Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La valeur du pardon se mesure à la gravité de la faute pardonnée» Charles Blé Goudé

Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mardi 23 novembre 2021 à 22h50min
Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

Après s’être signalé le mardi, 16 novembre 2021 où il dit avoir « sonné l’alerte », le Mouvement sauvons le Burkina Faso se prépare pour une marche, le samedi, 27 novembre 2021 pour « rendre hommage à nos frères et sœurs tombés et exiger la démission du président du Faso ». Le mouvement a animé une conférence de presse le samedi 20 novembre 2021 à Ouagadougou sur le sujet.

A Ouagadougou, rendez-vous est donné à la Place de la nation, informent les organisateurs. « Ce sera le jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts. Nous demandons aux uns et aux autres de se vêtir ce jour-là de signes marquant l’évènement (habit noir, par exemple). Nous sortons pour rendre hommage à nos frères et sœurs forces de défense et de sécurité tombées. Je veux ici signaler au pouvoir en place, aux partis de la majorité présidentielle, qui organisent des réunions en chaînes, où il nous revient que des billets de banque circulent, dans la perspective de casser notre noble lutte, qu’ils sachent qu’on peut avec de l’argent acheter la liberté d’un homme, on peut acheter la liberté de 100 hommes, mais on ne pourra jamais acheter la liberté de tout un peuple. Il faut rompre avec ça. Il faut écouter la douleur du peuple burkinabè. Le sang a trop coulé, il est grand temps que ces dirigeants cessent avec ces manigances », dévoilent les conférenciers. Ils invitent les commerçants à fermer boutiques, les travailleurs du public et du privé « à se lever comme un seul homme pour la défense de la survie » du pays.

« Un problème sans solution est un problème mal posé. Notre problème, nous allons bien le poser. Notre problème, c’est demander au président Roch Marc Christian Kaboré de partir, parce qu’aujourd’hui, son pouvoir est comparable au régime français de Vichy. Aujourd’hui, le Burkina Faso est occupé par des forces extérieures comme en 1940, la France était occupée par les nazis. On a vu le maréchal Pétain collaborer avec les nazis, où il y a eu des échanges de prisonniers et on a tué des Français. Donc, on a le même cas ici au Burkina, où le régime Kaboré collabore pour libérer des terroristes, qui repartent tuer des Burkinabè. La France était réduite, aujourd’hui, le Burkina est réduite à la limite à Bobo et Ouaga. (…). Donc, le président Roch Marc Christian Kaboré peut déposer sa démission, pendant qu’il est temps, avant le 27 novembre. (…).

Aujourd’hui, c’est avec respect qu’on essaie de s’adresser au président et à ses collaborateurs, ils ne sont pas à la hauteur comme dirigeants. La fois dernière, nous étions au cimetière pour l’enterrement, quand les 14 gendarmes sont tombés, aucun officier supérieur n’est venu au cimetière. Aucun ! Et aujourd’hui, on apprend qu’il y a des pressions pour qu’on enterre certains corps à l’intérieur. Nous voulons la vérité, parce qu’on a des chiffres qui ne concordent pas. Les gens d’Inata ont lancé des alertes en vain, l’hélico n’est jamais venu. On nous dit défaut de kérosène. Mais, on a le kérosène pour aller prendre les corps. On parle de 20 millions pour organiser les enterrements. Mais, ils ne sont pas capables de nourrir des gens qui sont au front. C’est comme Tahirou Barry l’a dit, il (président du Faso, ndlr) est entouré par un feu de brousse, et il dort. Maintenant, le feu nous a encerclé tous, il faut qu’on se lève pour l’éteindre pour ne pas périr tous », s’indigne le secrétaire exécutif national, Mamadou Drabo.

« Une personne qui a fait la preuve de son échec, pourquoi continuer avec elle ? En 2019 déjà, le président Kaboré avait reçu en audience, les personnes-ressources du Sahel. Savez-vous ce qu’il leur a dit ? On a des gens qui étaient à cette rencontre-là, certains sont morts, mais d’autres sont là. Il leur a dit que ce n’est pas parce qu’il ne voit pas leur souffrance, le calvaire du peuple du Sahel, ce n’est pas qu’il n’est pas préoccupé, mais il avoue que ça le dépasse. Il l’a dit, et il y a des gens qui sont toujours là et qui peuvent témoigner. Depuis cette date qu’il a fait cet aveu d’échec, la situation ne fait que s’empirer, voulez-vous qu’on poursuive avec lui ? Non ! C’est fini, il faut qu’il libère ce peuple », clament les conférenciers.

Le Mouvement sauvons le Burkina Faso dit donc se demander si le président Roch Kaboré a vraiment perçu la gravité du problème. « Quand il dit que les gens exagèrent, qu’il a des amis qui vont au Sahel et qui reviennent. On se demande s’il mesure la gravité de la situation. Il ne nous dit pas que lui-même est allé et est revenu », réplique le porte-parole de l’organisation, Valentin Yambkoudougou.

D. g. à d. : Anaïs Drabo, Valentin Yambkoudougou, Mamadou Drabo et Oumar Junior Bahoro.

Les responsables du Mouvement sauvons le Burkina Faso confient avoir, depuis longtemps, adressé des lettres au président du Faso, au Premier ministre et au Président de l’Assemblée nationale, pour attirer leur attention sur ce que la situation devenait de plus en plus critique.

Une autre lettre est également adressée au CFOP-BF (Chef de file de l’opposition politique au Burkina-Faso), le 4 novembre 2021, pour lui dire qu’il sera responsable de la situation pour s’être acoquiné avec le pouvoir.

« A Ouagadougou, nous avons l’impression que le pays va bien. Alors que quand vous voyez nos compatriotes un peu partout à travers le pays, ce sont des gens qui vivent des situations extrêmement difficiles. C’est à nous qui avons encore la chance de vivre une certaine accalmie, de nous mobiliser pour leur aller en aide ; parce que chez eux, ce n’est plus possible », décrit le secrétaire général adjoint du mouvement, Oumar junior Bahoro.

O.H.L
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 23 novembre à 12:35, par Ions En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

    Est ce que le départ du Président est vraiment la solution ? Honnêtement je ne pense pas. Par contre, mettre de l’ordre dans l’armée, faire un remaniement pour chasser les ministres incompétents et voleurs et ouvrir le gouvernent aux technocrates, oui. Il faudrait également que le Président veille à ce que des audits soient réalisés au sein de l’armée pour vérifier certaines informations faisant état de détournement.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 12:37, par Ed51 En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

    Comment est-il possible de dire que les responsables au plus haut niveau de l’Etat sont indifférents à ce qui se passe au Burkina ?
    Comment peut-on croire que des solutions simples existent et que le Président ne veut pas faire ce qu’il faut ?
    Des comparaisons avec un état nazi….
    Le terrorisme se renforce avec la désunion et la critique.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 12:51, par Toto le Neuf En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

    Il y a deux questions fondamentales, mais vous-vous entendez à ignorer la seconde.
    1) Pourquoi se débarrasser du Président du Faso ? Réponse : il est incapable de résoudre le problème sécuritaire.
    2) Comment trouver le Président du Faso capable de résoudre le problème sécuritaire sans compromissions dommageables ? Réponse : ......???
    J’attends votre réponse pour mesurer votre sincérité et votre perspicacité avant de me décider à vous rejoindre.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 12:58, par UNITE En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

    Dommage : Respec et honneur aux hommes tombés. Tak toum také, yaa wouam zôko !
    Je respecte la liberté d’expression, mais la sagesse devrait plutôt nous suggérer de nous asseoir, mettre les idées et les forces ensemble pour être plus fort et faire dignement front au mal. Qui a la certitude que changer de président actuellement sera la bonne action ? le gouvernement fait fasse au terrorisme et il doit faire fasse aussi à une partie de son peuple." Beau soutien" ! Comment être efficace dans cette situation ? Quelque que soit le pouvoir qui viendra il aura des opposants. Chaque chose à son temps, au peuple de bien réfléchir et savoir qu’est ce qui unis, renforce et qu’est ce qui détruis et ruine ? UNISSONS PLUTÔT NOS FORCES, SORTANT DE CE NUAGE NOIR, ÂPRES NOUS RÉGLERONS COMPTES. Le pouvoir en place à peut être des lacunes, mais en cette période, ne devons nous pas l’aider pour le moment ? Soyons vigilants et ne laissons pas la haine ou les intérêts personnels guider nos pas. Puisse le Seigneur apaiser et éclairer le peuple du Burkina.

    Répondre à ce message

    • Le 23 novembre à 17:05, par SOME En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

      unir nos forces a quoi ? Qu’est ce qu’ il a fait pour montrer sa bonne volonte mais que seulement il n’a pas assez de force et que le peuple va venir en soutien ? Bien au contraire au tout debut le peuple a offert tout son soutien mais ils ont tout fait pour decourager les populations : combien de personnes ont informé les FDS mais n’ont recu aucune protection. Encore pire on les a donné leurs noms publiquement et ils ont eté purement et simplement assassinés. Quelles actions ou meme quelles explications ne serait ce que le minimum Rocha montré aux populations pour montrer sa volonté de faire quelque chose ? Comment un chef de corps (celui de dedugu) peut -il informer les terroristes contre ses propres hommes mais au lieu du poteau d’execution il est muté...à l’état major. Excusez du peu ! Le chef d’etat major lui meme est soupconé de complicité avec les terroristes ; on le nomme mbassadeur dans le poste tres strategique d’ambassadeur en algerie !!! Vous voulez quoi ?
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 13:08, par Naso En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

    La démission du président n’est pas la solution quand on sait tous ceux qui gravitent autour de lui sont comme lui sinon pire que lui. Des décisions fermes de la part du président pourraient soulager un temps soit peu le peuple, mais hélas personne n’ose croire que Rock a un tel courage. Il faut que RMCK soit pour la première fois de sa vie courageux et taper sur ces amis et compagnons de depuis (27 + 6) ans, qui ne savent que profiter des biens du contribuable quit à sacrifier les soldats et populations civiles dignes fils du pays. Un bon coup militaire est souhaitable mais avec ces colonels et généraux ventrus on aimerait courir le risque qu’ils confisquent cette lutte. Notre salut viendra des jeunes officiers ayant toujours l’esprit révolutionnaire en eux pour conduire une transition à l’image du Mali.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 13:20, par Nabiiga En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

    De grâce, fichez nous la paix, nom de Dieu. Vous êtes des lâches piteux qui ne cherchent que de semer l’inquiétude et l’instabilité dans notre pays. Certes, et nul ne l’ignore, le pays fait face à une guerre très asymétrique, une guerre non conventionnelle où deux armées s’affrontent frontalement mais des individus qui sèment la désolation et se fondent à volontiers dans les populations que le gouvernement est chargé de protéger. Pire, c’est une insécurité qui nous a été imposées par nul autre que la Blaise. Qui est ce Burkinabè qui ne le sait pas ? Vous êtes donc sans le savoir, alors pourquoi marcher contre le gouvernement au lieu de marcher pour interpeler celui indexé. Le gouvernement, sans vouloir être son avocat, a fait et continue à faire tout dans son pouvoir pour ramener la sécurité mais c’est impossible d’être partout, les ressources de notre pays l’obligent. Arrêtez ces marches commanditées par des lâches tapis dans l’ombre qui ne cherchent que le retour au pouvoir. Vous faites la honte de tous avec ces marches. Vous voulez marchez ? Marchez vers le front si même vous connaissez ce front. Le front dans cette guerre est partout. La preuve ? Combien de fois Ouaga fut attaqué et curieusement, c’était quand encore la toute première attaque ? Bandes d’inconscients.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 13:49, par Ka En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

    ’’’’’’’’’’Un problème sans solution est un problème mal posé. Notre problème, nous allons bien le poser. Notre problème, c’est demander au président Roch Marc Christian Kaboré de partir, parce qu’aujourd’hui, son pouvoir est comparable au régime français de Vichy. Aujourd’hui, le Burkina Faso est occupé par des forces extérieures comme en 1940, la France était occupée par les nazis.’’’’’’’’’

    Sans prendre parti pour le pauvre président mouta mouta, je ne pense pas que ce dernier soit éjectera de son fauteuil pour l’insécurité ou le combat contre le terrorisme qui touche tous les chefs d’état de tous les pays du Sahel. Si c’est le cas tous les dirigeants dont les pays sont touchés par ce fléau doivent démissionnés.

    Je ne voulais en aucun commenté à ce sujet. Mais ceux qui profitent de cette situation pour des règlements de compte m’interpellent a les dire que qu’actuellement on voit que le chef de l’Etat Burkina est profondément choqué, non pas parce que son pouvoir personnel aurait été ébranlé, mais parce que l’autorité du peuple Burkinabé, dont il incarne la souveraineté, a été attaquée au sein de l’armée nationale, au nom d’intérêts particuliers factionnels qui ont piétiné l’Intérêt général et méprisé le Bien commun, à cause de ce qui s’est passé dans ces derniers jours militairement.

    Et je crois que rétablir l’autorité du pouvoir politique au Faso, et à augmenter sa puissance de feu militaire et à instituer son arbitraire reste sa priorité. Rétablir l’autorité du pouvoir politique et militaire, n’est-ce pas reconstruire l’unité nationale et juridique de ce peuple dont dépend le pouvoir d’un gouvernement fort ? N’est-ce pas aussi restaurer l’aptitude du pouvoir politique Burkinabé à porter et à incarner les valeurs démocratiques et républicaines qui fondent sa légitimité ? N’est-ce pas rétablir l’exemplarité politique qui augmenterait moralement l’efficience technocratique et gestionnaire du gouvernement ? Restaurer l’autorité de l’Etat qui est sur la table du président, est à instituer sans délai pour l’exemplarité du pouvoir politique et du peuple ?

    Et ce que je peux confirmer, c’est que le président doit balayer ces ministres affairistes cloués sur leurs fauteuils depuis 2015, des mauvais conseillers du président Roch Kaboré comme ceux qui ont fait chuté Blaise Compaoré, ces ministres affairistes ne sont là que pour offrir des postes à leurs amis et parents dans des institutions internationales et ambassades, que de penser aux problèmes du peuple. Qu’on balaie ces ministres et mettre des personnes qu’il faut, a la place qu’il faut. Et je pense qu’un certain A. Barry fera l’affaire, car son honorable Michel Kafando ne me dira pas le contraire.

    Avec ces manifestations, on fait fausse route quand on considère que la défaite du gouvernement fut l’effet de la faiblesse de la puissance de feu de son armée pour éradiquer nos frères déguisés en terroristes. Si nous voulons gagner cette guerre de l’insécurité, ’’’’’’’’que le peuple se soude et prendre l’exemple d’un guerrier solitaire avec son peuple qui a gagner sa guerre, et qu’on peut dire qu’un peuple peut gagner sa guerre comme ont fait la résistance des populations de Bani-Volta face à la pénétration coloniale qui a pris tout son sens et devrait trouver une place de choix dans notre histoire nationale à côté du refus de Boukary Koutou de mettre son royaume sous la botte des Français. Cette résistance bwa a permis non seulement de montrer une résistance armée qui infligea des défaites à l’ennemi, mais surtout de faire l’histoire non des têtes couronnées mais aussi celle du peuple bwa.

    Personne au Burkina a l’heure actuelle ne s’étonne que Roch Kaboré s’est laisser avoir avec ses conseillers de ministres affairistes collés a leurs fauteuils dans les ministères clés. Et je pense qu’il va se débarrasser pour un nouveau départ. Souvent la vérité du vieux Ka rougit les yeux, mais ne les casse pas.

    Répondre à ce message

    • Le 23 novembre à 16:45, par VISION En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

      Ka, sous votre respect, pardon mais vous savez que ce que vous dites n’est pas vrai.
      Rock serait donc tellement choqué par la situation du pays, qu’il à fait coupé Internet...!
      Rock est tellement Choqué qu’il s’entour de consiellers voraces ! etc ...Ecoutez à Méditer : : Machiavel à dit : il n’y pas de mauvais conseillers, il n’ya qu’un mauvais Prince.
      Et là, Rock c’est bel et bien Fini...
      Paix, Repos et prospérité au vaillant peuple Burkinabè.
      Merci
      pardon si j’ai heurté.
      Merci

      Répondre à ce message

    • Le 23 novembre à 17:38, par SOME En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

      Mon ami ka, tu as conscience que l’heure est grave. «  Restaurer l’autorité de l’Etat qui est sur la table du président, est à instituer sans délai pour l’exemplarité du pouvoir politique et du peuple ?  »
      C’est trop tard peut etre, mais surtout en a-t-il les moyens aujourd’hui lorsque il a passé son temps à se laisser berner par ses propres conseillers, avec des strategies et tactiques dont lui-même sait ne fonctionneront jamais pour le bien du pays. Pourquoi a-t-il accepté arreter le colonel Barry et contraindre un zida a l’exil ?

      Mon ami ka tu vois pourquoi dès le depart je n’ai pas arreté de critiquer ce gouvernement. C’était une affaire de choix et de volonté politiques qui etaient inappropriées des le depart. Le fruit était déjà pourri avec sa fameuse solution « diplomatique ». Je ne t’apprendrai pas ce que c’est la diplomatie et ce que cela implique. Il s’était déjà englué dans le piege qu’on lui a tendue et il lui fallait un sacré caractere (qu’il n’a pas) pour revenir en arriere (si il l’eut souhaité jamais !).

      "...refus de Boukary Koutou de mettre son royaume sous la botte des Français. Cette résistance bwa a permis non seulement de montrer une résistance armée"
      Oui tu fais bien d’invoquer la mémoire de nos grands parents et arrieres grands parents, mais qu’est ce Roch aujourd’hui nous a montré pour que nous fassions comme mes voisins Bwaba ? Imagine meme un instant qu’un thomas sankara etait a la place de Roch aujourd’hui, qui aurait osé ?

      Tu penses qu’il va se débarrasser des ses ministres pour un nouveau départ. Avec quelle credibilité ? Il ne l’a pas fait depuis 8ans, meme quand c’était une evidence qu’il fallait sevir et en avait les moyens moraux et memes materiels Qu’a-t-il fait des ces histoires (ministre de la defense, le traffic d’or, corruption autour de lui, etc). Qu’a-t-il fait ? par rapport aux terrrorisme, qu’a-t-il expliqué (ne serait qu’a minima) aux populations ? Qu’a-t-il fait depuis a re election ? Qui peut-il convaincre aujourd’hui ? Et le piege se referme sur lui au profit de ceux ses ennemis infiltrés qui le conseillent. Hun Tzeu a certainement dit que quand tu es par terre et que tu as perdu toutes tes forces c’est alors que tu disposes de toutes tes forces. mais je lui opposerai ce proverbe dagara qui clame que ce n’est pas le jour meme ou l’on organise la battue pour la chasse que le chasseur va adopter un nouveau chien pour aller chasser.
      SOME

      Répondre à ce message

      • Le 23 novembre à 23:02, par Ka En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

        Mon ami SOME : Comme je ne cesse de le répéter, ‘’’’’’’’’’’’’’’’Sans nos différences le forum de Lefaso.net n’aura aucune valeur.’’’’’’’’’’’ Si nous avions les mêmes pensées, le monde marchera a reculons. Connaissant la culture de la politique de notre pays, nous reparlerons de qui nous arrive au milieu de l’année 2022. L’expérience m’a appris que la politique au Burkina est très ethnicisée, et un tombeau ouvert pour certains.

        Quand à mon frère Yako, je te demande de relire mes commentaires au combat pour enraciner l’article 37, ’’’la racine de l’alternance saine pour la génération future de notre pays, tout dont je disais s’est produit. Pour te dire que ce n’est pas le problème de nos frères déguisés en terroristes comme dans tous les pays du Sahel qui fera démissionné un président élu démocratiquement, la corruption, les crimes gratuits je n’en disconviens pas. Nous en reparlerons de tout ça en 2025 si Dieu nous nous donne longue vie.

        Répondre à ce message

      • Le 24 novembre à 08:36, par Ka En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

        Mon ami SOME : Comme je ne cesse de le répéter, ‘’’’’’’’’’’’’’’’Sans nos différences le forum de Lefaso.net n’aura aucune valeur.’’’’’’’’’’’ Si nous avions les mêmes pensées, le monde marchera a reculons. Connaissant la culture de la politique de notre pays, nous reparlerons de ce qui nous arrive au milieu de l’année 2022. L’expérience m’a appris que la politique au Burkina est très ethnicisée, et un tombeau ouvert pour certains.

        Quand à mon frère Yako, je te demande de relire mes commentaires au combat pour enraciner l’article 37, ’’’la racine de l’alternance saine pour la génération future de notre pays, tout dont je disais s’est produit. Pour te dire que ce n’est pas le problème de nos frères déguisés en terroristes comme dans tous les pays du Sahel qui fera démissionné un président élu démocratiquement, la corruption, les crimes gratuits peuvent poussé un peuple a se revoter a 100% et chasser son président que je n’en disconviens pas, mais ici ce n’est pas le cas. Nous en reparlerons de tout ça en 2025 si Dieu nous nous donne longue vie.

        Répondre à ce message

    • Le 23 novembre à 17:55, par Yako En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

      Pauvre Ka,tu es le seul au Faso à n’avoir pas compris que le calif est arrivé au terminus.Puis, un homme aussi sage comme toi,fin connaisseur de notre pays peut encore espérer que RMCK puisse renverser la tendance ! Trop de morts trop de réfugiés CA SUFFIT COMME ÇA seule la démission lui reste comme geste patriotique, s’il a encore un brin d’honneur. Bien à toi

      Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 13:56, par Cathy ! En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

    C’est piteux comme appel à la mobilisation. A l’heure où on doit unir les forces, s’épauler, c’est à ce moment que certains trouvent qu’il est l’heure pour leur étoile de briller. Comme c’est triste et pitoyable. Pire, on se permet de comparer notre Patrie à la France (notre plaie, la puce qui nous succe,...), franchement ?!

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 14:20, par DU BON En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

    Ressaisissez vous. Ne vous tromper pas d’ennemi et de combat. Vous voulez le départ du PF ça c’est un combat politique. Vous aurez le départ du PF que si vous vous mobilisez à bouter l’ennemi commun qu’est le terroriste qui vous pousse à voir le mal partout.
    Le PF est certes responsable des Hommes à qui il a confié la sécurité du pays. Ces hommes sont en retour responsable et comptable des résultats (). Ex : le cas Fabrice
    Vous êtes mobilisés pour ce qu’on connait (obtenir la démission du PF) et l’ennemi terroriste attend quoi de vous, du PF ou du BF. Bien malin qui saura la bonne réponse car même le terroriste c’est qu’il faut vivre et vivre bien.
    Le BF est un petit pays pauvre où le championnat de la terreur rapporte peu. Pourquoi ne pas élever le niveau du championnat de la terreur en allant vers les Grands Pays immensément riches.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 14:34, par Henri En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

    Soyez responsables !
    Quand votre maison brûle, la sagesse voudrait que chacun cherche à l éteindre . Chasser le père de famille, ne changera rien.
    C est ce que cherche l ennemi.

    Soyons Sérieux, demander de l aide au voisin oui mais non semer la zizanie.
    Nous sommes tous dans la même maison.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 14:47, par Omar Dao En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

    Cet acharnement pour ne demander que la démission du PF me semble très suspect.

    Pourquoi on ne se mobilise pas pour aller directement bloquer ou déloger les terroristes ?

    Répondre à ce message

    • Le 23 novembre à 18:31, par lepaysvamieux En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

      Le problème de Roch c’est qu’il manque un service de renseignement efficace. Il allait démasquer les criminels tapis dans l’ombre qui aident les terroristes à nous tuer. Une enquête sérieuse doit être diligentée envers ces gens qui demandent la démission de Roch afin de savoir leurs intentions réelles.
      Sinon moi je dis non à Roch et le recommande d’avoir la culture de sanction. Au sein de l’armée il y a des personnes qui rament à contre courant qu’il faut rechercher et traîter comme tel

      Répondre à ce message

      • Le 24 novembre à 09:18, par SOME En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

        non a mon avis le renseignement fonctionne et dispose d’un minimum. lme vrai probleme c’estc e que en font ceux qui nous dirigent. Ils preferent obeir aux diktats des occidentaux pour soumettre encore le pays pendant des siecles pour les generations a venir. L’armee ne fait rien car il lui est interdit d agir et pourquoi Roch il accepte qu’il en soit ainsi ? L’armee francaise a tire sur les populations qui ont bloqué le convoi, mais tu verras il n’y aura rien. Pourquoi ? parce qu’il est explicitement dit que les soldats francais ne sont pas responsables de tout ce qui peut arriver durant leur mission : qu’ils tuent, blessent, bastonnent etc le burkina ne peut les poursuivre en justice. Rappelez vous des soldats pedophiles : c’est allé ou ? Pourquoi Roch il accepte ? Pourquoi nous doit continuer d’axccepter ? Qu’est ce que roch a expliqué aux populations ? rien de rien et rien !
        SOME

        Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 14:59, par max En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

    Pendant que le front a urgemment besoin de combattants et des volontaires v d p vous préférez prendre de l’argent pour boire la bière et organiser des marches bidon à Ouagadougou.ceux qui défendent le Burkina sont au front.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 15:05, par Justeunburkinabe En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

    Le chef supreme des armees ( le President) ainsi que les chefs militaires en tant de guerre doivent inspirer confiance et respect. La troupe est comme une classe d’ecole primaire, elle produira de meilleure resultats que lorsque l’enseignant "le maitre" instille la discipline, le courage, le travaila, le sacrifice. Avons nous ce "leader" actuellment. Je le dis et le repete nos dirigeants comme partout en Afrique sont des dirigeants de capitale pas de pays. Ils ont un dedain profond pour les paysans, les fonctionnaires de bourses parceque soit ils viennent de la ba ou leur parents vienne de la et ils ne veulents pluas avoir affaire a tout ce qui leur rapelle les durs conditions. Apprenons a nous aimer nous meme si on veut aimer et proteger ce pays..

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 15:27, par Le réaliste En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

    Je pense à mon humble avis qu’un certain réalisme recommande que cette marche n’ait pas lieu car, ses organisateurs semblent vouloir créer du désordre dans la mesure où ils n’ont aucune autre proposition après le départ du Président qu’ils réclament.
    On sent directement qu’il s’agit d’instruction macabre donnée par des malveillants tapis dans l’ombre et qui ne cherchent que le Burkina chavire et sombre dans le chao. Ne l’avaient d’ailleurs pas prédit lorsqu’ils avaient été chassés et interdits des élections de 2015 ?
    Ces organisateurs manipulés ont encaissé leur argent pour semer le désordre au profit de leurs maitres. Il faut que l’Armée matte copieusement ces inciviques et mieux se réorganiser pour reconquérir notre territoire.
    Je sais que nous avons des militaires très valeureux dans ce pays. Qu’ils se lèvent et balayer les détourneurs d’argent si nombreux dans leurs rangs, et libérer le pays. Cela est possible. Mettez les non opérationnels en retraite anticipé comme en Guinée Conakry de DOUMBOUYA. Déployer convenablement l’infanterie à nos frontières et l’ennemi s’en éloignera.
    Il faut une bonne foi qu’on arrête le désordre dans nos cité, au besoin par la force

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 15:30, par OBJECTIVITE En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

    Salut à tous !

    Il faut savoir que le bon sens commande au Président Rock KABORE de se décharger de ses fonctions de Président du FASO. Il y’a eu trop de morts sous son leadership depuis 2015. Il faut donner la chance au pays de se réunir et de proposer une nouvelle équipe de consensus, pour se resouder et réorganiser l’armée et mettre une stratégie de lutte contre les envahisseurs, qui n’exclue pas à chercher à rentrer en contact avec eux. Il nous faut une transition militaire de deux ans, transition concertée et acceptée de tous pour chercher essentiellement à retrouver la paix et à recouvrer notre territoire. Avec une assemblée nationale restreinte de 100 membres dont 30 femmes exclusivement de sages et personnes de plus de 50 ans (coutumiers et religieux)Mettre en place une chambre des politiques qui regrouperont trois représentants de tous les partis politiques ayant eu au moins un député lors des dernières consultations électorales. Accepter dans cette chambre les différents présidents de tous les autres partis politiques toutes tendance confondues. Adopter une motion qui oblige les différents détachements militaires à être commander par au moins un COLONEL.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 15:34, par touscomplices En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

    Je pense qu’on doit surtout trouver une solution à nos officiers sac à dos. Les officiers sont clairement repsonsables du massacre de Inata. Sans oublier le pouvoir inexistant de RMCK

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 15:35, par JEPENSEQUE En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

    on a besoin d’un vrai militaire intègre au pouvoir

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 15:38, par Le réaliste En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

    Je pense à mon humble avis qu’un certain réalisme recommande que cette marche n’ait pas lieu car, ses organisateurs semblent vouloir créer du désordre dans la mesure où ils n’ont aucune autre proposition après le départ du Président qu’ils réclament.
    On sent directement qu’il s’agit d’instruction macabre donnée par des malveillants tapis dans l’ombre et qui cherchent que le Burkina chavire et sombre dans le chao. Ne l’avaient-ils d’ailleurs pas prédit lorsqu’ils avaient été chassés et interdits des élections de 2015 ?
    Ces organisateurs manipulés ont encaissé leur argent pour semer le désordre au profit de leurs maitres. Il faut que l’Armée matte copieusement ces inciviques et mieux se réorganiser pour reconquérir notre territoire.
    Je sais que nous avons des militaires très valeureux dans ce pays. Qu’ils se lèvent et balayer les détourneurs d’argent si nombreux dans leurs rangs, et libérer le pays. Cela est possible. Mettez les non opérationnels en retraite anticipé comme en Guinée Conakry de DOUMBOUYA. Déployez convenablement l’infanterie à nos frontières et l’ennemi s’en éloignera.
    Il faut une bonne foi qu’on arrête le désordre dans nos cités, au besoin par la force

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 15:52, par Le réaliste En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

    Je pense à mon humble avis qu’un certain réalisme recommande que cette marche n’ait pas lieu car, ses organisateurs semblent vouloir créer du désordre dans la mesure où ils n’ont aucune autre proposition après le départ du Président qu’ils réclament.
    On sent directement qu’il s’agit d’instruction macabre donnée par des malveillants tapis dans l’ombre et qui cherchent que le Burkina chavire et sombre dans le chao. Ne l’avaient-ils d’ailleurs pas prédit lorsqu’ils avaient été chassés et interdits des élections de 2015 ?
    Ces organisateurs manipulés ont encaissé leur argent pour semer le désordre au profit de leurs maitres. Il faut que l’Armée matte copieusement ces inciviques et mieux se réorganiser pour reconquérir notre territoire.
    Je sais que nous avons des militaires très valeureux dans ce pays. Qu’ils se lèvent et balayer les détourneurs d’argent si nombreux dans leurs rangs, et libérer le pays. Cela est possible. Mettez les non opérationnels en retraite anticipé comme en Guinée Conakry de DOUMBOUYA. Déployez convenablement l’infanterie à nos frontières et l’ennemi s’en éloignera.
    Il faut une bonne foi qu’on arrête le désordre dans nos cités, au besoin par la force

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 16:09, par Un Burkinabê En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

    Vous êtes des vendus et je pense que vous devez passer devant une cour martiale. C’est vous qui avez voté RMCK en Novembre 2020 tout en sachant qu’il n’était pas l’homme qu’il faut. Pourquoi l’avez vous voté ?
    1- parce que les billets de banque ont circulé dans vos poches
    2- RMCK était le meilleur candidat en lisse. Tous les autres (Eddie, Ablassé, Tahirou, Zeph, Zida, etc...) ne faisaient pas le poids.
    3- la seule candidate qui faisait le poids était Mme Yéli Kam mais comme vous n’êtes pas assez fort pour voter pour une femme au Burkina....
    La solution est simple, de la place de la Révolution marchez sur le front le plus proche de Ouaga. Fouillez chaque maison et chaque forêt pour déloger les terroristes. Après la victoire vous accompagnez celui que vous aurez choisi à Kossiam en 2025.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 16:42, par koh En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

    pour ma part il faut impérativement que Roc parle au peuple comme le réclament les évêques du B F et du Niger.LE PEUPLE DOIT SAVOIR CE QI CE PASSE EXACTEMENT. La situation est très grave non seulement pour lui et aussi pour le pays. A défaut qu’il rend le tablier à Bala Sankandé qui organisera des élection dans 90 JOURS.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 17:24, par ancien En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

    Ne nous parlez surtout pas de BALLA SAKANDE. Lui c’est un populiste qui ne comprend rien en rien.
    Rendez le pouvoir aux jeunes officiers.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 18:02, par KA En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

    Vous ne cherchez même pas à savoir pourquoi on est attaqué, est ce que le Mali, le Niger ne sont pas attaqué actuellement ?
    l’ensemble de ces réalités montre que nous sommes attaqués par ce qu’on refuse d’accepter ce qu"ils veulent.
    Vous demandez la démission du président, s’il part , vous mettrez en place un autre qui négociera avec eux afin qu’ils nous laisse tranquille c’est ça ?

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 19:33, par Kidrh En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

    Comme dit un internaute exposez nous le schéma et la durée de la gestion du pouvoir d’état après le départ du PF. Il est évident qu’un vide de 72 heures à tête du pays sera un appel d’air lourd de conséquences. Rassurez nous que vous avez les moyens d’extirper de vos rangs d’éventuels ennemis du Faso.. Sachez que les mouvements de masse on les déclenche après quoi on ne les contrôle plus. Il est sûr que l’incendie de l’assemblée nationale n’était pas des objectifs des organisateurs des manifestations de 2014. Parlant d’histoire devant l’occupation du territoire les patriotes français se sont organisés en cellules de résistance..
    .Ne serait-il pas mieux de demander au PF de procéder au renouvellement intégral de son gouvernement, au rajeunissement de la chaîne de commandement de l’armée, d’équiper conséquemment les FDS et le VDP

    Répondre à ce message

    • Le 23 novembre à 23:46, par Un Burkinabê En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

      Kidrh, le Président du Faso devait savoir quoi faire. La majorité des patriotes comme nous autres écrivons tous les jours sur lefaso.net pour dire que pour gagner la guerre il faut que notre peuple soit uni derrière son Président. Pour que le peuple soit uni derrière son Président il lui faut faire 3 choses
      1- limoger son 1er Ministre (un vieux qui ne devait pas diriger un Gouvernement de combat puisque sous la pression de la rue suite à l’assassinat de Norbert Zongo il n’avait même pas été nominé comme une personne qui a les capacités de gérer des crises) qui a été clair dès le début qu’il n’avait pas de stratégie de lutte contre le terrorisme. Malgré cet aveu le PF l’a garder pourtant il avait été élu sous le programme du retour de la sécurité au Faso.
      2- réduire le train de vie de l’Etat en suprimant certaines Institutions telles que le CES, le HCRUN, le Mediateur du Faso, le Haut Représentant du PF, le machin des frères Palm, etc. Diminuer le nombre de ses conseillers spéciaux (ils ont rang de Ministre) et réduire significativement le nombre des véhicules du parc auto de l’Etat (chaque Ministre doit avoir au plus un véhicule de fonction), réduire les cagnotes des caisses noires de souveraineté, etc...
      3- décreter une lutte ardue contre la corruption en mettant les textes d’application de la loi Laurent Bado en place, augmenter le budget de l’ASCE/LC, mettre tous les douaniers qui ont plus de 3 villa R+ à la retraite anticipée, etc...
      4- réduire le nombre des porte feuilles du Gouvernement à 15 ministères.

      Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 22:53, par Citoyen En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

    Trop c’est trop.Nous ne pouvons pas enterrer nos frères de jours en jours.Soit le Pouvoir actuel négocie avec les terroristes pour que la paix revienne au Faso ou bien il cède le fauteuil présidentiel à quelqu’un d’autre.De toute façon au temps de Blaise,le pays ne baignait pas dans le sang.Nous demandons aux terroristes de nous pardonner car le pauvre fonctionnaire(policier, gendarme, militaire, enseignant, infirmier forestier... se débrouille aussi dans son service juste pour sa survie.IL en est de même pour les paysans,les commerçants..qui sont aussi des innocents.

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre à 07:12, par Mechtilde En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

    Machiavel à dit : il n’y pas de mauvais conseillers, il n’y a qu’un mauvais Prince.

    C’est exact Vision. Chez nous les Mossé on dit : « Na song ka yé, ya Pugkièm songo, la Nayirdin sonma m’bé  » (Il n’y a pas de bon roi, Il n’y a seulement qu’une bonne reine et des bons courtisans). Dans de tel cas de figure, après un compte-rendu bien cerné avec l’écoute attentive de la reine, c’est elle qui prend la décision qui consiste à voir le danger pour la société tout entière et à le circonscrire. Elle a derrière elle également les sœurs et les tantes du roi. Puis elle prononce la sentence qui consiste à ce que son royal époux rejoigne ses ancêtres qui doivent l’attendre. Elle a ce pouvoir puisque elle abrite l’esprit même des ancêtres que préside l’esprit des familles qui n’être autre que NabazidWendé Lui-même.

    Maintenant trouvez-moi en Afrique en ces temps contemporains, des premières dames et femmes ministres de ces calibres ? Sont-elles capables de cette hauteur d’esprit (ne serait-ce que demander une démission au lieu la mort ou même éviter un coup d’état). Apparemment non. Pire elle pousseront même leur époux jusqu’au crime. On aurait beau leur expliquer les dégâts des guerres de la 4ème Génération. « Non s’en fout la mort » comme dirait l’ancien combattant. Alors bonjour les luttes contre nos valeurs culturelles, luttes qui aujourd’hui, ont sapé les repères des enfants, et introduit la déconstruction de la société. Sans rancune leurs Excellences.

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre à 08:45, par Ka En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

    ‘’’’’’’’’’’’’’’’’’’A’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’ Vision allias…… j’avais décidé de t’ignorer car, voilà depuis le 31 Octobre 2014 que tu sabotes mes critiques fondées avec tes multiples pseudos, et souvent utilise mon pseudo pour berner les internautes de bonne foi : Mais en tant que sage, je te dis que nos différences font la richesse du forum de Lefaso.net. C’est pourquoi dans la situation actuel, si ton mentor Blaise Compaoré était dans la même situation, j’allais écrire la même chose : Car, Si nous ne sommes pas coupables, nous sommes pour le moins responsables de la situation où nous avons placé notre pays en l’hypothéquant durant des années avec les terroristes qui venaient prendre le thé au palais de Kossyam et personne ne réagissait comme aujourd’hui pour demander la démission du président Blaise Compaoré.

    C’est pourquoi mon message, pour dires aux manipulés qui se rassemblent en ignorance de se départir de ses présomptions et de savoir qu’il est plus facile de détruire que de construire.
    À tous, je dirais de sortir de leur torpeur et d’impliquer leur personne dans cette quête de combattre nos frères déguisés en terroristes. Comme disait Norbert Zongo, « le pire ce n’est pas la méchanceté des hommes mauvais, mais le silence des hommes biens ». (…)
    C’est pourquoi, j’en appellerais à un sursaut national afin que tous les fils et filles du pays, dans une volonté commune, aillent a ce combat contre le terrorisme et non se tromper d’ennemi. C’est l’ignorance, et non la connaissance, qui dresse les hommes les uns contre les autres. Refuser de participer au combat contre les terroristes en manifestant pour la démission du président sans donner des solutions, est une volonté d’engager les populations dans cette dynamique négative, et qui montre clairement que ces gens n’ont pas de stratégie pour combattre les terroristes. Et comme je ne cesse de le répéter dans ce forum, ’’’’’C’est une chose que de demander la démission du président. C’en est une autre que d’être capable de proposer des solutions efficaces, crédibles et réalisables, et d’être soi-même à la hauteur d’une situation difficile et peu enviable. En France, les "gilets jaunes" défilaient tous les samedis depuis plus de 6 mois pour crier "Macron démission !" dans les rues, mais de quoi sont capables ces énergumènes, à part dévaster un centre-ville. Non Vision allias…. le président Roch Kaboré n’est pas fini, il finira son mandat comme Macron élu démocratiquement par le peuple.

    Vision Allias MyMy, allias………….. Si ton mentor avait les couilles comme Roch Kaboré, il ne sera pas là où il est à manipuler le monde………. S’agissant le président mouta mouta Roch Kaboré, je considère que cet homme a un courage dont je n’aurais jamais été capable. Quelqu’un ne peut pas avoir pris tant de coups, avoir subi tant de haine, avoir été harcelé de cette façon, avoir été humilié de la sorte, et tenir encore debout, dressé face aux adversaires et aux ennemis ! Il faut reconnaître aux gens ce qu’ils sont. Roch Kaboré pour moi, est un ’’fromager’’. Et un homme qui a de telles performances, a forcément les moyens de tenir un pays. Parce que tenir un pays, c’est aussi être capable de rester debout face aux tempêtes. Devant les magouilles des grandes puissances, les pressions extérieures et crises qui éclatent à l’intérieur, les frondes extérieures, il faut que le leader soit debout. Car s’il baisse les bras, le pays plie l’échine". C’est pourquoi je te confirme avec foi, que cet homme n’est pas fini s’il se débarrasse immédiatement de ses mauvais conseillers, je sais que son fils banquier me lis, et le transmettre au diner du soir.

    Quand a toi aux multiples pseudos, tous les prétextes sont bons pour ne pas faire soi-même les efforts nécessaires tu refuse de se remettre en cause après tout ce que ton mentor a laisser comme dégâts, tu trouve toujours des causes extérieures à nos malheurs, et, au moment venu, tu te se livre à des comparaisons et des amalgames douteux pour "arranger" la réalité. . C’est simple, il faut arrêter tes mains obscures de manipulateur. Quelle honte d’accuser les autres de vos propres bêtises, préoccupés à vous goinfrer insolemment, pour donner des leçons au peuple ? Sans rancune.

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre à 11:52, par samuel En réponse à : Marche du 27 novembre du Mouvement sauvons le Burkina Faso : « Jour de refus national d’un pouvoir qui s’accommode de ses morts » (porte-parole)

    S’il est vrai que le Président Rock devrait prévenir les conséquences de la chute de l’ancien régime et l’embrasement de la sous région, je ne sent cependant pas derrière ce mouvement, d’honnêtes citoyens qui ne cherchent que la sécurité. Les intensions politiques sont clairement avoués, obtenir la démission du président. Cela présage l’ombre de l’ancien régime qui cherche à tout prix à faire tomber le régime, suspendre le procès Thomas SANKARA, libérez Dienderé et faire revenir l’ancien Président Blaise Compaoré. Cette marche ressemble à une phase ultime d’un programme savamment orchestré pour reprendre les mains dans la gestion des affaires publiques. Ils ont organisé certains groupes à attaquer nos frontières, à intensifier les attaques depuis l’ouverture du procès Thomas SANKARA, ils font des déclarations incendiaires pour mobiliser le peuple, ils veulent maintenant passer à cette nouvelle étape qui la manifestation du 27/11/2021. Honte ; honte et honte aux loups déguisés en agneaux. peuple du Burkina Faso, n’y participer pas pour ne pas remettre en cause les acquis de notre insurrection populaire. La patrie ou la mort, nous vaincrons. Vive le peuple conscient qui ne se laissera pas entrainer dans une marche qui n’est pas la leur.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Pratique de l’excision au Burkina : Les leaders religieux lancent l’offensive
Burkina/Centre-est : Deux personnes assassinées, pour avoir été soupçonnées de collaborer avec les Forces de défense et de sécurité
Burkina : Des nominations au sein des Forces armées nationales
Burkina Faso : Le REN-LAC organise un atelier pour renforcer la lutte anti-corruption
Energies renouvelables : Les pays de l’UEMOA penchent pour une politique énergétique commune
Réouverture des frontières au Burkina : Le ministre de la santé énonce les conditions pour les voyageurs
Éducation au Burkina : Scolariser les filles dans des régions touchées par l’insécurité
Burkina : Appel à dons au profit des déplacés internes de Sakoula
Deuxième édition du « Programme Sentoo » : La première résidence se tient à Bobo-Dioulasso, du 29 novembre au 5 décembre 2021
Projet biodigesteur : La Croix-rouge burkinabè vole au secours de la commune de Ténado
Burkina : La maladie ulcéreuse au cœur du 2e congrès des hépato-gastro-entérologues
Sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest : Les producteurs burkinabè veulent apporter leur contribution
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés