute-Volta était reconstitué après sa dissolution de 1932. En effet, le 4 septembre 1947 sonnait déjà comme un nouveau départ pour le peuple fier de la Haute-Volta. L’espoir d’un avenir radieux qui naissait grâce à de valeureux hommes qui, à l’époque, avaient déjà compris que la Nation passait avant tout.

Des devanciers comme le Mogho Naaba Koom 2, Hamadé Bougouraoua OUEDRAOGO, Daniel Ouézzin COULIBALY, Henri GUISSOU, Nazi BONI, le Mogho Naaba Sagha 2, Gérard Kango OUEDRAOGO, Philippe Zinda KABORE et bien d’autres, ont réussi ce sursaut patriotique qui nous permet aujourd’hui d’exister en tant que Nation. Si ces hommes y sont arrivés malgré l’adversité de l’époque, j’ai la ferme conviction que nous aussi, nous pouvons y arriver.

C’est pourquoi, je voudrais vous inviter à ce même sursaut patriotique. Marchons ensemble dans les pas de ces illustres hommes. Comme eux, faisons de ce 4 septembre 2022 un nouveau départ pour notre pays. Essayons ensemble de dompter nos fragilités et de reconstruire notre vivre-ensemble. Faisons l’effort de retrouver nos valeurs. Franchissons le pas pour oser reparler à l’autre, malgré la douleur et les rancœurs. Il n’existe aucun autre chemin pour enrayer l’engrenage de violences qui nous endeuille quotidiennement. Tôt ou tard, il faudra emprunter ce chemin.

Les divergences que nous trainons depuis des années, ne nous ont causé que désolation. Il est temps de nous redonner la main pour penser ensemble notre avenir. Ce qui est en jeu, c’est notre survie. Ce qui est en jeu, c’est cette Terre que nous avons reçue en héritage. La terre de Maurice YAMEOGO, la terre de Aboubacar Sangoulé LAMIZANA, de Saye ZERBO, de Jean-Baptiste OUEDRAOGO, de Thomas SANKARA, de Blaise COMPAORE, de Yacouba Isaac ZIDA, de Michel KAFANDO, de Roch Marc Christian KABORE. Chers compatriotes ;

Pour ma part, je me ferai le devoir de vous rendre compte périodiquement de nos efforts communs de reconquête du territoire national. Sur ce, je vous donne rendez-vous en début d’année 2023, pour un autre bilan de la dynamique de reconquête de notre pays.

Que l’omnipotent et l’omniscient Dieu, nous inspire, afin que la paix soit bientôt célébrée au Pays des hommes intègres.


Pour la Patrie, nous vaincrons !

PARTAGER :                              

Messages

  • Walai, faillais même pas parler . tu n’a rien a dire . je ne suis pas surpris . puisque le chef de classe n’a rien a dire

    • Il m’a tout l’air que Inata tient la suite. Tant qu’un bilan n’est pas fait du dossier Inata, je ne crois pas aux autres bilans car il va être difficile à trouver des résultats pour alimenter ce bilan. Quelque de sombre et ressemblant à une trahison s’est passé à Inata. Pendant qu’on y est , où passer Maiga ? Si la base est fausse, la suite sera compliqué.

    • Total waste of time for the republic of Burkina Faso. Waste of time and very sad for the entire Africa.

  • Il fallait s’y attendre.
    Long discours ennuyeux.
    Les problèmes viennent d’avant.
    Damiba est le sauveur pour provoquer un électrochoc salutaire.
    Cela ira bientôt mieux, il le dit, on doit le croire.
    Les compromissions sont terminées ?
    L’art de noyer le poisson.

  • Nous n’avions pas forcément besoin du cours d’histoire de Montréal Sandaogo. Seulement deux points où il au moins pour une fois la vérité : "des années de compromission des dirigeants de ce pays et une armée en faillite parce que compromise et divisée". Ayons le courage de le dire car on sait qui a.compromis notre pays en s’encoquinant avec les groupes de djihadistes et on sait qui a le plus et à dessein, divisé et approfondi la division des Forces armées de ce pays. Pourquoi Mr Sandaogo, sachant que la Justice doit être indépendante et impartiale a imposé impunément la venue d’un condamné par la Justice de son pays à savoir Blaise Compaore. Pourquoi, on fait un forcing pour une réconciliation.comme si c’est le MPRS a le monopole en sciences des sociétés ! Pour moi, ce discours n’a rien apporté en terme d’éclairage sur les actions du MPSR et malheureusement, le comportement et les déclarations mensongères de ses responsables n’arragent rien du tout.

  • Ce n est pas un bilan car il n y a pas eu de chiffres.Allons seulement.

  • Il fallait qu’il aille résider deux jours à sebba qui est juste à côté de Dori et on verra si son discours va pas changer.deception totale !!!

  • J’ai peur des commentaires que je lis ici... Les 3 premiers me laissent pantois ! Les gars, evitez d’ecrire parce-que juste, vous pouvez ecrire. Ayez plus de conscience et gardez vos mauvais vibes pour vous-memes.

    Je suggere a lefaso.net de supprimer cette belle opportunite de faire des commentaires que des malheureux transforment en betises !

    • Celui qui raconte des aneries fini par ecrire n importe quoi Mr Vibe. Vibe c est quoi.Les apprentis dictateurs n ont qu a se tenir loin de faso.net ou souffrir que les gens donnent leurs points de vue.C est mensonge de facebook des Maiga qui vous a permis d etre au pouvoir.Alors basta petit wibga.

    • Le président lui-même a anticipé en donnant déjà une réponse : Certains d’entre vous, par émotion ou par impatience, succombent rapidement à la tentation de tout remettre en cause, lorsque survient un coup dur. D’autres par contre, par ignorance ou par mauvaise foi manifeste, préfèrent ne voir que les coups durs, jetant aux oubliettes les efforts de nos Forces et ceux de nos vaillantes populations qui ont permis à notre Nation de rester débout.

  • Pourquoi le.monsieur là ne m’inspire aucune confiance ? Ha oui c’est vrai. Il a trahi la nation, le président KABORE, vandalisé les institutions de la république dans leur entièreté. Et maintenant, il faut qu’on accepte sa main tendue. C’est quelle main ? C’est la main gauche ou la main droite ? Notre armée monte en puissance. Les 45% du territoire assiégé, ainsi que la partie que le President t’avait confiée, qu’est ce que tu en a fait ? Les populations de Titao qui se nourrissent de feuilles qu’est ce que tu en fait ? Des jeunes burkinabé ont déjà commencé a baissé les armes, peut tu faire venir ces personnes sur un média afin qu’elles nous racontent au moins ce leur est arrivé pour en venir à tirer sur d’autres burkinabé ? Car ça ce sera du concret. Tu as dit que les populations ne sont pas abandonnées. Est tu au courant des problèmes de celles de Sebba et de toute la zone de Titao ? Au fait je suis obligé de corriger quelque chose plus haut, quand tu dis qu’il faut revenir aux racines, qu’est ce que tu sais des racines ? Qu’est ce que tu sais des valeurs ? TU ES TOUT SAUF UN SOLDAT. CAR LE SOLDAT, CEST AVANT TOUT LA LOYAUTÉ. en tout cas entre deux valeurs, le courage et la loyauté, il y a bien l’une d’elles qui te fait carrément défaut.
    En réalité, le texte sous entend des menaces, de l’intimidation, le mensonge aussi évidemment.....
    Celui là est entrain de dire que tous les burkinabé sont terroristes sauf les coutumiers,les religieux, les gens qui lui sont dévoués. Damiba, tu viens d’une famille, et personne n’a jamais fait cas de quel type de famille tu viens. Tu ne détiens pas la science infuse encore moins le monopole de morale et de.l’éthique surtout pour quelqu’un qui a usé de la.brutalité pour être où il est, qui a marché sur le sang de 02 frères soldat pour être où il est. Sandaogo, nous sommes encore dans un état policé, autrement il n’y aurait plus de commandement pour contre-attaquer les HANI. la justice ne t’appartient pas SANDAOGO. L’institution judiciaire ne t’appartient pas. Tu n’es pas l’État. Tu n’es que SANDAOGO. L’institution judiciaire représente la colonne vertébrale de l’appareil d’État. Rien ne.subsiste à son absence. SANDAOGO cette institutions. Judiciaire pourrie jusqu’aux os comme tu dis est belle et bien celle que tu as braquée.
    Sandaogo, tu n’es pas un surhomme. Si tu en étais un, nous n’aurions jamais eu un Seytenga alors que nous sommes tombés malades des jours à cause de Solhan.
    Nous allons commencer par être au moins clair sur une chose. Un chat est un chat. Un mouton est un mouton. Si chez toi damiba il faut appelér un chat, souris ou poulet, sache que la jeunesse est capable de se faire sa propre lecture des choses. Tu es entrain de te tromper toi même.

    La patrie ou la mort nous vaincrons

  • Non monsieur Damiba, vous êtes comptable de cette anarchie dans notre pays dont vous accusez les autres.

    Vous aviez construit le désordre en tuant notre jeune démocratie. Vous connaissez que Le désordre et l´anarchie ouvrent la porte à tous les abus en poussant chaque individu à obéir à son propre sens de la justice et non pas à obéir à une justice commune. Dans une situation de désordre, c’est la « loi de la jungle » qui s’installe. Le désordre permet ainsi la réalisation d´une plus grande injustice.

    Avec vos mensonges, le peuple sait que vous aviez pris le pouvoir par la force en massacrant des innocents, un pouvoir que certains semblent rejeter aujourd’hui. Alors arrêtez vos charabias et soyez franc avec le peuple.

    Quand a la justice, votre prédécesseur Roch Kaboré a tenu parole en permettant les juges de montrer leur crédibilité avec les dossiers criminels qui étaient bloqués par votre mentor Blaise Compaoré. Roch Kaboré au moins savait que le combat pour la justice est celui le plus difficile a mener car, on ne se bat pour personne en particulier, mais pour que la JUSTICE soit pour TOUS (sans exception). Et un pays comme le nôtre profondément corrompu depuis plus de 60 ans n’est pas transformable en un modelé de DEMOCRATIE et de JUSTICE en quelques années. Les mauvaises habitudes des acquises pour au moins 30 ans ne se perdent que par étapes, le tout soutenu par une transformation progressive des mentalités.

    Conclusion : avec ce discours noir, c’est comme je ne cesse de le répéter dans ce forum : ’’’’’’’ Pour vous Tous les prétextes sont bons pour ne pas faire soi-même les efforts nécessaires. On refuse de se remettre en cause, on trouve toujours des causes extérieures à nos malheurs, et, au moment venu, on se livre à des comparaisons et des amalgames douteux pour "arranger" la réalité.’’’’’’’’’’’

  • Médiocre, inconséquent, ennuyeux, insensé, aberrant et absurde.
    La Patrie ou la Mort, Nous Vaincrons !

  • Bof ! Ce disque est rayé. Toujours accuser ceux du passé, oubliant qu’on y était aussi acteur. Pour preuves, les LT Cls avaient les mêmes grades avant 24 janvier 2022, des officiers généraux et autres ministres ont survécu et officient de plus bel. Et toujours, rien n’a véritablement évoluer en rapport avec engagements et promesse. Discours politique d’homme politique, pas celui d’un chef d’armée pour amener la troupe à la victoire tant attendue sur les envahisseurs

    • J’ai écouté ALPHA YAGO qui apprécie positivement le discours de DAMIBA. Il semble qu’il est du CDP . De quel CDP il s’agit ?

    • Rien de nouveau sous le soleil Burkinabé.
      La distorsion gognitive est une maladie .Elle fait croire que ce qu on dit de faux est vrai et vice versa.Quittons dans l invective pour etre dans l humilité et la verité.

  • Celui qui ecrit le discours de Damiba ne comprend pas francais. Ponctuation, zero a la base. Profs de francais, revoyez vous memes.
    Le texte est en general tres mal ecrit. Ca n’a aucun lyrisme. Bien sur, quand on a rien a dire, comment bien ecrire ?
    Ce texte n’ est qu’ une compilation platede vagues recriminations contre tout a la fois. Et si Damiba s’ etait tu ? S’ il n’ avait pas fait son fameux "bilan"/ Qu’ est-ce qui aurait change ?
    Un bilan sans chiffre ? Il faut le faire. Un bilan ou on ne dit pas d’ ou on a quitte avant le coup d’ etat, et ou on est apres le coup d’ etat ? Normalement et statistiquement parlant la variable dependante, c’ est la superficie de notre territoire confisque par la france et ses suppots terroristes. La variable independante, c’ est le coup d’ etat restaurateur de Dabson, l’ Homme qui a sauve son Nez par un coup d’ etat qu’ il n’ arrive pas a justifier par le besoin de nous donner la paix.
    Si apres avoir introduit la variable independante qui est l’ arrivee du Dieu Dabson descendu du nuage etque les choses ont change mais pour le pire, c’ est que le chef de classe qui est rentre dernier et qui est sorti dernier n’ est pas la solution. Un dernier de classe n’ aura pas 10 /20 parce qu’ il aura use de muscle, de cruaute pour laisser des soldats mourir a Solhan, de ruse et de cynisme pour ramasser un pouvoir champagnard et whyskiyard qui trainait dans l’ antre de la corruption et de la malgouvernance.
    Dabson, ton discours, la, tu as encore perdu notre temps comme le temps que les 6 mois que tu as fait perdre a 22 millions de burkinabe soit 134 millions de mois cumules. Tu es entre par l’ histoire. mais par reculons. Tu vois comment tu nous a fait reculer ?

  • Aucune évolution des indicateurs pertinents sur la lutte contre l’insécurité n’est ressortie. La simple littérature ne permet pas une appréciation objective..
    C’est vraiment dommage qu’on reste dans l’auto enceenscement malgré une situation reelle très difficile et très préoccupante.
    Une telle manière de faire le bilan n’est pas satisfaisante. Les indicateurs de performance doivent être connus à l’avance et leur évolution doit être la trame du discours. Toute autre approche ouvre la voie à des discours verbeux, à la spéculation sur les performances et à des débats inutiles.
    Revoir vraiment la trame du discours bilan.

  • TRES TRES DEÇU CAR CE MESSAGE EDT LOIN D’UN BILAN. AUCUN CHIFFRE SUR LA SITUATION AVANT LE 24 JANVIER DATE D’ARRIVEE DE DAMIBA ET AUCUN CHIFFRE DU 24 JANVIER AU 4 SRPTEMBRE. DANS TOUS LES CAS LES POPULATIONS MEURTRIES ONT DUIVI CE DISCOURS ET DOIVENT SE RENDRE COMPTE QU’ELLES NE PEUVENT PLUS RIEN ATTENDRE DEDAMIBA ET DE SA CLIQUE. L’ECHEC EST SUR DI DES GENS COMME LES ABLASSE OUEDRAOGO, LES MARCEL TANKOANO, LES ZOUNGRANA, LES LOOKMAN, LES LINGANI CONTINUENT DE FAIRE LE GRIOT AUTOUR DU MPSR. MERCI AU MOINS AU MINISTRE BILGO QUI A CONTREDIT TANKOANO SUR RFI EN AFFIRMANT QUE LE BURKINA FASO EST UN.PAYS FAILLI. FELICITATIONS AU SPECIALISTE SAWADOGO QUI A MENÉ UN TRAVZIL SCIENTIFIQUE SUR LA SITUATION DU PAYS DEPUIS KA TRANSITION JUSQU’A NOS JOURS. CE DOSSIER POURRZIT SERVIR A LA TRANSITION SI ELLE SE FAIT HUMBLE. QUAND LES POPULATIONS A DEFAUT DE PROTECTION PAR L’ETAT RETOURNENT DANS LEUR LOCALITE FAIRE ALLÉGEANCE AUX TERRORISTES, CE N EST OAS UNE REINSTALLATION ET LES CAS DE THIOU ET SEYTZNGA LE DEMONTRENT BIEN. M LE PRESIDENT LE BILAN EST NEGZTIF ET IL FAUT CHANGER KE FUSIL D’EPAULE VOUS DEBARRASSER DES GRIOTS QUI TOURNENT AUTOUR DE VOUS POUR ARRACHER LA PITANCE. APRES VOUS ILS IRONT AILKEURS CHANTER LES MELES CHANSONS.

  • « Le constat n’est guère plus reluisant sur le terrain de la justice en laquelle le Burkinabè a perdu grandement confiance. Une justice devenue un terrain d’affrontement politique et où les luttes intestines l’empêchent d’assumer son rôle de régulateur social. L’indépendance de la justice, saluée par tous il y a quelques années de cela, semble être mal assumée, et pose à nouveau l’épineuse question de l’homme des pouvoirs et des institutions. » En témoigne ce récent sabotage de DAMIBA dans son pèlerinage insensé pour la reconquête arbitraire, l’exfiltration frauduleuse, le recyclage illégal de BLAISE K. kouadio. Ce discours est beau, mais ne peut pas endormir.

  • Bonsoir à tous. Pour moi ce discours est véridique. Je demande aux septiques d’attendre pour l’application des mesures promises avant toute plainte.

  • Ce discours ennuyeux est mascarade et une masturbation intellectuelle sans fond et dépourvu du serieux attendu de quelqu’un qui a fait un coup d’état.
    Monsieur Sandaogo, ton échec est patent et tu nas pas voulu en parler, d’ailleurs en parler nest pas nécessaire car les burkinabè le voient et le vivent. Ce qui vous motive, c’est le salaire et le pillage des maigres ressources du pays sinon comment comprendre l’augmentation indécente de ton salaire. Quelle honte. Tu merites d’être condamné pour haute trahison. Le territoire du Burkina se réduit chaque jour et tu parles de "monter en puissance de notre armée ".
    Lhistoire retiendra que tu as menti sur toute la ligne et j’espère que tu le payeras un jour ou l’autre ,ce jour là arrivera car tu es pire que Roch.

  • D’abord quand l’on suit les Debats a la Television, il faudrait dire que les niveaux de comprehension des problemes complexes et de visions resolues ne sont pas pareils. Car il a suffit de Discours Retrogradevd’un autre age de Sandogo Damiba et son MPSR pour que certains politiciens vereux et Diplomes dans leurs excitations absurdes prennent des vaissies pour des lanternes. Je suis decu, car l’on s’attendait a mieux dans un diagnostique pertinent suivi de Decisions fortes mais helas. Consernant la question securitaire, si la police, la gendarmerie et l’Armee Burkinabe dans une moindre mesures ne sont pas reinstalles dans les lieux ou les Communes, comment voulez vous que des populations qui ont fuient l’insecurite soient rassurees et repartent chez eux ? Ensuite, sur la question de la gouvernance, ou sont passes les milliers de milliards affectes a la Securite et a la Defense nationale depuis au moins 7 ans ? Quand l’on parle d’Helicopters de combats commandes a la Serbie, il faut s’inquiete que ce ne soit encore des Deals pour certains et qui ne nous seront pas utiles, car la Serbie est un petit pays qui ne fabrique pas des Helicopters. Alors que vous avez des producteurs de ces engins de qualite tels que la Russie ou la Turquie etc. Si le President Sandogo Damiba et son regime MPSR voulait d’une nouvelle orientation et politique de Gouvernance Vertueuse ; tous grades des FDS impliques dans des Corruptions et de la Mauvaises gestion publique devraient etre traduits devant des Tribunaux Militaires Speciaux pour commencer la Moralisation de Publique et ensuite des Dossiers de crimes economiques et financiers criminels dans les Tiroirs de la Justice Burkinabe. Franchement apres un tel Discours Mediocres a la Seye Zerbo, il faut dire que le Burkina Faso et son Peuple Burkinabe ne sont pas encore sortie de l’auberge car l’on ne percoit pas un Projet progressiste et determinant pour sortir le Burkina Faso de cette grave crise securitaire desastreuse cause par le Neocolonialisme et l’imperialisme Occidental et des Valets Locaux..Que Dieu Sublime aide notre Peuple Burkinabe qui est integre. Salut

  • C’est bien triste ! Quelle alternative pour mon cher père pays ? Il aurait fallu impliquer le peuple après le coup de force avant de le juger. La transition précédente a réussi sur ce plan. C’est triste Monsieur !

  • « Je vous donne rendez-vous dans cinq mois pour un premier bilan sur la reconquête du territoire ».C’est Damiba qui l’a dit. C’est ce bilan qu’on attendait et non un discours politique.Il n’a fait que distraire les gens. Il aurait fallu qu’il dise que la promesse n’a pas été tenue et qu’il demande l’accompagnement de tous les fils du pays .Ce serait à mon sens un discours fédérateur des efforts,réconciliateur. Il est temps de dire la vérité quand ça ne va pas .Un discours de ce genre viendrait encore susciter des critiques politiciennes.On n’en a pas besoin pour l’instant.Damiba avait l’opportunité de réconcilier les burkinabé à travers cette guerre si seulement il sonnait le rassemblement mais peine perdue !Il nous reste qu’à prier les dieux de la paix qu’ils sauvent notre cher pays !

  • Est ce que ce type a même des conseillers digne de ce nom ?Il est permis de douter ou alors ils sont aussi nuls que lui,ce qui ne m’étonne guère car les convives qui se retrouvent dans ce mpsr sont pour la plupart des immoraux qui prennent le peuple burkinabé pour des nez percés.Alors parlant de bilan,il nous a plutôt servi des alignements de mots et comme prestation,c’est du zéro pointé

  • J’ose espérer que la majorité des forces intelligentes de ce pays ne sont pas dans le même état d’esprit que les intellectuels que nous lisons dans l’un des forums ayant un certain niveau dans ce pays, j’ose espérer que cette majorité d’intellectuels est plutôt silencieuse, patiente en attente de résultats dans des temps réalistes et aussi fatiguée de lire des esprits visiblement plus défaitistes, aigris et revanchards qu’autre chose….
    j’ai vraiment peur pour ma nation, car ailleurs, dans de telles situations les nations se rassemblent et ont pratiquement une pensée unique pour contrer l’ennemi qui est quand même bien identifié. De grâce, si vous n’avez aucune proposition à faire désormais, taisez-vous comme la majorité d’entre nous, nous n’avons pas du tout besoin de vos mauvaises ondes. Si vous avez des propositions concrètes faites les et nous vous lirons avec plaisir, nous et peut-être même ceux que vous critiquez. Ils vous prendront d’ailleurs plus au sérieux….
    Dieu sauve mon pays !

    • Aigri defaitiste revanchard tu dis....le premier malade de ces maux c est bien toi puisque c est ces meme maux qui vous ont amené au pouvoir.
      Toi tu es libre de donner ton avis qui t a sonné.

    • @ j ose
      Est-ce que vous pouvez dire que sur ce forum ce sont les propositions qui manquent ? En tous cas j en ai lu de nombreuses, de gens qui se sont donné la peine de les formuler. Mais ne demandez pas aux forumistes de les appliquer. Depuis Blaise Compaoré à Sandaogo, je pense que nous essayons par nos critiques et souvent des propositions de faire avancer les choses . Nous ne sommes pas les griots de quelqu’un , et je ne me considère pas intellectuel , et si je l étais , j aurais la modestie de reconnaître que le pays n est pas une proie d une minorité dite intellectuelle mais manquant d intelligence. Bref , c est ça qui fait que ce forum est comme vous le dites l un des meilleurs du Burkina, je dirais sans me tromper le meilleur du Burkina et des meilleurs dans le monde . Et croyez moi , c est pas pour jeter des fleurs aux forumistes. Oui , même si nos point de vue divergent selon les thèmes, la grande majorité ne se contente pas d affirmer des choses mais d argumenter pour soutenir leur ligne. Oui c est ainsi. C est pas fait pour plaire aux dirigeants ni à qui que ça soit. C est pas non plus dans l espoir d avoir un quelconque retour matériel , sinon nous n aurions pas pour la plupart de nous choisi d être des anonymes. Pas par peur d assumer ce que nous disons, mais pour ne pas biaiser les débats . Donc , si vous aimez Damiba et si vous aimez le Burkina encore plus que Damiba, je ne vois pas pourquoi vous en prendre aux forumistes parce qu ils n apprécient pas le discours de Damiba ? Écoutez lés radios et vous vous rendrez compte que les réactions sont massivement négatives . Donc ne faites pas penser à Sandaogo qu il a en face de lui des milliers d usagers de la voie qui empruntent le sens interdit vers lui , mais de se demander si c est pas lui qui est dans le mauvais sens. En lisant le discours d hier je ne suis pas simplement déçu, j si encore peur pour la légèreté des accusations tout azimut à l encontre du peuple, des institutions, des VDP etc . Je ne pense pas que c est comme ça qu on motive ceux qui sont loin des salons feutrés de Ouaga. Si on doit analyser ce discours en profondeur, je vous assure que c est une CATASTROPHE.

      Passakziri

    • Mr PASSAKZIRI, pourquoi vous sentez-vous indexé si vous faites régulièrement des propositions !? Je ne vous comprends pas, mon message est tellement clair, je parle des réactions stériles et quelques fois tentées de défaitisme ou d’aigreur, à moins que délibérément vous vous mettez dans cette catégorie ? En quoi vous voyez dans mon message que j’aime ou que j’adoube Damiba ? Ce sont ces raccourcis là qui sont dangereux… avec ceux ci nous n’iront nulle part…

    • Ah bon ! Vous demandez aux forumistes de faire des propositions ? Donc vous reconnaissez également que Tché DAMIBA a échoué ? S’il est à court d’idées et de stratégies alors qu’il démissionne tout avec son MPSR de machin. DAMIBA n’a jamais su réellement pourquoi il a fait le coup d’état. Parce que son Discours qu’il vient de pondre est anti daté. C’est un discourt purement pour justifier un coup d’état et non de bilan. Ou bien il veut se faire un autre coup d’état.

    • Ah bon ! Vous demandez aux forumistes de faire des propositions ? Donc vous reconnaissez également que Tché DAMIBA a échoué ? S’il est à court d’idées et de stratégies alors qu’il démissionne tout avec son MPSR de machin. DAMIBA n’a jamais su réellement pourquoi il a fait le coup d’état. Parce que son Discours qu’il vient de pondre est anti daté. C’est un discourt purement pour justifier un coup d’état et non de bilan. Ou bien il veut se faire un autre coup d’état.

  • D’abord quand l’on suit les Debats a la Television, il faudrait dire que les niveaux de comprehension des problemes complexes et de visions resolues ne sont pas pareils. Car il a suffit de Discours Retrogradevd’un autre age de Sandogo Damiba et son MPSR pour que certains politiciens vereux et Diplomes dans leurs excitations absurdes prennent des vaissies pour des lanternes. Je suis decu, car l’on s’attendait a mieux dans un diagnostique pertinent suivi de Decisions fortes mais helas. Consernant la question securitaire, si la police, la gendarmerie et l’Armee Burkinabe dans une moindre mesures ne sont pas reinstalles dans les lieux ou les Communes, comment voulez vous que des populations qui ont fuient l’insecurite soient rassurees et repartent chez eux ? Ensuite, sur la question de la gouvernance, ou sont passes les milliers de milliards affectes a la Securite et a la Defense nationale depuis au moins 7 ans ? Quand l’on parle d’Helicopters de combats commandes a la Serbie, il faut s’inquiete que ce ne soit encore des Deals pour certains et qui ne nous seront pas utiles, car la Serbie est un petit pays qui ne fabrique pas des Helicopters. Alors que vous avez des producteurs de ces engins de qualite tels que la Russie ou la Turquie etc. Si le President Sandogo Damiba et son regime MPSR voulait d’une nouvelle orientation et politique de Gouvernance Vertueuse ; tous grades des FDS impliques dans des Corruptions et de la Mauvaises gestion publique devraient etre traduits devant des Tribunaux Militaires Speciaux pour commencer la Moralisation de Publique et ensuite des Dossiers de crimes economiques et financiers criminels dans les Tiroirs de la Justice Burkinabe. Franchement apres un tel Discours Mediocres a la Seye Zerbo, il faut dire que le Burkina Faso et son Peuple Burkinabe ne sont pas encore sortie de l’auberge car l’on ne percoit pas un Projet progressiste et determinant pour sortir le Burkina Faso de cette grave crise securitaire desastreuse cause par le Neocolonialisme et l’imperialisme Occidental et des Valets Locaux..Que Dieu Sublime aide notre Peuple Burkinabe qui est integre. Salut

  • Tchrrr.......Mais, c’est bien fait pour nous tous. Tous les peuples méritent leurs dirigeants.
    .

    • Lepop ne melange pas les torchons et les serpillieres on merite les dirigeant qu on a voté.
      Ici qui a voté qui ???Le français est simple mais compliqué....!!!

  • Vraiment, c’est un vrai hors sujet. On te demande seulement de faire un bilan des cinq mois que toi même tu as fixé.

    Le B.A.B.A architectural de ce bilan est tout simplement (i) Etat des lieux avant 24 janvier avec chiffres à l’appui , (ii) Etat des lieu à la date du 30 septembre, (iii) analyse des résultats et (iv) Enseignement ou leçon à tirer. Toi tu viens faire cours d’histoire, abaaaaahh.

    Au cours d’une épreuve de SVT au BEPC, une des question portait sur l’œil. Un candidat, pris de court parce qu’il s’était concentré sur le cœur pendant ses révisions commença ainsi : "Certes, l’œil est important, mais n’oublions pas le cœur. il écrivait ainsi tout ce qu’il avait appris sur le cœur pour répondre à la question sur l’œil.

    Moi je ne suis pas du tout surpris. Les vautours de Tankoano et autres Zaïda avaient commencé à préparer l’opinion pour que cette pilule de bilan pondue par Damiba puisse être avalée. J’ai vomi en tout cas.

    Un vrai Burkinabé , vivant dans le vrai Faso peut faire lui même le bilan du MPSR. Notre situation sécuritaire s’est davantage dégradée (réduction du territoire, augmentation des PDI, augmentation du nombre de morts, civiles comme FDS, etc.), la cherté de la vie au Faso s’est davantage empirée (produits de première nécessité, carburant, etc.), augmentation des salaires des membres du gourverne-et-ment et des vautours et autres rapaces de ce machin ALT, etc.

  • Comment peut on faire un bilan non chiffré de ce genre ? Est ce que c’est Damiba seul qui a rédigé ce texte bilan ou pas ? Normalement cela devrait être fait par le chef d’Etat major de l’armée et le Ministre de la Défense. Je propose qu’a l’avenir que le texte soit vérifié avant lecture par l’ambassadeur en retraite Jean Baptiste Ilboudo vice Président du COST avant lecture.
    Quand aux intellectuels nous devons travailler à recueillir des informations pour l’Etat major de l’armée contre la rébellion islamique visant à mettre en place un Etat islamique de type Afghanistan ou Mauritanien au Burkina.

  • On parle de quel bilan ?
    Il n’ya jamais eu bilan, mais plûtot un discours creux pour nous dire que le soleil se léve à l’est pour se coucher à l’ouest. C’est ca le bilan ?
    J’aimerais savoir quel sont ces cancres qui entourent et conseillent nos hommes au sommet. C’est nul.

    Passakziri

  • La seule hypocrisie qui me fait mal quand ont dit l’armée au pouvoir la vraie armes sont nos soldats de terrains est-ce que thomas était bureaucrates les héros cité qui lui-même ressemble plutôt dire que un débutant en politique nous dirigé

  • Terrible ! Terrible ! Nous à Solenzo dans tous les Banwa nous ne croyons pas ! On constate un tâtonnement et un manque d’anticipation de notre armée. À quoi sert de laisser les HANI détruire tout et tenter une libération ???Le constat à faire c’est la paralysie de l’armée. Les maux égrainés sont connus, Monsieur le président vous enfoncez une porte déjà ouverte. Depuis que la justice vous a contrarié votre tentative de réconciliation à la sauvette, elle est suspectée. Pour terminer, les OSC que vous alimentez ne pourront pas vous sauver, au Burkina on a l’avantage de se connaître tous. Monsieur le président vous êtes venu pour faire la guerre faites la guerre, le reste vous ne le maîtrisez pas c’est pour cela vous vous pataugez dans les incohérences.

  • Courage PHSD, les burkinabè ont bien compris votre message d’espérance pour nous sortir de l’enfer que RMCK nous a offert avec ses 6 ans de gestion moutamouta : i a reçu une Burkina de 274 400 km2 actionnaire de 26% de l’ONATEL et a restitué un Burkina de mois de 200.000 km2 actionnaire de 16% de l’ONATEL. Quel gâchis les 6 ans de RMCK ! Que dieu donne longue vie à PHSD pour qu’il puisse en 2023 pour nous faire un autre bilan d’étape.
    Je lance un SOS pour retrouver notre KORO YAMYELE qui a disparu des radars depuis belle lurette.

    • Courage à vous madame.
      Vous avez cité des chiffres comme bilan de RMCK que vous accusez. Par contre vous ne citez aucun chiffre pour le bilan de votre Sesse Seko. Drôle de bilan. De la même manière que vous avez flatté Blaise pour le conduire à une humiliation en plein midi, c#est de la même manière que vous allez ruiner le pauvre Sandaogo ( il me fait sincèrement pitiè) en ne lui disant pas la vérité. Pourtant en tant que routinière de ce site, vous devriez savoir que la plûpart de ceux qui consacre un peu de leur temps ici ne le font pas pour plaire à quelqu’un mais pour changer positivement les choses. Blaise Compaoré ne serait pas à Abidjan aujourd#hui à ziniaré mais plûtot en toute tranquilité À Ziniaré, RMCK serait toujours président du Faso s’ils avaient considéré les critiques fondées des lecteur de ce site au lieu de se faire chanter les gloires des courtisans de palais. Donc Madame, si vous aimez le Burkina et ne detestez pas Sandaogo, ayez le courage de lui dire la vérité, rien que la vérité. Et la vérité est que son discours n’était pas un discours de bilan, la vérité est que quand on promet quelque chose, on respecte sa parole. Il avait promis un bilan aprés cinq mois aux burkinabè, finalement c’est un discours non inspiré et sans ambitions qu’il nous a produit ou plûtot que ses courtisans de palais nous ont pondu par manque de bilan présentable ?

      Passakziri

  • Ce discours en guise de bilan n’est que du verbiage. Le chef d l’état n’a fait que enfoncer des lieux communs. PITOYABLE

  • Quand on parle de bilan il faut faire ressortir des chiffres et faire une comparaison des deux cotés ( coté ami # coté ennemi). Il faut faire le récapitulatif de toutes les bonnes actions qui ont été menée et des pertes que nous avons subit. Afin de tirer une conclusion pour voire qui à gagner.
    QUESTIONS
     Combien de terroristes avez vous neutralisé depuis que vous êtes à la commande ?
     Combien de personnes déplacés ont puis rejoindre leur village ?
     Combien de village avez vous libérer ?
     Combien de FDS et de VDP sont tombés ?
     Combien de types d’armes ou de hélicos avez vous acheté pour renforcer les équipements militaires.
    Voici autant de questions qui devraient faire l’objet de votre bilan de façon optimale.
    Votre discours a été plutôt de relater et de dire la situation chaotique dans laquelle vous êtes venu trouver le pays. C’est de l’histoire. Nous avons besoin d’actes concrets pour la reconquête du territoire national le plus vite possible. Vous ne pouvez pas vouloir collaborer avec la France et puis vouloir aller au Mali pour demander une collaboration. Le Mali et la France en matière de politique militaire c’est fini. Si vous voulez franchement travailler avec le Mali, libérer la France.
    Faites très attention à vos démarches. Vous marchez sur des braises. A bon attendeur, salut !

  • ’’’’’’’’’’’’L’indépendance de la justice, saluée par tous il y a quelques années de cela, semble être mal assumée, et pose à nouveau l’épineuse question de l’homme des pouvoirs et des institutions.’’’’’’’’’’’’’’’’’’

    Monsieur Damiba, on demande votre bilan, car vous l’avez promis il y a cinq mois : Et dans votre discours au couleur noir, il n’y a aucun chiffre que d’insulter notre justice et la corruption que vous pratiquez ouvertement en nommant dans les postes juteux vos parents et proches.

    C’est vous qui viole cette justice indépendante en faisant venir un condamné a la perpète sur le territoire sans l’arrêter. Non c’est vous qui avez mis le pays dans cette situation. Roch Kaboré voulait élucider vos crimes sur Yirgou et Inata et vous l’avez devancer avec vos armes.

    Pour vous dire que malgré sa gouvernance mouta mouta, Roch Kaboré était un homme de parole, pas un menteur comme vous. La preuve voilà ce qu’il promettait au début de son mandat et qui a été réalisé avec l’indépendance de la justice qui a prouvé sa crédibilité au peuple en condamnant les criminels.

    ’’’’Le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré a appelé à "rendre justice dans toutes les affaires sensibles", dont les dossiers de l’assassinat de Thomas Sankara, Norbert Zongo, du putsch manqué et de l’insurrection populaire, pour "aider le peuple
    à se réconcilier".

    "Nous devons tout faire pour que la justice soit rendue dans toutes (les) affaires sensibles pour aider notre peuple à se réconcilier avec son histoire, pour ramener la paix des cœurs et créer les conditions propices à la contribution de tous les Burkinabè à l’œuvre de construction nationale", a
    déclaré M. Kaboré dans un discours radiotélévisé à la veille de la célébration du 57e anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso.

    "La réconciliation nationale reste un enjeu majeur que nous devons réussir, dans l’intérêt supérieur de la nation", a-t-il dit.

    La justice militaire, une juridiction d’exception, doit solder une longue série de dossiers, dont principalement ceux du putsch manqué de septembre 2015 et de l’assassinat du "père de la révolution" burkinabè, le capitaine Thomas Sankara, tué lors du coup d’Etat qui porta l’ex-président Blaise Compaoré au pouvoir en 1987.

    Également en instance, le dossier du journaliste d’investigation Norbert Zongo, tué en 1998 avec trois compagnons, a connu une évolution avec la mise sous contrôle judiciaire de François Compaoré, frère du président déchu Blaise Compaoré, poursuivi pour "incitation à assassinats".

    M. Kaboré a dit "saluer l’avancée des dossiers pendants devant la justice", tout en rappelant aux acteurs chargés de les vider que "la soif légitime de justice des Burkinabè reste intacte."
    Monsieur Damiba avec votre longue discours sans intérêt vous saignez la justice, pourtant c’est vous qui la viole ouvertement. Fermez la et dégager pour que le pays puisse trouver sa voie.

  • Le bilan ressemble plus à un diagnostic, et l’officialisation de la lutte intercommunautaire comme un aveu d’impuissance. Mais le pire c’est de considérer le changement de mode opératoire des terroristes comme une victoire, en fait c’est une réponse qui obligera les FDS à abandonner les Zones vidées de leurs habitants pour défendre les zones attaquées. On reviendra bientôt au statut quo Enfin dans son adresse il ne nomme pas nos ennemis et évite soigneusement de parler des sources de financement du terrorisme. Tant que l’exploitation de l’or ne sera pas NATIONALISÉ nous ne maîtriserons pas le financement du terrorisme.

  • Pour la patrie, nous vaincrons n’a aucun sens. Vous auriez dû dire, Pour la patrie nous lutterons…etc . Puisque tout le monde sait que vous n’êtes prêt à aucun SACRIFICE, surtout ultime pour la patrie. LA PATRIE OU LA MORT, NOUS VAINCRONS ! Veut dire que vous êtes prêt à tout les sacrifices, même et surtout à donner votre vie pour la PATRIE. Quand on veut imiter on RÉFLÉCHIT. Les rédacteurs de votre discours ont non seulement manqué de logique dans sa structuration, mais en plus vous font dire que vous voulez certes la victoire pour la patrie mais pas à n’importe quel prix. Si vous êtes INCAPABLE de dire la patrie ou la mort nous vaincrons, un insipide mais pieux DIEU SAUVE LE BURKINA aurait ravi vos alliés coutumiers et religieux qui ont mangé à tous les râteliers depuis 1960 sans état d’âme. Si c’est sur eux que vous comptez pour SAUVER le Burkina, alors faisons notre Requiem.

  • Le president doit joindre les actes a la parole dans la lutte contre la corruption. Comment peut il dire qu il lutte contre la corruption et il nomme Mr moumouni Gnankambary Directeur executif des grands projets alors qu il etait l un des corrompus du systeme Blaise compaore.
    Pour le bien du burkina il faut un Jerry Rawlings qui va nous debarasser des politiciens fonctionnaires hommes d affaires et officiers corrompus comme au Ghana.

  • Quoi ! Comment le Président Damiba peut critiquer la justice ? N’est pas lui qui a tordu le cou à la justice pour se faire investir et prêter serment ? N’est pas lui qui a fait venir Blaise à Ouaga sans être inquiété ? ...

  • Et DAMIBA oublia de faire son bilan. Il a excella dans le bilan des autres. Il a justifié que sa prise du pouvoir était due à un pourrissement de la situation sécuritaire causée par son armée.
    Maintenant qu’il a tout dit, nous l’attendons sur le front.
    Le Maréchal du Tchad est mort sur le terrain des hostilités. Il a fait preuve de courage et d’abnégation. Un chef militaire n’est pas un chef politique.

  • Voici ce qui circule sur internet aujourd’hui.

    "" Bonjour CR
    Le chef HANNI vient de rentrer à Solenzo tout escorte. Il a choisi comme résidence la résidence du haut commissaire. Solenzo est sous leur autorité""

    A chacune de juger

  • Cher Ainé Ka,

    Absolument d’accord avec vous. Tout le mérite est au Président Kaboré pour avoir donné une chance à la Justice burkinabé de s’émanciper et d’amorcer la voie d’une indépendance vis à vis du politique. Sous son mandat des dossiers emblématique comme celui du Président Sankara ont connu un aboutissement. L’histoire retiendra également comment la Justice a pu être bafouée par la consécration de l’impunité au plus haut sommet de l’Etat par le retour de l’ancien Chef de l’Etat pandant que ses co-condamnés purgent leur peine dans les maisons d’arrêts. Ce qui choque encore plus la conscience collective c’est de voir que certaines personnes, que l’on auraient confondues à la "Justice faite chair parmi les hommes", de par leurs discours sont si silencieux, pire n’ont pas rendu leurs tabliers. Et pour parachever le tout un mensonge d’Etat en Direct pour justifier l’injustifiable.
    Pourquoi toutes ces compromissions ? Pourquoi ce refus de s’assumer ?

  • Diagnostic de situation que nous savons déjà, mais il manque des repaires dans le discours. Il y a cinq mois, on nous promettait des résultats relatifs à l’insécurité et au retour des déplacés chez eux entre autres. Où sont les chiffres relatifs au nombre de victoires définitives remportées, de localités reconquises, de bureaux de l’administration qui ont recommencé à fonctionner, de postes de gendarmerie et polices qui avaient été saccagés réhabilités et rendus aujourd’hui fonctionnels.
    Les affirmations faites dans ce discours sont sans preuves. Il aurait fallu venir au moins avec des chiffres et des exemples.
    L’évaluation nous aurait convaincu si les objectifs, succès et leçons apprises au cours des 5 mois nous avaient été rappelés. Le rendez -vous ferme pris pour nous démontrer ce dont on était capable n’a pas montré les résultats fermes. Un message d’une autorité dans la situation actuelle du Burkina devrait être plus fourni que ça pour rassurer.
    Que Dieu nous aide.

  • DAMIBA SE CHATOUILLE, OUI

    Ça n’appatient pas à ce menteur congénital, libérateur de Blaise et tous les assassins notoire de notre pays, de nous rappeler de ce qui est gagné, c’est à nous de faire cette contestation et pour le prouver, on sort en masse pour le soutenir. Tel, malheureusement n’est pas le cas.

    Ouaga est encerclé, Gourcy a été ciblé, les ponts sont détruits
    à desssin ; quant aux déplacés, on n’en parle plus. Alors quel bilan a-t-il à nous dresser ?

    DU N’IMPORTE QUOI, OUI

  • Pour ma part, je m’attendais à un compte-rendu sur la base des actions qui peuvent être vérifiées. Mais là, on a de belles paroles, que n’importe quel intellectuel peut pondre pour satisfaire l’intelligence commune. Ce n’est pas un compte-rendu ça !
    Avec tout le respect, ce n’est pas un compte-rendu.

  • Ce 4 septembre DAMIBA s’est "CoupdEtaté" pour se fixer d’autres échéances. Si la substance de ce discours bilan est le fruit d’une compil venue d’intelligences des ministères de La défense, sécurité, justice, affaires étrangères, réconciliation, alors,alors,alors, hum ! l’avenir est prometteur, en rose. En effet, les bons bilans comptables, voires expertisés ou audités, permettent d’éclaircir l’horizon, d’adapter de nouveaux outils, logiciels ou ressources. Pour la Patrie, cahin-caha nous y arriverons inch Allah ou sii Dieu le veut ! Bof ! Un avenir bâti sur les ancêtres et la religion, c’est plus dans l’oralité(sentiment) que dans l’écrit (rationnel). Mais ça urge ici-bas pour une option cahin-caha.
    NB en général et pour un ex. diplomate en particulier, Dieu aime le "Burkinaa Faaaso" autant que l’Afganistan talibans et mêmes ces terroristes qui endeuillent, égorgent. Va falloir arrêter de rêver les yeux ouverts.

  • Mr le président du faso, voici le message que je viens d’adresser à votre 1er ministre et que je vous transferts car c’est vous qui êtes concerné au 1er chef :

    """" Mr le 1er Ministre, au lieu de votre populisme dont votre "" exercice de redevabilité "" demandé aux uns et aux autres et moi j’ajoute y compris vous-même d’ailleurs en 1er lieu, c’est l’insécurité dans le pays qui doit vous occuper au de-là de tout et que vous devez régler très rapidement et très efficacement notamment ce genre de chose normalement impossible dans un Etat souverain et gouverné qui plus est par des militaires :

    "" Insécurité au Burkina : Le chef des HANI s’installe à la résidence du Haut commissaire de Solenzo. ""

    Merci d’ouvrir les yeux sur l’insécurité ainsi que sur l’avancée de l’ennemi sur notre territoire et surtout, merci d’agir efficacement. si cela n’est vraiment pas possible pour vous, rendez le tablier. """"

    ""... Le LCL Damiba dresse un bilan encourageant... ""

    Mr Damiba, soyez honnête envers vous-même et envers le peuple burkinabè. Si votre bilan au bout de 7 mois était aussi encourageant que vous le prétendez, nous ne serions pas confrontés aujourd’hui au Burkina à ce qui est dit plus haut à savoir qu’un chef HANI peut occuper notre territoire jusqu’à s’installer dans le domaine publique, la résidence d’un haut commissaire.
    Mr Damiba, vous gouvernez un Etat souverain maîtrisant son territoire et ses frontières ou un Etat occupé de part en part par l’ennemi dont vous n’êtes qu’un vassal impuissant qui tâtonne ?
    Faites votre autocritique sur la question sécuritaire au lieu de vous jeter des fleurs. L’heure est grave et même très grave !
    Nous attendons vos "" réformes aux plans militaire, administratif et politique. "" et les résultats qui en découleront.

  • Blablabla ! Assez ! Ne voyez vous pas que l’étau se resserre chaque jour un peu plus ???!?
    Svp, l’armée à l’offensive et avec l’objectif non de réagir pour sécuriser provisoirement et après coup, puis se retirer, mais bien se déployer depuis chaque zone infestée : reconquérir, "nettoyer" et RESTER pour sécuriser ces 50% de territoire qui ne sont plus contrôlés !!!

  • ’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’A’’’’’’’’’’’’’’ Yacouba l’Africain : Merci de me lire. Tu dis : ’’ Tout le mérite est au Président Kaboré pour avoir donné une chance à la Justice burkinabé de s’émanciper et d’amorcer la voie d’une indépendance vis à vis du politique. Sous son mandat des dossiers emblématiques comme celui du Président Sankara ont connu un aboutissement.’’

    Sans parti pris pour personne, j’ajouterai que ce qui caractérise le véritable homme d’état, c’est sa vision à long terme. Son horizon est à plusieurs décennies, 20, 30 ans. Et mettre en pratique cette vision demande une gouvernance mouta mouta détester par les ignorants très pressés. Aujourd’hui avec un Damiba menteur, 90% du peuple Burkinabé regrette leur président mouta mouta.

    Pour te dire mon ami internaute yakouba l’Africain que malheureusement, il n’y a moins de vrais hommes d’état comme Roch Kaboré, tous les hommes politiques actuels qui se considèrent comme tels ne sont en fait que des combinards et leur horizon est très borné, limité à l’échéance électorale la plus proche. Cela les contraint à privilégier le court terme sur le long terme, les décisions de long terme (par exemple, les réformes structurelles profondes... et souvent indispensables) étant souvent impopulaires et donc potentiellement fatales à la prochaine échéance électorale. Roch Kaboré a été victime de son entourage à ne citer qu’un jeune loup populiste sans expérience politiquement qui est en train d’enterrer le MPP.

    Aujourd’hui nous apprenons que les amis de Damiba dont le chef des HANI s’installe à la résidence du Haut-commissaire de Solenzo sans inquiétude : Roch Kaboré avait catégoriquement refusé de négocier avec ces punaises : Et comment sommes-nous arrivés jusqu’à ce point de non-retour dont un terroriste arrive à chasser un haut-commissaire du Faso et prendre sa résidence sans inquiété ? Tout simplement parce que monsieur Damiba a été impatient et voulait à tout prix se hisser au top du pouvoir avec la complicité d’un traitre nommé Simp…… . Pour mieux instaurer l’injustice et la corruption. La suite, on la connaît : Jusqu’à mentir au peuple après avoir forcer le président élu démocratiquement à démissionner. Je voudrai que nos amis internautes comme caca ou Yako nous éclaire comment leur mentor Damiba laisse installer le chef des punaises dans la résidence d’un haut-commissaire du Faso ? Sans réponse de leur part, je dis Echec et MAT ! Voilà où mène les caresses du dos d’un criminel qui lui pousse à la convoitise.

    D’autre part, ’’’’’’outre les négligences de Damiba et ses acolytes, il faudrait aussi évoquer l’incompétence, le manque de conscience de gouverner et la déontologie des institutions qui y suivent. Il est temps que le peuple se lève et rappeler ce président illégitime le serment qu’il a prêté, et même lui faire une explication des textes qui y vont pour un président du Faso selon notre Ditanyè (Hymne de la victoire, aussi appelé Une seule nuit,) Hymne nationale chanté tous les matins par les dignes et vrais Burkinabé ! Encore une fois ’’’Yakouba l’Africain, merci de me lire.’’’

  • Aux militants du mpp fraichement déchus du perchoir et trépignant d impatience par des critiques puériles stériles et ridicules:la vengeance (dans votre cas sans fondements légitime) est un plat qui se mange froid....aux risque de représailles pire que la chute libre bien méritée n en deplaise a la pretendue heroine autoproclamée de justice dont ils se font les chantres larmoyants a contre courant !a bon entendeur,moins de meurtrissures !

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique