Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne priez pas pour une vie facile, priez pour avoir la force d’endurer la difficulté.» Bruce Lee, Acteur, Artiste, Cinéaste, Pratiquant d’art martial, Sportif (1940 - 1973)

Burkina : Le prix de l’essence s’envole de plus de 16%

Accueil > Actualités > Société • Lefaso.net • jeudi 12 mai 2022 à 22h55min
Burkina : Le prix de l’essence s’envole de plus de 16%

Il y a un mois, le 11 avril 2022, le nouveau ministre du commerce, du développement industriel et des petites et moyennes entreprises, devant la presse montrait comment le gouvernement se battait contre la flambée des prix et supportait l’effort, le fardeau du prix de l’essence. Dans l’euphorie et l’autosatisfaction, le ministre vantait le Burkina qu’il couvrait de lauriers de champion pour des résultats pas si triomphaux en matière du prix de l’essence.

La danse de célébration du ministre Tall n’aura duré que quelques jours, la réalité dure et choquante est venue gifler ceux qui se sont laissé subjuguer par les bons mots. A peine un militaire installé dans le siège de directeur de la Sonabhy, que le conseil des ministres a pris la décision le 11 mai 2022, d’augmenter le prix de l’essence. Le gouvernement a-t-il pensé aux conséquences sociales de cette augmentation ? Comment va-t-il gérer les répercussions sur les prix des autres produits de première nécessité dans un contexte de crise sécuritaire et alimentaire ?

Pourquoi faut-il que les ministres se sentent obligés de farder le pays d’atouts et de beautés pour dire qu’ils l’aiment ou qu’ils travaillent bien pour lui ? Le dernier à s’essayer à cet exercice cosmétique était le ministre du commerce. Il nous demandait de partager avec lui cette opinion « Dans l’UEMOA et l’espace CEDEAO, on est tous d’accord que le Burkina Faso possède le prix du carburant le moins cher. (…) Le gouvernement fait un grand effort ». C’était le 11 avril 2022 à Ouagadougou vous pouvez le consulter ici : https://lefaso.net/spip.php?article112577.

Cette assertion n’était pas exacte et l’est encore moins aujourd’hui avec l’augmentation de 100F CFA sur le prix du litre d’essence qui était de 615 FCFA. Si le Burkina Faso n’avait pas le litre d’essence le plus cher, ce n’était pas le pays où il coûtait le moins cher dans la sous-région. Nous n’étions pas les plus chers, ce qui ne fait pas de nous automatiquement les premiers.

Regardons un tableau pour mieux comprendre



Ces chiffres viennent des sites sikafinances.com et koaci.com

Les temps sont durs pour le Burkina

Maintenant que le mal est fait, le gouvernement, au lieu d’annoncer cette seule augmentation qui va déclencher d’autres hausses, aurait dû négocier avec les autres secteurs de l’économie, comme les boulangeries qui réclamaient depuis longtemps la négociation et on les houspillait et les transports pour que les augmentations restent dans les proportions de l’augmentation du prix de l’énergie.

Certaines augmentations déjà annoncées dans le transport sont bien au-delà des 16,26% du prix de l’essence. Dans les meilleurs des cas, elles sont à 20%. Le gouvernement a-t-il négocié ces hausses ? En se présentant comme un gouvernement qui lutte contre la hausse des prix et en lâchant la bride au contrôle brusquement, c’est le consommateur qui est lâché en plein vol, sans parachute, comme dirait quelqu’un.

Les négociations avec les différentes branches de l’économie auraient dû commencer avec le début de la guerre Russie-Ukraine, car ce qui est arrivé était prévisible et tous nos voisins les plus avisés ont ajusté les prix de l’essence au moins un mois avant nous.

C’est véritablement un moment d’impopularité pour le gouvernement qui va s’ouvrir avec les augmentations. Ce ne sont pas des périodes à prendre à la légère pour un pays coutumier des émeutes et des insurrections. Le seul moyen de calmer la colère grandissante que la montée des prix va déclencher, c’est d’offrir des résultats sur le plan sécuritaire. C’est créer du sens qui va fouetter le patriotisme et la cohésion sociale.

Mais quand rien ne va, et surtout au plan sécuritaire, il est difficile d’entendre raison. Les Burkinabè ont le sentiment aujourd’hui d’avoir une maison dans laquelle les bandits et les terroristes sont les véritables maîtres qui font ce qu’ils veulent et aucune poule ne quitte ses œufs qu’elle couve. Notre armée doit faire quelque chose pour que l’ignominie de Nouna ne se reproduise pas.

Les terroristes sont rentrés à Nouna et ont pris le contrôle de la ville pendant cinq heures sans que personne ne vienne au secours de la capitale de la Kossi, sauf comme toujours les braves VDP (Volontaires pour la défense de la patrie). Comment créer la confiance quand de tels actes se produisent et se répètent. Les temps sont durs pour le Burkina, et on aimerait que tout le monde surtout ceux qui sont en responsabilité en prennent conscience.

Sana Guy
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 13 mai à 06:12, par Levieux En réponse à : Burkina : Le prix de l’essence s’envole de plus de 16%

    Bravo Sana Guy je l’ai écris hier, cette augmentation est tardive, le gouvernement Albert 1 voulais montrer à l’opinion qu’il maitrise la situation et qu’il est meilleur par rapport aux gouvernants passés, l’augmentation de 100F CFA et 100 jours après leur prise de pouvoir est trop dans un pays en crise ou les populations non plus à manger et où dormir et ce gouvernement n’a plus de choix que de négocier avec les acteurs de l’économie et des transports, Monsieur le Ministre doit aussi savoir que les responsables de la faitière des transports sont aussi acteurs du transport.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 06:18, par TANGA En réponse à : Burkina : Le prix de l’essence s’envole de plus de 16%

    On ne comprend plus rien.
    Mais le Burkina n’est il pas actionnaire dans les raffineries de Côté d’ivoire ?
    Pourquoi doit on avoir des raffineries à nos portes et acheter l’essence trop cher ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 07:26, par AlbertLeGrand En réponse à : Burkina : Le prix de l’essence s’envole de plus de 16%

    Pertinente analyse. Quelqu’un disait que les fenêtres de l’enfer qui s’ouvrait sur le Burkina.
    Hausse du prix de stylo : de 100 FCFA à 150FCFA soit 50%
    Hausse du prix de l’essence : 12%
    Hausse du prix de cube magie : 33%
    Hausse des matériaux de construction : environ 15%
    Le niveau de vie en général augmente mais le revenu ne suit pas. On les regarde pour l’instant......

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 08:18, par sheikhy En réponse à : Burkina : Le prix de l’essence s’envole de plus de 16%

    On peut effectivement supposer que le nouveau DG de la SONABHY a fait rapidement le point à l’exécutif qui a manu militari pris la décision d’ajuster les prix. J’avais bien dit que c’était prévisible au moment de la rupture fictive de carburant le mois passé. Par contre, la communication a encore pris un coup sur ce sujet. Le présent conseil devait annoncer un prochain réajustement des prix (pour le prochain conseil), le temps également baliser le terrain avec les acteurs concernés. Parce que dans tous les cas, les conséquences ou avantages sont au niveau budgétaire et national. En attendant, il faut serrer la ceinture...

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 10:11, par Wena Saam Yandé ! En réponse à : Burkina : Le prix de l’essence s’envole de plus de 16%

    Vraiment, je ne comprend pas, et ne comprend plus les Burkinabè. C’est incroyable. Certains Burkinabè ce sont laissé envahir et aveuglé par la haine à tel point que, sans raison gardé, ils ont tout fait pour faire tomber ROCK. Politiciens, syndicaliste, OSC etc, sciemment ou inconsciemment, tous mains dans la mains ont tout fait pour obtenir ce qu’il voulaient. Chaque fait, acte et décision du régime était toujours peint et dépeint négativement sans retenu et sans recule. Tout le monde se souvient des augmentations des prix de l’essence opérées sous ROCK, souvent de 10F, 20F, 25-30F seulement, et bien sûr sous la contrainte des fluctuations des prix sur le marché international (ce qui n’est pas le cas aujourd’hui), et cela créait un tollé général au seins de la population, des syndicats, des OSC et autres. Mais où sont toutes ses personnes aujourd’hui ? Où sont ces syndicalistes, ces "vie cheristes" de Zougmoré, ces OSC et autres qui organisaient spécialement de conférences de presse pour accabler ROCK ? Pourquoi ce deux poids deux mesures aujourd’hui ? Où sont ces "caca", "HUG", "some" et autres sur le forum ? Je suis étonné de votre silence !? Comme on le dit en dioula que "si tu tue ton chien méchant, c’est la chèvre d’autrui que va te mordre". ROCK aujourd’hui dans son cachot de domicile doit être vraiment soulagé. Et dire que c’est un syndicaliste qui ne donnait pas de répit aux gouvernants, qui aujourd’hui a changé de camps, qui va entériner de telle décision contre ceux qu’il prétendait défendre !? Bassolma, qui a travers des démonstrations sur les plateaux, montrait comment, et où les gouvernants devraient aller chercher de l’argent pour augmenter les salaires, n’a pas pu donner de bon conseilles à ces putschistes, mais au contraire les a accompagné dans cette prise de décision lourde de sens. Comme quoi, c’est bien de critiquer, mais ne dit-on pas que c’est au pied du mur que l’on connaît le vrai maçon ? Bassolma, à travers cette expérience comprendra beaucoup de choses je l’espère. Et que cela serve de leçon à beaucoup d’autres. Wena Saam Yandé !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
GERDDES-Burkina : Trente ans au service de la promotion de la démocratie participative au Burkina
Recherche scientifique au Burkina : « Le Burkinabè a des solutions à ses problèmes », lance Dr Koiné Maxime Drabo
Elevage : L’Association Beoog-neere du Ganzourgou offre 320 chèvres à des producteurs
« Supply chain » et achats : Le Burkina dispose désormais de compétences pour relever des défis économiques
Crise à la mine de Houndé : Il y a trois ans, en juin 2019, le CGD alertait sur la situation déjà explosive
Chemin de fer Abidjan - Ouagadougou : SITARAIL consolide le pont ferroviaire du fleuve Mouhoun
Assurance maladie universelle au Burkina : Etudiants et professionnels en pourparlers pour une opérationnalisation effective
École burkinabè des affaires : Une conférence publique sur l’impact des crises sécuritaire et sanitaire dans la chaîne d’approvisionnement
Foire « Campus Team Europe » : Présenter aux étudiants burkinabè les opportunités de bourses offertes par l’Union européenne
Burkina : Quand des agents de liaison se prennent pour des demi-dieux…
Beguédo : Cinq ans de prison ferme pour onze personnes impliquées dans l’affaire des bars vandalisés
Forces armées nationales : Six gendarmes radiés pour convenance personnelle
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés