Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est seulement avec astuce qu’on parvient à chasser une mouche, non en agissant rapidement.» Proverbe Africain

Union africaine : La cause du Burkina Faso entendue à l’issue des concertations entre le ministre Rouamba et le président Moussa Faki Mahamat

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • Lefaso.net • mardi 12 juillet 2022 à 18h26min
Union africaine : La cause du Burkina Faso entendue à l’issue des concertations entre le ministre Rouamba et le président Moussa Faki Mahamat

Son Excellence Madame Olivia Ragnaghnewendé ROUAMBA, Ministre des Affaires étrangères, de la coopération régionale et des Burkinabè de l’extérieur, a été reçue en audience au siège de l’Union africaine ce matin 12 juillet, par Son Excellence Monsieur Moussa Faki MAHAMAT, Président de la Commission de l’Union africaine.

A l’entame de échanges, le ministre ROUAMBA a fait au Président Faki , le point des négociations avec la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) qui ont permis à ce jour, de parvenir d’une part au choix d’un médiateur pour le Burkina Fao en la personne de S.E Monsieur Mahamadou Issoufou, ancien Président de la République du Niger et d’autre part à un « compromis dynamique » sur le délai de la transition, établi à vingt et quatre (24) mois pour compter du 1er juillet 2022. Elle s’est réjouie de ces résultats qui ont permis d’éviter de lourdes sanctions économiques au Burkina Faso.

Son excellence Madame Olivia Ragnaghnewendé ROUAMBA a ensuite évoqué les mesures prises pour lutter efficacement contre le terrorisme et l’extrémisme violent par la création de zones d’intérêt militaire, le recrutement de nouvelles forces de défense et de sécurité, les mécanismes de promotion de la cohésion sociale grâce au triptyque : désarmement-démobilisation- réinsertion des membres des groupes armés terroristes (G.A.T).
Elle a salué l’engagement de la CEDEAO à accompagner le Burkina Faso et plaider pour un soutien de l’Union africaine aux populations déplacées et pour une transition réussie au Burkina Faso.

En réaction, le Président la Commission de l’Union africaine a félicité Son excellence Madame Olivia Ragnaghnewendé ROUAMBA pour sa nomination en tant que Ministre des Affaires étrangères, de la coopération régionale et des Burkinabè de l’extérieur et relevé l’importance que le Burkina Faso joue dans la construction de l’Organisation continentale depuis sa création.

Il a indiqué que l’Union africaine est consciente des difficultés que le Burkina Faso traverse et des sacrifices que le peuple ainsi que les forces de défenses et de sécurité burkinabè consentent. Il a également salué les initiatives de la CEDEAO qui concourent à la réalisation des objectifs de l’Union. Le Président la Commission de l’Union africaine s’est engagé à se rendre au Burkina Faso après la visite d’évaluation que le Commissaire aux affaires politiques, paix et sécurité y effectuera courant août 2022.

Il a promis que l’Union africaine apportera son soutien au Burkina Faso aussi bien pour le renforcement des forces de défense et de sécurité, l’organisation des futures élections, la réconciliation, l’appui au secteur humanitaire et alimentaire et un accompagnement sur tout autre besoin qui pourrait contribuer à aider les populations et soutenir la transition pour un retour à une vie constitutionnelle normale. En outre, il a estimé que le terrorisme et l’extrémisme violent sont aujourd’hui une préoccupation majeure pour les pays de la CEDEAO et l’impératif face au péril est de travailler en synergie pour trouver des solutions concertées et endogènes.

Les échanges entre les deux personnalités ont également porté sur certaines préoccupations liées à la suspension du Burkina Faso des activités de l’Union africaine notamment les recrutements des citoyens burkinabè dans certains emplois techniques au sein de l’organisation et la participation des experts du Burkina Faso aux travaux de l’Union Africaine.

Sur la question de l’accès des Burkinabè aux emplois techniques, le Président de la Commission indique, il suggère que le Chargé d’affaires du Burkina Faso prenne attache avec le Bureau du Conseiller juridique pour avoir plus de précisions. Quant à la participation des experts aux travaux des instances de l’Union africaine, le Président de la Commission estime que cela ne pourrait intervenir qu’après la levée des sanctions qui pèsent sur le Burkina Faso.

Les deux personnalités se sont quittées sur une perspective de collaboration mutuelle pour le retour de la paix et de l’ordre constitutionnel au Burkina Faso.

Amadou ARDHO DICKO
Attaché de Presse à l’Ambassade Mission Permanente du Burkina Faso à Addis-Abeba

Vos commentaires

  • Le 13 juillet à 02:25, par Komplopaaga En réponse à : Union africaine : La cause du Burkina Faso entendue à l’issue des concertations entre le ministre Rouamba et le président Moussa Faki Mahamat

    . Vous vous rappeler du theatre organize par Macron en france ? Il etait en train de faire son coup d’ etat de Damiba, D comme Deception.
    C’ etait le casting. Une s’ excitait sur leur marmite. qui etait sale. Le jeu avait seduit des naifs. Pas nous.. J’ ai dit le lendemain a un collegue que j’ ai rencontre au Building Lamiza que tout cela etait une mise en scene. Pourquoi je ne me sui s meme pas pris au serieux ? Tellement c’ etait vrai !

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 08:30, par Beonéré En réponse à : Union africaine : La cause du Burkina Faso entendue à l’issue des concertations entre le ministre Rouamba et le président Moussa Faki Mahamat

    Le Burkina Faso doit éviter de mettre la charrue avec les bœufs. On ne peut pas parler de DDR (démobilisation, désarmement et réinsertion) en pleine guerre où nous sommes encore en position de faiblesse. Aujourd’hui avec toutes les agressions dont nous faisons face, ce n’est pas le désarmement de quelques individus qui va changer les choses. Il faut monter en puissance et forcer la majorité des combattants ennemis à changer de camp, c’est tout.
    Le DDR ne doit donc pas être l’arme principale pour la défense de la patrie au point d’en être un sujet important à l’UA. Le chemin à parcourir est encore long.
    Que Dieu sauve le Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 15:27, par Dibi En réponse à : Union africaine : La cause du Burkina Faso entendue à l’issue des concertations entre le ministre Rouamba et le président Moussa Faki Mahamat

    Les courbettes et les ronds de jambes à l’UA et la CEDEAO n’impressionnent personne ; surtout pas de vieux loups politiques, bien insérés dans les structures de ménagement des intérêts occidentalo-atlantistes, via l’ONU ou l’UA et la CEDEAO !
    La déclinaison du catalogue foireux de vos initiatives n’émeuvent personnes dans ces instances. Polis et diplomates, ils vous répondront toujours par la politesse et des amabilités creuses.
    On sait que l’UA et la CEDEAO tenue par Ouattara, Nana ADO du Ghana et l’Oligarchie de délinquants politiques au Nigéria, dans le cadre du néo-colonialisme franco-occidental, n’ont pas de solutions à nos problèmes ; et encore moins pour une diplomatie de sans-visions du MPSR, Sandaogo Damiba et toute sa clique venue pour se goberger et nous trahir ! Tous et toutes , des gens sans vision, aux yeux crevés, face à la crise sécuritaire qui effondre le pays, pendant qu’ils s’amusent, dans le bac à sable derrière les cases et au prétexte de construire une réconciliation entre bandes compradores, mafieuses, narcotrafiquantes, féodaux-ethnicistes et drogués à l’Islam cannibale !
    Ne perdez pas votre temps à Addis-Abeba ! Si c’est pour parler de DDR (démobilisation, désarmement et réinsertion). Une prime d’opportunités données en perspective à tous ceux et celles qui trainent dans le chômage, la prostitution, le vol et les trafics en tous genres ! Une façon de leur dire que vous êtes prêts à réserver, à des djihadistes criminels, des perspectives d’insertion professionnelle dans les rouages de l’Etat néocolonial où vous êtes sans solution véritable devant la question sécuritaire !
    Cette Afrique que vous tenez par le Néocolonialisme, n’a pas de solutions pour nos peuples ! Et Notre peuple ne vous fait aucune confiance non plus ! Il ne saurait se sacrifier pour sauver des pourritures, des vendus, des couches contre-révolutionnaires, compradores et ethnocentrées qui l’écrasent, le méprisent, et piétinent ses institutions de justices, délitent et privatisent ses administrations et ses services publics d’éducation, de santé...! Gobergez vous et remballez vos rustines politiques !
    Parce que d’instinct, notre peuple sait que seule, désormais, une perspective révolutionnaire peut le mobiliser pour sauver la Nation et l’Etat de non-compromis et de non-réconciliation avec les couches compradores qui sont aux affaires et tous les drogués à l’Islam égorgeur !
    C’est le même panier de crabes que Sandaogo Damiba agite contre notre peuple !
    Na an lara, an sara !
    La patrie ou la mort !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Coopération militaire Burkina-Russie : « Sur le terrain, ça ne se concrétise pas », déplore une OSC
Burkina Faso - Royaume du Maroc : « Une coopération africainement authentique », selon l’ambassadeur Youssef Slaoui
23e anniversaire de la fête du trône : Le roi du Maroc tend une main fraternelle à l’Algérie
Burkina : « Nous avons toujours été en coopération militaire avec la Russie, les actions se poursuivent » (LCL Bamouni)
Burkina/sécurité : Des militaires russes décorés
Mission de la CEDEAO au Burkina : Le président Umaro Sissoko Embalo rencontre le gouvernement de la transition
Mission de la CEDEAO au Burkina : « Nous appelons à la mobilisation derrière le gouvernement de la transition », Umaro Sissoco Embalo
Conduite de la Transition : le Président en exercice de la CEDEAO à Ouagadougou
Conduite de la Transition : Le Président en exercice de la CEDEAO en mission à Ouagadougou
Propos à polémique de l’ambassadeur de France au Burkina : Le ministère en charge des affaires étrangères proteste
Commission économique des Nations unies pour l’Afrique : Succès du plaidoyer du ministre Rouamba en faveur du Burkina Faso
14-juillet 2022 à Ouagadougou : L’intégralité du discours de S.E.M. Luc Hallade, Ambassadeur de France au Burkina Faso
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés