LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Insécurité au Burkina : « Seul le retour de la sécurité et de l’intégrité territoriale validera le mandat de la Transition ! », Pato Dondassé

Publié le lundi 21 mars 2022 à 10h00min

PARTAGER :                          
Insécurité au Burkina : « Seul le retour de la sécurité et de l’intégrité territoriale validera le mandat de la Transition ! », Pato Dondassé

« Seul le retour de la sécurité et de l’intégrité territoriale validera le mandat de la Transition ! ». C’est ce qu’estime Pato Dondassé, président du cadre de réflexion et d’action pour le développement durable (CREDD).

Dans sa déclaration sur l’insécurité au Burkina Faso, reçue ce lundi 21 mars 2022 par Lefaso.net, le CREDD dit constater avec amertume que l’arrivée du MPSR depuis le 24 janvier n’ait pas impacté de façon positive la situation sécuritaire.

Et ce, malgré le soutien quasi-général des Burkinabè au coup d’État. Les mêmes reproches qui étaient portés contre le régime KABORE pour lui, demeurent intacts et valables contre le régime DAMIBA.

L’intégralité de la déclaration du CREDD ci-dessous.

Lefaso.net

DECLARATION SUR LA SITUATION SECURITAIRE

Seul le retour de la sécurité et de l’intégrité territoriale validera le mandat de la Transition !
La situation sécuritaire dans notre pays a connu une dégradation continue ces derniers jours, marquée par des attaques répétées de groupes armés contre les populations civiles et les forces de défense et de sécurité, occasionnant des pertes en vies humaines et la débandade dans certaines localités.

Cette situation est très préoccupante d’autant plus qu’elle contribue à installer visiblement une psychose généralisée et une perte progressive de la confiance des Burkinabè en eux-mêmes et en la capacité de notre armée à faire face à une menace sur notre droit et notre capacité d’exister en tant que nation.

Cette menace qui avance comme un étau qui se resserre autour de nos villes et villages (Bobo, Fada, Ouahigouya, Titao, Dori, Djibo, Pama, Kompienga, Soin …) est perpétrée par des groupes armés, employant souvent des gamins à peine chaussés, circulant en tricycles ou à motos. Pire, ces mêmes individus, et ce malgré les alertes répétées des populations dans certains cas, arrivent à développer progressivement une stratégie cynique d’asphyxie des populations en les privant d’eau, de nourriture et tous autres besoins de première nécessité y compris la liberté d’aller et de revenir.

Le CREDD constate avec amertume que l’arrivée du MPSR depuis le 24 janvier n’a pas impacté de façon positive la situation sécuritaire, malgré le soutien quasi-général des Burkinabè au coup d’Etat. Les mêmes reproches qui étaient portés contre le régime KABORE demeurent intacts et valables contre le régime DAMIBA. Il s’agit entre autres :

-  de l’absence de visibilité et de lisibilité de la réponse concrète apportée aux attaques meurtrières et sauvages à répétition ;
-  de l’impression d’une navigation à vue des autorités face à la crise sécuritaire ;
Or, si les Burkinabè ont accepté de mettre en veilleuse leur attachement à une nation démocratique en « applaudissant » l’arrivée d’un régime d’exception, c’est tout simplement parce qu’ils ont en la capacité du MPSR à rétablir l’intégrité du territoire et à Restaurer la quiétude des populations.

Le CREDD à travers ces lignes voudrait attirer l’attention des autorités de la Transition sur le sentiment largement partagé par les populations, au regard de la progression des groupes armés, que malgré la chute du régime KABORE, les réponses appropriées aux attaques terroristes se font toujours attendre.

Au regard de ce qui précède, le CREDD demande aux autorités de la transition :
-  de prendre la mesure de la gravité de la situation et d’engager immédiatement les actions qui s’imposent pour arrêter cette humiliation apportée au pays des hommes intègres ;

-  de mettre en priorité des priorités la sécurisation sans délais de notre patrie, étape sans laquelle aucun autre projet ou rêve n’est permis à qui que ce soit.
Le CREDD note avec amertume un manque d’organisation des habitants des villes et villages en proie aux attaques terroristes. Or, la question sécuritaire ne peut être laissée seulement aux mains des FDS et des VDP ; la gravité de la situation exige une organisation systématique des populations pour faire front aux forces du mal. La lutte requiert une participation active des hommes et des femmes dans nos quartiers, secteurs, villes et villages.

Les résultats des échanges du Forum citoyen sur les défis sécuritaires organisé le 5 mars dernier dont le rapport sera publié bientôt, ont mis en exergue la nécessité d’une véritable approche collective et communautaire pour gagner ce combat de la dignité et de l’honneur pour notre patrie.
Ainsi le CREDD invite :

-  les populations, sans distinction d’âge et de sexe, à s’organiser dans les quartiers, les secteurs, les villes et les villages pour relayer les renseignements et les informations aux FDS, et assurer une résistance communautaire ;
-  les OSC et les partis politiques à se mettre au-devant de l’organisation des populations, chacun selon son zone d’influence, afin d’insuffler un réel leadership pour l’avènement de la victoire de notre peuple dans ce qu’il convient d’appeler le combat pour l’existence.

Enfin, le CREDD voudrait réaffirmer sa détermination, et nous sommes convaincus que c’est le cas pour la majeure partie des Burkinabès, à accompagner les autorités à mener à bien la politique de Restauration, à condition que la question sécuritaire soit l’étape première, une condition donc non négociable.
Le CREDD. Agissons. Ensemble !

Pour le CREDD, le Président
Pato DONDASSE

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 21 mars 2022 à 13:17, par Pleure Oh pays bien aimé En réponse à : Insécurité au Burkina : « Seul le retour de la sécurité et de l’intégrité territoriale validera le mandat de la Transition ! », Pato Dondassé

    Je pense qu’on peut garder espoir quand à la réussite du MPSR mais à mon avis le nouveau PF à commis quelque erreurs stratégiques de départs qui vont plomber son action et donc les résultats !
    1- En disant qu’il n’est pas venu faire une révolution, il a un peu refroidi les ardeurs d’une bonne partie de la jeunesse. Il a parler lui même de patriotisme et de sacrifice mais au Burkina on peut pas parler de patriotisme sans un repère et ce repère c’est SANKARA. Mais je remarque qu’on évite ce nom depuis un certain temps. Pourtant c’est ce qui fut la force de ZIDA et de KAFANDO !
    2- En voulant se protéger juridiquement il s’est affaibli non seulement devant les classes politiques et surtout devant les terroristes. Qu’on se dise la vérité, les terroristes ont peur des têtes brulées et non des democrates ! Et cette protection juridique ne garanti rien, ce sont les résultats sur le terrain qui assureront l’immunité !

    3- J’ai bien peur qu’il ne se laisse coopter par les vieilles classes réactionnaires au regard de certaines présences même très très discrètes

    Pourvu que les résultats prouvent que je me suis trompé largement

    J’invite l’ensemble des patriotes à rester soudés derrière lui et le soutenir sans faille car il y a encore beaucoup d’espoir et surtout que son inspiration vienne du TOUT PUISSANT !

    DIEU bénisse le Burkina Faso !

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Loroum : Titao ravitaillé en produits de premières nécessités