Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les graines de gombo ne se cachent jamais dans la sauce.» Proverbe Africain

Emploi des jeunes en Afrique francophone : Une inadéquation entre les profils des formés et les besoins des économies dans trois pays

Accueil > Actualités > Société • Lefaso.net • jeudi 4 août 2022 à 20h02min
Emploi des jeunes en Afrique francophone : Une inadéquation entre les profils des formés et les besoins des économies dans trois pays

Le projet de recherche intitulé « Transition des jeunes vers les marchés du travail d’Afrique francophone : cas du Burkina Faso, du Cameroun et du Tchad », qui avait été lancé en octobre 2019, a pris fin le 31 juillet 2022. Les acteurs sont alors réunis ce jeudi 4 juillet 2022 dans la capitale burkinabé, Ouagadougou, pour présenter les résultats de cette recherche. L’atelier de clôture de ce projet de recherche a été présidé par le vice-président de l’université Thomas Sankara, chargé de la recherche et de la coopération internationale, le Pr Forent Song-Naba. Ledit projet a été mené grâce au soutien financier du Centre de recherche pour le développement international.

Cette recherche, menée de 2019 à 2022, a permis d’aboutir à des résultats qui touchent bien les instituts de formation dans les trois pays concernés (Burkina Faso, Cameroun et Tchad), mais aussi, ceux qui concernent les lacunes observées dans les politiques mises en place en termes de politique publique d’emplois. C’est ce qu’a fait savoir l’enseignant-chercheur de l’université de Yaoundé 2 et coordonnateur international de ce projet de recherche, Christian Zamo Akono.

En effet, ce projet de recherche collaborative porté sur la transition des jeunes de l’école vers les marchés du travail a mis à contribution trois équipes de recherches des trois pays concernés. Il s’est agi des centres d’études et de recherche en économie et de gestion des universités de Yaoundé (Cameroun) et de Thomas Sankara (Burkina Faso), ainsi que du laboratoire d’études en économie appliquée et de gestion de N’Djamena (Tchad).

Pr Christian Zamo Akono, enseignant-chercheur à l’université de Yaoundé 2 et coordonnateur international dudit projet

En prenant la parole pour présider la cérémonie, le Pr Forent Song-Naba a conclu qu’au regard de la qualité des participants, il reste persuadé que leurs contributions permettront d’améliorer ladite recherche et favoriser la formulation des recommandations en termes de politique publique susceptible de faciliter la transition des jeunes vers les emplois stables en Afrique francophone.

Des programmes de formation différents des besoins du marché

Revenant sur les résultats de cette recherche à savoir ceux liés à la formation, l’enseignant-chercheur de l’université de Yaoundé 2 a expliqué que la recherche s’est intéressée à la pertinence et à l’efficacité des dispositifs d’enseignement technique et de formation professionnelle. A ce niveau, elle a permis d’observer qu’à l’intérieur, il y a des éléments sur lesquels, il faut travailler à les améliorer, notamment en termes d’implication du secteur public.

Pr Forent Song-Naba, président de la cérémonie d’ouverture de l’atelier de clôture sur la transition des jeunes vers les marchés du travail

Aussi bien, dans la conception des programmes de formation que dans leur conduite, parce que les travaux révèlent que les écoles continuent à former les jeunes sur le plan professionnel, mais en concevant des programmes qui n’ont pas toujours de connexion avec la demande des économies du marché. Car elles définissent elles-mêmes les curricula de formation, les choix des secteurs, alors qu’à côté d’elles, il y a le secteur productif qui a ses besoins. Les travaux ont donc permis de révéler, selon lui, qu’il y a une inadéquation entre les profils des jeunes formés et les besoins des économies.

En matière de politique publique d’emploi, la recherche a permis, dit-il, de voir également que la plupart des jeunes formés sont tournés vers l’emploi indépendant, parce que, les pays ont du mal à créer des espaces pour le salariat. « Mais la précarité de la situation des jeunes autorise à penser qu’il y a lieu d’envisager par ailleurs des politiques spécifiques dans ce cas pour qu’ils n’aillent pas vers les secteurs précaires et qu’ils arrivent à mieux s’employer sur les marchés du travail », analyse Christian Zamo Akono, avant de rappeler dans quelle condition le projet de recherche a été initié.

Les différents acteurs impliqués dans la réalisation du projet de recherche posent ensemble

L’idée était, rappelle-t-il, de faire une étude pour comprendre les difficultés auxquelles font face les jeunes dans leur passage du monde éducatif vers les marchés du travail. « Non pas seulement en terme d’avoir un emploi, mais surtout d’être stable dans leurs emplois, parce que, quand on regarde les statistiques de nos marchés du travail, les taux sont relativement faibles et ceux du sous-emploi sont enlevés. Les jeunes ont aussi de plus en plus du mal à trouver des emplois bien rémunérés et satisfaisants », a-t-il détaillé. Pour terminer, il a souligné que la recherche a permis de révéler ce qui cause le problème de la transition des jeunes vers les marchés de travail afin de trouver des mécanismes pour améliorer la situation des jeunes sur le continent.

Yvette Zongo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Dédougou : Des personnes déplacées internes crient famine
Bobo-Dioulasso : Le projet Archipelago forme 105 apprenants sur les métiers de la mangue
Burkina/Don de sang dans la région du Centre-est : Une assise nationale pour promouvoir l’adhésion de la population
Promotion de l’emploi des jeunes au Burkina : Le plan stratégique de développement 2023-2027 de l’ANPE en cours de validation
Sud-ouest : Le 3e plan d’action national pour un gouvernement ouvert expliqué aux parties prenantes
Identification unique de base au Burkina : Vers l’adoption d’un avant-projet de loi
Vie de la rédaction : Zéliya Tamboura, responsable du Centre d’information des Nations Unies, au siège de Lefaso.net
Ligne électrique Ouaga-Sapouy : Des chauves-souris à l’origine de coupures de courant, selon la Sonabel
Entrepreneuriat au Burkina : 60 jeunes formés par la société minière de Sanbrado
Sécurité routière au Burkina : Les autorités sensibilisent les populations au port du casque
Commune de Ouagadougou : Le Mogho Naaba Baongo invite la délégation spéciale à privilégier l’intérêt collectif
Entrepreneuriat agricole à Gaoua : L’étudiant Adama Palé expérimente une superficie de 4 hectares
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés