Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui n’a pas envie de donner, donne de la main gauche» Proverbe burkinabè

CEDEAO : Quand les peuples décident d’imposer la voie à suivre !

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET • mardi 9 novembre 2021 à 22h35min
CEDEAO : Quand les peuples décident d’imposer la voie à suivre !

Le temps n’est plus où les peuples suivaient sans ‘’discernement’’, les décisions des institutions supra-nationales, auxquelles leur Etat a adhéré et censées exister pour leur bien-être. L’actualité de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) dans les situations malienne et guinéenne montre bien l’éveil des citoyens de cet espace communautaire.

La « CEDEAO des peuples » reste jusque-là un serpent de mer. Quand bien même elle est considérée comme l’une des organisations d’intégration les plus réussies du continent africain. En tous les cas, ces dernières années, des opinions au sein de ses propres citoyens sont de plus en plus acerbes et contestataires à son égard. Elle est perçue comme celle-là qui joue un mauvais rôle face aux crises ou potentielles crises, tant elle semble apte à lutter contre les conséquences plutôt que les causes des difficultés.

Face à cette perception, les citoyens ouest-africains ont amorcé un autre niveau avec la posture des peuples malien et guinéen dans la situation que vit leur pays. Cette perception est partagée par une bonne partie de l’opinion de l’espace communautaire. Si fait qu’aujourd’hui, on a une CEDEAO coincée entre ses propres règles, courant après sa propre légitimé. Elle qui évoque l’argument de « souveraineté » pour observer un silence complice, quand il s’agit de regarder des présidents tordre le cou à la constitution et qui se résout à vouloir taper le poing sur la table, lorsque le dictateur dandine. De quels peuples parle donc la CEDEAO, lorsque la « souveraineté » n’est pas interprétée au bénéfice de ceux-ci ?

Les conclusions de sa session extraordinaire de dimanche 7 novembre 2021 sur la situation politique en Guinée-Conakry et en République du Mali, viennent ajouter au fait que la CEDEAO est pressée par l’opinion publique, lasse d’attendre cette « CEDEAO des peuples ». Des sanctions individuelles et « ciblées » infligées aux dirigeants des deux pays, assorties de mesures d’accompagnement au processus en cours. D’une part, des dirigeants qui bénéficient de l’accompagnement de leur peuple et qui, de ce fait, impriment la cadence, et d’autre part, une CEDEAO qui se voit ainsi contrainte dans ses décisions de tenir compte de cette position des peuples.

Les peuples ouest-africains semblent donc, de plus en plus, devenir maîtres du jeu. Ils ne ferment plus les yeux sur les dérives constitutionnelles de leurs dirigeants, encore moins sur l’attitude de leurs institutions communautaires face à ces dérapages.

Les cas malien et guinéen, et l’actualité qui les nourrit, montrent que les peuples sont décidés à ne plus rester des spectateurs muets. Comme pour dire avec cet acteur que, « puisqu’on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles ».

On se souvient qu’en septembre 2015, la CEDEAO s’est vue contrariée sur sa propre démarche. En effet, pendant que l’institution sous-régionale avait la démarche tournée vers des actions de transition, le peuple, lui, s’est mobilisé pour imposer une dynamique de contestation du coup d’Etat et, partant, de restauration du pouvoir d’antan.

Comme quoi, il arrive donc des moments où les leçons viennent de la base pour éclairer, ou mettre aux pas, ceux du haut.

O.L
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 9 novembre à 17:30, par Ramsès-Maâtptah En réponse à : CEDEAO : Quand les peuples décident d’imposer la voie à suivre !

    Au lieu de chercher à concilier les efforts et à renforcer sa capacité opérationnelle à soutenir les peuples dans la lutte contre le terrorisme qui s’étend, elle c’est la défense de violeurs de constitutions et la sanction des militaires qui la préoccupe. Nos pays sont en guerre contre le terrorisme et le soutien de la CEDEAO et de ses alliés n’est pas à la hauteur des attentes des populations. Le cas du Mali est patent, le coup d’état contre IBK la population l’a réclamé parce que IBK n’agissait plus dans l’intérêt du peuple malien.
    Le second coup contre Bah N’Daw c’est parce que lui aussi avait fini par prendre les ordres de l’hexagone. C’est justement en voulant écarter les militaires et pour pouvoir servir les intérêt de l’impérialisme qu’il a été débarqué.
    La CEDEAO se fait l’écho de cette politique qui ne sert pas l’intérêt de nos peuples.
    Elle a eu expérience avec ecomog, aujourd’hui G5 sahel avec les alliés occidentaux ne sont que budgétivores, les terroristes ont gagnés du terrain et nos états sont presque en lambeaux, des déplacés internes par milliers, des attaques des populations au quotidiens, insécurité partout dans nos mini états. Nos armés sous -équipés, les populations désemparés, les gouvernements semblent impuissants.
    L’impérialisme est à l’œuvre pour preuve :
    - Eco de la CEDEAO, a été sabordé.
    - Statut de Kidal, la communauté "internationale" entretien toujours le floue la dessus.
    - Financement et armement du terrorisme, jusque là aucune suite sur les rapports de quelques enquêtes au sein de la "dite communauté internationale".
    - Tous les fonds que Kadhafi avait constitué pour Le Fond Monétaire Africain, la Banque Centrale Africaine c’est rentré ou après l’assassinat du guide, sinon dans la poche de mafieux impérialistes.
    L’heure est à la reconquête de l’Afrique par l’intermédiaire de groupe terroristes, financés et armés avec la complicité de l’impérialisme et des politiques incohérentes et non panafricaines des organisations telles que la CEDEAO.
    « L’impérialisme, tel le chasseur de la préhistoire, tue d’abord spirituellement et culturellement l’être, avant de chercher à l’éliminer physiquement. La négation de l’histoire et des réalisations intellectuelles des peuples africains noirs est le meurtre culturel, mental, qui a déjà précédé et préparé le génocide ici et là dans le monde. »Cheikh Anta Diop

    S’unir pour une Afrique forte ou périr tel est le défi de notre génération contre l’hydre terroriste, le cerbère qui s’attaque à notre droit d’exister en tant que peuple libre ,uni et prospère.
    Sinon de l’Ethiopie au sahel, nous trinquerons tous à la sauce Afghane si nous ne nous réveillons pas de notre torpeur.

    Répondre à ce message

    • Le 10 novembre à 11:12, par Phil En réponse à : CEDEAO : Quand les peuples décident d’imposer la voie à suivre !

      Je te pique ça.
      [L’heure est à la reconquête de l’Afrique par l’intermédiaire de groupe terroristes, financés et armés avec la complicité de l’impérialisme et des politiques incohérentes et non panafricaines des organisations telles que la CEDEAO.
      « L’impérialisme, tel le chasseur de la préhistoire, tue d’abord spirituellement et culturellement l’être, avant de chercher à l’éliminer physiquement. La négation de l’histoire et des réalisations intellectuelles des peuples africains noirs est le meurtre culturel, mental, qui a déjà précédé et préparé le génocide ici et là dans le monde. »Cheikh Anta Diop]

      Tel un tsunami, les peuples balayeront ce syndicat de chef d’Etat vendus à la solde de l’occident et restaureront l’identité africaine.
      Ce sera alors la renaissance de l’Afrique pour reprendre sa place usurpée.

      Répondre à ce message

  • Le 9 novembre à 21:02, par Vérité Indiscutable En réponse à : CEDEAO : Quand les peuples décident d’imposer la voie à suivre !

    ILS FINIRONT PAR COMPRENDRE !
    Des responsables complètement en déphasage avec leur peuple, c’est normal qu’ils s’égosillent dans le vide.
    Vive le Mali et ses responsables actuels !
    Vive la Guinée et ses responsables actuels !
    A bas la CEDEAO et sa France !
    A bas le Néocolonialisme !
    Honneur et victoire à l’Afrique consciente qui se libère par tous les moyens car aucun peuple ne s’est jamais libéré par des rencontres d’organisations telles que la CEDEAO.
    L’Afrique Libre ou la Mort, nous Vaincrons !

    Répondre à ce message

  • Le 10 novembre à 07:55, par kwiliga En réponse à : CEDEAO : Quand les peuples décident d’imposer la voie à suivre !

    "Comme quoi, il arrive donc des moments où les leçons viennent de la base pour éclairer, ou mettre aux pas, ceux du haut"
    C’est marrant cette phrase de conclusion, que l’on aimerait tant voir appliquer aux autres (CEDEAO, U.A, France,...), mais que l’on est incapables de mettre en pratique dans notre propre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 10 novembre à 08:37, par Burkindi En réponse à : CEDEAO : Quand les peuples décident d’imposer la voie à suivre !

    Un syndicat de chefs d’état à la solde des grandes puissances occidentales qui œuvrent pour se maintenir au pouvoir même au détriment de leurs peuples. Sinon comment comprendre leur silence pendant que Alpha KONDE opérait son passage en force qui a conduit la Guinée dans la situation actuelle. Aujourd’hui ils persistent à demander des élections au Mali en février 2022 pour imposer un pays un autre pantin.
    Avec de telles personnes à notre tête les peuples africains ont le devoir de prendre leur responsable !

    Répondre à ce message

  • Le 10 novembre à 08:39, par Abdoulaye En réponse à : CEDEAO : Quand les peuples décident d’imposer la voie à suivre !

    La CEDEAO est un tonneau vide com l a affirmé un fils digne d Afrique et la plupart de ses présidents sont des chefs des villages et non des présidents.ils sont là pour les intérêts de l hexagone et non pour les peuples.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Coopération : Une délégation du Millenium challenge corporation discute du second compact avec le président du Faso
Coopération sino-burkinabè : Les rideaux sont tombés sur la 2e édition du festival dédié aux deux pays
Burkina : Le convoi militaire français est « régulier et habituel », assure Alpha Barry, ministre des Affaires étrangères
Burkina Faso : L’Union européenne exprime son engagement pour la stabilisation du pays au profit du peuple burkinabè
Burkina : L’Union européenne disposée à approfondir sa coopération dans le domaine sécuritaire
Espace CEDEAO : Un atelier de plaidoyer en faveur des droits des personnes vulnérables
Burkina Faso : Un atelier de validation de gestion des archives diplomatiques en cours
Afrique de l’Ouest : Vers une dynamique de réseautage des organisations de la société civile pour le suivi du travail parlementaire
7e revue annuelle UEMOA-Burkina : 116 textes communautaires passés à la loupe par les experts
Coopération : Le Luxembourg offre cinquante réfrigérateurs solaires au ministère de la Santé du Burkina Faso
Mali : L’affaire « représentant spécial de la CEDEAO » emporte le 4e vice-président du CNT, Issa Kaou Djim
CEDEAO : Quand les peuples décident d’imposer la voie à suivre !
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés