Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les nations sont nées dans le cœur des poètes, elles prospèrent et meurent dans les mains des politiciens.» Mohamed Itqbal (poète, barrister et philosophe de l’époque de l’Inde britannique)

Sommet extraordinaire de la CEDEAO : Le Mali suspendu des instances

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • Communiqué de presse • lundi 31 mai 2021 à 07h30min
Sommet extraordinaire de la CEDEAO : Le Mali suspendu des instances

(Accra 30 mai 2021). Les chefs d’Etat de la Communauté des États de l’Afrique de l’Ouest réunis en sommet extraordinaire ce dimanche ont décidé de la suspension du Mali de ses instances.

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré et ses pairs de la CEDEAO ont condamné le coup d’Etat organisé par les militaires. Ils ont demandé la nomination d’un Premier ministre civil et invité les autorités de la Transition à respecter le calendrier électoral qui prévoit la tenue d’élections démocratiques en 2022.

Les chefs d’Etat ont réaffirmé leur attachement à la démocratie et condamné toutes actions qui viendraient à entacher la stabilité de la zone Ouest-africaine.

Ils ont également appelé l’Union Économique et monétaire Ouest-africaine (UEMOA) à accompagner le processus de transition engagé au Mali.

Les chefs d’État ont aussi demandé aux partenaires techniques et financiers, en l’occurrence l’Union européenne, à soutenir le Mali dans son processus de transition.

Ils ont félicité le médiateur de la CEDEAO pour les efforts consentis afin de trouver une solution à la crise qui prévaut au Mail.

Direction de la communication de la présidence du Faso

Vos commentaires

  • Le 31 mai à 10:30, par TANGA En réponse à : Sommet extraordinaire de la CEDEAO : Le Mali suspendu des instances

    Si vous voulez savoir, le Mali n’a rien à ciré de ce machin de CEDEAO car le plus important pour ce pays, c’est d’exister, avoir la fin des attaques etc. Alors, si vous voulez jouer le jeu de la france vous pouvez garder votre machin-truc et basta.
    Ce qui est sûr, ce sont les autres états de la CEDEAO qui courront vers le Mali pour avoir des appuis afin de mettre fin à leur problèmes. Cela par ce que désormais, l’OURS s’est installé au Mali et CASSERA LES DENTS DE QUI FERA LE MALIN ; suivez le regard !

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 10:36, par A qui la faute ? En réponse à : Sommet extraordinaire de la CEDEAO : Le Mali suspendu des instances

    « Les chefs d’État ont aussi demandé aux partenaires techniques et financiers, en l’occurrence l’Union européenne, à soutenir le Mali »
    Et vous Vous faites quoi ? Nos pays et nos instances servent à quoi ? Supprimez-les pour économiser des impôts, si tous ces gros fonctionnaires ne servent à rien.
    Condamner, appeler à soutenir : vous avez dépensé le kérosène pour ça !
    La CEDEAO c’est la zone du monde avec le nombre de coups d’Etats les plus élevé. Vos militaires se foutent de votre barbe car vous ne savez pas faire respecter les institutions. Et vous n’êtes pas crédibles parce vous avez soupé avec des putschistes.
    Même des pays officiellement en guerre sont plus stables que nos pays officiellement en paix.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 11:23, par Le réaliste En réponse à : Sommet extraordinaire de la CEDEAO : Le Mali suspendu des instances

    Pour être réaliste, il faut les dirigeants africains apprennent à agir au tour de l’intérêt général (la cause des populations) de nos pays, et non de sorte à satisfaire nos colonisateurs surtout notre France qui n’a que ses intérêts ou rien. Cette colonie particulièrement est prête à anéantir s’il le faut, nos populations pour assurer et garantir l’avenir, voir la survie des siennes.
    En effet, après avoir massacré les parents pendant la colonisation ainsi durant les guerres pour sa propre défense, de surcroit dépourvu de matières premières, elle a toujours réussi malheureusement à utiliser certains de nos dirigeants pour parvenir à ses fins lugubres.
    La fausse démocratie qu’on nous impose ne peut nous faire progresser. La démocratie doit tenir compte de nos réalités locales et s’adapter à notre contexte réel.
    Le concept d’autorités civiles forcément pour diriger nos pays ne peut être la règle en ce qui concerne nos pays, car nos textes fondamentaux n’interdisent pas au militaire d’assurer les hautes fonctions de l’Etat. Ainsi, lorsqu’il le faut, nos militaires interviendront dans la conduite des affaires de l’Etat toutes les fois qu’un dirigeant (civil ou même militaire) s’écartera de la volonté de nos peuples pour servir l’impérialisme au détriment de nos masses laborieuses.
    L’action des militaires actuels au Mali est tellement utilitaire qu’on n’a pas besoin de tergiverser. Ils ont découvert l’immixtion de Macron contre les intérêts stratégiques du Mali et cela est grave. Qu’il en soit ainsi à l’avenir.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 11:53, par songdo En réponse à : Sommet extraordinaire de la CEDEAO : Le Mali suspendu des instances

    Monsieurs les Présidents de la CEDEAO , merci ,sage décision pour le Mali et tout le continent, continuer ainsi et vous aurez le soutien du peuple africain , la France vous utilise pour ses intérêts et après vous assassine , ils ont tué sankara, aujourd’hui toute l’Afrique est sankara.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 14:37, par Un Burkinabê En réponse à : Sommet extraordinaire de la CEDEAO : Le Mali suspendu des instances

    "...condamné toutes actions qui viendraient à entacher la stabilité de la zone Ouest-africaine" - il.fallait le dire à Blaise Compaoré depuis les années 1990-2000.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 15:55, par Tig-Re En réponse à : Sommet extraordinaire de la CEDEAO : Le Mali suspendu des instances

    M Le réaliste et M TANGA,
    Je comprends vos positions mais êtes vous certain que tous les militaires maliens sont d’accord avec ce coup d’état. Et si ceux qui ne sont pas d’accord apprennent à leur tour les armes où tout ça s’arretera ?
    Les militaires sont là pour défendre l’intégrité de nos pays. Sinon pourquoi le peuple les rémunère et leur achète des armes si c’est pour qu’ils puissent les utiliser pour imposer leur volonté ? Ne me dites pas que c’est la volonté du peuple malien, on n’en sait rien.
    L’interet de la démocratie c’est de pouvoir changer les gourverants si on n’est pas d’accord ou si quelqu’un d’autre propose mieux.
    Je ne vous souhaite pas de vivre dans un pays avec un régime "fort"et de ne pas être d’accord avec le dirigeants.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Intégration africaine : Le ministre Maxime Koné à l’écoute des communautés vivant dans les Hauts-Bassins
Insécurité au Burkina : « Vous n’êtes pas seuls », soutient le successeur de Mohamed Ibn Chambas
Appel à la Xénophobie : Des OSC burkinabè écrivent à l’ambassadeur de la Côte d’Ivoire au Burkina
Résilience des populations burkinabè : Les Etats-Unis apportent 100 milliards de francs CFA
Chambre consulaire régionale de l’UEMOA : le président remet son rapport d’activité au chef de l’Etat
Nana Akufo-Addo, président en exercice de la CEDEAO : « Si nous ne nous mettons pas ensemble, nous n’arriverons pas à éradiquer le terrorisme »
Coopération : Le président ghanéen, président en exercice de la CEDEAO, en visite d’amitié et de travail au Burkina
Arbitrage budgétaire 2021 : Alpha Barry et ses collaborateurs examinent l’avant-projet de leur budget programme 2022-2024
Commission économique pour l’Afrique : La Secrétaire exécutive échange avec le Premier ministre sur les priorités du Burkina Faso
CEDEAO : Une session extraordinaire du Conseil des ministres pour réfléchir sur la réforme institutionnelle
Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF) : Le secrétaire général parle de l’industrialisation avec le président du Faso
12e sommet de l’Autorité du bassin du Niger : le président du Faso porté à la tête de l’organisation
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés