Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La valeur du pardon se mesure à la gravité de la faute pardonnée» Charles Blé Goudé

Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants exigent la démission du président du Faso, Roch Kaboré

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • mardi 16 novembre 2021 à 09h58min
Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants exigent la démission du président du Faso, Roch Kaboré

Des centaines de manifestants ont pris d’assaut la place de la Nation de Ouagadougou, ce mardi 16 novembre 2021. Ils exigent la démission du président du Faso, Roch Kaboré, pour "incompétence notoire" dans la gestion de la crise sécuritaire.

C’est une mobilisation qui a commencé timidement vers 8 heures pour ensuite connaître une grande affluence quelques heures plus tard. Ce sont des centaines de manifestants qui ont exprimé leur ras-le bol par rapport à la gestion de la crise sécuritaire au Burkina Faso. Pour eux la situation sécuritaire est ‘’chaotique’’ à cause de ‘’l’incompétence’’ du président du Faso. Il doit démissionner pour avoir échoué à apporter des réponses satisfaisantes aux multiples attaques qui endeuillent le Burkina Faso, ont-ils déclaré.

Le drapeau français brulé en signe de protestation

"Trop c’est trop, ça fait sept ans d’incompétence", "L’heure est grave", "Libérez Kosyam", ce sont, entre autres, les slogans scandés par ces manifestants. « Nous, jeunes du Burkina Faso, nous demandons au président du Faso, Roch Kaboré, de libérer notre pays. Ce monsieur a toujours échoué et il échouera toujours », a dénoncé Mohamed Koumsongo, responsable du mouvement "Sauvons le Burkina Faso", principal organisateur de la marche. « Ce régime a déjà montré ses limites », a-t-il lancé avant d’ajouter : « Ils ont dit qu’ils n’ont pas de stratégie pour faire face au terroristes ». Cette affirmation, a-t-il poursuivi, suffit déjà pour se convaincre de leur incompétence à la tête de notre Etat. Si on nous chasse du Burkina Faso, où allons-nous partir ? s’est-il interrogé, avant d’appeler à une grande mobilisation pour faire entendre leurs voix.

Mohamed Koumsongo, responsable du mouvement "Sauvons le Burkina Faso", appelle la population à soutenir la manifestation

De la place de la Nation, les manifestants ont pris la direction du grand marché, puis du rond-point des Nations-unis en scandant : "Libérez Kosyam ! Libérez Kosyam !"
Les marcheurs ont tenté, sans succès, de rejoindre le Premier ministère pour exprimer leurs préoccupations. Cette trajectoire a été déviée par la police qui était mobilisée à l’occasion. "Nous menons cette lutte à cause de vous", "le gouvernement vous envoie à l’abattoir", ont-ils lancé aux policiers qui leur avaient barré la route d’accès à la Primature.

Les manifestants chez le Moogho Naaba

Du rond-point des Nations-unies où ils ont été congédiés par la police, les manifestants ont pris la direction du palais du Moogho Naaba. Le point levé, ils ont entonné l’hymne national du Burkina depuis le rond-point des Nations unies jusqu’au palais du Moogho Naaba où ils sont allés exprimer leurs doléances. Après quelques minutes de tractations avec la sécurité du palais royal, les leaders de la marche ont été invités à l’intérieur pour exposer leurs préoccupations à l’autorité morale.

Les manifestants au palais royal pour demander le soutien du Moogho Naaba

Au sortir de cette rencontre, ils disent avoir passé le message au Moogho Naaba. « Nous lui avons dit de demander au président du Faso de démissionner parce qu’il ne peut plus diriger le pays », a laissé entendre le responsable des manifestants, Mohamed Koumsongo. Il nous a conseillé, poursuit-il, de manifester pacifiquement et promis qu’il transmettra le message à qui de droit. »

De l’eau offerte gratuitement pour plus d’endurance dans la marche

« Libérer Diendéré, il est la solution… »

Pendant que certains manifestants réclamaient la démission du président du Faso, d’autres, par contre voyaient la libération du général Gilbert Diendéré comme solution pour résoudre le problème de terrorisme au Burkina. « Il faut qu’on libère Diendéré, il peut résoudre ce problème », a laissé entendre un manifestant.
Accompagnés de coups de klaxons et de sifflets, les revendications ont varié au fur et à mesure que les rangs de la marche grossissaient.

Drissa Ouédraogo, réclame le départ de l’armée française

De la démission du président du Faso, à la libération de Gilbert Diendéré, les marcheurs ont aussi brulé un drapeau français en signe de protestation, disent-ils, contre la présence de militaires français au Burkina. « L’armée française ne joue pas franc jeu dans cette lutte contre le terrorisme, la France doit partir », a martelé Drissa Ouédraogo dit le révolutionnaire.
A 11h, les manifestants ont rejoint leur lieu de départ notamment la place de la Nation pour appeler à une mobilisation générale le 27 novembre 2021.

Serge Ika Ki (stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 16 novembre à 10:24, par Kenichi En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants exigent le départ du président du Faso

    Nous jeunes du Burkina Faso !! Vous et qui ? Il faut éviter de parler au nom de toute la jeunesse.

    Répondre à ce message

    • Le 17 novembre à 09:24, par kwiliga En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants exigent le départ du président du Faso

      " Ce sont des centaines de manifestants qui ont exprimé leur ras-le bol" Heu, des centaines, ça fait combien à peu près ?
      "De la démission du président du Faso, à la libération de Gilbert Diendéré, les marcheurs ont aussi brulé un drapeau français..."
      Et vous n’avez trouvé personne pour réclamer la présence de Wagner, la fermeture des maquis, la fin du Franc CFA, la rectification des mœurs,...?
      Cherchez mieux, il devait y avoir de tout là-dedans.

      Répondre à ce message

  • Le 16 novembre à 10:24, par warzat En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants exigent le départ du président du Faso

    Les manifestants se trompent de sujet. Si par exemple, les rations alimentaires sont mises à dispositions des FDS au front, ce n’est le président qui doit le leur apporter à temps.
    S’il y a combat et nos FDS sont en nombre inférieur en hommes et en puissance de feu, s’ il y a une demande de renfort de leur part, ce n’est pas le président qui décide.
    Si les terroristes se rassemblent pour attaquer un village ou un camp des FDS, si l’information est connu, ce n’est pas le président qui dira de les frapper sur leur lieu de rendez vous avant l’éventuel attaque. Donc, mes frères manifestants, vous vous trompez de cible.
    Si la sécurité est incertaine à 100 km de la première région militaire comme on a pu le suivre à la télé, ce n’est pas au président d’agir.

    Répondre à ce message

  • Le 16 novembre à 10:38, par Bodo En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants exigent le départ du président du Faso

    Depuis ces dernières années, il y a (presque) toujours 1 mandat de trop... Et il faut savoir partir, même si tu pouvais en faire 2...

    Répondre à ce message

  • Le 16 novembre à 11:02, par l’Intègre En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants exigent le départ du président du Faso

    c’est dommage.
    Sans être pour qui que ce soit, je pense personnellement que cette marche ne fait que faire l’affaire des terroristes et leurs maîtres impérialistes (france).
    Le Mali d’à côté est à son 6ème président contre le terrorisme sans pour le moment voir le bout du tunnel. il ya ATT, Sanogo, le président de la première transition, IBK, le président de la deuxième transition et actuellement GOITA.
    Donc attention, ne permettez pas aux politiciens de nous créer plus de soucis.
    Réfléchissons autrement.

    Répondre à ce message

  • Le 16 novembre à 11:13, par Sacksida En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants exigent le départ du président du Faso

    Situation Nationale tres compliquee, l’urgence il faut evidemment eviter de faire le jeux des terroristes et de certains politique politicienne qui pourrait sombrer le Pays. Mais il faut que Rock Marc Christian Kabore President du Faso change de CAP dans le Partenariat avec la Russia et la Chine afin de lutter plus vigoureusement contre les groupes terroristes qui attaquent notre Peuple Burkinabe et le Pays. Salut

    Répondre à ce message

    • Le 17 novembre à 20:57, par wendinmi En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants exigent le départ du président du Faso

      Le president Kabore a seuleument herité de la mediocre politique meneé depuis l’aube des indépendances. La france toujours la france, il n’y’a pas que la france mais tant d’africains égoistes sans patriotisme n’en parlons pas de dignité qui ont toujours miné le devenir de tout le continent. Peuple burkinabe unissez autour de votre président aidez le à s’ameliorer et evitez de faire le jeu des terroristes internes et externes. A l’armée je dirai que son devoir est de proteger et défendre le peuple et les limites territoriales non de perpetrer des putchs.Le combat est contre l’ennemi venu qui sait d’où,des malveillants qui ne font pas de difference entre civils et militaires ;nous sommes tous des victimes.Restons unis et nous vaincrons.

      Répondre à ce message

  • Le 16 novembre à 11:31, par Tengbiiga En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants exigent le départ du président du Faso

    Rock ne peut pas faire comme Assimi Goita. C’est un peureux. Il a peur de Macron tout comme il avait peur de Blaise. N’est ce pas lui qui justifiait la modification de l’artcle 37 ? Il a fallu que Salif Diallo les prenne, lui et Simon pour les amener a s’opposer. Pour une fois Rock, sois courageux pour ton peuple. Chasse tous les incompetents et les voleurs de ton gouvernement, decrete l’etat de guerre, fait arreter toutes les manifestations djanjoba, festivals, meme privées, mobilise ton peuple aux cotés des FDS et VDP pour la lutte.

    Répondre à ce message

  • Le 16 novembre à 11:40, par le juste En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants exigent le départ du président du Faso

    Quand les terroristes s’implantent dans un pays c’est presque impossible de les délogés. Il n’utilisent pas de téléphone ordinaire qui sont mis a l`ecoute par nos servives de renseignement. Il y a aussi des milliers de traitre et des bandits de grand chemin qui travaillent avec eux. C’est vraiment une longue et difficile lutte qui nous attend. Un ami Malien m’a dit que Blaise Compaore qui a aidé les terroristes a s’installer au Mali est aussi le responsable de ce qui se passe au Burkina Faso. Goita le chef de junte militaire n’a pas pu changer la situation au Mali. Cela montre que cela n’est pas facile bien que le Mali a le support massif de la communauté internationale. La seule solution est que nous tous allions au front pour défendre notre patrie.

    Répondre à ce message

  • Le 16 novembre à 11:45, par klassic En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants exigent le départ du président du Faso

    1.si des soldats français sont réellement présent au BF, quel est exactement leurs rôle ?
    2.Pourquoi leur responsable ne se prononce jamais sur ces attaques ?
    Après c’est pour prendre des sanctions contre un pays "indépendant" lorsque la population veut prendre ses responsabilités. Une solution à mon avis est que la France assure la sécurité des mines qu’elle exploite de même pour le Canada, la Chine etc...

    Répondre à ce message

    • Le 16 novembre à 14:58, par le voyant En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants exigent le départ du président du Faso

      Nos hélicoptères ne décollent plus pour aller combattre les terroristes. ils sont stationnés pour escorter les autorités et à aller chercher les cadavres.

      Répondre à ce message

    • Le 17 novembre à 09:56, par kwiliga En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants exigent le départ du président du Faso

      @klassic
      Les seuls militaires français basés de manière permanente au Burkina Faso à l’heure actuelle sont un contingent d’environ 200 forces spéciales à Ouagadougou.
      Leurs missions se cantonnent à la protection des ressortissants français, notamment les personnels consulaires, à des missions d’information, en lien avec les forces américaines et à des missions de formation auprès des militaires burkinabè.
      Contrairement au Mali, qui a demandé l’intervention militaire de la France en 2013, le Burkina n’a pas fait appel à eux. Ils n’on donc aucune possibilité d’intervenir de leur propre initiative et ne peuvent le faire que sur demande précise et autorisation de notre gouvernement, et en coopération avec des militaires de notre armée.
      Pour exemple, lorsqu’en 2019, des commandos français ont libéré quatre otages, ils n’ont pu agir qu’en "coopération" avec nos forces armées nationales.
      Quand l’armée française se déplace en convoi sur le territoire du Faso, elle est encadrée par des motards burkinabè.
      Etc, etc, etc

      Répondre à ce message

      • Le 17 novembre à 19:39, par MyMy En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants exigent le départ du président du Faso

        - @kwiliga, CE QUE VOUS DITES EST FAUX. LES ACCORDS MILITAIRES ENTRE LA FRANCE ET LE BURKINA(HAUTE-VOLTA) DATENT DES INDÉPENDANCES. ET ILS INTÈGRENT LES PRESENTS TYPES DE MISSIONS. LA FRANCE A DONC OBLIGATION DE PROTÉGER CES TERRITOIRES MALGRÉ LES INDÉPENDANCES. (Macron et Parly racontent des conneries ; et les généraux français le savent. L’Elysée raconte des conneries ; et le Quai d’Orsay le sait.) ET POUR CAUSE, LES PAYS AFRICAINS CONCERNÉS PAYENT DES FRAIS A LA FRANCE A CE TITRE. EN IMPRIMANT LE CFA, LA FRANCE RÉCUPÈRE DIRECTEMENT ET SUR PLACE, CES FRAIS EN QUESTION. (L’ARMÉE FRANCAISE EST DONC UN GROUPE DE MERCENAIRES OBLIGE PAR LES TEXTES DE SON PROPRE PAYS, DE PROTÉGER LES AFRICAINS.)

        MIEUX ENCORE, EN 2015, LES SOLDATS FRANCAIS ONT OBTENU UN STATUT DE DIPLOMATE AU BURKINA NIGER ET MALI. (Une chose que M. B. Compaoré a catégoriquement refusé de leur accorder.) ILS PEUVENT DONC Y FAIRE TOUT CE QU’ILS VEULENT. SEULE LA JUSTICE FRANCAISE EST COMPÉTENTE POUR LES JUGER. (Souvenez-vous par exemple de la fillette de 7 ou 8 ans violée et filmée par deux soldats français dans une piscine de l’hôtel Indépendance. Ils sont libres comme l’air à Paris. Souvenez-vous que des enfants de 4 ans ont été violées par des soldats français et marocains en Centrafrique. Ils étaient sous mandat de l’ONU. Ils sont tous libres comme l’air, en France et au Maroc.) SELON LES ACCORDS COLONIAUX RÉVISÉS, CES SOLDATS FRANCAIS PEUVENT MÊME REFUSER DE COMBATTRE. ET NOUS N’AVONS PAS LE DROIT DE LES OBLIGER ; BIEN QUE LEUR PAYS CONTINUE DE PERCEVOIR DE L’ARGENT DE NOUS, POUR NOUS PROTÉGER. CE QUE VOUS DITES EST DANGEREUX. VOUS MENTEZ A DES MILLIONS DE PERSONNES. VOUS CRÉEZ LE DOUTE DANS LEUR ESPRIT.

        - AU 1er TRIMESTRE 2015, LE MPP AVAIT DEJA PRIS DES ENGAGEMENTS AVEC LA FRANCE (j’ai rencontré des membres de sa délégation - Métro Meromesnil/Lignes7et13) ; ALORS MÊME QUE C’EST LA TRANSITION QUI DIRIGEAIT LE BURKINA. ((15.000 milliards de francs cfa pour un pndes dès mars-avril 2015, ça vous parle ?)) AU NOM DE QUOI, LE MPP A-T-IL FAIT CELA ? SOUVENEZ-VOUS DE CE QUE M. MICHEL KAFANDO A DIT A M. ROCH KABORE AU SUJET DE LA SÉCURITÉ. MAIS M. KABORE ÉTAIT PERSUADÉ QUE L’ARMÉE FRANCAISE ALLAIT LE SAUVER ; ET PAS NÉCESSAIREMENT LE BURKINA.

        - LE MENSONGE MORTEL DE CES GENS A PRIS L’ASCENSEUR. LA VÉRITÉ FROID ET IMPLACABLE A PRIS LA CAGE D’ESCALIERS. ILS SONT TOUS DEUX SUR LE TOIT DE L’IMMEUBLE. UN DES DEUX DOIT SAUTER DANS LE VIDE. ET CE N’EST PAS A LA VÉRITÉ DE LE FAIRE. A VOTRE AVIS, QUELLE EST LA SUITE ? J’ESPÈRE VOUS AVOIR AIDÉ.

        Répondre à ce message

      • Le 17 novembre à 19:55, par MyMy En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants exigent le départ du président du Faso

        - @kwiliga, PERMETTEZ-MOI D’AJOUTER : LES SOLDATS FRANCAIS AU BURKINA SONT PLUS DE 200 (instructeurs dont des officiers, forces spéciales, commandos d’infanterie, parachutistes,, espions en tenue civile, gendarmes, policiers, médecins militaires... + soldats de Barkhane en rotation de repos)
        ILS SONT A OUAGA (centralisation en Afrique de l’Ouest), A KAMBOINSIN (formatage idéologique de nos futurs officiers), A BOBO-DIOULASSO (en liaison avec BOUAKE en Côte d’Ivoire), A PO (en liaison avec leurs dits diplomates à Accra) ... A EUX S’AJOUTENT LES SOLDATS USA. ET AUCUN N’Y EST RÉELLEMENT POUR NOS BEAUX YEUX.

        Répondre à ce message

        • Le 18 novembre à 09:09, par kwiliga En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants exigent le départ du président du Faso

          @MyMy
          Cher Monsieur, je ne sais d’où vous tirez vos informations, mais vous devez très certainement fréquenter les hautes sphères du pouvoir, pour afficher sans vergogne autant d’éléments sensibles et qui diffèrent de tous les chiffres, éléments et discours officiels.
          Si c’est le cas, je ne peux comprendre que vous en soyez réduit à intervenir, comme le petit internaute que je suis, sur de tels forums.
          Vous feriez bien mieux de mettre l’ensemble de vos compétences et de votre sapience au service de notre pays, afin de renforcer nos services de renseignement, dont la faiblesse est aujourd’hui avérée.
          Vous me traitez de menteur et de personne dangereuse, ce qui me fait craindre que, du haut de votre toute puissance, vous ne fassiez rechercher mon adresse IP et me fassiez arrêter par vos services de sécurité.
          A moins que je ne m’inquiète à tord et qu’en réalité, vous ne soyez, comme beaucoup d’intervenants, qu’une petite personne, galvanisée par l’anonymat que permet l’outil informatique et que dans votre cerveau confus, où le racisme le dispute à l’amalgame, vous vous soyez attribué le droit de détenir seul la vérité, non pas la vérité des hautes sphères du pouvoir, comme vous aimeriez à le faire croire, mais la "vérité" des réseaux sociaux, celle qui permet toutes les élucubrations et toutes les bassesses, sans que l’on aie jamais besoin de prouver, de démontrer ou de se justifier.
          PS : par pitié, si vous daignez me répondre, n’écrivez pas en majuscule, ça me donne l’impression que vous criez et ça me fait mal à la tête.

          Répondre à ce message

    • Le 17 novembre à 10:02, par kwiliga En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants exigent le départ du président du Faso

      @klassic
      Les seuls militaires français basés de manière permanente au Burkina Faso à l’heure actuelle sont un contingent d’environ 200 forces spéciales à Ouagadougou.
      Leurs missions se cantonnent à la protection des ressortissants français, notamment les personnels consulaires, à des missions d’information, en lien avec les forces américaines et à des missions de formation auprès des militaires burkinabè.
      Contrairement au Mali, qui a demandé l’intervention militaire de la France en 2013, le Burkina n’a pas fait appel à eux. Ils n’on donc aucune possibilité d’intervenir de leur propre initiative et ne peuvent le faire que sur demande précise et autorisation de notre gouvernement, et en coopération avec des militaires de notre armée.
      Pour exemple, lorsqu’en 2019, des commandos français ont libéré quatre otages, ils n’ont pu agir qu’en "coopération" avec nos forces armées nationales.
      Quand l’armée française se déplace en convoi sur le territoire du Faso, elle est encadrée par des motards burkinabè.
      Etc, etc, etc

      Répondre à ce message

  • Le 16 novembre à 11:58, par KingBaabu En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants exigent le départ du président du Faso

    Démarche inappropriée de ces jeunes. On comprend votre colère, mais pardon, refléchissez un peu. Vous mélangez tout, vous attaquez la France, vous attaquez le Président. Est-ce que vous êtes prêts à monter au front ? Vous êtes jeunes, vigoureux et pleins de bonne volonté. Réclamez plutot des armes pour aller défendre le pays et on vous enrolera illico presto dans l’armée.

    Répondre à ce message

  • Le 16 novembre à 14:57, par SOME En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants exigent le départ du président du Faso

    "Nous avons dit au Moogho Naaba de demander au président du Faso de démissionner parce qu’il ne peut plus diriger le pays"
    est ce le moro naba qui a mis roch au pouvoir ? Cette démarche dit à quel point le pays est pourri. En rien vous n’aidez le pays, bien au contraire
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 16 novembre à 15:08, par hum En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants exigent le départ du président du Faso

    @internaute Klassic

    J’ai lu votre article et moi je m’intéresse au paysage minier du Burkina
    Merci de me citer par retour , le nom d’une seule mine exploitée au Burkina Faso par la France.
    Une réaction de votre part serait hautement appréciée

    Répondre à ce message

  • Le 16 novembre à 18:29, par Citoyen LAMBDA En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants exigent le départ du président du Faso

    Il ne faut surtout pas, que le président du Faso tombe dans le piège des marches et contre marches de soutien . Il a intérêt à se réveiller effectivement secouer et nettoyer en premier lieu, toute l’incompétence ,l’irresponsabilité et la pourriture qui gravitent autour de lui et à prendre très au sérieux cette première manifestation pour son départ . C’est toujours comme ça, que les choses commencent et prennent progressivement de l’ampleur jusqu’à ce que l’impensable se produise. C’est sûr ,que dès ce soir, les griots et autres laudateurs vont lui faire croire que OF ,il n ’ y avait pas grande foule à la marche ,ce sont des aigris etc .
    Le président aurait alors tord de banaliser cette première marche réclamant sa démission . Avec Blaise ,ça a commencé aussi petitement . Et ses griots et autres féticheurs ,marabouts et politiciens de courte vue ,lui ont dit de ne rien craindre . Que y a FOYE . On connait la suite . Donc cher PF RMCK YEI YEI YEI .

    Répondre à ce message

  • Le 16 novembre à 20:02, par Pifo En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants exigent la démission du président du Faso, Roch Kaboré

    Certains jeunes sont de véritables tarés. DIENDERÉ n’est qu’un lâche, un poltron qui ne s’assume jamais. Un seul individu ne peut constituer la solution, ce criminel ne sera jamais libéré. Il faut arrêter d’insulter la bravoure et l’intelligence des autres militaires.

    Répondre à ce message

  • Le 16 novembre à 21:13, par Bigbale En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants exigent la démission du président du Faso, Roch Kaboré

    On a pas besoin d’être un spécialiste de la politique dans les colonies françaises d’Afrique pour comprendre le lien la recrudescence de ces attaques au moment où les parrains de terroristes sont jugés à Ouaga (Gilbert DIENDERE notamment). Les slogans lâchés par les manifestants instrumentalises par le clan Compaoré : "libérez DIENDERE pour qu’il aille au front" comme si DIENDERE est le seul militaire au Burkina à pouvoir combattre ! C’est vraiment mal cacher les intentions et insulter tous ces militaires qui se battent jour et nuit sur le terrain. Cette marche n’est que le prolongement de la marche de Eddie Komboigo et de l’opposition indigne qui s’agite pour rien ! Malheureusement pour eux, le peuple dans sa souffrance sait faire et saura distinguer ses ennemis et les combattra par tous les moyens.

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre à 05:59, par Zambagba bilgo En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants exigent la démission du président du Faso, Roch Kaboré

    Mes chers frères la démission de Roch ne va rien arranger mais c’est le départ des militaires français qui nous arrange soyons clair c’est parce que Roch refuse les consignes de la France qu’ils nous attack a l’intermédiaire de ses gens là mais là vérité viendra un jour merci

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre à 09:08, par ollo En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants exigent la démission du président du Faso, Roch Kaboré

    Evitons le syndrome de 2014. Armons-nous d’intelligence, de sagesse et de discernement. L’urgent, c’est de chercher à connaitre l’identité de ceux qui nous attaquent et leurs connivences à l’intérieur. Si la démission de Rock est leur objectif, nous aurons fait le travail gratuitement pour eux, pour ceux qui tuent et font la politique de la terre brulée, ceux qui sont à l’origine de la fermeture d’écoles, des tueries, des millions de déplacés internes....Nous aurons fait le travail pour eux....gratuitement.

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre à 11:34, par Na Bleta En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants exigent la démission du président du Faso, Roch Kaboré

    Une telle manifestation est triste et me semble un soutien aux terroristes. Dommage ! Pourquoi gaspiller tant d’énergie à manifester contre le gouvernement ? Pourquoi ne pas mettre cette énergie à défendre le pays aux côtés de nos soldats en tant que volontaire ?
    Pourquoi chaque village ne s’organisent pas pour se défendre aussi ?
    Nos parents d’avant auraient eu le temps de faire des grottes de résistance et d’attaque, mettant des guetteurs sur les toits, des stratégies qui permettent d’affronter intelligemment même les groupes les mieux armés. Mourir plutôt qu’avoir honte !
    Cette manifestation est pro-terroriste et honteux !

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre à 15:00, par Gohoga En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants exigent la démission du président du Faso, Roch Kaboré

    N’A BLETA. Je pense comme vous. Ces marcheurs semblent plus aux soutiens de ceux qui nous attaquent qu’à autre chose. S,ils sont des patriotes, ils devraient marcher vers les fronts après avoir réclamer des armes à qui de droit. Au lieu d’aller chez Mogho (Ouaga) ou fermer le marché (Bobo). Ils ressemblent plus aux achetées pour ça.

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre à 20:04, par Nabiiga En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants exigent la démission du président du Faso, Roch Kaboré

    @ Gohoga et al
    Je pense également comme toi et l’autre internaute dont à qui tu te réfères. Ne baissons pas la garde, les abrutis qui clament la démission du Président tout comme les dirigeants de certains Partis politiques et leurs manifestants sont des inconditionnels de ces mêmes terroristes avec qui ils travaillent en concert. On invite les terroristes à attaquer afin de leur donner l’occasion de demander la démission du Président. Je tombe de nu quand j’entends le CDP, surtout lui, en train de demander nuit et jour la démission à cause de la situation sécuritaire. Ces mêmes terroristes furent nos hôtes lorsque Blaise était au pouvoir. Du n’importe quoi vraiment

    Répondre à ce message

    • Le 19 novembre à 09:10, par BackToMyRoot En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants exigent la démission du président du Faso, Roch Kaboré

      Cher Nabiiga, vous liez tout à la politique , vous pensez que ceux qui critiquent ou demanden la démission de Roch sont seulement du CDP ou de l’ opposition ? c’est cette erreur que vos prédécesseurs ont commise en pensant qu’il n’ avait que des parties politiques de l’ opposition qui s’ opposaient eux quand ils ont voulu s’éterniser au pouvoir.
      Maintenant dites moi quand le RENLAC dépose un rapport sur l’ état de la corruption qui est passé à 400% de 2016 à 2020 , vous voulez dire que c’est l’opposition qui a manipulé les chiffres ? Quand on alloue à la défense un budget colossale de plus de 700 MDRS par an depuis 6 ans et qu’ on attend que des soldats meurent de faim, manque de prise en charge et de matériel militaire DISUASIF, dite moi c’est aussi l’ opposition ? La vérité c’est que nous somme face à une gouvernance chaotique dont Roch est le seule responsable. Vous pouvez avoir de l’ empathie pour Roch, c’est votre choix, mais refusé de regarder la réalité en face et assimilé tout ce criques ou demande le départ de Roch comme étant de l’ opposition ou du CDP c’est vraiment absurde. Une chose est sur la masse silencieuse finira par prendre ces responsabilité si Roch persiste dans son sommeil. Le rôle et la responsabilité majeur d’ un président c’est d ’être à l’ avant garde pour anticiper sur toute les situations difficiles et non dormir comme un citoyen lambda pour se réveiller le matin et apprendre les tristes nouvelles sur les réseau sociaux. Etre Président à vaut plus que ça !

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Fin de mission pour le Premier ministre, Christophe Dabiré
Dégradation de la situation sécuritaire au Burkina : Le Président de l’Assemblée nationale, Bala Alassane Sakandé, attendu au front
Burkina/Politique : Le congrès du CDP suspendu sur décision de justice
Burkina : Le parti Le Faso autrement appelle à l’apaisement
Démembrements de la CENI : Les activités suspendues à compter du 10 décembre 2021
Mouvement « C’est le moment » : Un ex-militant dénonce « une exploitation abusive de son image » par Lefaso.net
Burkina Faso : Fatimata Sanou/Touré nommée médiateur du Faso
Message du président du Faso : « A partir de ce discours, nous avons retrouvé notre dignité de Burkinabè », félicite Aly Badra Ouédraogo, président du RPR
Burkina : Le président essaie de reprendre la main face aux mouvements de contestation
Burkina : L’opposition invite les forces de l’ordre à encadrer la marche du 27 novembre avec professionnalisme
Situation sécuritaire au Burkina : « Oui, j’ai compris votre message qui nous invite à un changement de paradigme » dit Roch Kaboré
Situation sécuritaire au Burkina : Le RPI préconise la création de pôles provinciaux de formation militaires
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés