Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un homme doit être assez grand pour admettre ses erreurs, assez intelligent pour apprendre de celles-ci et assez fort pour les corriger.» John C. Maxwell

Burkina Faso : Seize nouveaux pédiatres pour renforcer le système de santé

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mardi 6 avril 2021 à 23h00min
Burkina Faso : Seize nouveaux pédiatres pour renforcer le système de santé

La 14e promotion de médecins pédiatres entièrement formés au Burkina Faso a effectué sa sortie officielle ce mardi 6 avril 2021 à l’université Joseph Ki-Zerbo. Elle a choisi pour parrain, le Pr Boubacar Nacro. La cérémonie a été présidée par le ministre de la Santé, Pr Charlemagne Ouédraogo.

Ils sont seize, dont dix hommes et six femmes de nationalités burkinabè, togolaise, congolaise et camerounaise, à constituer cette 14e promotion de pédiatres entièrement formés à l’UFR-SDS de l’université Joseph Ki-Zerbo. En plus d’être théorique, le Diplôme d’études spécialisées (DES) en pédiatrie se veut aussi pratique.

En effet, au cours des quatre années de formation, les apprenants ont sillonné différents centres hospitaliers universitaires du Burkina pour bénéficier d’une formation pratique. « La formation est théorique, mais surtout pratique. Ça se passe dans les hôpitaux ; ils assurent les gardes, les permanences, donc la pression est là au niveau de l’aspect pratique. Dès la 3e et 4e année, ils sont aptes à prendre en charge les enfants, que ce soit sur le plan des soins curatifs ou même l’aspect prévention de la maladie chez l’enfant », a indiqué Pr Diarra Yé, coordonnatrice du DES en pédiatrie.

Pr Diarra Yé plaide pour une augmentation des bourses de formation

Ce 6 avril 2021, les nouveaux diplômés ont reçu leurs parchemins de fin de formation en présence de parents et amis, et sont désormais aptes à prendre en charge la santé des tout-petits. « C’est une grande fierté pour mon département d’accueillir ces nouveaux lauréats qui viennent renforcer l’équipe soignante au niveau des hôpitaux de référence, afin de faire en sorte que nous puissions assurer une offre de soins de qualité aux enfants », a laissé entendre le ministre de la Santé, Pr Charlemagne Ouédraogo.

Il dit attendre de cette promotion, un engagement aux côtés des équipes déjà sur le terrain pour le bien-être des enfants. « Nos taux de mortalité et de morbidité sont au-dessus de ce qui est acceptable, nous devons conjuguer nos efforts pour faire en sorte que nous puissions ramener ces taux à un niveau acceptable qui conviennent au Burkina Faso », a indiqué le ministre.

Le ministre de la Santé remettant un diplôme à l’un des nouveaux pédiatres

Pour ce faire, le ministre peut compter sur les nouveaux pédiatres qui ont pris l’engagement de relever les défis qui se présenteront à eux. « Au bout de cette formation, nous sommes sûrs d’avoir eu tout ce qu’il faut pour prendre en charge les enfants », a laissé entendre Dr Sampebre/Kanzyomo Lolita, qui a pris la parole au nom de ses camarades.

La promotion a choisi pour parrain, Pr Boubacar Nacro. Ce choix s’explique selon Dr Sampebre par son intégrité, son honnêteté, mais surtout pour l’amour qu’il a pour les enfants. En tant que parrain, Pr Nacro n’a pas manqué de prodiguer quelques conseils à ses filleuls. Il leur a notamment demandé d’être des modèles pour les malades, humbles, courtois, discrets et honnêtes pour l’épanouissement des enfants, et à ne pas céder au découragement devant les difficultés.

Augmenter le nombre de bourses pour former plus de pédiatres

La coordonnatrice du DES en pédiatrie, Pr Diarra Yé, a saisi l’occasion de cette sortie de promotion pour adresser des doléances aux autorités présentes. Elle a ainsi plaidé pour une augmentation du nombre de bourses, qui est actuellement de cinq par an, à au moins dix par an, mais également pour le recrutement d’assistants.

Elle a aussi plaidé pour que des pédiatres soient affectés en maternité pour le renforcement de la collaboration obstétrico-pédiatrique et pour que les pédiatres soient accompagnés avec des équipements adaptés, notamment dans les régions, afin qu’ils puissent exercer dans des conditions optimales.

Photo de famille

Sur ce dernier point, le ministre de la Santé, Pr Charlemagne Ouédraogo, rassure que des solutions idoines seront trouvées dans les jours à venir. « Les hôpitaux au Burkina sont en souffrance. C’est une souffrance sur un fond chronique et dans les jours à venir, nous allons établir un plan d’urgence pour sauver les hôpitaux en souffrance.

Nous allons faire en sorte que l’offre de soins dans les hôpitaux puisse convenir à un environnement de travail idéal pour les travailleurs et aussi à une offre de qualité pour les populations », a laissé entendre le ministre de la Santé.
Depuis 2003, début du DES en pédiatrie à l’UFR-SDS de l’université Joseph Ki-Zerbo, ce sont 120 pédiatres qui ont été formés et mis à la disposition des systèmes de santé de plusieurs pays d’Afrique.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Ramadan : La commission lune se réunira ce lundi 12 avril 2021
Jeûne musulman/Burkina : Ramadan market, une opportunité pour faire ses provisions à moindre coût
Agriculture : Un projet d’aménagement de la plaine de la Léraba pour améliorer la sécurité alimentaire dans les Cascades
Enfants en situation de rue : Une exposition-photo pour dire qu’une autre vie est possible
Lutte contre le cancer : Le Burkina Faso inaugure son premier centre de radiothérapie
Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba
Burkina : La commission épiscopale « Justice et paix » organise un forum national sur la problématique du foncier
Féminisme au Burkina : « Nous ne voulons pas d’un courant qui cautionne le fait que des femmes transforment leur physionomie pour devenir des hommes », clame Dr Nestorine Sangaré
Prévention et gestion des conflits : L’association IQRA outille les responsables de ses cadres de dialogue
Evénement : Un panel pour un soutien aux initiatives et pour un ajustement des stratégies et des pratiques éducatives parentales
Burkina Faso : Un colloque sur la vie et l’œuvre du Cardinal Paul Zoungrana
Utilisation du gaz butane dans les taxis : « L’essence est plus dangereuse que le gaz », se défend le président des jeunes taximen du Burkina
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés